Tag Archives: Concombre Awards

Motivation! Vitalité! Tennis!

http://usineaproblemes.fr/wordpress/wp-content/uploads/2011/08/2010x.png

 Nous sommes en 2011 et la terre tourne! C’est bon, j’ai tout mes membres, mes deux yeux, tout l’inventaire est là et une fois n’est pas coutume, je pourrais me permettre une pointe d’optimisme dans ce bilan de début d’année, je ne sais pas si c’est une question d’instant ou plutôt une ambiance générale (et ce n’est pas évident avec cette rentrée et ces partiels en joue, à peine de le temps de récupérer des festivités – sinon n’espérez pas un seul jour férié en Mai – je sais j’adore apporter des bonnes nouvelles) mais si pour reprendre mes petits raccourcis précédents, que 2008 était « un viol collectif de craies sur un tableau noir » et que j’ai pu résumer 2009 avec le mot « ignoble », cette dernière année de décennie avait quelque chose d’étrange. C’est un mot qui résume bien une sensation récurrente, étrange. Entre le malaise et la nouveauté, connotations de toute sortes incluses… jamais le grand Internet n’a été aussi sérieux et débordant sur la vraie vie des choses vraies. Une Asso à gérer… les membres à gérer, le regard des membres à gérer et maintenant un futur à gérer. Jamais d’aussi grosses problématiques de communautés ont été posées en périphérie de ce blog (question annexe : quel nom gentil et rigolo peut on donner à ses lecteurs?) et ça m’a à la fois fait faire plein de projets et pompé l’air dans une dimension dangereuse, je me suis un peu tapé tout le spectre dans l’ordre… et c’était vivifiant, dans le bon ou mauvais sens du terme. Je vous propose un truc, 2011 pourrait tout à fait être l’année du « Don’t Give A Fuck » – car effectivement, les études montrent que 61% des Internautes donnent trop du fuck. Allez, tous ensemble! Faisons pencher la balance!

 Si y’a bien un truc que j’ai fait sur cette page les douze derniers mois ce serait faire appel à vos petites mimines pour me mâcher le travail. Là je me donne une posture tyrannique bien gratuite mais bref on a pu multiplier les projets annexes qui ont permis d’illustrer votre capacité à reproduire les quelques grosses tendances récentes de la parcelle de l’Internet qui vous intéresse. Le VVB est toujours là, tout le monde respecte presque scrupuleusement son programme, le machin marche pratiquement de façon autodidacte, c’est impeccable. Le nouvel AMV HELL à prévoir est toujours dans les rails, à ce stade la longueur et la qualité du premier opus est dépassée mais quand bien même il reste de longs mois avant la deadline, vous devez garder ce projet en tête si vous voulez vous y impliquer avant de regretter et d’attendre le prochain round parce qu’il n’existera probablement pas. Je ne peux pas gérer trente choses à la fois et ce blog n’est devenu que le point névralgique d’une multitude de petits trucs à gérer… là aussi c’est à la fois grisant et fatiguant. Le seul truc probablement certain cette année étant l’existence d’un futur « Quartier Libre » en gros, une période de temps réduite où ce sont vos posts qui seront publiés, je pense que j’arrive à un stade où ça
devient possible et légitime.  Surtout quand…

Image-1-copie-7.png

 Oh non! Passé « l’effet Conventions », z’êtes tous repartis ailleurs regarder je sais pas quoi! Revenez, je promet plein de putasseries! Je publierais les journaux intimes des bloggeurs de votre choix! Je ferais un article sympa sur K-On, tout ce que vous voulez!

Bref tout ça pour dire que je continue dans ma super politique de « promo minimale » qui s’inscrit surtout dans un schéma très auto-suffisant. C’est simple, si je regarde mes sites référents, je suis intimement lié à la première moitié… et c’est toujours pas plus mal, le bazar marchant toujours de façon relativement confidentielle et au bouche à oreille. J’aime bien la façon qu’à ce blog de ne « marcher » vraiment que si il pourra s’inscrire dans une véritable longue durée. De là à poser la question : est-ce que j’aurais toujours
un truc à dire? Est-ce qu’on peut atteindre une évolution permanente? Est-ce qu’on peut noter du progrés? Est-ce que l’envie sera toujours là, est-ce que je tolérerais toujours le temps que ça me prends? A force de me faire cette réflexion tout les six mois, le temps passe… est-ce que le blog survivra au prochain round? Mystère et boule de gomme. Loin de moi l’idée de chercher l’excellence ou le statut de « référence » mais il y a toujours cette notion de contenu qui reste un souci, ce sortir de ce schéma beaucoup trop critique. Après tout, c’est la mode, et pas mal de gens sacrifient carrément le texte pour faire des podcast cash-nature-sans-montage ou des vidéos bien foutues sur Premiere. Je sais, on me le dit tout le temps, pas plus tard qu’hier : je suis le prince du bla bla et des Wall Of Text mais je n’arrêterais jamais de culpabiliser sur le syndrome volume minimal. Pour moi, un post doit contenir une idée simple… cette idée peut bien sûr se
résumer laconiquement, sur la taille d’un ticket de métro tweeter mais quel intérêt de faire un article de blog en cinq mots? Pourquoi ne pas étayer, développer, laisser libre cours à son flux de pensée quitte à mettre des vannes aléatoires… c’est tout l’exercice d’écriture, non? Je ne pourrais pas comprendre les rythmes d’écritures stakhanovistes et quotidiens, surtout si c’est pour taper dans le trop concis.

 La recherche d’un juste milieu reste un énorme idéal : faire un post dont la lecture se fait naturellement, simplement… on « s’installe » dedans, on le parcoure sérieusement, on rit de telle ou telle phrase, on ignore tel propos de trop, on est d’accord ou on se fâche tout rouge avec telle ou telle idée. Lire devrait être l’un des grands objectifs à tenir impérativement! 

 Pour résumer cette année, faisons du TIERING. Si je tiens le coup jusqu’à l’année prochaine, promis, je ferais un beau schéma en quatre parties. 

 Culture : OOXXX

Moral : OOXXX

Relationnel :OOOXX

Travail : OOXXX

Blog : OOOOX

C’est en moyenne un poil plus haut que les deux dernières années et c’est pas mal. Je déplore juste un relâchement en matage d’animes sur le dernier tiers de l’année. Dans n’importe quel autre contexte ça pourrait paraître maboule à lire mais c’est effectivement à tort, après avoir trouvé deux trois grosses pépites qui me rendent monomanique, je n’ai pas eu de grand coup de coeur depuis longtemps. C’est pas l’actualité récente qui va m’aider : vous trouverez toujours les mots « lycée » « dating sim » « loli » « pantsu » etc etc dans les synopsis. Amusez vous à regarder les grilles de programme avec les petits screenshots choisis, ça fait SUPER PEUR. Les bons trucs existent mais ils apartiennent soit au passé lointain soit aux grands élus du milieu qui tournent en cercle fermé depuis des années… niveau séries, il va peut être falloir voir ce qu’il y a de beau chez nos amis les anglais. Je ne nommerais rien mais ça fait trop longtemps que certaines de leur productions gagnent les faveurs d’un public très conquis… et pas nécessairement fan de science-fiction. Sinon, peut être se détacher un peu de la console à la croix verte pour revenir dans une logique un peu plus diversifiée mais ouvrir un jeu et le parcourir sans chercher à tout prix à débloquer des succès, le choc sera trop violent. Moral et relationnel, je passe un peu mon tour, ça n’a rien à faire là. Disons juste de façon très pragmatique que c’est nettement lié au reste… dont le travail, plus studieux, plus concentré… toujours aussi sporadique mais plus concentré! Des (gros) objectifs à long terme apparaissent, des choix de métier se précisent. En attendant, il faut valider des matières à fond, être présent, accumuler du bagage, pousser son sens critique, son ortho, sa syntaxe et sa rigueur à fond. Pas le choix quand tu fais pas médeçin ou avocat! Enfin, en ce qui concerne le blog, j’aurais du mal à être plus productif cette année et sauf cas exceptionnel je ne compte pas vraiment lancer d’autre projet parallèle, sauf demande évidente de la plèbe ou envie bipolaire
soudaine. J’en ai toujours pas véritablement marre, je suis toujours content de constater que ce que j’ai pu écrire il y a X temps me piquer formellement les yeux, c’est parfait parce que c’est l’objectif de base (et décembre aura été mon mois le plus productif, c’est sensé être le gros désert de l’année) la forme reste toujours un truc inachevé, quand bien même je peux prétendre trouver un début d’identité graphique à ce blog on reste loin des beauc machins WordPress…
J’attends toujours sans rien faire un remède de transfert miracle… mais oui, c’est probablement une année où la menace d’arrêt du blog se précise – en tout cas auquel cas il y aura probablement un petit préavis.  Dans tout les cas, il faut toujours surveiller ce fameux kharmamêtre, la réponse et la solution à tout nos problèmes!

 Biiiiiiieeeen les petits amis, comme d’habitude je vais pouvoir faire le mec relativement péteux et décerner des prix. Toujours aussi aléatoires, toujours sans aucune espèce d’importance, peut être qu’on fera un vrai jugement de valeur dans un futur lointain. En attendant…

http://usineaproblemes.fr/wordpress/wp-content/uploads/2011/08/concombreawards1.png

 L’award de l’Expérience de Mort Imminente revient à Arez pour sa performance lors de la soirée du 28 Mai. Les gens conduisent un peu n’importe comment au Kremlin Bicêtre et il s’en est fallu d’assez peu pour que les choses tournent mal. Heureusement qu’il court vite, le bougre!

L’award du plot twist récurrent de l’année que tu vois venir mais que tu en chies d’avance pour l’accepter revient au « son petit frère/sa petite soeur ne va pas survivre à l’anime »

L’award du duo comique à l’humour qui, mine de rien, me correspond bien revient à 10 minutes à perdre. Non, franchement, allez y jeter un oeil, c’est fantastique.  (Pas y aller, ce serait vraiment payday)

L’award de la remise d’award revient à Youe pour ses Concombre Awards. C’est tellement meta.

L’award de la fille de Kataway Shoujo qui mériterait une route a elle revient bien sûr à Akira, la plus belle nana du monde avec son bout goût vestimentaire et ses yeux rouges. Au pire, vous pourrez toujours vous reporter sur sa soeur, elle sera tolérante sur votre physique.

L’award du jeu vidéo qui n’existe pas revient à Mario Party 9

 L’award du jeu de rythme ayant la playlist la plus variée, fun, catchy et jouable sans être frustrante revient à Rock Band 2…

L’award du jeu vidéo qui date de dans ans mais qui pourrait quand même être le jeu de l’année parce qu’on s’en fiche de Bayonetta revient à GTA IV et Episodes From Liberty City. Vous me dites que j’oublie quelque chose? Attendez, c’est pas fini…

L’award du jeu fait par deux gus dans une cave qui vaut mieux que tout Activision réuni revient à Limbo. Ambiance, ambiance!

L’award du personnage Rockstar charismatique qui survit à son intrigue revient très légitimement à Johnny Klebtiz, incroyablement bien écrit, animé et doublé.

L’award du l’habituel CD qui sort en Mars et qui déçoit parce qu’on attendait le nouveau messie et qu’on a eu un aveu de faiblesse à la place revient à Gorillaz, Plastic Beach! Bien joué bravo!

L’award du sous-mème de l’année revient à « Se faire tirer le portrait en pleine partie d’échec sur des montagnes russes » Regardez la toute première photo, c’est démentiel!

L’award du riff écouté jusqu’à implosion des tympans après 3’s & 7’s, The Wand et A Ransom revient à « Less Talk More » de Freezepop. En deuxième, à peine derrière : Red Barchetta.

L’award de la phrase la mieux prononcée avec le meilleur jeu d’acteur de tout les temps revient à « Derrière toi connasse… derrière toi connasse? » Justine Le Pottier dans le Visiteur du Futur. Forever.

L’award Michel Sida revient à Nadine Morano, parce qu’il FAUT que je remettre un award à Nadie Morano chaque année, c’est obligatoire. Nadine, quand je te vois, j’ai comme un 14 Juillet, une prise de la Bastille dans mon slip.

L’award du film que je suis le seul à pas aimer revient à Kick Ass. Non, j’exagère, j’ai trouvé ça pas mal mais bien moins que la majorité du public visé dont je fais partie, j’apprécie de moins en moins ce que j’ai vu au fil du temps… mais vraiment, Hitgirl, je ne pourrais jamais adhérer à un mélange des genres pareil. Pauvre fillette.

L’award de l’émission qui mérite peut être un peu plus d’interêt que Le Grand Journal revient à Ce Soir Ou Jamais avec Frederic Taddei. Vous êtes pas d’accord? J’y ai pas encore entendu un truc qui m’aie écorché les oreilles…

L’award de la série au dernier rebondissement anti-climatiqe revient à Lost pour la dernière phrase de son avant-dernier épisode : « On va faire sauter l’île » – l’effet est raté de chez raté et c’est d’autant plus dommage pour une oeuvre pareille.

L’award du relou revient à Russel Hantz pour l’ensemble de son oeuvre

L’award du passage dada de real-tv française
livess42aout20105.jpg

L’award de l’anime dont la passion continue à bruler en moi via la publication du manga, d’éventuelles saisons futures et des excellents doujins romantiques bref j’arrive pas à m’en détacher revient à Soul Eater, shonen coup de coeur à vie !

… de l’anime Tokyo Magnitude 8.0

… du personnage Ciel Phantomhive

… de la série Breaking Bad

… de l’épisode Mad Men, « The Suitcase »

… de la prestation scénique Beirut, le 31/09

… de la convention Nocturnes Epitanime

… du film Inception

… du jeu vidéo Red Dead Redemption

… du site AmvHell.com

 Bravo à vous, vous resterez éternellement les petits repères temporel de cette année à chiffre rond. Maintenant on peut arrêter de se toucher et de paraphraser sur ce qui a était fait, j’envoie la nouvelle cuvée! Toujours plus de partage geek, otaque, vidéoludique, mémétique et musical! PAR VOS POUVOIRS COMBINES! PUISSANCE DU BLOGGING! VA VA VOOOOOM

Posted in Le bouzin | Tagged , | 3 Comments