Tag Archives: Sources

Extravaganza

Je me lève, et je te bouscule, et tu ne te réveilles pas, comme d’habitude. Mon objectif du jour et de trouver une bonne histoire et de lui coller les six W qui vont bien. C’est là le dur mais sympa labeur d’un stagiaire. Comme n’importe quel gonze qui ne doit pas générer un flux ou quand je fais semblant d’écouter à la fac, je consulte aussi quelques sites. MAIS ALORS CONCOMBRE, QUELLES SONT TES SOURCES ? Très bien, très bien, petit impatient, voilà le dur data mining d’au moins trois jours dévoilé devant tes yeux ébahis. Peut-être fera tu des découvertes, qui sait.

NUMERAMA. Canette de Nestea en main, ventre mi-opérationnel, j’arrive avec mon air de zombie et vingt minutes plus tard – les postes stagiaires ne sont pas des plus loquaces, je crois que mes prédécesseurs téléchargent trop de pr0n – je me connecte fissa sur le flux AFP, puis sur Numerama. Animés par le sémillant Guillaume et le mystérieux Julien. Ce site d’actualité high-tech est peut être écrit par d’autre personnes, parfois, ça doit être un phénomène rare. Je ne peux que souligner le coté « référence » du bouzin mais ce site n’est pas vraiment aimé à la rédaction. Je peux comprendre pourquoi : l’info est détaillée, claire et précise mais elle sent parfois le clic forcé et le mode conditionnel. On pourrait adopter une loi contre le porn… ce genre de choses. Du coup, ça marche, les articles sont très souvent partagés. En bossant sur un article aujourd’hui, le même Numerama aligne un petit « Google, la firme de Cupertino » qui révèle un trop grand abus de périphrases. Bref, une référence, mais à prendre avec un peu de recul et des micropincettes. Loin de moi vouloir plomber la qualité de l’info, juste signifier la grogne qu’il peut provoquer. D’ailleurs, je comprends tout à fait et j’adhère à ces reproches (et je suis moi même très loin d’être infaillible) Au final, ça ne m’empêche pas de checker.

Amo n’aime pas Guillaume Champeau, il le trouve monomaniaque sur la copie privée, entre autres. C’est peut être vrai mais Amo ne comprend pas que pour savoir ce que c’est, il faut déjà être monomaniaque. NAN MAIS ALLO QUOI.
Bande de monomaniaques.

THE VERGE  Qu’est ce que c’est rigolo de taper ce nom dans Google et d’avoir un résultat sérieux, hu hu hu, j’en ris à mon aise. Dans l’absolu, la meilleure référence en tech anglophone c’est Google News pour son souci de sélection (prenez ça comme vous le voulez) mais The Verge est le modèle en choses-du-futur-dans-la-langue-de-Shakespeare. Ce site est d’un sérieux incontestable et beaucoup d’éléments, à travers cette page, révèlent une vraie rédaction, sérieuse et détendue à la fois. L’ergonomie est assez cool et Windows Eight-estque, avec ces tuiles que le plus miro des Internautes ne saurait manquer. Chaque jour, les 90 secondes de la rédaction, une petite vidéo qui résume vite et bien les hot topics du jour, parfait pour ceux qui n’ont pas le temps. Il y a toujours des sujets abordés, même pour un domaine si « niché ». Sinon, ça pioche dans le JV, dans d’autres sources, ça le signale le cas échéant. Non, vraiment, The Verge est un site très chouette.

POLYGON On passe dans le jeu vidéo mais on reste dans l’anglophone. Il n’est pas impossible que vous ayez entendu parler de Polygon pour la première fois il y a très peu de temps. Ce site s’est fait remarquer pour mettre 9 sur 10 à Sim City. Puis 8. … puis 4. Oui, c’est sans précédent et un spectre de notes bien trop large, je n’avais jamais vu un site revoir sa note pour un test, mais le bordel du lancement de Sim City était sans précédent lui aussi. Polygon est un bon site alternatif de jeux. C’est vrai, ils ont la bonne note facile et n’ont rien à voir avec le « sévère mais juste » propre à Gamekult mais ils ont une véritable identité de site alternatif. Ils sont rigoureux et trouvent des angles qu’on ne voit pas ailleurs. Par exemple, la salle d’arcade ouverte à Newtown pour consoler un peu les victimes et resserrer les liens de la communauté, c’est un peu grâce à eux si on le sait maintenant. Mieux : à la manière du précédent, ils ont un grain, un vrai design, quelques tourneries qu’on reconnaît. Là, on comprend pourquoi le site s’appelle comme ça. Ils ne peuvent pas toujours traiter toutes les infos principales mais voilà un vrai flux sérieux et secondaire – dans le bon sens du terme. Je recommande le coup d’œil.

EDGE Vous le savez, je suis un très grand fan du magazine. Cher à importer, l’abonnement coûte trois blindes mais c’est comme ça : il est excellent et sa maquette est incomparable. La version en ligne l’est tout autant – en plus de proposer le magazine pour vos tablettes, évidemment. Sujets de fonds à gogo et ils incarnent parfois le creuset de la presse spécialisée – ils sont souvent en contact avec les fameuses « sources ». Celles-ci sont toujours crédibles et avérées, et Edge devient à son tour la source de tout le monde. Ils sont comme ça, ils ont des yeux et des oreilles partout, ça explique surement le prix du bouzin papier.

THE ESCAPIST C’est très bien. C’est bon pour ta peau. Je fais la promotion de Zero Punctuation, la rubrique phare du site, à peu près trois fois par jour – soit toutes les huit heures environ. C’est loin d’être le seul contenu présent sur ce site JV très complet. Prenez ça comme le nostalgia critic du high-tech-jeux… avec un coté pro plus poussé. Ce site comporte une armée de chroniqueurs prêts à faire papiers, vidéos, analyses poussées. Tout le monde n’aime pas Jim Sterling, par exemple, alors peut être que vous kifferez Movie Bob, le seul à faire un papelard poussé sur la polémique « The Onion traite la gamine nommée meilleure actrice aux Oscars de connasse sur Twitter », ce genre de choses. Je suis très friand de ces « points de vue alternatifs » et ils ont toujours un angle différent, nouveau, toujours avec une identité très poussée. Ils savent développer des « petites histoires ». Bien sûr, notre rôle à tous et d’avoir notre angle mais The Escapist a clairement des standards et ça fait du bien. Tout ça n’exempte pas la présence de tests, preview, tous écrits dans un anglais très riche.

UN site de JV français? GAMEKULT. J’ai grandi avec jv.com. Je ne reproche rien à Gameblog et j’y aime pas mal de choses (et pas mal de gens). J’avoue avoir un faible pour Gamekult. Même si nous sommes tous d’accord que la communauté derrière n’est pas rassurante, la partie pro du site est assez chouette en terme de précision et d’éthique. La mise en forme des tests a été un gros débat récent sur le web et Gk cultive une idéologie du « sévère mais juste » super appréciable. Après, on peut pas toujours être d’accord, par exemple, ce 8 récent sur Tomb Raider est peut être un poil trop élevé. Mais soit, s’il ne devait en avoir qu’un… après, c’est Nolife pour la TV et Canard PC pour le magazine, pas de surprises.

 METACRITIC est un site généraliste qui couvre les domaines principaux qui nous intéressent : Films au cinéma, musique, télé et jeux vidéo. Cet excellent site a deux fonctions principales. Il est d’abord connu pour le fameux « score metacritic », le metascore, qu’il colle à chaque produit d’actualité, parfois avec de l’avance. C’est tout bête : le Metascore est un score sur 100 qui compile toutes les notes et avis parus dans la presse, via des articles et des sources triées sur le volet. Le chiffre obtenu est donc le meilleur indicateur pour jauger la réception critique de tel ou tel machin. Une polémique bien fameuse tournait l’année dernière, comme quoi un jeu pouvait être privé d’aides si il n’atteignait pas le chiffre X. En l’occurrence, c’était Fallout New Vegas avec 85. Il s’en est tiré avec 84. MALAISE.
Toujours est-il que j’ai toujours l’œil sur ce machin. D’abord, c’est un excellent indicateur. Ensuite, c’est un aggrégateur à sa manière, médias anglophones ou autres. Par exemple, Gameblog est souvent compris dans l’équation. Ensuite, ce score permet de réaliser des classements quotidiens, mensuels, des tops annuels, ce genre de choses qui permet de faire des découvertes puisque le metascore ne prends pas en compte la popularité d’un produit. Les albums qu’on a sous les yeux ne sont pas forcément les meilleurs… tenez, Metacritic nous révèle que le David Bowie nouveau est jugé très bon. Glop glop.
Enfin, c’est une bonne façon de se tenir au courant de l’actualité. Le site est accompagné de billets réguliers sur les sorties à venir ou sur l’année… un parfait reader’s digest pour le futur ! Génial!

Catégorie : Morue !

L’USINE A PROBLEMES Ohlalalalala aisément le meilleur site de l’Internet, tenu par un internaute au charisme sans égal ohlalalala.

Et c’est tout. Court, hein.

PS : Oui, le taux de publication droppe comme jamais depuis quatre ans mais là je suis super extra occupé, avec le boulot, la fac, le mémoire et LES CONCOURS. La routine, quoi. Au pire des cas, j’avancerais le quartier libre d’un mois, mais c’est peu probable.

Posted in Pépites du web | Tagged , | 1 Comment

Je n’ai pas d’opinion et je vais vous le prouver

Deux personnes m’ont envoyé un mail critique concernant une récente baisse de qualité du blog. C’est promis, je vais tenter de mettre vos remarques en application et d’alléger/aérer un peu le bazar!


Je comprends votre déception : passé la micro-excitation de voir un nouveau post, vous vous êtes rendus compte qu’il n’était pas chiffré et qu’il n’y avait pas de vidéo dedans. Le fait est que mon micro ne marche plus… enfin si, il marche mais l’insupportable larsen qui apparaissait de temps en temps semble définitivement s’être installé chez moi. C’est extrêmement embêtant et si dame Fortune ne daigne pas me remettre le silence attendu sur Audacity, ça suspends un peu Mario Maso, gloups.

Du coup, troisième post jeux vidéo d’affilée… aujourd’hui était un jour de grâce, de félicité et de liesse populaire jusqu’à ce qu’un post du Raton, blogueur sporadique mais formellement impeccable et pratiquant depuis longtemps – d’où une certaine influence – sorte un post incendiaire sur Gameblog, fameuse plate-forme Internet spécialisée. Ce billet cristallise une certaine tension accumulée autour de ce site et s’occupe du cas Julien C., journaliste dont je ne connais que la très mauvaise réputation, j’avais posé la question à pas mal de gens ayant bossé dans le milieu, dont le Raton qui m’avait fourni un début de réponse. Bon, on ne va pas se prendre la tête pour ça – lisez le fil de commentaires, c’est un peu flippant de toute façon – et je ne connais rien du site ni de ses intervenants mais ça a eu le mérite de me faire me poser la question : aujourd’hui, quelles sont mes sources en matière de critique, mais surtout d’actualité dans le jeu vidéo? On
ne vit pas dans un monde où les médias de base catapultent ce genre de flux dans les gros titres… je ne me réveille pas avec Succès-radio et je doute fortement que Libé mette la sortie de Pokémon Noir et Blanc en couverture, aujourd’hui.

Question : comment s’informer dans le domaine? Spontanément je dégagerais deux pensées qui ont rarement quelque chose à faire avec le concept « professionnel » – les fameux médias sociaux (qui, pour le coup, sont une simple extension du bête bouche à oreille en tête et en pieds – et… les critiques indépendants du web. Je suis assez épaté de constater que je ne suis actuellement abonné à aucun magazine et que la seule source potable pour qui je donne de l’argent est… Nolife Online. Et le grand dieu Seb Ruchet sait tout ce que j’ai sacrifié sur leur autel avec leurs planchettes d’autocollants à 5 euros!

http://img856.imageshack.us/img856/3346/5da3da9356ef51603550a4f.gif

 Oh mon Dieu comme ce post promet une avalanche de premier degré

 Okaaaaaay, revenons une décennie en arrière, se connecter à Internet est synonyme de bruits bizarres, de facturations à la seconde et d’interdiction d’utiliser le téléphone simultanément. En gros, ça reste quelque chose de très conceptuel et nous nous gavons de magasines spécialisés. Tu as tel jeu qui te bloques? Tu dois choper le cheatcode au hasard, tu tombes sur le bon et tu deviens le roi de la montagne. Tu achètes des pavés trimestriels uniquement consacrés à des soluces que tu dévores dans les toilettes quand bien même (et surtout) si t’as pas le jeu de base parce que c’est captivant! Ce qui me rapproche le plus du « journalisme » dans ce contexte c’était les magazines pour 8-14 ans, rédigés par trois jeunes motivés qui ne mettraient pas moins de 9 sur 20 à la pire des bouses. Bien sûr il y avait des tas d’alternatives – dont ce fameux mensuel avec un Jay, des bédés, un peu de grossièreté gentiment distillée et de vraies niouzes – et soudainement, on se rends compte que Game One existe, est encore bon, distribue de l’info, des tests de qualité et beaucoup d’humour, on se met soudainement à regarder Marcus tout les matins au petit déjeuner avant qu’une sombre histoire de connivences avec Infogrammes fasse détaler tout les bons éléments, quelque chose du genre – maintenant on se retrouve avec une chaîne qui diffuse Dragon Ball en nous faisant avaler que c’est un anime inédit et avant-guardiste. Mff- c’était néanmoins une bonne source qui me faisait acheter des genre de jeux que je n’aurais jamais envisagé avant… de l’ouverture d’esprit, que diable!

A partir de là, Internet est devenue mon principal oasis. Fidèle au poste, l’internet ne splitte pas sur scène devant les fans et je ne comprends pas toujours ce qu’on reproche à JeuxVidéos.com (Attention, POINTCOM) au delà de ce design un peu laid, mais ça c’est historique, pensez à cette nana aux cheveux verts à l’époque. C’était satisfaisant quand tu avais un peu plus de dix piges, ça reste potable aujourd’hui, surtout avec cet énorme support vidéo que le site propose. Let’s Play en tout genre (on joue, on commente)
Trailers, Solutions Vidéos répertoriées en direct du Tube… c’est pas mal. L’exigence est haute puisqu’on parle à ce stade d’une entreprise tout ce qu’il y a de plus pro mais j’estime le contrat bien rempli. Sous vous avez des quenelles bien cachées à me sortir sur ce site, n’hésitez pas, je n’ai pas toujours compris cette aura pas géniale, modérée mais existante, apposée à JV.com. Jeuxvidéos.hf fait presque « autre école », le « bâtiment d’en face », « l’alternative » – c’est plus joli, le principe est le même… et Gamekul reste à mes yeux un forum aux utilisateurs très portés sur les mèmes et le Noëlismes. Si ces termes ne vous disent rien, pas de souci, rien de bien vital!

Enfin… je disais ne pas lire de vrais magazines. Si, bien sûr, mais JvMag pourrait ressembler à autre chose qu’à un quadruple-20 Minutes… c’est con parce que le contenu éditorial minimal est là, dommage que cette affreuse maquette et ce papier impossible à apprécier soient là. Au moins, le prix est bas et tu es informé – en
parallèle et sur la dernière décennie je me suis habitué à quelque chose d’un peu plus, on va dire… sensible : les mags estampillés officiels. Parler de connivence devient carrément hors propos, c’est comme si Michel Denisot était rédacteur en chef de tout ces trucs – Nintendo Mag avait réussi à coller la moyenne à Dancing Stace Mario Mix, en jeu de danse sur tapis ultra simple, sans saveur, scénario ni… bande son, un peu con quoi – ce n’est qu’un exemple un peu aléatoire mais ce délit de souceboulisme un peu répété plus la baisse progressive de qualité du contenu, arhg. Et le prix est toujours démentiellement élevé, est-ce que ça veut dire qu’ils sont sommés de ne pas accepter d’autres annonceurs que les compagnies dont il font la promotion?
Acheter un « 360, le magazine officiel » pour une dizaine d’euro… pour trente pages de description du CD de Démo fourni avec, c’est vraiment prendre les choses à l’envers! Les gars, à coté vous avez un magazine PC qui fournit un (bon) jeu complet tout les mois pour peanuts, il y a du progrés à faire.

A QUI SE FIER, DIDJOU. Je manque tellement de sources que je suis là à fonctionner sur moteur diesel et nostalgique, comme si la ligne temporelle vidéoludique s’était arrêtée quelque part avec la Gamecube. C’est pas comme si j’étais le seul : cette semaine à la fac, j’ai surpris une conversation sur Fable, avant d’admirer une partie de Worms 3D en plein cours – deux jours plus tard au même endroit, discussion passionnée pour savoir qui de Sonic 2 ou 3 était le plus christique. De la même manière, si j’évoque Minecraft, je vais
me prendre un regard interrogé avant d’entendre un « Wow, c’est un jeu Playstation? » (Véridique les copains.)

Tiens, c’est un excellent exemple – que serait un concept aussi génial que Minecraft sans les discussions acharnées du web? (La sauce a quand même pris plus d’un an après … grâce aux… webcomics célèbres) Quelqu’un en a vu un test sérieux dans une publication généraliste? Je peut être raté l’exemplaire des Inrocks qui y faisait hypothétiquement référence et c’est pas Tania Bruna Rosso qui va venir nous en venter les mérites. Bon là j’avoue ça fait tellement de raccourcis en si peu de lignes, pardon ~

Image 2 Ci joint le journalisme rétro (avec des Pokémons qui jutent)

 IL N’EMPECHE que je fais personellement si peu d’effort pour me tenir au courant de cette actualité là que je me retrouve, depuis deux ou trois ans, à savoir quels sont les jeux du moments à voir Tartempion et Olibrius en parler. Je vais faire une tête étonnée, éventuellement regarder un trailer, un article tapé au hasard sous
google… ou attendre qu’une star du web anglophone s’en charge.

C’est ça le truc : aujourd’hui, ma principale source d’information c’est le « critique caustique » : un mec avec pas mal de talent qui va te faire une vidéo pour exagérer au maximum tout les défauts d’un jeu, avec amour… dissimulé, puisque le but du jeu exclut automatiquement toute marque d’affection. Le meilleur jeu du monde doit quand même avoir ses défauts voyants, la caméra est pourrie, la musique inexistante, le genre pas bien exploité, l’alignement des planètes sinusoïdal, etc. Critiquer par le mauvais est sympa à faire et à
regarder mais si on sait prendre une certaine mesure face à l’avis exprimé, on peut directement savoir si ce jeu est fait pour nous ou nous, puisque ces tests sont toujours bourrés d’intelligence et de bon esprit.

Par exemple, j’ai récemment été épaté par le travail hebdomadaire de Yathzee. Si vous n’avez pas un bon niveau de compréhension en anglais, laissez automatiquement tomber – pour le reste, sachez que ce sont des vidéos très courtes (4 ou 5 minutes) à la narration extrêmement compacte, d’où le titre. Ben C. prends un jeu par semaine, disserte dessus très vite, en expose les faiblesses et fait tourner en fond diverses animations
minimalistes sur fond jaune pour illustrer ses métaphores délirantes. C’est très drôle, plein de bonnes idées et de mauvaise foi (mais là aussi, c’est le but du jeu) et c’est toujours un plaisir d’être en accord avec lui. Même si ces vidéos sont faites avant tout pour ceux qui ont déjà le jeu en question, on peut tout à fait rester dans une optique de découverte et de se forger un début d’opinion sur la légitimité de l’achat ou non. Un jeu par semaine c’est peu mais ça reste le travail d’un unique mec… en revanche, d’autres anglophones travaillent en troupe, comme celle du Nostalgia Critic qui ne tape pas toujours dans le rétro. Ils ont cette manie un peu fâcheuse de ne faire que des Top 10 mais on y trouve à boire et à manger, en fouillant un peu vous allez tomber sur des tests humoristiques de jeux indépendants de chez indépendants – comprenez pas là, des jeux de fesse japonais. Belle  multiplicitédes sources là aussi entre Benzae, Angry Joe etc etc…. chacun ayant ses médias de prédilection.

Je suis assez épaté du fait que l’une de mes principales sources d’info sur Internet sont, par définition, dénués d’esprit critique au premier degré. Prenez Penny Arcade (flemme honteuse de mettre le lien, il est tard et j’ai sommeil) qui impose des strips très réguliers et parfois absconts sur tel ou tel jeu récent. Ca n’en dit rien
sur la qualité du bazar mais on en parle… et on reste dans cet esprit très « jeu du moment ». Si on revient douze mois en arrière, on pense directement à Bayonetta, FFXIII, Alan Wake, Heavy Rain, Red Dead Redemption, Mario Galaxy 2… autant de « jeux du moments » qui variront selon vos goûts, vos supports… et vos sources. Qu’un jeu soit bon ou pas n’est plus si important que ça, l’impact et le souvenir qu’il laisse prends davantage de poids dans la balance… et là aussi, on ne parle pas de qualité intrinsèque mais bien de capacité de tel soft à faire parler de lui. Hey, j’ai joué cinq minutes à Pokémon Noir justement, quand bien même on a nos petits ajustements esthétiques habituels, la formule est toujours la même, non? Y’a t’il de véritables nouveautés de gameplays, d’ajouts majeurs? Y’a de jolies animations et on à directement l’heure, la batterie et un indice de connexion sur l’écran. Bon, je digresse… et je parle pas de la 3DS qui se targue d’avoir le
line-up le moins excitant de tout les temps – mais la digression continue, c’est très mal. Tout ça pour dire qu’au final, la meilleure source d’info c’est… les autres. Twitter, les forums, les bêtes discussions… soudainement, je vais lire un nom inconnu quelque part (disons Bulletstorm) et pouf tout le monde s’y met in medias res. Comment diantre tout ces gens connaissent-ils leurs prochaines sorties, dates et contenu des nouveaux jeux??

Alors, dans tout ça, si Gameblog doit définitivement être considéré comme un média biaisé et coupable de raccourcis, comment accorder notre confiance à un autre site du même genre? Qu’est-ce qui nous prouve qu’un autre média met plus l’emphase à l’application de cette unité de valeursi intangible qu’est le journaliste total? C’est pas nous et nos posts vaguement analytiques qui feront avancer le schmilblick puisqu’on se focalise avant tout sur des impressions que tout le monde vient comparer. En résumé : la
blogosphère n’a pas à être sauvée parce qu’elle ne vise pas haut par définition, les sites web pros sont des vendus, la télé manque de moyen (voir de talent) et les bons critiques sont en anglais. Nous, on ne serait bons qu’à ressasser les générations d’avant? Répandez l’amour, faites pêter vos sources, j’ai un peu l’impression d’être à poil sur ce coup là.

26366052689bda2ff1630d1778e1ad7d.jpg

En gros, abonnez vous à Nolife Online et payez un sandwich au Dieu Seb

 Edit : Pso nous a trouvé une belle illustration en vidéo!

Posted in Pépites du web, Vidéo-lubrique | Tagged , , | 13 Comments