Malaise

Vous allez me trouver monomaniaque – et c’est parce que c’est le cas – mais je prends au moins un post dans l’année pour décrire à quel point cette émission si cool et intéressante comme Koh Lanta (je suis un gros fan de la première heure, comme Davy Mourier, en espérant faire moins de pathos) est de plus en plus déçevante. Cette dernière itération m’évoque plus une succession de détails fatigants qu’autre chose. Allez, on a qu’à les lister. C’est l’esprit Gérards de la Télévision qui m’habite aujourd’hui.

1) Le générique est pourri. C’est con, les deux dernières fois, avec ce petit effet 3D, ils tenaient un truc. Pour une majorité de gens ça pourrait sembler un peu vain mais c’est une petite pépite de montage et de photographie – à son meilleur, évidemment. Là, c’est un gros rétropédalage, un machin monté avec les pieds par un stagiaire. Un stagiaire community manager. Non, sérieusement, c’est un gros « narm », ça se veut épique mais c’est juste ridicule, ce schéma « plan d’action/gros plan », ce coté je montre un animal = je fous le cri d’une BDD pérave par dessus, etc etc. D’ailleurs, même sur le plan musical, je sais pas, il pourraient le sérialiser, le dériver. C’EST PAS COMPLIQUE, SMERDE. Taillez dans le budget-chemises-bleues de Denis et payez vous un compositeur.

2) Casting standardisé. Là, ça suffit. Surtout avec vingt têtes de pipe. Faire une émission plus longue, très bien, mais varier un peu ces satanés schémas de recrutement? La « mère courage », le « papy débrouillard », le « noir qui fait vivre sa famille dans le 93? » Je serais Namadia, je le prendrais mal d’être un quota. Il pourrait y avoir trois noirs, cinq, quinze, même aucun, ça paraîtrais bien plus naturel, décoincé et représentatif – la valeur qu’ils sortent à tout bout de champ. Damn, je pense à la fille qui était présente dans les deux derniers all-stars, qui n’avait rien de particulier mais qui débarquait dans un casting tout blanc. Tf1, ce qui tu fais est vraiment très très raciste, j’appelle le Sénat.

3) Lâcher de maboules. Ca devient un topos chez Koh Lanta : un dingue, ou, en l’occurrence une dingue. Sara, une fille qui a enrichi le quota d’yeux exorbités, de phrases cultes, de « Y’A PAS D’FATIGUE QUI SOIT RAAAH » hystériques, etc. C’est rigolo dans les faits mais je n’aimerais pas être elle quand on va se rendre compte qu’on se paie sa tête. D’ailleurs, avec son portrait, on comprend que ses pectoraux sont issus d’un complexe parental. OUPS. Morale étrange, mais de l’autre coté il y a Philippe, ce survivaliste fou, le didon de la farce. Il est peut être promis à une bonne durée de vie mais le montage ne lui fait pas honneur. Ce n’est pas sain.

4) … en plus ils sortent au bout du troisième épisode Non parce que quitte à rigoler, autant ne pas faire toute une montagne d’un personnage qui sort sur maladie au bout de six jours. CE N’EST PAS COHÉRENT!

5) Prénoms. Oui d’ailleurs ils ont toujours les mêmes prénoms les castés, y’a au moins cinq Catherine et douze Phillipe par saison, ils font un élevage ouuuuuuu?

6) Lol, l’île des bannis De qui se moque-t-on? On nous présente ce truc comme une incroyable nouveauté de gameplay et ça ne dure qu’un épisode. On n’en reparle plus. Ça n’a jamais eu aucune utilité, si ce n’est avoir mis une cible gratuite sur quatre personnes. C’est crétin parce que c’est une idée américaine, « Exile Island », où on envoyait un gonze à chaque round pour qu’il trouve un indice de plus en plus précis pour un sacré bon avantage. Là, encore une tempête dans un verre d’eau et probablement un étonnant gâchis de moyens – tout ce pognon pour une équipe de tournage aurait sûrement servi à plein d’autre choses plus utiles.

7) Prévisible C’est l’effet kisscool, le point précédent dessert complètement le bouzin dans son ensemble. On savait quels allaient être les premiers sortants, on sait quand une équipe va aller sur le billard – le montage est toujours tout sauf subtil, il met toujours l’emphase sur les disputes des futurs perdants, il n’y a jamais le moindre red herring – bref c’est assez mal branlé tout ça. Astuce : si vous voulez repérer le sortant d’un conseil, trouvez celui qui parle le plus. Ça ne rate jamais, c’est la même chose depuis dix ans. Une fille s’est encore faite sortir deux fois de suite. Ça n’a pas de sens.

Pendant ce temps…

8) Les bruitages un peu crétins qui ponctuent chaque bêtise sortie par un candidat. C’est un tout petit détail mais il est horripilant, les « boom » et divers bruits de flutiaux insérés par le monteur. Faites-en un jeu à boire, vous irez pisser de la vodka orange dans les vingt minutes. Au début, c’était un élément assez subtil mais là il n’y a plus aucune forme d’humour derrière, juste une espèce de grammaire qui ne sert qu’à souligner que les candidats sont un peu neuneus… et nous, on veut de l’insight, des gens intelligents, des stratèges, etc. Pas quatre gonzes qui bloquent complètement sur le soleil qui se lêve à l’ouest en Suisse ou à Marseille.

9) Denis l’embrouille. Alors lui quand il est briefé il arrive à ses fins de manière diabolique! En tant que candidat, il serait formidable. Notre aimé présentateur Denis Brogniart arrive toujours à mettre le bazar entre les aventuriers pendant un conseil… mais ces temps-ci, il fait mieux : il fout délibérément le boxon dans l’équipe de son choix en posant les bonnes questions avant une épreuve. « Alors Tartempion, il parait qu’Olibrius a piqué vos bananes? » Et voilà, la tribu s’engueule. Ils perdent, sans surprise. Ça équilibre un peu plus le jeu. Objectif réussi. Bravo Denis, on voit tes cornes… et ce plaisir devient quasi sadique puisqu’il fait toujours ça pour les perdants, dans une sorte de « briefing post épreuve » fait dans l’espoir que des gens se tapent dessus.

10) Voix off. Si on me donnait un Euro à chaque fois que Denis dit un présent de vérité générale, je serais riche. Super riche. Finie la vie like a hobo. J’achète un restaurant de malbouffe au poulet et je monte un empire de meth. Koh Lanta c’est un peu comme Alan Wake, vous entrez dans une pièce, vous ramassez quelque chose et là sans crier gare badamoum « Mais c’est alors que Tartempion entra dans une pièce pour ramasser un truc! » Partout, tout le temps, pas besoin de narration pour raconter une histoire. Aussi, c’est rarement pour raconter des trucs intelligents.

11) Denis et les réseaux sociaux.

Bien sûr que c’est drôle. C’est même vraiment drôle. Le souci étant que ce soit plus drôle et plein d’esprit que le show en lui même! Regardez Denis, il twitte n’importe quoi, on dirait un ado qui découvre l’internet : il n’a aucune idée que sur le web, on juge tous les gens sur leur ortho. Denis Brogniard, présentateur préféré des Français, champion de l’exotisme et de la formule un, écrit les pires conneries sur Twitter et nous donne régulièrement des informations d’une qualité rare, du genre « les participants doivent se nettoyer le cucul avec du sable ». Bon, même ça, on s’en doutait un peu.

12) Les gifs de l’émission sont plus sympas que l’émission. Ouais. Parce que voir la maboule du petit 3) faire des pompes en boucle, ça n’a pas de prix.

13) Les récompenses pourries. Denis n’est pas qu’un monstre de sadisme, c’est aussi un mec d’une condescendance rare. Il fait tout subir à ses cobayes et qu’est-ce qu’il donne comme récompense? Pas le feu, non… trois allumettes. Comme ça on peut faire des dilemmes à la Saw et ça permet une porte vers du drama si ils se plantent. C’est ridicule et le manège continue longtemps : un bête hamburger, une mousse au chocolat… allez quoi. Ils méritent des belles sorties, des distractions, y’a toujours moyen de faire de jolies séquences où d’y insérer du gameplay. Mais pas trois allumettes quoi.

14) PAUSE EMOTION! La séquence téléphonique qui arrive toujours en début de saison. Les candidats n’ont pas vu leur famille depuis dix bons jours et si ils gagnent, ils ont tous une minute de communication avec leurs proches. Ils se passent la patate chaude, pleurent, disent n’importe quoi et l’ambiance devient chewing gumesque. Il y a des fondus horribles avec des images génériques de leurs interlocuteurs. C’est laid, ça dure à peu près trois jours. Je n’ai pas vu ma copine depuis deux semaines et je ne me scarifie pas, hein.

Y’a pas d’humour dans Koh Lanta.

Coach et Russel font les cons.

15) La voix de Camille. « Mais j’te faisait cent pour cent confiaaaaance! » Tu te tais ou JE te tais!

16) Portraits, spoilers passifs Partout, tout le temps. Ils sont trop nombreux, ils arrivent à les caser dans des endroits improbables, genre dans un jeu concours. Genre des photos de candidats avec des barbes de trente jours. OUUUPPPPS. C’est la même chanson à chaque fois, un mec est safe si son portrait n’a pas été diffusé. Lâchez cette histoire de portraits, les gars. Ce n’est pas une question de personnalité mais de caractérisation. Dièse pas la même chose.

17) Les cris de guerre. Ce petit moment « Fort Boyaux » est à peu près le truc le plus gênant de la télévision depuis… le cri de guerre précédent. Qui était déjà super gênant.

18) Rouge, jaune Allez les gars, ça ne va pas vous tuer de changer les couleurs des équipes. Il y a plein de belles autres couleurs dans l’arc en ciel. Prenez le bleu. C’est très beau, le bleu. Ça marche bien avec le violet, ou le noir. Allez, la ménagère va pas exploser si vous prenez un si petit risque. C’est si peu de choses, ce n’est pas particulièrement « ancré » dans l’identité de l’émission tant c’est un détail. En gros, pourquoi des concepts à d’autres versions pour ne pas changer le moindre kopek et s’enfermer dans un si gros conservatisme?

19) Une plage, de l’eau Et pourquoi pas la Chine? Un pays africain? Une réserve présidentielle? Celle du Kenya est très bien. Le Guatemala a un très beau parc naturel avec des constructions d’outre temps, c’est joli. C’est vert. Ça n’exclut pas des épreuves aquatiques et ça change de toutes ces localisations interchangeables sans identité. Vous me direz que ce n’est pas nécessaire, une identité. Alors pourquoi coller ça sous le logo HEIN HEIN HEIN? RÉPONDEZ. PLUS VITE QUE CA. NON, JE NE SUIS PAS FOU FLBFLBFL.

20) Actor studio Oui alors je parlais d’identité mais il faudrait dire à la production que le faux indien qui est sensé incarner la faune, la flore et l’exotisme de la région est toujours le même, avec ses tatouages et son didgeridoo-flêchette. Le mec est une sorte d’avatar de toutes les civilisations à lui tout seul, c’est l’indien-générique avant le générique. C’est un peu ridicule et ça ruine la notion d’exotisme, justement, parce qu’on ne les retrouve que dans ce prégénérique interminable. Rep a sa bo Denis.

21) DEUXIÈME PAUSE MUSICALE. Le petit piano larmoyant là. Oui oui, celui là précisément, ces trois mêmes petits accord en quarte, quelque chose du genre. C’est chiant. C’est un peu nous prendre pour des veaux, une manière de nous dire « Cher téléspectateur, c’est le moment d’être ému ». Ça marche pas et ça fait l’effet inverse, le tout devient un peu ridicule et pénible. Voir la « séquence-téléphone ».

22) Le médecin de l’émission. Oh, je suis sûr que c’est quelqu’un de tout à fait respectable dans la vie, quelqu’un de pro, d’intègre et tout, mais il faudrait songer à le caster en tant que candidat. Non parce qu’on le voit chaque année. Chaaaaque année. Au moins, il pourrait survivre avec les autres et il deviendrait un asset super important à la survie. Parce que là, il y a toujours un candidat pour se faire des bobos et ça invoque cette règle stupide qui fait revenir le dernier éliminé en cas de sortie médicale. C’est absuuuurde!
(Edit : OUPS)

23) C’est interminable. Deux heures trente. Du coup, il y a du remplissage. Ce même remplissage est tout aussi systématique. Hourra, on a trouvé du riz. On a trouvé de l’eau. On a trouvé les cannes à sucre de la production. On s’en fout. C’est terrible. Soit ça, soit des engueulades, pas toujours belles à voir. On s’endort un peu, heureusement qu’il y a les épreuves pour pimenter tout ça. Epreuves? Ah oui mais…

24) Cheap. Alors ça il ne le lâcheront jamais, ces bambous qui servent d’obstacles pour faire des jeux. Toujours les mêmes, aucune variation, pas d’inventivité… et quitte à piquer des jeux aux ricains, il y a plein d’idées exploitables qui ne couteraient rien. Ils suffirait de s’axer sur des trucs plus adresse/réflexion dans la phase individuelle de jeu. Trois cartons, ça fait un joli jeu de mémory, hop, économie.

Heureusement, tout ça se termine dans le nazisme et l’absence de pantalon

25) Teasers bullshit. Ca, c’est très simple à reproduire, regardez, je vais prédire le teaser du prochain épisode. « Des tensions! Les organismes vont s’affaiblir! De la stratégie! Des épreuves insurmontables! Désormais, c’est chacun pour soi! » Et voilà. C’est universel, ça passe si on fait pas attention, universel comme une prédiction chinoise.

BONUS IN AMERICA) Outre Atlantique, Survivor fait largement mieux avec une saison dont le gagnant est spoilé d’avance. Si, si. Même la S26 est spoilée dans ses moindres détails. Ça va être un peu dingue. Allez allez.

This entry was posted in Télédérision and tagged , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Malaise

  1. Setsunael says:

    « 23) C’est interminable. » > Toujours le même problème de la télévision française – vouloir caser des formats de 26′ dans des cases de 50″ (coucou les jeux de FTV par exemple) et des formats de 52″ dans des cases de deux-trois heures (coucou KL, Amazing Race, Top Chef bla bla bla y’en à trop). Un mal incurable, je crains.

    « cette règle stupide qui fait revenir le dernier éliminé en cas de sortie médicale » > Elle à pas disparu depuis un des All-Stars, cette règle, justement ?

    Bon sinon je suis plutot d’accord avec le reste … qui m’a bien fait ragequit rapidement cette saison de KL. On verra l’an prochain.

    Ah et ils devraient offrir un budget « casquettes » à Denis, histoire de faire comme pour Probst.

    • Concombre Masqué says:

      (Hourra, réponse tardive, ici en direct du boulot U) En fait, cette règle date de l’année dernière (Raja Ampat) mais stipule seulement qu’on ne peut pas remplacer quelqu’un qui abandonne. C’est ça le petit piège du terme, c’est bon si le candidat est /contraint/. M’est avis qu’ils avaient un peu peur avec un casting à 20 (ce qui n’a pas porté ses fruits parce que visiblement ils ont du allonger cette saison d’un round)

      Bien sûr je vous épargne tous le POINT CACHE) White Knighting parce que je pense que ça restera à jamais un truc français, la diabolisation de la stratégie, oh la la non la stratégie le mal surtout avec des éléments de gameplay qui l’encouragent le maaal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *