Monthly Archives: mai 2013

(titre disponible en précommande à partir de 1,99€)

Chers internautes de l’Internet, ici Traquenard qui profite de ce Quartier Libre pour faire la pub de son incontournable blog/site vous parler d’un jeu vidéo pas bien vieux. J’en profite même pour inaugurer une nouvelle rubrique, mais à l’extérieur, et oui c’est ça Internet c’est plein de concepts étranges.

Cet article est donc le premier de la rubrique Gain Design, qui comme son nom douteux l’indique va disséquer les composantes d’œuvres vidéoludiques. Toutes les 3 semaines, je parlerai d’un sujet bien précis (un jeu, une franchise, un genre, une pratique) et ferai de mon mieux pour en décrire les rouages.

Petit sujet d’ouverture absolument pas casse-gueule : les DLC, ou contenus téléchargeables en français. Et si on les identifiait un peu plus clairement en les découpant en grands groupes interconnectables (n’hésitez pas à m’envoyer vos plus beaux diagrammes de Venn) ?

  • Les contenus cosmétiques
  • Les contenus de jeu
  • Les contenus facilitant la progression

A noter qu’en plus de ces catégories, ces contenus sont soit gratuits, soit payants. Chose pratique pour la comparaison : ces étiquettes ne sont pas exclusives au DLC et peuvent aussi coller aux contenus présents dans le jeu « de base » (qui sort d’une boîte ou d’un paquet téléchargé à plein tarif).

Raiden01


Puisque j’ai terminé Metal Gear Rising: Revengeance il y a peu et qu’il me servira plusieurs fois d’exemple ici, cet article sera illustré avec des images de Raiden. Hin hin hin !

Les contenus cosmétiques sont des ajouts ne modifiant rien d’autre au jeu que son apparence. Pas d’incidence sur la jouabilité, la difficulté ou l’histoire donc. On y inclut différents modèles de personnages (costumes), différents effets graphiques (mode plus sanglant) ou encore des packs de langue (audio & textes). Quelques exemples :

  • Dans LittleBigPlanet, on va au fur et à mesure de notre progression dans le mode Campagne débloquer de nouveaux costumes et accessoires pour personnaliser notre avatar : moustache en guéridon, sombreros et robes de mariée, toutes les combinaisons avec lesquelles vous avez toujours voulu travestir votre Monsieur Patate y passent. L’obtention de ces costumes est souvent liée à un puzzle à résoudre ou un pic de difficulté à passer. Si vous voulez un costume de héros de JV célèbre tel que Kratos, Chun-Li, Sephiroth ou Raiden, il faut par contre passer à la caisse en téléchargeant le costume contre de vrais eurodollars. C’est complètement facultatif et fondamentalement inutile, mais au moins vous pourrez enfin faire se battre Jack Sparrow avec Kermit.
  • De nombreux free-to-play tels que Tiny Tower permettent de débloquer des costumes en échange d’une monnaie virtuelle. Cette monnaie virtuelle peut être obtenue en jouant suffisamment de temps et en remplissant certains objectifs, selon un gain par heure prédéfini et imperceptible pour l’utilisateur. L’autre option, forcément plus rapide et simple, c’est de dépenser une petite somme d’argent réel (moins de 5€) contre de la monnaie virtuelle. Le choix est entièrement à la charge du joueur, même si certains contenus cosmétiques seront suffisamment dispendieux en monnaie virtuelle pour vous pousser à l’achat réel.
  • Dans Metal Gear Rising: Revengeance, on mixe les (business) modèles : on peut pour 2€ acheter des costumes mythiques de la saga Metal Gear pour rhabiller le personnage principal. Et vu le charisme d’huître de ce cher Raiden, autant vous dire qu’on a vite fait de le remplacer par le Ninja Cyborg de Metal Gear Solid 1. Vous achetez le costume, vous relancez le jeu… et vous ne pouvez pas sélectionner le costume car il faut le débloquer in-game avec des points amassés au fil du jeu (au bout de 20% du jeu environ). Qu’est-ce qui est frustrant dans cette pratique ? Le fait qu’aucun investissement du joueur (payer ou bien jouer) ne soit directement récompensé.
Raiden02


Hors sujet : Il y a 10 ans, les shmups coûtaient 2€ la partie en salle d’arcade. Aujourd’hui, on les retrouve en version complète sur smartphones pour moins de 5€, et en permanence dans votre poche.

Les contenus de jeu ajoutent ou modifient des éléments à l’expérience de jeu : niveaux, modes de difficulté, personnages jouables, armes, modes de jeu, quêtes, chapitres… C’est de loin le type de contenu le plus répandu, le plus épars et le plus controversé. Controversé car un contenu fourni de base dans un jeu peut très bien être vendu dans un autre dès sa sortie, offert plus tard en téléchargement, ou encore disponible uniquement sous certaines conditions (précommandes, abonnements, éditions collector…). Ces sources de revenus pas encore normées ou maîtrisées par les éditeurs se multiplient sans suivre de règles établies, de quoi faire perdre le nord à des joueurs habitués à la sécurité de jeux en boîte gravés et inchangeables. Exemples :

  • Grand Theft Auto IV a connu deux extensions de jeu, chacune incluant un nouveau scénario, de nouveaux personnages, de nouvelles armes, de nouveaux lieux accessibles et de nouveaux types de missions. Sortis à 20€ chacun, ces contenus ne sont pas sans rappeler les extensions pour jeux PC des années 90, nécessitant un développement à part entière mais plus faciles à produire qu’un tout nouveau titre.
  • FIFA, les jeux de sport et les jeux de course ont ouvert le bal aux mises à jour saisonnières, payantes ou non, permettant aux joueurs de profiter des changements ayant fréquemment lieu dans les équipes, véhicules, circuits et autres maillots au cours des saisons sportives. Bref, de quoi contenter les fanas de performance sportive en rapprochant l’expérience de jeu d’évènements réels.
  • Revenons à Metal Gear Rising: Revengeance. Car en achetant le costume de Gray Fox décrit plus haut, on obtient aussi une épée spéciale. On dépasse alors le simple contenu cosmétique, puisqu’on donne au joueur une capacité spéciale ainsi qu’une arme améliorable, deux éléments modifiant la difficulté. Oui mais voilà, il faut aussi acheter cette épée avec des points in-game, pour une somme tellement abusée que vous ne l’obtiendrez qu’après avoir complété un bon 70% du jeu. Cela pose un problème de taille : les points que vous économisez pour obtenir cet objet ne sont pas utilisés pour améliorer vos capacités suivant la courbe de progression initialement prévue par le jeu. Résultat : la difficulté du jeu augmente plus qu’elle ne devrait, rendant les obstacles vraiment durs à surmonter et frustrants, particulièrement vers la fin.
Raiden03


Voici ce qui risque d’arriver si vous n’achetez pas de DLC dans Metal Gear Rising: Revengeance 2 – Recharged.

Les contenus facilitant la progression sont basés sur le constat suivant : soit on a du temps et pas d’argent, soit on a de l’argent et pas de temps. Et pourquoi pas proposer aux joueurs d’acheter du temps ? L’Idée est déjà répandue depuis quelque temps dans les free-to-play PC, ayant d’abord proposé d’acheter de l’expérience ou de la monnaie virtuelle normalement gagnés en jouant, puis multipliant les monnaies virtuelles aux fonctions spécifiques pour flouter le plus possible le rapport entre la somme dépensée et le résultat final obtenu. Vu l’adoption massive de ce schéma, quelqu’un quelque part doit avoir réalisé une superbe théorie économique expliquant pourquoi 1/ on dépense plus quand on ne sait pas combien on dépense et 2/ on est plus susceptible de renouveler notre achat quand il nous reste quelques euros dans le porte-monnaie virtuel.

Sur consoles de salon, c’est EA qui lancera l’option en proposant un pack subtilement nommé « Le Temps c’est de l’Argent » et qui permet de débloquer l’intégralité du contenu de Skate 2 sans avoir à jouer. Mais l’achat de temps c’est aussi l’achat d’un potentiel avantage en multijoueur, comme le prouvent à peu près tous les modes multi de ces deux dernières années basés sur un système de points d’expérience. Précommande ? XP Bonus ! Season Pass ? XP Bonus ! Edition collector ? XP Bonus et tenue inédite ! Achète de l’XP et roule sur tes potes et l’Internet ! Après tout, quand on paye ce n’est plus vraiment de la triche.

Sur de nombreux jeux smartphones et browser-based, on peut aussi acheter du temps ou plutôt acheter la levée temporaire de certaines limitations. Car ces free-to-play font « payer » leur gratuité en limitant le nombre d’actions qu’il est possible d’effectuer dans le temps. Tu as planté 3 courgettes dans Farmville ? Attends 4 heures pour en planter d’autres ou dépense de la monnaie in-game déblocable uniquement avec de l’argent réel. Cela donne lieu à d’incroyables équilibres instables entre plaisir de jeu, multiplication poussée des occasions d’achat et limitation des frictions / frustrations.

Metal Gear Rising: Revengeance dans tout ça ? Hum… vous pouvez économiser du temps ET de l’argent… en ne l’achetant pas.

Posted in Vidéo-lubrique | Tagged , , | 2 Comments

And here comes the Darkness

Et me voilà, Hackatosh, aux commandes pour ce 3e volet du Quartier Libre. Je n’avais pas d’idée pour faire le 3e post de ce quartier libre jusqu’à ce que je me rappelle d’un ancien post de Concombre. Celui-ci se plaignait, ce qui est ô combien rare, du fait que Slender ça fait pas peur, qu’il ressemblait à un ours en carton et bombait fièrement le torse en mode j’en-suis-venu-à-bout-même-pas-peur-lol.

Un ours ? Ce genre d’ours ?

C’est pourquoi aujourd’hui on va parler de ces jeux qui font peur, qui font sursauter et qui vous mettent mal à l ‘aise, par le biais d’un « Top 5 » (Impossible de me rappeler plus …).

 6 – Ces jeux d’actions qui font pas peur et qui valent pas un vrai jeu d’action :

Bon bon, avant de commencer il convient d’abord de lapider ces faux jeux AAA qui font soi-disant peur, mais qui en réalité profite juste de la réputation du/des premier(s) opus qui eux font réellement peur. Voilà, prenez 2 cailloux, plutôt gros, lancez en un sur Dead Space 3 et un autre sur Resident Evil 5. Bravo. Ceci était une bonne action. Le problème des deux jeux sus-cités est que l’effet de surprise se perd au fil des opus (qui sursaute encore à cause des nécromorphes?)… ça et le surarmement du héros… De plus l’étiquette survival-horror collé au jeu lui donne droit à un gameplay lourd qui n’arrive pas à la cheville d’un vrai TPS.

Je suis un héros très vulnérable…

5 – F.E.A.R. 2 :

Il fallait bien que je trouve un jeu pour compléter mon top 5… Vous incarnez ici un membre du First Encounter Assault Recon, unité qui a pour but de lutter contre des phénomènes pas très normaux. On peut m’expliquer le truc ? C’est censé être des soldats d’élite du paranormal et il flippe devant des apparitions de fillette ! Ils ont foutu quoi au recrutement…Le jeu alterne entre phases de shoot classiques et apparitions d’Alma, superbement mises en scène et qui nous permettent d’assister à la descente aux enfers de notre escouade. L’ambiance est glauque à souhait et la bande son (notamment les bruits lors des apparitions) est vraiment bien foutue.

 4 – Slender: The Arrival :

Eh oui ! Slendy is back ! Ce jeu représente sans aucun doute « la maturité » du phénomène Slender vidéo-ludique. La présence de Victor Surge, créateur du même, et des gars de Marble Hornet donne au bouzin un caractère légitime, officiel. Le jeu bénéficie d’un enrobage bien meilleur, avec des graphismes de qualité, un semblant de scénario et une véritable intro qui permet de pas se retrouver directement largué en terrain forestier… Que demande le peuple ?

 3 – Penumbra :

Voilà un jeu dont vous n’avez peut-être jamais entendu parlé ! Penumbra est une trilogie de 2 jeux très court (2h chacun). Les mécaniques de jeu sont très semblables à Amnesia (jauge de santé mentale, pas d’armes, des énigmes…). Le jeu vous emmène dans un complexe norvégien-polaire, genre The Thing, pour une raison obscure et surtout parce que votre père vous a laissé une lettre genre « non non ne va surtout pas là-bas sinon le décès ». L’ambiance du jeu est très réussi et certains passages sont incroyablement stressant (LE CHENIL MON DIEU).

Malheureusement le scénario tend de plus en plus vers le n’importe nawak (en même que notre personnage devient un psychopathe) et aboutit sur un 3ème opus qui est une bouse infâme, un puzzle-game sans âme, sans ennemi et terriblement ennuyant. Dommage.

 2 – Condemned :

Si il fallait donnait un synonyme à malsain, ce serait Condemned. Le jeu est très perturbant, particulièrement l’écran-titre (CETTE MUSIQUE). On se bat contre des clochards, on ramasse des oiseaux morts, le tout avec des graphismes très « sales ». Le ressenti est étrange. Comme le héros on se demande réellement ce qui ne tourne pas rond dans cette ville de taré.

/!\ Ne pas jouer trop longtemps ou risque de troubles mentaux

1 – Amnesia :

Je pense que rien que le titre est évocateur. 2 possibilités :

  • Vous y avez joué et vous savez
  • Vous n’y avez pas joué et vous avez peur d’essayé Hein Concombre ?

L’ambiance est incroyablement pesante, notre héros est une chiffe molle qui se suicide lorsqu’il est plongé dans l’obscurité, les monstres sont proprement horribles et le scénario est franchement bien.

TU DEVRAS Y JOUER CONCOMBRE. UN JOUR OU L’AUTRE, SI CE N’EST DEJA FAIT.

IL Y A UNE PLACE RESERVEE EN ENFER POUR LE CREATEUR DES WATERPARTS

Posted in Vidéo-lubrique | Tagged , , , , , | 3 Comments

Here comes the Sun

Hello, c’est Meles Badger aux commandes pour ce deuxième article du Quartier Libre. Je suis l’auteur de l’article sur Gunnerkrigg Court du Quartier Libre de l’année dernière mais pour cette année, je vais pas parler d’un webcomics mais… d’un jeu de rôle papier (oh mon dieu quel twist !) \o/

Bon, logiquement, si je vous dis « jeu de rôle papier », la première chose à laquelle vous devez penser, c’est Donjons & Dragons (toi, dans le fond, je t’ai vu, tu te tais immédiatement, je m’en fous si toi tu penses à L5R/L5A, CoC ou je sais pas quoi d’autre). Il faut bien admettre que ce jeu reste l’un des plus populaires dans ce domaine relativement fermé qu’est l’univers du jeu de rôle papier, le monde où les bouquins francophones ou traduits en français sont tout en couleur sur papier glacé et donc à 50 boules l’unité, parce que le JDR, c’est forcément un passe-temps d’ultra-riche.

En soi, l’univers de D&D est fortement inspiré, si ce n’est pas totalement pompé, de celui du Seigneur des Anneaux de Tolkien (d’accord, jusque là, j’imagine que je ne vous apprends rien). On y retrouve orcs, nécromanciens, elfes, quête légendaire et dangereuse, esprit d’aventure, sorciers et mages, arbres qui parlent, la liste est longue. De nos jours, cela est devenu une vision assez cliché de la fantasy mais une vision qui fonctionne encore plutôt bien vu que bon, l’heroic fantasy a quand même encore une certaine popularité… ou alors c’est juste que les gens ont accepté leur sort et décident d’acheter de l’heroic fantasy parce que c’est ça qu’on leur propose.

Enfin bref, du coup, si j’ai commencé cet article avec une relativement longue introduction, c’était juste pour vous mettre un peu en condition par rapport au jeu de rôle dont je vais vous parler maintenant, qui se trouve être, dans l’idée, une antithèse justement de l’univers tolkiénesque. En effet, pas d’orcs, d’elfes, de paladins et de chevaliers noirs… Enfin pas sous une forme habituelle en tout cas. Voilà un petit tour d’horizon d’Exalted.

Oui, je suis prêt à me rabaisser à ça pour susciter l'intérêt d'un certain type de lectorat... Mais je m'en aliène un autre je crois.

Oui, je suis prêt à me rabaisser à ça pour susciter l’intérêt d’un certain type de lectorat… Mais je m’en aliène un autre je cois.
(Source)

Exalted se passe dans Création, un monde totalement plat et de forme rectangulaire (c’est genre vachement pratique pour avoir la carte dans la couverture intérieure du livre), bordé de toute part par le Wyld, un chaos informe où les règles de la physique ne dépendent plus que de la volonté de ceux qui s’y aventurent. Alors là, je pourrais essayer de rentrer dans l’histoire dans ce monde, mais je crois qu’il me faudrait plusieurs milliers de mots pour ce faire. Sachez juste que nous sommes à ce moment-là au Deuxième Âge de l’Homme, l’Âge des Regrets, qui fait suite à une épidémie meurtrière qui a massacré 90% de la population, sans compter l’arrivée de force venue du Wyld qui voulaient en profiter pour détruire Création une bonne fois pour toute. Nous nous trouvons environ 800 ans après ces évènements dans un monde exsangue, restes d’un Premier Âge Glorieux où le merveilleux était quotidien. Dans ce monde règne en maître les Exaltés, des Elus des dieux qui bénéficient de pouvoirs quasi-divins.

Il existe différents types d’Exaltés, il y a par exemple les Sangs-de-Dragon (je mets la source du dessin plus bas ici parce que sinon, le cadre de la légende fait moche je trouve :/ ), les plus « faibles » des Exaltés, qui tirent leur pouvoir des cinq éléments (Air, Bois, Eau, Feu, Terre) et qui deviennent bien plus puissants quand ils oeuvrent ensemble ; il y a les Lunaires, des polymorphes capables de prendre la forme d’animaux ou d’endosser l’apparence d’autres humains, et même de mélanger ces différentes caractéristiques ; les Abyssaux sont les Elus de la mort et des pouvoirs du Vide ; les Sidéraux travaillent au sein de la Bureaucratie Céleste et s’assurent que le Destin suit correctement son cours ; etc. Les plus puissants d’entre eux, les Solaires, avaient disparu depuis 800 ans ; dans le setting du jeu, ils viennent de réapparaître depuis quelques années et ils semblent clair que leur retour va changer bien des choses.

(Ouais, j’aurais pu aussi rapidement parler de mes petits préférés, les Alchimiques, des créations « mécaniques » dont la personnalité est la fusion de différentes âmes héroïques, mais bon, ils vivent dans une dimension parallèle dans le corps d’un dieu mourant qui a fui il y a bien longtemps Création avec des mortels pour que ces derniers puissent le maintenir à peu près en vie et son corps est une sorte d’univers fantasy cyber-punk et… euh ouais, c’est un peu trop compliqué quand même)

Exalted_Cover_by_nJoo

En fait, dans son essence même, Exalted s’inspire énormément de l’Antiquité, qu’elle soit gréco-latine ou même asiatique par exemple. On parle quand même de héros aux pouvoirs quasi-divins là, et qui d’ailleurs sont victimes de leur hubris ou de leur orgueil, sans compter que le Destin tient une place très importante dans cet univers (matérialisé par la Tapisserie du Destin, une idée proche de la mythologie antique). Mais la Bureaucratie Céleste est elle beaucoup plus proche de la mythologie chinoise par exemple. De même, l’inspiration n’est pas uniquement mythologique mais aussi historique, avec par exemple le Royaume Ecarlate, la plus grande nation de Création, qui s’inspire énormément de l’Empire Romain, ou de Lookshy, une sorte de mélange entre culture visuelle chinoise et ambiance spartiate.

Je pourrais encore citer des tas et des tas d’exemples, parfois très intéressants (les Delzahn et leur culture à la fois très machiste (les hommes chassent, les femmes restent à la maison) mais aussi transgenre (lors du rite de passage à l’âge adulte, une fille peut décider de devenir un homme ou un garçon une fille et ils seront considéré comme tels culturellement). Toujours est-il que l’univers est riche et diversifié et donne vraiment l’envie d’en découvrir plus. C’est assez fascinant de voir un monde s’inspirant de tellement d’influences et qui parvient pourtant à garder une telle originalité par rapport à la vision habituelle de l’heroic fantasy.

Et dans cet univers, les joueurs peuvent donc incarner des demi-dieux capables de faire des trucs totalement fous et over the top juste PARCE QUE, du coup, forcément, les menaces sont aussi d’un assez bon niveau : créatures étranges du Wyld, Primordiaux (les créateurs de Création et des dieux) morts ne souhaitant que l’annihiliation totale du monde pour enfin reposer en paix, Primordiaux corrompus qui ne souhaitent que d’être libérer des Enfers pour regagner ce qui leur est dû, le Beau Peuple qui réside dans le chaos et qui ne rêve que de détruire Création, et puis les Exaltés eux-mêmes entre eux parce que forcément, sinon ça serait trop facile (les Sang-de-Dragon, avec l’aide des Sidéraux, ont usurpé la place des Solaires en tant que maîtres de Création, du coup, forcément, on imagine bien qu’au retour de ces derniers, ça va pas super bien se passer). Pas de dieux du mal, surtout des aspirations personnelles qui se confrontent constamment.

Sinon, y a des robots géants aussi. (Oui, je suis vraiment prêt à tout)

Sinon, y a des robots géants aussi. (Oui, je suis vraiment prêt à tout) (Source)

Non, vraiment, en terme de setting, Exalted est probablement l’un de mes préférés et je pourrais des heures à raconter pleins de petits détails délicieux sur cet univers (des dinosaures qui pissent de l’héroïne \o/). Alors du coup, vous allez me dire « « Ca a l’air sympa ton truc là, mais tu parles que du setting et pas des mécaniques de jeu »… Ben, à vrai dire, ce jeu en est à sa deuxième édition et malheureusement… son système est une merde sans nom avec des combats qui devraient être awesome mais qui ne le sont pas parce que même en tant qu’Exalté, tu peux te faire tuer en un coup, alors t’utilises des pouvoirs qui annulent tout simplement l’attaque… et ça continue jusqu’à ce que l’un des deux n’ait plus d’atomes (l’équivalent du mana dans Exalted). Sans compter des règles parfois très compliquées pour pas grande chose, et pleins d’autres trucs joyeusement frustrants… Ce qui explique sûrement pourquoi je n’ai au final organisé qu’une seule partie alors que ça doit faire trois-quatre ans que je connais ce jeu.

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’une troisième édition va voir le jouer vers la fin de l’année, et qu’elle promet de simplifier le système et de le rendre vachement plus cool. Et ça, c’est fortement. Et ça, c’est fortement cool.

Bon, je ne sais pas si quiconque sur ce blog, dont je profite du quartier libre, sera intéressé par cet article et encore plus par Exalted, mais si c’est le cas pour ne serait-ce qu’une seule personne, eh ben ce sera super-tétra cool. Et une fois la troisième édition sortie, ce sera avec plaisir que j’organiserai des parties en ligne ou en vrai avec quiconque d’intéressé.

(Dernière petite chose, je ne peux que fortement vous conseiller la lecture de Keychain of Creation (webcomics américain en hiatus pour probablement l’éternité) pour vous faire une idée un peu plus précise des Exaltés et, un tout petit peu de Création)

Posted in Kulture moderne | Tagged , , , | 6 Comments

Arrêtez la douleur, arrêtez le plastique parfumé

Voilà le premier vrai post de ce quartier libre printanier. Il sera fortement engagé. Et parlera d’une thématique adulte mais qui est une composante importante de l’éducation sexuelle de tout un chacun. Car nous avons attaqués le sujet dans ce post mystérieux où Kim Jong Un se fait mater mais l’avertissement peut ne pas être vu par ceux qui ne relisent pas quotidiennement ce post alors il faut l’éclaircir, l’expliquer, le développer tous ensemble.

NE. TOUCHEZ. PAS. AUX. PRÉSERVATIFS. FRUITÉS/PARFUMÉS.

Quand je dis « ne touchez pas » c’est aussi bien de manière littérale que de manière figurative. Ces choses là sont la pire chose qui ne soit jamais arrivé à l’industrie du sexe sain. Je suis certain que ça a été crée par un complot visant un nouvel ordre mondial qui impliquerait la fin de toute libido chez l’être humain. Car quand on utilise une de ces merdes une fois, on a juste plus envie de partager avec son tendre ou sa belle des moments sensuels supplémentaires.

Principalement parce que ça pue.

A mort.

RÉVOLTEZ VOUS CITOYENS ! (ici représentés par des personnages de Joshiraku.)

RÉVOLTEZ VOUS CITOYENS ! (ici représentés par des personnages de Joshiraku.)

Est-ce que vous êtes déjà allé caguer chez votre grand-mère ? La question est stupide car c’est vraisemblablement le cas SAUF si votre grand-mère est morte avant votre naissance et dans ce cas là je suis désolé mon humour est allé beaucoup trop loin et je peux vous fournir sur demande un formulaire d’excuse. Si tout va bien, alors vous voyez de quoi je veux parler. Quand vous entrez dans ses toilettes et que ça sent une odeur synthétique bizarre. L’odeur d’aérosol chimique délicatement apposé la veille et qui a eu le temps de macérer toute une nuit. Évidemment tout cela n’est pas  aidé par le fait que votre grand mère, à cause de son odorat qui n’est plus ce qu’il était, ne se montre que guère avare et n’hésite pas à abuser en toutes circonstances de l’aérosol. Quitte à en acheter un nouveau tous les trois jours.

Donc voilà, vous avez en tête l’odeur de toilettes qui puent quelque chose censé sentir bon. De la pseudo-lavande, de la vanille de chie… mais le pire c’est les fruits rouges. Les fruits rouges ça sent bon hein ? Et bah c’est l’ultime pied de nez que Dieu a offert à nous les pauvres mortels: nous serons à jamais incapables de reproduire convenablement l’odeur de la fraise, des framboises ou des cerises. On ne peut que faire moins bien, que plus vomitif. Dans cent ans, nous voyagerons quotidiennement à la vitesse de la lumière, nous serons connectés à Internet par notre corde vocale, la paix régnera sur le monde, on cherchera des « technologies futures » pour augmenter notre santé globale de +1 tous les six tours et David Bowie sortira son 87e album. Mais l’être humain ne sera pas arrivé à reproduire chimiquement l’odeur et le goût de la fraise convenablement.

Donc voilà ce que vous messieurs vous acceptez de mettre sur votre sceptre charnel. Du plastique lubrifié d’un produit censé être quelque chose mais qui ne l’est pas. Et vous ne le savez pas encore, mais votre chambre est déjà morte. Car cette odeur elle n’est pas condamnée à rester uniquement sur le préservatif. Cette odeur vous la devez au liquide lubrifiant qui l’entoure, qui va se disperser partout. Autour du saint bâton de monsieur tout d’abord, puis sur le joli abricot de madame ou le petit troulili de l’autre monsieur puisque je parle à un public peut-être large. Puis après arrive ce qui arrive. Je ne vais pas vous faire un dessin car certains le font mieux que moi mais des mouvements sont impliqués. Des allers-retours. Des coups de fouets dans certains cas. Et des fluides si tout se termine bien. Tout cela fait que cette odeur se disperse, progressivement, et avant même que vous ne le sachiez, elle a déjà remplie votre chambre, votre cuisine, votre salle de bains ou bien le salon de cet ami qui a eu la générosité de vous héberger vous et votre partenaire.

Et c’est seulement une fois les choses terminées que vous constatez les dégats. Vos appareils génitaux sentent les toilettes de mamy. Votre chambre sent un mélange bizarre de fraise, de cyprine et de liquide pré-éjaculatoire. Et ne pensez pas vous dire « bon pas grave, je vais aérer la chambre deux heures, je vais prendre une douche d’une demi-heure et ça sera réglé. »

Non non non.

Ce n’est pas aussi facile. Pauvres fous.

Le visage de ce personnage de Joshiraku témoigne bien du traumatisme subi.

Le visage de ce personnage de Joshiraku témoigne bien du traumatisme subi.

Trente minutes la douche ? Ok. Imaginons. Vous avez fait ça le matin parce que vous êtes des gens incroyablement dynamiques et je vous respecte pour ça. Vous ouvrez la fenêtre, vous laissez entrer le soleil et surtout le vent, vous allez vous doucher, vous vous lavez mutuellement car vous êtes un couple très mignon et voilà. Vous mettez des vêtements propres mais, oh mon dieu, une heure suffit à peine pour comprendre que l’odeur colle à vos parties privées et va macérer toute la journée dans vos sous-vêtements. Et dans votre chambre rien n’y fait, l’odeur reste, s’intégre sadiquement. Mais il y’a tout de même un peu de mieux, c’est une bonne chose. Mais vous allez en chier quand même.

Et ça ça va, c’est le matin. Mais imaginez que vous l’avez fait avant de vous coucher comme le font la plupart des gens normaux hein je veux pas paraître moraliste ni rien mais bon, hein. Après ce beau coït à deux vous allez juste vous endormir dans les bras de l’autre, de manière incroyablement romantique et fleur bleue. Vous allez pas aérer parce que dehors il fait nuit, qu’on est pas tous les jours de l’année entre le 15 Mai et le 15 Septembre, que la fenêtre est loin du lit et tout ça. Vous allez pas vous laver parce que vous le ferez demain matin au lever. Vous allez juste tout laisser tel quel, vous laissant aller à un sommeil béat et heureux de type en couple. Et pendant ce temps là, l’odeur elle va rester là, elle va évoluer, elle va devenir un monstre ignoble. Un Léviator de la puanteur. Et là c’est trop tard TROP TARD. Déménagez. Coupez vous la partie basse du corps et apprenez à vivre sans tout ce qui est en dessous de votre bassin.

Et surtout, le vrai problème commence maintenant: vous venez d’utiliser votre premier, il vous en reste onze dans le paquet… et vous allez pas laisser tout cet argent partir à la poubelle, hein ? Vous allez commencer à vous méfier du sexe. Le sexe deviendra assimilé automatiquement dans votre esprit à l’impérativité d’utiliser ces foutus préservatifs parfumés, à des journées entières à sentir la fraise synthétique de merde partout autour de vous. Alors vous allez tout faire pour ne pas que votre partenaire l’exige. Vous allez commencer à prétexter des migraines ou des fatigues. Si vous êtes un homme, vous allez vous vider tout seul dans votre coin pour éviter d’avoir envie de sauter sur votre partenaire. Vous allez commencer peu à peu à faire des remarques sarcastiques et démoralisantes pour que votre partenaire arrête de vous trouver attractif. Et peu à peu, le sexe aura disparu de votre vie et de celle de votre conjoint(e).

ET ILS AURONT GAGNÉS.

Ce gif est une métaphore de la violence subie par ta vie sexuelle (ici représentée par le meilleur personnage de Joshiraku.)

Ce gif est une métaphore de la violence que les préservatifs fruités font subir à  ta vie sexuelle (ici représentée par le meilleur personnage de Joshiraku… même si j’espère que ta vie sexuelle n’est pas Marii.)

Alors messieurs dames je vous le demande, je vous l’exige. Non aux préservatifs avec un gout ou une odeur.

Les préservatifs normaux avec juste du plastique et du lubrifiant sobre c’est bien, c’est suffisant. C’est planplan, certes, diront les esprits chagrins, mais ça fait son job et son job c’est de nous rendre pleinement satisfaits. Avez-vous déjà eu à vous plaindre de vos préservatifs normaux ? Bon à part quand ils craquent et que… bon là ok c’est sérieux je rigole pas avec ça.

Et posez vous les vraies questions. A quoi ça sert d’avoir un gout ou une odeur de toute façon ? Est-ce que quiconque trouve le moindre plaisir à gouter du plastique dans tous les cas ? Est-ce que c’est un fétichisme particulier qui m’aura totalement échappé ? Est-ce que ça explique du coup le prix encore plus prohibitif de ces merdes là ? Et pourquoi la date d’expiration arrive toujours aussi vite alors que la dernière fois que tu y avais jeté un oeil t’étais encore large de deux ou trois décennies ?

Non c’est inutile de targiverser. Ma théorie d’un ordre secret qui veut faire regretter à tout le monde d’avoir du le sexe est la plus crédible. Il n’y a aucune autre raison qui fasse sens. Chez Durex ou Manix (pourquoi tous ces noms en x d’ailleurs) il y’a quelque part un espion à la solde de, peut-être, Christine Boutin, qui ruine la perception que tout le monde a de la contraception. Pour moi ce genre de choses c’est du sabotage. Et j’espère qu’un jour on traînera devant les tribunaux les salauds qui ont faits ça. Qu’ils paient leurs dettes à la société.

FRANÇAIS, SOYEZ VIGILANTS.

Cet avertissement vous a été offert par Amo. Qui aime beaucoup Joshiraku.

Posted in Le bouzin | Tagged , , , | 6 Comments

Jeu de regards

Bien. C’est encore moi, votre maître des lieux préféré. Pour vous familiariser avec les commandes, je vous propose un petit jeu. N’oubliez pas : login QuartierLibre et mot de passe Shinji.
Vous n’êtes pas sans savoir que Kim Jong-Il, grand leader éternel de la Corée du Nord, est connu pour sa capacité à regarder des trucs. C’est probablement ce qu’il faisait de mieux. Regarder des trucs. Et comme la Corée du Nord est un pays résolument high tech (ils ont autorisé une connexion Internet pendant au moins trois semaines !!!) le grand Kim aime bien regarder des écrans d’ordinateur.

Kim Jong-Il regarde des trucs.

Heureusement, son fiston est là. Il a cette même fascination pour les trucs. Entouré de son État Major, toujours avec l’air placide, droit comme un I. Décidément, un grand homme, une grande famille.

Kim Jong-Un regarde aussi des trucs.

Alors moi je dis ok, reprenons un vieux concept que j’avais exploité en 2009. On s’était tous bien amusés. Bouclons la chose. Moi aussi, je peux regarder Kim Jong-Un en train de regarder des trucs. Bon, je suis remplacé par mon Vipélierre domestique mais l’idée est là.

Vipélierre regarde une photo de Kim Jong-Un en train de regarder des trucs.

Bonne chance, chers regardeurs de regardeurs de trucs.

WWWWWOUAAAALLEZ JE POSTE CHEZ LE LÉGUME ! AMENEZ LES BIÈRES ET LA TABLE DE PING-PONG !

Parce que ouais, pour une fois que j’suis à jour sur les posts du Cucumis sativus, et parce que ouais, cette peluche me paraît pas nette et enfin parce que ouais, moi j’veux pas faire les choses comme les autres qui sont définitivement tellement mainstreams, et ben moi j’hésite pas, j’suis un ouf, J’AUSCULTE VIPELIERRE en train de regarder Kim-Jong-Un en train de regarder des trucs ! Me cherchez pas, j’suis un malade.

… oh sérieusement c’est bien pas drôle à écrire « Vipélierre » quand on vient pas du milieu.

Youé en train d'ausculter Vipelierre en train de regarder Kim-Jong-Un en train de regarder des trucs.

Youé en train d’ausculter Vipelierre en train de regarder Kim-Jong-Un en train de regarder des trucs.

Et pour continuer la chaîne (oui Concombre, c’est une CHAÎNE INTERNET), j’espère qu’au moins on sauvera la petite Elise, qui a 5 ans depuis 1999 et qui depuis cette date est atteinte d’une leucémie curable uniquement si vous postez sur ce blog suivant la règle plus bas.

LET’S KEEP IT GOING.

Un Traquenard sauvage apparaît ! Toi aussi fais preuve de créativité et continue cette chaîne pour qu’elle atteigne des degrés de stupidité rarement égalés ! Auto-références obscures, simple continuation ou concept inédit, poursuis le rêve fou de Concombre ! Évite juste les svastikas penchés à 45° et les verges turgescentes s’il te plaît.

Boo en train de regarder sur sa Wii U Youé en train d'ausculter Vipélierre en train de regarder Kim-Jong-Un en train de regarder des trucs.

Boo en train de regarder sur sa Wii U Youé en train d’ausculter Vipélierre en train de regarder Kim-Jong-Un en train de regarder des trucs.

Parce que même les méduses peuvent voir en 3D (rappelons que la méduse-boîte a 24 yeux), entre deux parties de FE, Clara regarde des trucs.

Clara en train de mettre des cœurs avec sa 3DS sur Boo en train de regarder sur sa Wii U Youé en train d’ausculter Vipélierre en train de regarder Kim-Jong-Un en train de regarder des trucs.

Clara en train de mettre des cœurs avec sa 3DS sur Boo en train de regarder sur sa Wii U Youé en train d’ausculter Vipélierre en train de regarder Kim-Jong-Un en train de regarder des trucs.

Le vieux doudou à Amo, sobrement appelé Pouf, en train d'observer une jolie peluche nommée Clara qui elle-même observe un Boo, un docteur, un Vipélierre à chapeau et Kim Jong-un. Oh wow.

Le vieux doudou à Amo, sobrement appelé Pouf, en train d’observer une jolie peluche nommée Clara qui elle-même observe un Boo, un docteur, un Vipélierre à chapeau et Kim Jong-un. Oh wow.

 

Pampa le cactus qui visiblement, observe d'un air médusé le vieux doudou à Amo, sobrement appelé Pouf, en train d'observer une jolie peluche nommée Clara qui elle-même observe un Boo, un docteur, un Vipélierre à chapeau et Kim Jong-un. Oh wow.

Pampa le cactus qui visiblement, observe d’un air médusé le vieux doudou à Amo, sobrement appelé Pouf, en train d’observer une jolie peluche nommée Clara qui elle-même observe un Boo, un docteur, un Vipélierre à chapeau et Kim Jong-un. Oh wow.

 

Pampa le cactus qui visiblement, observe d'un air médusé le vieux doudou à Amo, sobrement appelé Pouf, en train d'observer une jolie peluche nommée Clara qui elle-même observe un Boo, un docteur, un Vipélierre à chapeau et Kim Jong-un. Oh wow.

Mayuri qui présente d’un air enjoué Pampa le cactus, observant le vieux doudou d’Amo sobrement appelé Pouf, en train d’observer une jolie peluche nommée Clara qui elle-même observe un Boo, un docteur, un Vipélierre à chapeau et Kim Jong-un.

 

Maintenant, élève-toi vers de nouveaux paradis spirituels en continuant cette chaîne grâce aux règles suivantes :

Prenez une photo de vous (ou de votre mascotte) en train de regarder la photo précédente – points bonus pour la pokerface. N’effacez pas cette consigne et mettez ce post à jour comme bon vous semble. Mettez ce que vous voulez en légende ou avant votre cliché, mais la phrase à rallonge c’est quand même plus rigolo.

PS : Et oubliez pas les préservatifs, c’est important. Vérifiez bien leur date de péremption au passage, ces choses-là se périment plus vite que l’amour.
PS2: N’achetez jamais de préservatifs à la fraise, ou alors oubliez l’idée de pouvoir respirer un air pur dans votre chambre les deux semaines qui suivent.
Edit de Concombre : Qui achète des préservatifs parfumés ? Vous voulez que votre zboub ait le goût de la fraise Tagada? Z’êtes bizarre, chers lecteurs. Mais n’oubliez pas que vous pouvez aussi faire d’autre fabuleux papiers. Pis tant qu’on parle préservatifs, ignorez les Manix, pas lubrifiés, eargh. Durex Jeans, c’est parfait.
PSInfini: Faut avoir une piaule de 10m² pour que ça empeste ou fourniquer dans un placard ce qui dans les deux cas est assez exempt d’élégance et le problème sera par conséquent PAS le préservatif.

Posted in Le bouzin | Tagged , , | 3 Comments