Tag Archives: amv hell 6

Rewind, select

Dayum dayum ouga bouga oinche ! Un nouvel AMV HELL est sorti ! Ça mérite un post! Souquez les artimuz et déployez la grande voile !

(Tous ensemble) UN AMV HELL, KESSADIRE? Je crois que j’ai expliqué le concept trouzemille fois mais ce post doit être une base de départ. Pour la réponse française, le projet Asylum était là en novembre pour botter des culs. Ok, je pars maintenant du principe que vous savez de quoi on parle. Maintenant, on peut tenter la comparaison entre les deux séries! Fuck yeah Américain ou Baise oui la France, baguettes et cocorico? Oui ! Le paypal.

(Veuillez pardonner cette intro) L’AMV HELL 6 est sorti il y a trois jours. On peut le télécharger sur Amv Hell dot com, mais aussi le mater sur Youtube. Le dernier, c’était en Novembre 2010, il y a deux éternités et demie. On partait du principe que le 5 était le dernier des derniers. Maintenant, la « franchise » Hell, c’est un peu comme les Mario Party, on ne sait pas trop sur quel pied danser quand à la suite, on sait que ça sera dans longtemps et on a un peu plus peur à chaque fois sur la qualité du prochain. Celui la a été accouché dans la douleur, du genre bébé en papier de verre – et sur plusieurs mois ! Le réalisateur du Hell 5, au pseudo impossible, a d’abord annoncé le projet avec un angle bien précis « La fin du monde ». Moui, certes. Peu de temps après, il se la joue Pokémon et annonce une deuxième version parallèle : thématique Final Fantasy. Mmmmmouuuui. Le tout dans le flou le plus total. Nous, internautes d’Amériques et d’ailleurs, nous demandons s’il n’a pas pris la même drogue que quand il a choisi le titre du 5, super contextuel donc super péremptoire. Bien sûr ce n’était que des directives sans réel souci de thématisation mais il s’avère que la première est gardée. Délais non tenus, une diffusion peu enthousiaste dans une convention fait prendre encore plus de temps au bouzin pour aboutir, et l’AMV HELL 6 : End Of The Universe sort le 21 Décembre 2012. Quitte à retarder, autant le faire un tout petit peu plus pour prendre une date marrante.

Problème : c’est pas excellent. C’est pas mal mais pas difficile à améliorer – la qualité d’image est super aléatoire et on sent que le « niveau d’admission » était bas. Très bien, Zarzax, réal historique, met ses roustons sur la table et dit « OK, je m’en charge, on va le refaire ». C’est exactement ce qui est arrivé – il a reçu des vidéos en masse, il en a remplacé les deux tiers et l’AMV HELL 6.66 : You are (not) Alone a été publié samedi dernier. Pour le titre, c’est une référence à la syntaxe Evangelion et ses long métrages qui sortent au compte goutte. Il y a deux versions, mais il faut considérer celle là comme la « définitive ». Un peu confus tout ça. Deux choses. C’est la première vidéo de la série ou des petits frenchies participent. Elwingil, Meb et Amo y ont casés pas mal de bonnes choses. Le Commandant est passé de trois à une vidéo validée, et c’est « Simultaneous ». Ensuite, cette différence de versions pose un souci inévitable : il m’est personnellement impossible d’être d’accord avec tous les ajouts et les emprunts. Beaucoup de bons sketchs sont passés à la trappe, probablement pour éviter des répétitions de sources – alors que les ajouts en génèrent d’autres ! Celui là était mon préféré, c’est, à mon sens, le meilleur du 6. Passé à la trappe dans le 6.66. Pourquoi? Hell if I know ! Plein de petites pépites sont absentes de cette version définitive et ça laisse tous les fans dans une posture étrange où il faut sans cesse jongler entre les deux et se taper des « morceaux choisis ». Pas si définitive que ça, quoi, en face de « l’original ». Plein de bonnes idées qui passent à la trappe, autant de chatons qui pleurent !

Petite remarque de contenu : c’est aussi le premier Hell a être publié après les deux premiers Enfer, inspirés de ce concept, aka le fruit d’un pur produit consanguin. Certains skits sont inspirés. Je peux pas le prouver scientifiquement avec un logiciel au prix improbable comme l’AFP mais y’a des reprises, c’est évident. Petites ou grosses. Faut pas le prendre mal, au contraire, ça veut dire que le « modèle Enfer » est dans la place et il progresse bien mieux que le modèle ricain. LA RANCE ! Pas de thème cette fois ci. Je ne sais pas si l’intro est ironique ou juste moqueuse : en déclarant « Ok, on va mettre des vidéos au hasard » pour rigoler, on peut se demander si ce n’est pas ce même hasard qui a contribué à ce tri. Maintenant, en transition, on a un écran HD tout simple qui n’invente pas grand chose. C’est dommage, chaque vidéo pourrait être un poil thématisée et garder une identité précise. (Je ne veux pas faire de fausse promesse mais des directions qui me sont chères sont discutées en ce moment pour un éventuel Enfer 3) osez quoi ! Ça peut être encore plus qu’une série de vidéos ! Je reste l’auteur du gimmick des vidéos signées et j’en suis tout fier.

Bon, il n’y a pas de grand bouleversement, mais c’est tout de même le premier long métrage en 16/9. Ça fait du bien, il y a plus à mater et certains commencent même à cropper les extraits en 4/3 voir si ça passe et c’est un excellent réflexe ! La qualité d’image est bien meilleure et se situe globalement au dessus du précédent, même si ce fichu entrelacement et certains extraits incompréhensibles baissent un peu la moyenne. Par contre, encore une fois, il a été un peu monté à la pisse. Quand tu prends autant de temps pour sortir un projet, tu ne lésine pas sur les finitions, tu essaie d’éviter les trous entre les skits et les transitions, à savoir un écran noir qui fait tâche et qui enlaidit l’impact de tes chutes. Y’en a plein, c’est dommage et un peu fatiguant. C’est un détail, bien sûr, mais on est là pour les relever.

Une impression globale ? C’est une bonne vidéo. Beaucoup, beaucoup plus équilibrée que sa version Alpha. Nettement moins gore que son homologue, aussi. La qualité globale y est meilleure. Un gros morceau du 6 y est remixé dans un nouvel ordre et enrichi d’autres vidéo, cette fois au trois quarts potable/sympa+. Par contre, une tendance dangereuse s’installe : la fameuse règle des 30 secondes y a été zappée et splashée. Pas respectée des masses, donc. Sans vouloir jouer au fondamentaliste d’opérette, surtout pour un truc aussi niché et insignifiant, c’est fort dommage. Plein de vidéos font autour d’une minute. C’est pas bien ! Je vais me fâcher tout rouge. Ça ruine le rythme de la vidéo, ça donne de mauvaises idées aux autres et ça impute la spécificité du genre Hell : la concision ! Comme des Tweets, il faut aller droit au but et bosser sous une petite limite, c’est comme ça. Les sketches en questions sont jamais interminables ni mal foutus mais la plupart sont sécables, au minimum. Seul le « Hercules » du début justifie sa longueur et aurait pu faire une parfaite petite exception. A l’inverse, il n’y a pas de « pastilles », de tout petits clips qui lient le reste sans qu’on cherche vraiment à en comprendre le contenu, et c’est dommage. Un bon Hell reste une question d’équilibre.

Niveau son c’est autre chose. Deux trucs émergent. D’abord, c’est la présence toujours plus galopante de sound clips. Il faudrait faire le calcul mais il y a beaucoup plus de trucs parlés. C’est souvent drôle, parfois hilarant (Powerthirst) mais parfois super chiant with cheese. Moins de musiques, moins de trucs à chanter, moins de découvertes potentielles… Dans ces musiques, justement, il y a moins de « pop de chie » – pour simplifier les choses – mais un assez gros paquet de groupes de niches, spécialisés, de classique, de petits fétiches geeks bref très très peu de morceaux d’actualité. Un petit Move Like Jagger et pas grand chose d’autre. Encore une fois, je rappelle qu’une vidéo de ce genre est une capsule temporelle qui capture les tubes pop du moment. Tu mets « Pumped Up Kicks » derrière une baston d’enfants, le tour est joué, c’est pas compliqué. Peu de musique, peu de « rock classique » mais encore plein de bonnes choses tout de même ! Va juste falloir abandonner ce gimmick des pubs. Si les Enfer sont faits pour être exportés un minimum, de leur coté, ils s’en fichent. Ça donne pas mal de skits qui nous paraissent interminables ou incompréhensibles. Une confirmation qu’un « genre Hell » émerge et, le plus souvent, est adapté.

Et en images ? Presque plus de jeux vidéo! Phénomène étrange, toutes les références JV sont sonores… et il n’y a pas la moindre once de Final Fantasy dans le 6.66, ce qui n’en finit pas d’être IRONIQUE. (Protip : ne faites pas de projets de niches dans votre projet de niche) il n’y a plus que ce skit surlaid avec ces bébés géants. Il n’y a plus de source omniprésente, dominante, on sent un travail d’équilibrage derrière. Pas de surcharge d’anime emblématiques entre 2010 et 2013 : Panty et Stocking, Ninchijou, Jojo… il y’en a un quelques uns, sans plus. En revanche, il n’y a pas d’overdose de Death Note, de Dragon Ball (ce qui n’empêche pas d’utiliser toujours le même type de scène) et très peu d’Azumanga. Ca brasse partout, dans tout type de genre, ça n’hésite pas à superposer plusieurs trucs tout en gardant un minimum de cohérence. Je reste persuadé qu’on peut être plus équilibre ET rester d’actualité cependant, mais on ne peut pas contrôler le contenu des vidéos entrantes. Petit coup de coeur sur Ninchijou et ses vidéos absurdes – dont un skit Charles Trenet fait par un mec qui ne comprenait pas les paroles. Je peux pas m’empêcher de noter cette fascination pour Another et Blood C, deux animes apparemment super malsains.

Après y’a pas d’inventivité folle. Beaucoup de skits en plans fixes, pas retouchés, pas de trucs exceptionnellement montés, pas d’effets spéciaux mis à part les Old Spice. On se mouille pas, quoi. Pas de pauvreté totale à ce niveau là non plus. C’est presque gavant, ce coté moyen intégral, là ou le 4 visait haut en permanence. Au final, c’est agréable mais ça se mate un peu en pilote automatique. D’ailleurs, on a donné une très mauvaise idée aux américains : le running gag.

 t) T Dix skits que j’aime bien. Rock The Boat est parfaitement dans l’esprit, un peu binaire, musique cool, entraînant. Play With Me est super entraînant, assez bien monté, il dégage une atmosphère bien à lui, c’est une réussite. Do you do you wanna. Sakamoto Sama veut rien dire mais est terriblement entraînant. Y’a un petit souci du détail pour tenter de la synesthésie et c’est de la zik plus qu’originale. Hut 1, Hut 2, Hut 3, bien entraînant, bien cool, seule occurrence de SZS – décidément! – je like. Wanabee est un must qui contribue au démarrage excellente, c’est si rare, de ce Hell 6. J’admire toujours la capacité de Meb à faire des vidéos au raisonnement original. Ce découpage et ce montage sont délicieux. Mary & Sally, le storytelling à son meilleur, une voix délicieusement débile et un montage raccord, et il en plein milieu d’une bonne série. Hercules, bien sûr. Innarêtable, super pêchu, c’est le meilleur rescapé de la version Alpha. Ika Musume + Moustique Encore plus fort que le bon clip sans sens, le BON CLIP SANS SENS ET SANS PAROLES ! NIVEAU EXPERT ! Le I JUST HAD SEX, merveille de mauvais goût, dont je ne spoilerais pas le contexte. Enfin, les Crédits. Je ne suis pas très friand de la zique employée (un mix de toutes les pistes pop écoulées, pour le coup, tout le « contextuel » passe par là) mais le souci de faire coller la moindre seconde est présent et c’est un vrai petit chef-d’oeuvre qui comporte pas mal de moments de bravoure.

 COMMENTAIRE AUDIO ! Comme d’habitude, je me suis fendu d’une fichier audio à écouter pour une «  » »analyse » » » en temps réel. Vous y découvrirez les aléas du commentaire audio d’Amv Hell, comme par exemple se faire stalker par un gamin en culottes courtes. Sinon, j’y commente aussi des vidéos, fait la batterie avec ma bouche et dit beaucoup le mot « chouette », « articuler » ou même « parfait », ce qui prouve que cette vidéo n’est pas si mal, finalement.

Objectivement, le projet Asylum est un cran meilleur. Fêloches.

Posted in Otakeries | Tagged , | Leave a comment