Tag Archives: Tommy Wiseau

Sagadaÿtaÿ⁴ #10: The Room

YOU ARE TEARING ME APART INTERNET
3506284392_a15b92d232.jpg

Ce post est dédié a mes quelques lecteurs nanarophiles, qui auront d’emblée reconnu le mème du jour – et si ce n’est pas le cas, ils ne peuvent tout
simplement pas légitimement réclamer ce statut… comme ça, tout le monde s’y retrouve.

Avant toute chose, je vous conseille nettement de mater cette vidéo de Galoo. C’est une version sous-titrée en français de la vidéo Nostalgia Critic d’un film nommé – The Room – alias « la pièce » ou la chambre. La pertinence du titre m’échappe un peu mais, de retour en Juillet 2010, date à laquelle la vidéo originale est postée, le film ne me dit rien et je n’ai pas la bonne volonté de regardé ce qui peut passer pour un bête film un peu raté des années 90.

Perdu! The Room est un film qui ne dépasse pas 2003, il a été tourné, réalisé, écrit par Tommy Wiseau, un huluberlu aux origines très incertaines (on lui prête avoir vécu à la Nouvelle Orléans avec son vague accent français) qui a néanmoins passé une majeure partie de sa vie à récolter et sauver ces fonds pour concrétiser ce qui fait très « projet d’une vie ». Un truc relativement intimiste pour ce film qui va devenir l’une des cibles préférées du web, cette année là (han-han han-han) … seulement voilà, je n’ai donc pas regardé cette vidéo critique et je ne me serais probablement pas rendu compte du « phénomène » si le Nostalgia Critic ne s’était pas fendu d’une deuxième vidéo plus tard, intitulée le « Tommy Wiseau Show ».
Intriguant – on comprends rapidement que le one-man band du film en question s’est empressé de faire valoir ses « droits » et a fait retirer presto la critique (qui conseillait honnêtement de voir
le film pour une raison pas méga flatteuse mais qui en fait la promotion, néanmoins) ce qui a donc valu à notre cher Doug Walker, de manière exceptionnelle, de se payer ouvertement la tête de quelqu’un. La vidéo originale a été re-mise en ligne quelques mois après mais qui de film en lui même et de sa critique? Ben, pour paraphraser le lien ci-dessus…

Ce n’est pas comme s’il y avait un problème dans ce film, ce film est un problème. On dirait qu’il a été très intelligement pensé particule par particule pour ressembler à une parodie de série Z mais il n’en est rien, tout a été sorti et pensé par un esprit extrêmement sérieux dans sa démarche. Ne serait-ce que l’image datée tout droit sortie de l’époque Beethoven (le chien, je précise) et l’affiche qui, en plus de faire peur, fait aussi dans le style Wordart ce qui n’est pas incompatible – les acteurs jouent comme des patates, le scénario est à caguer par terre puis à se rouler dedans et nombre de lignes du script font mourir de lol grand nombre d’Internets. Ca ne s’est pas limité à ça puisqu’à sa sortie (très locale, donc) – le film a généré autour de lui un culte célébrant une telle nanardise. Un peu comme le Rocky Horror Picture show même si on joue évidemment pas dans la même catégorie : des gens organisaient des séances de nuit, s’habillaient comme leurs persos favoris et balancaient des objets « iconiques » en pleine séance comme par exemple… des cuillères.

Tout ça est bien beau mais cela ne concerne pas encore Internet, qui n’a découvert le bazar que bien après, la vidéo du Nostalgia Critic accélérant sérieusement les choses. Ce n’est pas Doug Walker qui a fait découvrir le film au monde – un excellentissime jeu Flash ayant fait son apparition six mois avant, par exemple – mais la toile a compris le potentiel mémétique de ce film… et de ses personnages. Que ce soit la pimbêche aux dialogues-disque-rayé, le gamin creepy dont les origines sont inconnues le fameux duo comique « doggy et la fleuriste » ce sont surtout le héros (interpété par Tommy Wiseau donc) et ses inflexions pourries/phrases débiles/jeu d’acteur atroce qui font mouche. On peut se repasser une bonne partie de ces ratages avec cette soundoard, par exemple.

theroom.jpg
Cela fait donc dix huit mois et quelques que sur Internet, 4chan, Reddit, Twitter ou même n’importe où In Real Life, tout le monde s’amuse à caser des mimiques de notre ami Johnny. Son hilarant gimmick du « Haï » pour saluer tout le monde, le « Anywaw, how’s you’re sex life » sorti de nulle part voire bien plus loin et autres « ha ha ha ha ha ». Un modèle de nonchalance dans l’un des films les plus soigneusement ratés qu’il existe… mais vous connaissez le Tropes : c’est du so bad it’s good. Ca vaut effectivement le coup d’oeil et vous aussi, vous pourrez mixer votre culture même avec de l’anglais bizarre… et peut être faire le film à votre gloire. Vraiment! Il faut le voir pour le croire… et ça explique les deux trois références que j’ai pu faire cette année.

Posted in Sagadaÿtaÿ | Tagged , , | 2 Comments