Tag Archives: poluxpolis

Esprits malades

Je rédige ce post en plein séminaire sur Proust, je sais, c’est très mal, mais il faut bien tromper l’ennui. A l’heure où j’écris ces lignes, je regarde tellement dans le vide que je commence à voir à travers les murs. Profitons de ce moment « Dead Zone » pour évoquer des sujets réellement importants. Oui, parlons des internets.

Et des youtube poop.

HA!

La créativité, c’est bien. En tant que mec étant complètement incapable de dessiner quoi que ce soit, je fais partie de ceux qui pensent qu’on peut être créatif sans réellement faire de… création. L’originalité n’a pas à être toujours en jeu. Mixer deux trucs, en obtenir un troisième, c’est ce qu’on fait en boucle avec les Amv Hells. Détourner le message original en modifiant quelques paramètres et en tentant de respecter des normes et une certaine esthétique. Voilà pour «  »l’art » »… mais alors pour le lol, fétiche des intrawebs, feu de mes reins, élément de distanciation ultime, boss final de la toile? Non, bien sûr, ça ne se discute pas, ce serait complètement contradictoire, ce serait comme ce documentaire récent sur Groland qui se touchait un peu entre deux séquences vaguement artsy : comment revendiquer un esprit Hara Kiri si il fait du méta et est commenté par le rédac’ chef des Inrocks, incapable de citer autre chose que les Simpsons et les Monthy Python? MAIS QUEL HASARD! J’adhère totalement à cet esprit pépère et je vais faire la même chose pour le web. Figurez vous que quelque concepts de vidéos débiles, mais alors débiles, retiennent notre attention à tous. « Tous », c’est une myriade de profils qui gravitent entre ce microcosme un peu Parisien et mes connaissances Twitter et consorts – journalistes actu, jv, amis, cas sociaux du web. En bref, nous avons un étendard, un point commun : l’amour de l’aléatoire.

Les youtube poops portent bien leur nom. J’en ai parlé il y a quatre ans, voilà un petit résumé : c’est un espèce de courant Youtube, vieux comme le monde (ou vieux comme Youtube, donc émergeant quelque part en 2006-2007) qui consiste à mixer des images de manière complètement arbitraire, sans réellement avoir de sens. Zooms, filtres bizarres, accélérés et autres procédés esthétiquement douteux, souvent dans le but de faire dire « Penis » à Eggman. Car il faut savoir que les sources sont souvent les mêmes et, surprise, sont relativement semblables et définies selon les pays. Par exemple, les Américains adorent mixer les Aventures de Sonic le Hérisson et atroces cinématiques de Zelda sur Mega CD. Nous, en France, on est plutôt Un Diner Presque Parfait, Tintin, Koh Lanta et C’est Pas Sorcier. Il y en a des plus réussies que d’autres et ça se voit, malgré cette ligne de conduite anarchique : une bonne poop garde toujours une certaine cohérence et fait plus ou moins rire. Prenez une vidéo, inversez là : aucun effet. En revanche, si vous faites dire « bite » à François Hollande, succès assuré.

Voilà un premier exemple, en français dans le texte. Cette oeuvre est nommée « Vilain Fred. » Je trouve ça particulièrement représentatif du grand maëlstrom de vidéos que sont les YTP Françaises. Ce pseudo d’auteur n’est pas particulièrement connu, la vidéo est très perfectible mais les bases sont là : un humour bien dada, des références à la pelle, l’obligatoire « You Spin Me Right Round » est un esprit localisé. Ici, des private jokes du 15-18, cette omniprésence du C’est Pas Sorcier – détourné pour leur faire dire des horreurs, c’est ça qui est délicieux. Ce sera compris en intégralité par une poignée d’Internautes, la vaste majorité sera amusée par quelques séquences (honnêtement, qui ne sait pas encore qui est Morsay?) c’est donc rigolo tout plein, sans aucun sens ni interêt mais compréhensible pour des gens ayant l’habitude d’une certaine culture Internet. Parfois, les blagues se suffisent d’elle même : « Je crois que j’ai vu un /con » – plan artificiel sur le flic, hop, emballez c’est pesé.

Le truc c’est que comme dans n’importe quel domaine, il y a des une foule stagnante et des jeunes fous qui émergent du lot. Des maîres du random qui règnent sur cette grosse pile d’images. Ils s’appellent tojolle, 123 Lunatic ou Jefaischierlesgens, ils forment un microcosme et se connaissent probablement tous. Voilà une vidéo parmi d’autres, on se retrouve et on en reparle après.

Fouyaya! C’était intense. Quelques remarques à partir de là : c’est archi speed, il y a plus de vannes et de conneries visuelles que dans la Cité de la Peur – des culs, des chibres, des HA et SUUS JEEJ SUUUUS. Très important, ça, les SUUUUS. Rien que ce néologisme, obtenu à partir d’un « sur » inversé, devient un gimmick dans les hautes sphères vidéoludiques, ces grands enfants. Chaque micro-vanne est avant tout une référence à une autre vidéo, une autre tendance. C’est la forme ultime de la poop : on mixe les mixs précédents… avec Un Dîner Presque Parfait comme support. Il y a des petits moments de bravoure, à moins que ce ne soit des moments d’hystérie, les « ha! », les « hiiIiiIIi » et autres « LE DINER. » Pour rire à ça, il faut soit l’accepter de manière automatique et être amusé par la dinguerie globale sans piger les « enjeux » derrière, soit avoir une bonne connaissance en Poops, ce qui, je dois l’avouer, ne sert pas beaucoup dans la vie de tous les jours. Je vous rassure, ce n’est pas toujours si auto-référentiel. Par exemple, du même auteur…

Encore un titre très révélateur. Cette fois, on est plus dans l’inconstance typique d’une poop. Pas de thème fixe (et encore, il n’y a que la séquence Bob Lennon et la séquence Denis Brogniart) et un machin construit au fil de la pensée de l’auteur, de phrasé détourné et de rigoleries. « Ben, c’est vrai qu’elle est vachement trop con ». « Hmmmm saucisse » – et je ne parle pas de blagues à base d’orifice. Cette vidéo a tout pour elle : faire dire « lol » et « Suuus » à Denis Brogniart, sublimer l’art du conseil en faisant dire des trucs bien plus réalistes aux candidats, un esprit bien « caca », comprenez, Internet. J’adore.

Dites vous bien que ce type de truc existe avec un tas d’univers pré-existants : Tintin, Trotro, Pokémon, etc. Ces deux vidéos ne représentent qu’une infime partie de cette « tendance ». C’est une bonne manière de rendre hommage à toutes les ambulances du moment. Plus une vidéo est ratée, plus elle a de chances d’atterir dans une poop. Si deux gosses belges singent un JT Jeux vidéo et ont la mauvaise idée de la mettre online, quelqu’un va forcément la sublimer dans un mix vidéo. Elle sera agrémentée de running gags, de gimmicks et mélangée avec d’autres éléments (des « PAPAAA! » ou des « saucisses ») et tout ira pour le mieux.

Montons un peu quelques degrés dans la compréhension. J’aimerais consacrer quelques lignes à un utilisateur Youtube qui nous fait rire depuis plus d’un an. Ce monsieur se fait appeller TheVinzVincent. Il est suisse, en Fac de Lettres (hé, copain) et a probablement une vie normale d’étudiant mais sur le web, c’est un espèce de gênie/schtarbé/boss final de l’internet. Ce mec a un esprit créatif de fou doublé d’un sens très verbeux. Sur Internet, ce genre de profil est souvent cristallisé pour… insulter tout ce qui bouge. Ce cher Vincent ne le fait pas, mais à créé une saga parfaitement débile et aussi dada que les vidéos sus-nommées. Par exemple, j’ai découvert ce jeune homme grace à « La Reine d’Angleterre s’encanaille« . Plusieurs déductions à partir de là : son outil de « travail » est Xtranormal, un logiciel qui permet de faire des vidéos dans un style quelque part entre The Movies et RPG Maker. Le premier pour le coté automatique et facilement personnalisable, le deuxième pour le potentiel de dérivation des résultats. Les voix sont générées par ces logiciels de diction qu’on trouve sur PC, Mac et toutes les bonnes gares routières. On passe de dada à absurde : c’est rigolo, très pince-sans-rire, il y a à peine plus de sens que dans une poop.

Mais ce n’est pas tout! Le monsieur à une fréquence de publication quotidienne (cet héros) et a sur bâtir toute une mythologie dans son channel. Sa toute première vidéo est l’histoire d’une séparation, début d’un grand soap opéra nommé Poluxpolis. Tout plein de non-sens et de one-liners barjots, ça se mate sans fin et entre potes. Il y a quelque chose de fascinant à mater ces personnages robotiques débiter cette syntaxe étrange dont Vincent est l’auteur : « Oui car oui » « Bravo bravo bravo » « Ha bah justement » « Le pouuuulpe, le poulpe » font désormais partie de notre vocabulaire. Je suis très sérieux, on se récite ça entre nous en soirée, exactement comme dans une cours de récré. Les personnages de cette saga sont sublimes : Antoine, le mec le plus teubé de la galaxie ; la fille qui a soixante-deux ans, Alice (qui est lesbienne et qui ne vit que pour être lesbienne, on connaît tous quelqu’un qui ne vit que pour annoncer ses préférences sexuelles à tout bout de champ) et certains ont même leur propre série, comme ce fabuleux Docteur Building dont les consutations se résument à des séances d’insultes. Après tout, c’est pas nouveau : quel est notre premier réflexe quand on tape une phrase dans un synthétiseur vocal? Un machin con ou sexo, souvent les deux.
Laura, qui trouve tout très raciste et qui appelle le Sénat non-stop. Si tu as une cravate bleue, « cela est très raciste des Schtroumpfs, cela repousse les limites du racisme, etc ». On pourrait dire que c’est une manière de se payer la tête de ceux qui voient le mal partout, c’est surtout un perso régressif et hilarant. Tout le monde fonctionne comme ça : un unique élément de caractérisation toujours mis en avant. En résumé, c’est comme les Simpsons de nos jours, mais en bien, fais par un esprit un peu malade. Puis il y a ces moments où ça se perd un peu en chemin. Puis ça va toujours plus loin, de retour dans l’esprit dada. Vincent fait partie de ces mecs qui osent sacrifier leur image niveau santé mentale pour nous faire rire. Un peu comme Morsay, finalement.

Maintenant, vous savez. Des gens, sur Youtube, perdent leur temps pour améliorer le notre. Ce sont des héros. Et ce n’est que deux exemples. Vous voyez, le cool n’est pas mort, il est juste un peu crétin. Donc irrésistible. Je vous invite à regarder les vidéos de ces trois auteurs et de ce cher Vinz, entre deux autres trucs plus sérieux. C’est bien plus drôle que « Sophie et Sophie ».

Posted in Pépites du web | Tagged , | 1 Comment