500

Hey, c’est moi. Pardon d’avance, mais ce mois de Juin va être une exposition d’égo non-stop : tout tombe en même temps! Le présent post, l’anniversaire du blog, l’habituel rapport d’Epitanime (peu de temps après ceci) un Mario Maso à chiffre rond et j’en passe. Avant toute chose, merci beaucoup pour vos participations pour ce deuxième quartier libre et de ces huit posts assez variés qui ont, malgré tout, contribués à élever un petit standard de qualité que j’essaie d’établir ici. Oui, même l’Ultimate Blague, car quand bien même cet Anon a sans doute joué avec mon coté névrotique-des-posts-courts, j’ai un fétiche pour le mot « galéjade ». Bref, bien joué et ne vous inquiétez pas si ils sont pas/peu commentés, je sais de mon coté qu’ils ont été lus. Je pose ceci, Inks fermera le quartier libre après moi et on revient à la normale.

Quoi qu’il en soit, vous avez écrit les posts 492 à 499 et voici LE chiffre rond ultime, je ne pense pas une seule seconde atteindre le prochain pallier « vue de l’esprit » – le millier, quoi – qui impliquerais à ce rythme cinq autres années de blogging, ce qui nécessiterait beaucoup d’abnégation, de sacrifices, de temps perdu et de modestie que je n’ai plus forcément (car oui attention scoop, plus ça va, plus tu te sens légitime d’avoir des lecteurs et il y a un moment où la courbe paraît trop basse pour ce qu’on fait, c’est comme ça) mais bref, voici quatre points qui définissent cette page web qui me tient à coeur.

Aujourd’hui, je fais péter les « Concombrettes ». Que des personnages emblématiques qui ont tous la particularité de faire planer le doute sur leurs chromosomes

Pour le 300è, j’avais envoyé l’Amv Hell à problèmes, déclencheur d’une série de vidéos qu’on ne présente plus (et là aussi, on en reparle très bientôt) et pour le 400è, je me suis permis de faire un test vidéo de L.A. Noire, en parlant de visu à la caméra, truc que je n’ose pas vraiment regarder depuis. Pas d’idée particulière cette (dernière) fois : vous avez échappé à un film Xtra Normal racontant la genèse du blog. La mauvaise nouvelle, c’est que vous allez y avoir droit à l’écrit, mais la bonne c’est que je vais me lâcher en anecdotes inutiles, donc croustillantes. Allez, c’est parti pour l’insight ultime et une grosse séance de rattrapages pour ceux qui me suivraient depuis peu.

LE META

Le processus de non-écriture ne va pas vous surprendre : par exemple, il est trois heures du matin et je passe, dans 36 heures, le concours qui va formaliser mon année scolaire suivante, concours que je vise depuis le bac. En gros, je fais toujours ça dans les moments les plus improbables et, de préférence, à une heure où les gens normaux dorment, ce qui explique pourquoi on me voit régulièrement whiner sur Twitter parce que je termine mes travaux en pleine nuit. De la même manière, j’écris extrêmement rarement un post en plusieurs fois et un billet de 2000-2500 mots peut demander jusqu’à quatre ou cinq heures d’écriture/relecture au total. On ne voit pas vraiment le temps passer mais, la plupart du temps, j’expédie mon train de pensée pour « rentrer dans les frais » ; Si ça ne se voit pas, tant mieux! Je me souviens déjà avoir pondu des pavasses en cours, en amphi, en Travaux Dirigés, en vacances, à l’étranger mais je dois avouer que le lieu d’inspiration alpha est – et je suis sûr que c’est le cas de beaucoup de gens – mon lit.

Trouver un sujet est quelque chose d’assez mécanique dans ce contexte : parfois, on a une liste de trucs en tête pour tout un mois, parfois on ne sait pas du tout le sujet de son propre post suivant. C’est là que je vais vous dévoiler mon coté névrotique : je ne supporte vraiment pas poster moins de neuf billets par mois. Vous même avez respecté cette habitude d’espacement tout les trois/quatre jours, mais il arrive de regarder un truc avec 50% d’intention du « en dire un truc sur le blog ». Je sais, c’est un peu glauque, mais tout est potentiellement une source de pavasse. Cela fait bien sûr beaucoup de temps que je me formalise sur des critiques toutes bêtes en paragraphe-images-and-again mais tout sujet d’actualité bien geek, post thématique ou figure de style peut popper au gré des idées et des possibilités. Je vous assure qu’il y a pas mal de trucs que je n’ai jamais osé développer, de peur de sévèrement me faire juger le groin! Du coup, ça va et ça vient au gré des évènements et des découvertes, le syndrome de la copie blanche marche aussi ici : avec du recul, il y avait toujours un truc à dire sur n’importe quoi, au pire, on peut toujours pêcher un souvenir d’enfance et l’emballer avec quelques petites mignardises textuelles. C’est ça le truc, le partage, se dire qu’au moins un autre type sera d’accord avec vous et regardera votre texte d’un air nonchalant mais impliqué. Je reste fondamentalement persuadé que le texte est le support roi, que les bloggeuses BD sont toutes un peu attention whore, que Gaspard Noé est un suppôt de Satan et que dans dix ans, je serais toujours là à dire « Je ne comprends pas l’engouement autour de K-On »

Le persona Je me suis toujours demandé si les gens faisaient une différence entre « identité web » et vraie personne de chair et de libido otaque – je me suis toujours considéré comme identique dans les deux cas. Enfin, dans la vraie vie, je ne parle pas en interminables paragraphes justifiés (j’ai même tendance à bégayer là, c’est la fatigue) mais j’aime bien garder ce ton d’éternel ado sarcastique. Toi même tu sais. Donc- à la question « est-ce qu’il y a un personnage derrière », même pas! Pas mal d’amis rencontrés sur le ouaibe m’appellent toujours par mon pseudo, et oui, le « Concombre » qui tombe naturellement dans une conversation, c’est perturbant pour le quidam qui passe par là. J’aurais peut être dù prendre un pseudo un peu moins référentiel et neuneu, zob alors! Après, je ne vais pas vous faire tout un paragraphe sur l’aspect rigolo de se construire une identité, des références, des repères automatiques, ce sont des problématiques évidentes.

Chronologie

Et ouiii, à ce stade, le blog commence à avoir sa petite histoire, sur deux supports différents. Vous aurez constaté une interminable list de posts classés par mois (ils ne sont pas tous « reformatés », j’en suis à il y a deux ans pour le moment) et tout ça correspond à plusieurs époques sur deux supports différents.

Les préliminaires (Juillet 2006 – Avril 2008) Oui, alors ce n’est évidemment pas la période la plus glorieuse de ce blog car j’écrivais – et encore – aussi bien qu’un mec de 15/16 ans pouvait le faire, et l’ouverture de ce blog étant motivée par les chroniques internet quotidienne façon Blog Télérama, je m’étais mis en tête de poster au moins une fois par jour, ce qui donnait des micro-billets un peu honteux et cela à un rythme que je n’ai évidemment pas tenu longtemps. Les fondements du truc actuel étaient là, sans certaines de mes marottes (rétrospectivement, ce n’est que de la TV et des trouvailles internet ponctuelles) ne sont pas encore présentes. De la old shame, en quelque sorte. D’ailleurs, le blog n’a ni nom réel ni bannière! Après de longs mois de pause, je m’ennuie un peu en fin d’année de prépa et je décide de m’y remettre. C’était il y a quatre ans et ça dure encore!

Les débuts hésitants avec plein de découvertes (Mai 2008 – Aout 2009) C’est en commençant à peine à arrêter de poster dans le vide que je continue mes pitreries en basant mes pérégrinations sur … une micro-communeauté de blogs-BD. Souvenez vous, l’émulation des débuts avec Ilpalazzo ! Ca dure quelques mois, les mêmes habitués commentent mes bêtises, je montre mon incapacité à faire des bannières (vous ne voulez pas savoir, elles étaient bien trop kitsh pour le sens commun) et yadda yadda. Cependant, ma toute première Japan Expo, en Juillet 2008, me montre tout un pan de culture que je ne soupçonnait pas alors – et la veille de cette dernière, le même Ilpa me montre trois sites Web : Néant Vert, Editotaku et Quartier Libre. Je découvre avec des étoiles dans les yeux ces écrits spécialisés alliant véritable humour et niveau d’écriture en me disant que moi aussi, finalement, j’aimerais passer mes heures perdues à faire ça. En octobre, c’est la création de Mario Maso, une série qui trouvera son petit public, et c’est vers Mars 2009 que s’opère chez moi de premiers émois otaques : être coincé dans un amphi de Droit avec Pimii me permet de découvrir qu’il y a toute une culture anime… et c’est après une tentative très mitigée de me mettre à Haruhi Suzumiya (bof) que je matte Bienvenue à la NHK, en Mars. Premier coup de cœur (et sacré coup de poing dans la gueule) qui formatera une grosse partie de mes goûts pour l’année à venir. Potentielle poussée d’otakisme : une intégration rapide au Forum Thalie me permet de passer une première Epitanime mémorable et de comprendre tout l’aspect politique de ce genre de cercle, bref, le panard, ce qui palliait bien avec une année personnellement pas géniale. C’est il y a précisément trois ans que je mate un shonen commençant par Soul et se terminant par Eater que je tombe en amour devant ce casting charismatique, bref, j’ai même mon oeuvre de référence à vénérer, je suis le parfait petit otaque en puissance.

Septembre 2009 – Aout 2010, l’année extrême Nouveau round de feuilleton d’été plus tard et un titre définitif trouvé, cette deuxième saison « sérieuse » est presque entièrement consacré à l’ouverture de l’association forum Thalie, dont les préparatifs occupent une première moitié studieuse, à fignoler moult détails pour les premières conventions de cette nouvelle asso (OUI, loi 1901) – mais c’est surtout l’année ou je me trouve enfin une « ligne éditoriale cohérente » et où je commence le petit schéma critique que vous me connaissez bien… surtout aidé par la création de « Sceaux de Qualité », merci Damien! Petit side-project cependant : le Velvet Video Burger, ce concept de Let’s Play en ligne où chacun reprends la sauvegarde du précédent et commente en live son morceau choisi : je vous recommande particulièrement les deux zappings, qui résument les meilleurs passages du projet, le tout monté avec brio par Youe. Au dela de ça, c’est chronique sur chronique, on atteint le pic du midi des posts trop longs (c’est dans ces moments que je prenait pour habitude de ne pas m’étendre en dessous des 3000 mots) et l’année se termine dans le sang, les larmes, la bagarre! Vraiment, une chouette période, rempli de plein de petits projets concluants (dont l’AMV HELL à problèmes, il y a 200 posts de cela) qui montrent que oui, avec un peu de hasard et de conviction, on peut fédérer et faire des trucs créatifs et sympas. Comme on dit chez 10 minutes à perdre : ET CA C’EST COOL! 

La continuité des choses (Septembre 2010 – Aout 2011) Je pense très sincèrement que c’est la meilleure année du blog en termes de contenu, dans le sens où j’étais le plus inspiré. Niveau qualité, ce n’est vraiment pas à moi de juger. On s’installe donc dans les réflexes habituels qui se seront établis d’années en années, sans réel prises de risques (le blogging, cette aventure!) et sans réellement m’intégrer dans aucune autre communauté ou cercle que ce soit. Bref, je vis ma vie d’étudiant glandu obsédé par sa nouvelle XBOX et j’essaie de donner le meilleur de moi même en texte. Pas de fait d’armes particulier, à part un peu d’égo en plus (dont les Golden Blogs Awards l’année dernière, ça fait toujours plaisir) parce qu’à part la Fac, Rock Band et Formspring, je me concentre un peu plus sur les études. A ce stade, l’Usine à problèmes devient plus un blog jeux vidéos qu’autre chose. Au moins, le premier AMV ENFER est un autre side-project qui nous tient en haleine toute l’année, projeté en convention puis relâché dans les intranets il y a un an. La suite ne va pas tarder…

JOURNALISME ! (Septembre 2011 – Là tout de suite) Et c’est après avoir déménagé d’Over Blog dans la douleur (sérieusement, faites-le le plus tôt possible si ça vous traverse aussi l’esprit) que je suis lancé dans une quatrième « vraie » saison de posts de la manière la plus mécanique qui soit : si j’aime, chaque année, en faire un peu plus, le truc est évidemment un peu retombé ces derniers temps car je commence presque à avoir un sens des priorités : effectivement, cette année aura été pour moi l’occasion de commencer à se faire un début de réseau qui s’amorce très gentillement vers le professionnel. Doucement, hein, on en est encore très loin mais ça ne m’a toujours pas empêché de continuer ce rythme de croisière. En revanche, force est de constater que les japoniaiseries n’occupent plus du tout mon temps – en anime surtout, je garde toujours régulière la lecture de quelques mangasses mais les découvertes se font franchement plus rares. Bref, j’espère que tout ça finira par porter ses fruits. En ce qui concerne le futur du blog, comme d’habitude, ce n’est pas prévisible… et j’y revient dans une dizaine de jours.

Les running-gags

500 posts, c’est long à faire mais il y a quelques astuces de remplissage… hé oui, je me suis trouvé un certain nombre de posts que je fais régulièrement ou selon un schéma que je ne changerais pour rien au monde. Ca comprend…

  • Les bilans de fin d’année. La date, un style musical qui doit basiquement résumer les douze derniers mois et un énooooorme résumé qui, via quelques mots-clés développés au minimum, permettent de retracer mes grands kiffs des douze derniers mois. J’aime particulièrement faire ces posts puisqu’ils ont une fonction d’archivage, ça permet de se souvenir ce qu’on a apprécié à tel ou tel moment.
  • Les Concombre Awards sont toujours le post juste après, le premier de l’année de facto. Basés sur le modèle des Gérards, ils me permettent de faire des intitulés crétins et de récompenser des trucs de manière totalement objective, oui. C’est tout aussi marrant à rédiger.
  • En Aout, je prends quand même la précaution de ne PAS blogger pour avoir l’esprit totalement libre comme l’air, jouer de la guitare au coin du feu et visiter les pampas du monde moderne, tu vois. Du coup, chaque fois depuis 2008, je fais une Sagadaÿtaÿ, une série de mini-posts rédigés à l’avance qui égrènent, la plupart du temps, « l’actualité mémétique » – à savoir les bidules du web qu’on aime répéter ad vitam dans la vraie vie, ou dans les médias (auquel cas on arrête parce que c’est comme nous priver d’un doudou)
  • Mario Maso est donc une série que je compte franchement arrêter en Juillet car le concept ne se renouvelle plus, mais il s’agit de faire une vidéo sur des roms de Super Mario World et de criser dessus, ce qui a été très efficace, en plus de découvrir une quinzaine d’invités et de personnalité du ouaib. C’est génial, non?
  • Les Joyeuseries Musicales (section Kulture Moderne) sont l’occasion de parler un peu musique – exercice un peu vain parce qu’on ne peut pas fondamentalement décrire ce qu’on entend – et d’étaler quelques extraits et coups de coeur perso, au cas où vous feriez des découvertes. C’est le but!
  • Les rapports de conventions/évènements, sérialisés ou pas, sont toujours l’occasion de faire un gros pavé sur les tenants et les aboutissants de tel festival réjouissant, l’occasion d’être un peu sur une autre planète pendant quelques jours – dont Japan Expo, Epitanime ou Rock En Seine.

#Lesgens

Après, l’une des plus grandes joies dans ce genre de contexte c’est bien sûr la tour d’ivoire sur laquelle on peut trôner et, si le coeur nous en dit, faire quelques rencontres. Je suis un peu autiste sur l’internet (je ne commente quasiment jamais quoi que ce soit) mais j’ai pu rencontrer une très grosse majorité de mes lecteurs, et même copiner avec la majorité de cette majorité. Damn, pas de haters ou de gens relous, c’est toujours une grande satisfaction personnelle. En gros, comme disait Kocobe, je dispose d’une « base solide » qu’on peut même classer en cercles! De manière indépendante, avec Traquenard, Youe ou  Petrif’, ce genre de choses… ou le « panier otaque » ou « mafia gameuse » où chacun pourra se reconnaître. Je serais un peu moins généreux avec les otaques aujurd’hui – il me serait impossible de faire une généralisation sérieuse mais disons que le pan, la petite fenêtre que j’ai sur le sujet tend tellement à se dévaloriser toute seule qu’il m’est difficile d’en faire la promotion mais je suppose que c’est un peu pareil avec n’importe quel « cercle ». Je dévelloperais ça quelque part en Juillet – Bref, j’aime garder cette indépendance tout en restant à 50% otaqueries, 40% gamers et un joyeux gloubi boulga dans ce qui reste. Pour le reste, il y a les soirées picolerie entre Twittos à Paris. N’étant plus vraiment attaché voire carrément plus du tout à Thalie (trop de transformations, la génération actuelle ne sent pas très bon), vous me verrez plutot faire le zouave chez Radio01.net parler de jeux vidéos et peut être, un jour, dans un médium totalement pro. Pour le reste, il s’agit surtout de rencontres au hasard… Tiens, si vous êtes un lurker affirmé, si vous vous signaliez maintenant, exceptionellement? Ca me rendrais tout chose… parce qu’après tout ce temps et malgré les retours statistiques certains, je me demande toujours « pour qui » j’écris tout ça.

Et ouaip, j’ai un article préféré, tout simplement parce qu’il me fait encore rire, et oui, je ris de mes propres conneries.

Merci de votre fidélité, c’était le dernier post à chiffre rond, et oui, ce n’était pas d’une modestie éclatante, mais vous savez quoi? Je peux me le permettre et j’en suis conscient, muhuhu.

This entry was posted in Le bouzin and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

7 Responses to 500

  1. Jedesuis says:

    Tss, tout le long de la lecture du post, je pensais te demander quel était ton préféré mais tu m’as dépassé sur la fin. Du coup, un top 5 de articles dont tu es le plus fier en plus de celui-là ? Pour ma part, je me rappelle avoir été marqué par celui sur FF13, Scott Pilgrim, The go! Team, Alan Wake et Limbo. Je ne sais pas vraiment pourquoi, sans doute parce que tu exprimais bien ta passion dans certains et que tu expliquais particulièrement bien ton avis pour les autres (quoique pour AW, ça doit être grâce à l’humour).

    J’ai du commencé à devenir lecteur régulier vers 2010 et si j’avais au début du mal avec certains spoils involontaires, les quelques articles « de remplissage » et ton style que je trouvais -attention- confus, j’ai appris à apprécier de plus en plus tes articles au ton agréable et aux différents niveaux de lecture. J’aime encore aujourd’hui relire des anciens post après avoir joué/vu ce dont tu parles puisque tu transmets bien tes idées et pensées. Même si je ne vais pas dans les archives les plus anciennes (encore un peu de mal avec ça). Bref, même si je ne commente pas souvent, je reste un lecteur fidèle qui te souhaite une bonne continuation, au mieux que tu peux bien sûr, et une bonne chance pour la suite de tes études. Je te lève mon verre.

    • Concombre Masqué says:

      Ah mais confus, c’est sûr, pas la peine de prendre des pincettes. La relecture est toujours pas mon point fort, malheureusement – et pour tout te dire, je suis rarement structuré, il est rarissime que je fasse un truc sous un plan bien précis. Désolé pour les spoils, il faut me le signaler au jour le jour 🙁
      Merci Petrif’ et les autres <3

  2. Hackatosh says:

    Lurker au rapport o/
    Je me souviens de la découverte du blog… Je jouais à Metroid Prime 2, jeu ô combien difficile, et je me suis mis à la recherche d’une soluce. Je suis donc tombé sur PlaneteZebes, site français spécialisé sur la saga Metroid. Puis je suis allé sur le forum et un topic parler de Metroid Cliffhanger, un rom hack de SuperMetroid. Là un post décrivait la série Mario maso et parler d’elle comme une référence. Puis je suis devenu fan du blog, le scrutant tout les jours en espérant un nouveau. Bon le truc un peu drôle et vachement trollesque c’est que cette personne qui parlait de ton blog avait un avatar de PONEY. Oui, un fan de PONEY, un BROWNIE m’a ramené sur ce blog !!! (cette personne de reconnait-elle ?)

  3. Petrif' says:

    Félicitations vieille savate glaireuse, j’espère quand même que tu fêteras le 666ème post comme il se doit avant de saluer le 1000ème. Sache que même si je te commente moins je te lis toujours, et à chaque fois je suis scié par le temps que tu mets à pondre des articles aussi longs. T’as du mérite. :]

  4. The Duke says:

    Lurker, présent! Ce complexe d’infériorité que tu traînes depuis déjà quelques temps est marrant, parce que je peux t’assurer que ça fait déjà quelques temps que tu as fédéré ton monde. Alors continue à écrire ou meurs dans d’atroces souffrances 😀

  5. kingdom103 says:

    Magnifique post à chiffre rond, c’est bien là le 500ème que j’attendais.
    Pour ma part j’ai découvert ton blog il y a quelques années grâce à psb (comme quoi ce site n’a pas que des défauts) et depuis régulièrement je me délecte de tes articles.
    Il est vrai que tu n’as pas à t’inquiéter de savoir pour qui tu écris car il faut avant tout écrire pour soit mais je reste persuadé qu’à travers la vaste étendue qu’est notre cher internet tu as ton lot de fan ^^.
    Alors bonne continuation et salut l’artiste.

  6. Meles Badger says:

    Je pense que je ne suis pas/plus tout à fait un lurker mais c’est vrai que je ne poste guère plus très souvent de commentaires dans tes articles, ce qui est un peu dommage parce que je les lis presque (:P) toujours avec attention.

    Enfin bon, je voulais quand même te féliciter pour la longévité de ton blog, cette abnégation à écrire de façon quasi-métronomique des articles aussi longs : t’écris en deux mois ce qu’il me faudrait minimum deux ans à écrire 😛 Et je suis jaloux de tes titres d’articles, toujours classes et bien trouvés è___é Après bon, rien d’autre à ajouter qui n’ait pas déjà été dit par d’autres alors bon, on va éviter de radoter par personnes interposées.

    Quoi qu’il en soit, bonne continuation, que ce soit sur ce blog ou dans ta vie professionnelle, et puis même dans la vie tout court tant qu’à faire o/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *