Daily Archives: 17 mai 2013

Here comes the Sun

Hello, c’est Meles Badger aux commandes pour ce deuxième article du Quartier Libre. Je suis l’auteur de l’article sur Gunnerkrigg Court du Quartier Libre de l’année dernière mais pour cette année, je vais pas parler d’un webcomics mais… d’un jeu de rôle papier (oh mon dieu quel twist !) \o/

Bon, logiquement, si je vous dis « jeu de rôle papier », la première chose à laquelle vous devez penser, c’est Donjons & Dragons (toi, dans le fond, je t’ai vu, tu te tais immédiatement, je m’en fous si toi tu penses à L5R/L5A, CoC ou je sais pas quoi d’autre). Il faut bien admettre que ce jeu reste l’un des plus populaires dans ce domaine relativement fermé qu’est l’univers du jeu de rôle papier, le monde où les bouquins francophones ou traduits en français sont tout en couleur sur papier glacé et donc à 50 boules l’unité, parce que le JDR, c’est forcément un passe-temps d’ultra-riche.

En soi, l’univers de D&D est fortement inspiré, si ce n’est pas totalement pompé, de celui du Seigneur des Anneaux de Tolkien (d’accord, jusque là, j’imagine que je ne vous apprends rien). On y retrouve orcs, nécromanciens, elfes, quête légendaire et dangereuse, esprit d’aventure, sorciers et mages, arbres qui parlent, la liste est longue. De nos jours, cela est devenu une vision assez cliché de la fantasy mais une vision qui fonctionne encore plutôt bien vu que bon, l’heroic fantasy a quand même encore une certaine popularité… ou alors c’est juste que les gens ont accepté leur sort et décident d’acheter de l’heroic fantasy parce que c’est ça qu’on leur propose.

Enfin bref, du coup, si j’ai commencé cet article avec une relativement longue introduction, c’était juste pour vous mettre un peu en condition par rapport au jeu de rôle dont je vais vous parler maintenant, qui se trouve être, dans l’idée, une antithèse justement de l’univers tolkiénesque. En effet, pas d’orcs, d’elfes, de paladins et de chevaliers noirs… Enfin pas sous une forme habituelle en tout cas. Voilà un petit tour d’horizon d’Exalted.

Oui, je suis prêt à me rabaisser à ça pour susciter l'intérêt d'un certain type de lectorat... Mais je m'en aliène un autre je crois.

Oui, je suis prêt à me rabaisser à ça pour susciter l’intérêt d’un certain type de lectorat… Mais je m’en aliène un autre je cois.
(Source)

Exalted se passe dans Création, un monde totalement plat et de forme rectangulaire (c’est genre vachement pratique pour avoir la carte dans la couverture intérieure du livre), bordé de toute part par le Wyld, un chaos informe où les règles de la physique ne dépendent plus que de la volonté de ceux qui s’y aventurent. Alors là, je pourrais essayer de rentrer dans l’histoire dans ce monde, mais je crois qu’il me faudrait plusieurs milliers de mots pour ce faire. Sachez juste que nous sommes à ce moment-là au Deuxième Âge de l’Homme, l’Âge des Regrets, qui fait suite à une épidémie meurtrière qui a massacré 90% de la population, sans compter l’arrivée de force venue du Wyld qui voulaient en profiter pour détruire Création une bonne fois pour toute. Nous nous trouvons environ 800 ans après ces évènements dans un monde exsangue, restes d’un Premier Âge Glorieux où le merveilleux était quotidien. Dans ce monde règne en maître les Exaltés, des Elus des dieux qui bénéficient de pouvoirs quasi-divins.

Il existe différents types d’Exaltés, il y a par exemple les Sangs-de-Dragon (je mets la source du dessin plus bas ici parce que sinon, le cadre de la légende fait moche je trouve :/ ), les plus « faibles » des Exaltés, qui tirent leur pouvoir des cinq éléments (Air, Bois, Eau, Feu, Terre) et qui deviennent bien plus puissants quand ils oeuvrent ensemble ; il y a les Lunaires, des polymorphes capables de prendre la forme d’animaux ou d’endosser l’apparence d’autres humains, et même de mélanger ces différentes caractéristiques ; les Abyssaux sont les Elus de la mort et des pouvoirs du Vide ; les Sidéraux travaillent au sein de la Bureaucratie Céleste et s’assurent que le Destin suit correctement son cours ; etc. Les plus puissants d’entre eux, les Solaires, avaient disparu depuis 800 ans ; dans le setting du jeu, ils viennent de réapparaître depuis quelques années et ils semblent clair que leur retour va changer bien des choses.

(Ouais, j’aurais pu aussi rapidement parler de mes petits préférés, les Alchimiques, des créations « mécaniques » dont la personnalité est la fusion de différentes âmes héroïques, mais bon, ils vivent dans une dimension parallèle dans le corps d’un dieu mourant qui a fui il y a bien longtemps Création avec des mortels pour que ces derniers puissent le maintenir à peu près en vie et son corps est une sorte d’univers fantasy cyber-punk et… euh ouais, c’est un peu trop compliqué quand même)

Exalted_Cover_by_nJoo

En fait, dans son essence même, Exalted s’inspire énormément de l’Antiquité, qu’elle soit gréco-latine ou même asiatique par exemple. On parle quand même de héros aux pouvoirs quasi-divins là, et qui d’ailleurs sont victimes de leur hubris ou de leur orgueil, sans compter que le Destin tient une place très importante dans cet univers (matérialisé par la Tapisserie du Destin, une idée proche de la mythologie antique). Mais la Bureaucratie Céleste est elle beaucoup plus proche de la mythologie chinoise par exemple. De même, l’inspiration n’est pas uniquement mythologique mais aussi historique, avec par exemple le Royaume Ecarlate, la plus grande nation de Création, qui s’inspire énormément de l’Empire Romain, ou de Lookshy, une sorte de mélange entre culture visuelle chinoise et ambiance spartiate.

Je pourrais encore citer des tas et des tas d’exemples, parfois très intéressants (les Delzahn et leur culture à la fois très machiste (les hommes chassent, les femmes restent à la maison) mais aussi transgenre (lors du rite de passage à l’âge adulte, une fille peut décider de devenir un homme ou un garçon une fille et ils seront considéré comme tels culturellement). Toujours est-il que l’univers est riche et diversifié et donne vraiment l’envie d’en découvrir plus. C’est assez fascinant de voir un monde s’inspirant de tellement d’influences et qui parvient pourtant à garder une telle originalité par rapport à la vision habituelle de l’heroic fantasy.

Et dans cet univers, les joueurs peuvent donc incarner des demi-dieux capables de faire des trucs totalement fous et over the top juste PARCE QUE, du coup, forcément, les menaces sont aussi d’un assez bon niveau : créatures étranges du Wyld, Primordiaux (les créateurs de Création et des dieux) morts ne souhaitant que l’annihiliation totale du monde pour enfin reposer en paix, Primordiaux corrompus qui ne souhaitent que d’être libérer des Enfers pour regagner ce qui leur est dû, le Beau Peuple qui réside dans le chaos et qui ne rêve que de détruire Création, et puis les Exaltés eux-mêmes entre eux parce que forcément, sinon ça serait trop facile (les Sang-de-Dragon, avec l’aide des Sidéraux, ont usurpé la place des Solaires en tant que maîtres de Création, du coup, forcément, on imagine bien qu’au retour de ces derniers, ça va pas super bien se passer). Pas de dieux du mal, surtout des aspirations personnelles qui se confrontent constamment.

Sinon, y a des robots géants aussi. (Oui, je suis vraiment prêt à tout)

Sinon, y a des robots géants aussi. (Oui, je suis vraiment prêt à tout) (Source)

Non, vraiment, en terme de setting, Exalted est probablement l’un de mes préférés et je pourrais des heures à raconter pleins de petits détails délicieux sur cet univers (des dinosaures qui pissent de l’héroïne \o/). Alors du coup, vous allez me dire « « Ca a l’air sympa ton truc là, mais tu parles que du setting et pas des mécaniques de jeu »… Ben, à vrai dire, ce jeu en est à sa deuxième édition et malheureusement… son système est une merde sans nom avec des combats qui devraient être awesome mais qui ne le sont pas parce que même en tant qu’Exalté, tu peux te faire tuer en un coup, alors t’utilises des pouvoirs qui annulent tout simplement l’attaque… et ça continue jusqu’à ce que l’un des deux n’ait plus d’atomes (l’équivalent du mana dans Exalted). Sans compter des règles parfois très compliquées pour pas grande chose, et pleins d’autres trucs joyeusement frustrants… Ce qui explique sûrement pourquoi je n’ai au final organisé qu’une seule partie alors que ça doit faire trois-quatre ans que je connais ce jeu.

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’une troisième édition va voir le jouer vers la fin de l’année, et qu’elle promet de simplifier le système et de le rendre vachement plus cool. Et ça, c’est fortement. Et ça, c’est fortement cool.

Bon, je ne sais pas si quiconque sur ce blog, dont je profite du quartier libre, sera intéressé par cet article et encore plus par Exalted, mais si c’est le cas pour ne serait-ce qu’une seule personne, eh ben ce sera super-tétra cool. Et une fois la troisième édition sortie, ce sera avec plaisir que j’organiserai des parties en ligne ou en vrai avec quiconque d’intéressé.

(Dernière petite chose, je ne peux que fortement vous conseiller la lecture de Keychain of Creation (webcomics américain en hiatus pour probablement l’éternité) pour vous faire une idée un peu plus précise des Exaltés et, un tout petit peu de Création)

Posted in Kulture moderne | Tagged , , , | 6 Comments