Tag Archives: daft punk

Daft Punk joue à la maison

A la ! Maison ! Et on reste debout toute la nuit pour être chanceux ! Et on reste debout toute la nuit pour être chanceux ! Et on reste debout toute la nuit pour être chanceux ! Et on reste debout toute la nuit pour être chanceux ! Et on reste debout toute la nuit pour être chanceux ! Et on reste debout toute la nuit pour être chanceux ! Vous en avez marre, hein? Moi aussi. Pas mal de monde, et on parle d’un phénomène qui ne se cristallise que depuis deux jours.

Je vais beaucoup au cinoche ces temps ci. Quand on mate plusieurs films par semaine, on se tape toujours les mêmes pubs. Ces temps ci, j’ai un petit délire pour la Prada Candy. DONC. RAISONS.

Surprise !

Oui, donc, Daft Punk a mis en ligne son nouveau morceau. Un vrai gros félin chauffé à blanc pendant des semaines, sauf que tout le monde avait déjà des touffes de poils. Get Lucky, parlons en. C’est un petit truc assez groovy et passéiste, qui rentre dans l’oreille et qui reste quelques temps. C’est clairement efficace, sa structure est tout sauf compliquée, ça ne dégage pas d’idées folles mais il y a cette ligne de basse qui donne envie de déhancher son popotin. Pharell au micro, voix claire et entraînante, petit refrain pas compliqué (décidément) on fait tourner deux fois et on envoie la petite « Daft Touch » – c’est pas vraiment là que le génie parolier du duo fait des vagues. C’est agréable, le clip est poseur comme jamais mais on sent que ça se retient terriblement, ce n’est pas super ambitieux quoi. J’ai un petit problème avec ça.

Parce que oui, sans blague, j’aime Daft Punk. Ce n’est pas une grosse prise de risque – une prisque – tout le monde aime Daft Punk. C’est le groupe qui fait aimer l’électro aux profanes et devinez quoi? C’est ce qu’on fait de bien en France. Le petit Etienne, le petit Electrics, les petits Justice et les petits Thomas et José sont autant de parisiens qui gagnent des bazillions en formant des morceaux sur-efficaces sans être agressifs. Alors évidemment, Daft Punk est controversé. Chaque album fait polémique et se retrouve systématiquement comparé au précédent. Tout le monde aime Homework. Tout le monde aime Discovery, mais c’est quand même très différent de Homework. Human After All leake peu avant sa diffusion en 2005, Internet crie au fake parce que personne ne peut croire que le disque soit si raté. Je ne le connais pas bien, je ne peux pas juger. Par contre, Tron Legacy, c’était sans doute mieux mais pas fantastique pour autant. HUIT ANS après la dernière galette, Daft Punk génère une attention un peu démesurée… et c’est casse-couilles.

Le quatrième album du duo sortira donc fin mai et s’appellera Random Access Memories. On peut dès lors supposer qu’il veut exploiter des bribes du passé, ce qui expliquerait pourquoi Get Lucky sonne comme un Kool & The Gang en 2012. Bon, il faut remonter aux sources pour piger cet énervement. Ça fait partie de ces choses dont on entend parler toute la sainte journée pendant dix jours. Ça gave, quoi. Et encore, c’est un single issu d’un long processus de bordels généralisés, créant une énorme confusion autour du disque et rappelant ce syndrome gênant de 2005. Daft Punk, c’est deux minutes de préliminaires par heure, pendant deux jours. Ils ont plus de contacts que Régine (en témoigne cette impressionnante liste de guests dans la version finale) et réussissent à foutre des teasers partout. Partouuut dans nos vies ! Tout le temps, tout les jours ! Tu vas aux chiottes au boulet ? Un teasing de Daft Punk sauvage! La jaquette, d’abord. Puis des petites vidéos, ça et là. Le Saturday Night Live diffuse une minute d’un morceau, pas plus. Les festivaliers du Coachella auront pu voir un autre bout. Des journalistes déclarent avoir un leak du disque mais refusent de le commenter, ce qui fait bien avancer le schmilblik. En gros, on en parle, mais sans jamais le montrer et ça rend fou. L’arlésienne est rompue par une diffusion radio ? Ah non, il s’agirait d’un fake. Mais les premières paroles sont mot pour mot le début d’une interview en late show, qu’est-ce que ça veut dire? Oh mon dieu, pourquoi un remix de la Companie Créole par dessus le marché? Personne n’y comprend rien. Un miasme de rumeurs, de fakes, de rumeurs de fakes (j’en ai pas entendu un seul, perso) et de teasing au compte goutte, parce qu’on sent que derrière tout ça, les artistes kiffent et nourrissent le bordel généralisé. Tout ça rappelle fortement le lancement de Burger King – sauf que ta piste, tu peux te la repasser. La fatigue. Des commentaires linéaires par les intéressés sont déjà disponibles, mais là encore, ça brasse du vide. J’ai pas mal d’affection pour les journalistes zicos là.

Que fais tu dans mong appartementg

Alors moi, tout plein de condescendance envers le mec qui a fait le fond sonore d’Enter The Void, je vous propose d’autre trucs à écouter, parce que l’actualité musicale est assez forte ces temps-ci. Déjà, ça résumera pas mal de choses, la programmation de Rock En Seine a été dévoilée il y a un gros mois. Oui, je vous vois froncer les soucils à l’idée d’en faire un festival étalon mais c’est comme ça, il est accessible et assez emblématique, avec son président charismatique et ses palissades où tout le monde pisse. Bref, cette année, c’est Phoenix, Nine Inch Nails, Franz Ferdinand, SOAD, Kendrick Lamar, Alt J et Tame Impala en tête d’affiche. C’est un peu mou du genou car beaucoup de bons groupes, peu de bêtes de scènes.
On peut toujours s’occuper un peu la tête en écouter divers morceaux des artistes sus-cités. Alt J, c’est la « nouvelle sensation pop indéfinissable de l’année écoulée ». Tame Impala, c’est le poulidor, le deuxième, qui te fait des tourneries lancinantes façon Beatles. Avec une belle pochette du jardin du Luxembourg Instagramée, chouette. Aucune idée de ce que ça vaut sur scène, mais on a pas tout les jours de voir un groupe australien.
SOAD, bon, voilà. C’est culte mais je préfère un bon vieux Korn des familles. Bon, Serj and co sont moins angsty, plus second degré et ils ont fait bien plus de tubes, donc chacun sa came. Nine Inch Nails sera attendu au tournant par beaucoup. Père fondateur du rock indus – heureusement il l’y a l’indus – avec Ministry, Trent Reznor fera sûrement un show mémorable et libidineux. Le futur « Closer » en live sera, à n’en pas douter, un grand moment de romantisme. L’occasion est bonne pour écouter un peu The Downward Spiral, With Teeth ou Pretty Hate Machine, les meilleurs albums du bouzin. OKER?

Bon, il paraît que le groupe de l’empereur Austro-Hongrois prépare un nouveau coup. ‘Serait temps, presque 5 ans après le dernier, non? Leur premier album aura bientôt dix ans et il paraîtrait qu’Alex Kapranos & co commenceraient à faire péter des inédits là et là. La boule de cristal locale indiquerait un nouvel album vers Septembre, mais ça vaut ce que ça vaut. On attend toujours le deuxième Foster The People pour cette année, mais zéro infos de ce côté là, donc faut pas tabler avant la fin d’année.

Evidemment, toute l’attention est focalisée sur le nouveau Phoenix. Bankrupt!, album à la pochette qui m’évoque plus un yaourt Mamie Nova qu’un disque, est en écoute gratuite ça et là, dont Itunes, deux jours avant sa sortie. Je ne sais pas ce que ça vaut mais la comparaison avec Wolfgang Amadeus Phoenix va probablement lui porter préjudice. Je doute fort que ça puisse être mauvais, c’est Phoenix quoi, l’excitation est réelle. Le groupe dont le leader sort avec Sofia Coppola. Lesouague.

Cay l’anniversaire de Candy ! Dansons !

Azy, y’a plein d’autres trucs qui sortent où qui sortiront bientôt. ENFIN, les Queen Of The Stone Age ont un nouveau bébé. Il a un titre, … Like Clockwork, une couverture, une date de sortie et un premier single. Attendu à mort par ton serviteur. Je trouve la pochette pas terrible et c’est le seul commentaire que je pourrais faire sur le sujet. Mais il n’y a pas que des albums à venir, d’autres machins sont déjà dans les bacs. Par exemple, les Flaming Lips (le meilleur groupe du monde, rappelons-le) viennent de sortir The Terror, un album volontairement anxiogène, un album qui est plein de choses mais qui n’est certainement pas accessible. Il y a bien longtemps, les Lips, c’était des singles recherchés mais structurés, qui rentraient bien en tête, avec des formules qui pouvaient parler à tous. On dirait qu’ils se sont définitivement lockés dans un style barré et aléatoire, proche du post rock, ce genre de notions. Embryonic n’était déjà pas très intuitif mais là on a neuf pistes, dont une de treize minutes, toutes très expérimentales mais de qualité. Après tout, on parle d’un groupe qui fait sans problème des morceaux de plusieurs jours, et encore, c’est un euphémisme.

Un assez gros truc français qui mérite un développement, aussi. Vous ne connaissez peut être pas Yoann Lemoine mais son pseudo, Woodkid, est peut être un peu plus parlant. Alerte Hipsterisme et Soupçons d’Hipsterisme : le monsieur énerve car assez visible, sa musique n’est pas d’une grande modestie, sa présence dans la bande annonce de l’Ecume des Jours et dans Gameblog pour parler « art et jeux vidéo » peut faire parler les mauvais esprits. Effectivement, il semble cumuler tout les trucs qui peuvent énerver… mais The Golden Age, son premier album, mérite qu’on y prête un peu d’attention. En fait, vous le connaissez peut être, puisque Iron était le fond sonore d’un teaser marquant d’Assassin’s Creed : Revelations. Entre deux, deux singles à la qualité +++ : Run Boy Run et I Love You. Les clips sont parlants sur plusieurs niveaux, premier degré toujours, images très fouillées et souci d’esthétisme. Faut dire que le monsieur est clippeur de formation : clip rigolo pour AIDES, mais aussi des musicaux, dont Lana Del Kanard, ont du aider un peu. Aujourd’hui, on a une galette avec dix morceaux en plus et tous cultivent le même esprit : pas la moindre guitare, toujours de l’orchestre symphonique et un organe très « granuleux » que tous n’aimeront pas. Ça fait plus bande originale que rock classique mais ce disque a quelque chose de très planant, sans révolutionner quoi que ce soit. C’est très précieux mais je préfère largement ça à Lana Kanard.

Quoi d’autre? Il fallait être aveugle pour ne pas remarquer le nouveau David Bowie, qui ne pêche qu’avec sa pochette pas géniale (c’était pas une bonne idée, vraiment) – un disque surprenant, pêchu, de très bonne facture. 66 ans le gars, toujours en grande forme. Les Yeah Yeah Yeahs viennent de sortir un album dont la pochette, elle, est atroce. Vampire Weekend sort son troisième opus début Mai, dans deux semaines. J’espère juste qu’ils se sortiront de ce minimalisme qui est devenu leur marque de fabrique. Le nouveau Strokes est vraiment pas terrible et ça n’en finit pas de me désoler, on peut se consoler en réécoutant Angles. Enfin, dans la série des gens super attendus au tournant qui devraient lâcher un truc cette année, on compte Beck, Arcade Fire, les Black Keys (pas d’album en 2012 ! C’est improbable !) , The Knife, MGMT (hiiiii), Kanye West (dont le dernier truc était glorifié partout) et il parait que le dernier Justin Timberlake est une tuerie, mais bon, c’est Justin Timberlake.

Bon, voilà.

Posted in Kulture moderne | Tagged | Leave a comment