C’est génial, non?

« Monsieur n’est pas une tapette, monsieur est un super-méchant »

Boljemoï, j’aurais kiffé dire du mal de The Avengers, par pur plaisir snobinard. Manque de bol, c’est impossible, même avec la pire mauvaise foi qui soit. Inutile de crier au génie, au film parfait, à la claque et à tout le tralala habituel en cas de grosse bobine formellement claquante à la Inception mais il est complètement indéniable que ce film fait, au minimum, passer un excellent moment. Ça, c’est le point de vue d’un pur néophyte… alors que dire du plaisir ressenti par un fan assidu de toute cette mythologie Marvel?

Petit flashback. J’apprends l’existence de The Avengers il y a peut être deux mois, sans jamais avoir entendu cette suite de mots. Soudainement, Twitter s’emballe, ne parle que de ça (je suis le follower de pas mal de passionnés de comics) et, mine de rien, un film sort avec ce titre tout en se permettant une bonne réception critique. Impossible pour le béotien de deviner que sous « Avengers » se cache une alliance de super héros. Dans ma logique à moi, le seul exemple viable, c’est Teen Titans, avec son générique cool et son personnage vaguement émo en cape. Au delà de ça, je ne suis pas un grand client de la franchise Marvel – ou même de super héros en général… il faut admettre qu’il y a toujours un univers extrêmement bien construit et fouillé derrière l’avatar de base, mais rien à faire, c’est pas ma came. Je dois être l’un des rares gamins à ne pas avoir particulièrement aimé le dessin animé Batman du week-end, pourtant joyau nostalgique pour la majorité de la génération. Inutile de préciser ma méconnaissance assez globale des comics, assez abyssale!

Jusque là, tout va bien, Avengers n’aurait pu être qu’un phénomène de mode frôlant le syndrome Haruhi – plus je le lis, moins j’ai envie de le voir – mais le facteur déclenchant dans cette situation, c’est le nom de Joss Whedon à la réalisation. Je ne saurais pas trop définir son style en tant que réal mais c’est LA tête pensante derrière Buffy contre les Vampires, délicieuse série qui doit vous dire quelque chose et vous évoquer soit un bon souvenir, soit une sorte de phénomène adolescent. Dans le cas contraire, renseignez-vous, c’est culte. Maintenant, attention, je vais multiplier les approximations, pardon aux spécialistes…

… et sur grand écran, c’est bonnard. Vu en 2D et en Vo après moult péripéties. Parlons-en un peu, et je pars du principe que vous l’avez déjà vu. Spoilers mineurs mais il n’y a pas grand chose à révéler dans ce film, je ne sais pas si c’est un bien ou un mal – en tout cas, terrain très peu miné.

Un peu de méta. Le film est le récit d’une ligue de super justiciers qu’on ne connaît pas nécessairement : Hulk, Iron Man, Black Widow, Hawkeye, Thor et Cap’tain America. Ils ont tous eu un (ou deux) films à eux les quatre dernières années, et soudainement, cross-over ultime : ils sont tous là pour combattre une menace cosmique incarnée par un MacGuffin translucide mis en corrélation avec la mégalomanie d’Odin, frère de Thor, apanage interstellaire de la préciosité. Sérieusement, ce mec n’est pas d’une crédibilité totale en méchant, il ferait un bon chroniqueur TV, un bon rubricard dans la mode ou la musique Pop mais en menace mondiale, pas tant que ça. Interrogation en sortant du film : est-ce que l’intégralité du « paquet » héroïque précédent était-il fait pour amorcer une saga Avenger? La réponse serait « oui. » Si vous avez des précisions, je suis preneur, ça me semble un poil surhumain comme business plan, très Batman dans l’esprit.

Le scénario? Pas compliqué pour un sou : une menace plane, un Yalta des super-héros est demandé, diverses collusions et conflits d’intérêt et boum boum baston pendant une demi heure sur une dernière – très longue – séquence où la grande pomme en prend la figure. Après, ce n’est pas tant le fond plutôt que la forme qui est intéressant puisque, il faut l’avouer, la narration du film est relativement intéressante et bien construite. Sans se focaliser sur qui que ce soit, passant d’un gonze à un autre (si vous voulez vous la péter en soirée mondaine, dites hétérodiégétique, ce n’est pas sale) le film pourrait terriblement bien s’envisager comme une série de quelques centaines d’heures. Deux heures vingt, c’était plutôt court, à l’inverse d’un, disons, Edgar Hoover.

Après l’intérêt du film réside évidement dans son compromis entre individualité des super-héros et cette manière qu’ils ont de faire équipe, dans cette collusion d’univers. J’imagine que c’est un véritable petit orgasme de fan mais je trouvais ça relativement étrange de constater que l’univers d’Iron Man – qui est donc sensé être le notre, avec un étalonnage tout ce qu’il y a de plus rationnel plus quelques petits génies – peut envoyer les portails et les aliens qui vont avec. Plus simplement, la gestion du canon est un poil confuse : si Avengers était un travail prévu, je n’ai pas trouvé de pistes disséminées dans les autres films… il y a bien l’apparition de ce cher Samuel Yo Ho Ho Jackson qui officie en coordinateur de la justice et de la vengeance, mais tout ça est un poil trouble et confus pour le néophyte. D’ailleurs, dans l’ensemble, le film n’est pas super noob-friendly. Ho, il est compréhensible mais il manque terriblement d’exposition, si la première scène est d’emblée un Loki qui – je vais me permettre un néologisme tout droit sorti d’Age Of Empire – wololote un de nos héros sans que ce soit clairement énoncé, y’a un petit doute sur les gentils et les méchants qui dure une quinzaine de minutes. C’est troublant, ces personnages qui ne portent pas une pancarte avec leur allégeance dessus. Je le répète, ce film est très intéressant pour ses interactions entre personnages et en tant qu’individus, parlons-en…

Captain America a un petit cachet adorable. Avec lui, on nous prends un minimum par la main, on nous explique son background et son passé. En tant qu’héros, il n’est pas si terrible, on le voit surtout mettre des gnons et se protéger derrière ce bouclier en bazillium trempé. Il n’est pas d’une intelligence remarquable, il le sait et il n’en fait pas tout un plat, c’est pas vraiment la star du film et ce dont je me souviens le plus concrètement de lui est le fait qu’il tire un levier. Ca ne l’empêche pas d’avoir un certain charisme appeal.

Black Widow ne sert à rien. A rien. Aucune idée d’où elle peut sortir. Heureusement qu’elle a droit a une petite scène introductive rien qu’à elle : passé le rôle de super-factrice et la fine équipe réunie, c’est finie, elle sort du champ et devient un personnage de support. On ne sait rien sur elle, pas même si elle est habitée par un quelconque super-pouvoir, on décèle juste une tension sexuelle grosse comme le K2 avec Hawkeye, relation qui nous transforme tous en voyeurs puisqu’il semble que la moitié de la salle est là pour le popottum de miss Scarlett. Oeil-de-faucun-lol-ce-pseudo est incarné par un homme dont le nom peut facilement se confondre avec Claude François ou Philibert le puceau, protip. Déjà vu récemment dans Ghost Protocol, l’acteur incarne un personnage au visage compromis dès le début, récupéré rapidement sans séquelles ni conséquences, pourquoi pas. La aussi, personnage assez neutre, pas flamboyant pour un sou et d’une sobriété appréciable. Il s’en sort plutôt bien pour un mec qui a contribué à l’énucléation d’un Golden Boy.

Après, il y a évidemment Tony Stark alias Iron Man, le gros poseur du film. Robert Downey Junior, le Münchhausen du cinéma, son T-Shirt Black Sabbath, sa petite triforce, son arrivée sur Shoot To Thrill. Tellement flamboyant qu’il se fait reprendre par Loki (scène bien maligne, d’ailleurs) machine de mort à one-liners et machine de guerre avec son armure. Ce personnage serait un candidat de real-tv, on dirait qu’il est over the top. Trop présent, trop « petit malin », temps de caméra bien supérieur, personne ne se doute qu’on est là un peu pour lui alors fatalement, le tout petit quota d’enjeu dramatique tombe sur lui… pour ne durer qu’une minute ou deux. C’est dommage, mais un charisme fou émane de ce type, on lui donnerait le bon dieu sans confession. Le revers, c’est que comme n’importe quel homme charismatique, il est rapidement gavant. Pour avoir vu le premier Iron Man, il doit être sous piles Duracell dans Avengers.

Haaaa, le grand blondinet. Le timing est bon : Canal s’apprête à diffuser Thor et je ne suis pas tellement emballé par cet univers. Intégrer la menace du film via sa mythologie est un choix, établir une fiction sur des costumes pareils et un grand gloubiboulga d’aliens et de mythologie nordique en est une autre. Basiquement, je n’ai pas tellement envie de mater un film basé sur un personnage concon, bourrin, sans réelle profondeur. En l’occurrence, Thor se fait voler la vedette par son frère, sort une réplique rigolote et sauve le monde avec son Mjollnir. Il pourrait peut être faire un duo comique avec Captain America qu’on appellerait « Le Service Après Vente des décalages temporels ». Bon Dieu, je raconte vraiment n’importe quoi.

Heureusement, y’a Hulk. Acteur inédit (si mon radar marche bien) ce personnage est, comme tout Docteur Jekyll, fascinant à regarder et à voir évoluer puisqu’il passe l’intégralité du film a être traité comme une bombe humaine. Tout le monde fait de son mieux pour faire semblant mais ça ne marche paaaaaas toujours, bref. A l’inverse de Thor, j’ai voulu en savoir plus sur le personnage, sur le trauma de base et sa manière de « gérer ses crises ». C’est la clé de toutes les situations bourrines, il sert de ressort comique dans des situations à la subtilité comparable au personnage vert, donc basse. En résumé, Avengers donne un énorme potentiel au Bruce et à son Johnny, toujours planqué derrière cet inoxydable calbute mauve (qu’il perd en regagnant son humanité, mais supposant qu’un truc de cette taille doit quelque peu glisser au réveil)

C’est kawaii tout plein (et un peu raciste)

Je ne sais pas ce qu’il en est de la 3D mais il faut préciser que c’est visuellement impressionnant, le film pouvant se permettre quelques courtes – mais fabuleuses – petites séquences épatantes dans des espaces très clos. De la même manière, voir tout New York se faire atomiser comme une construction en Kapla est aussi jouissif que de tout faire péter dans Minecraft – de la même manière, le travail sonore est assez remarquable : ce n’est pas la BO qui est mémorable mais cet acheminement d’effets sonores, de bruitages divers. Sans agresser frontalement les sens, on ressort de la séance un peu chamboulé : ce n’est pas un film à regarder dans une salle intimiste et un écran de la taille d’un rideau! Ca envoie de l’effet spécial à tout va (de manière trop voyante à une ou deux reprises) en oubliant la dramaturgie au passage, toujours. Petit moment mignon dans cette collecte d’autographe, petit moment Matrix Revolutions une heure plus tard, tout est oublié immédiatement après. On pourrait reprocher au film d’être un peu en pilote automatique, de ne jamais prendre de gros risques… et de carrément être bourrin quand il envoie le bon gros plan séquence d’ensemble. C’est une question de compromis : il ne brille pas particulièrement mais il n’a pas de défaut majeur : c’est un film qui va bien vieillir et qui est soutenu par sa légèreté, son esprit casual – on sauve le monde mais on le fait la tête sur les épaules, sans en faire tout un plat. Pas d’une intelligence folle, jamais très subtil mais sans réel défaut. Bon compromis.

Il y a Scarlett Johansson ET Gwyneth Paltrow dans le même film, je n’ai pas fini de les confondre. Je ne sais pas pourquoi, elles n’ont rien à voir. Ha et bon sang, ne vous levez pas dès le générique, on va pas vous tuer, il y a un stinger… et pour la véritable analyse d’un connaisseur, il va falloir aller chez ces derniers.

This entry was posted in Le bouzin and tagged . Bookmark the permalink.

7 Responses to C’est génial, non?

  1. Pso says:

    « Est-ce que l’intégralité du « paquet » héroïque précédent était-il fait pour amorcer une saga Avenger? La réponse serait « oui. » Si vous avez des précisions, je suis preneur, ça me semble un poil surhumain comme business plan, très Batman dans l’esprit. »

    C’est le cas oui, et pour faire simple:
    Iron Man 1: Met en place le personnage (logique), et introduit au compte goutte le SHIELD, l’organisation de Samuel L. Jackson. Qui lui même apparaît dans la scène post-générique, où il propose à Iron Man de rejoindre l’asso (Après je sais pas si ya 10€ de cotisation et du drama à l’intérieur). La machine Avengers est en marche, le film a même le surnom « d’Avengers 0 » par certains fans.

    Hulk: Scène post crédit qui fait le lien avec Iron Man, puisque ce dernier va voir le général Ross, un méchant militaire qui veut capturer Hulk durant tout le film, parce que Stark a besoin de son aide pour chopper Hulk pour son « projet top secret ».

    Iron man 2: Introduction de la veuve Noire (même si elle n’a toujours pas de grand rôle) + mise en place du projet Avengers avec un entretien, encore, Stark/Nick Fury + la scène post crédit où on voit Coulson se rend dans un désert où aurait atterrit un mystérieux marteau… Mise en place du prochain film sur…

    Thor: Origine du personnage ainsi que de son frère Loki (c’était le méchant du film aussi) + apparition rapide du personnage de Hawkeye + scène post crédit avec le Cube Cosmique/Tesseract dont on apprend l’existence et qu’il se trouve dans les mains du SHIELD et qu’il bosse dessus (cf Avengers).

    Captain America: On apprend que le Cube Cosmique était sur Terre depuis longtemps et que les nazis l’ont récupéré pour s’en servir de super batterie pour alimenter leurs armes de destruction massive (CLASSIC). Captain America est chargé de le récupérer, mais – en gros – il fini sa mission… dans la glace. Puis il est décongelé 70 ans plus tard, rencontre Nick Fury qui a besoin de lui pour compléter son équipe. D’ailleurs, si ça te dit et que t’en as l’occasion, mate le, vu que tu as l’air d’avoir apprécié son personnage dans Avengers et que c’est l’un des meilleurs – si ce n’est le – des 5 films !

    Donc ouais, le projet était bien place depuis quelques années (Du coup, si ça te paraissait peu évident à piger au début, c’est « juste » que c’est la suite logique des 5 précédents), et il s’appelait « La Phase 1 ». Maintenant, on entre dans la 2, avec les futurs nouveaux personnages, pour le Avengers 2 qui suivra !

  2. ZeRa says:

    Salut à tous
    une idée ou je pourrais trouver le trailer du 2 qui est d’apres les on dit a la fin du générique ? jme suis barré trop tot !
    TY

    • YllwNgg says:

      Il n’y a pas de trailer de Avengers 2, ce film n’étant pour l’instant qu’un projet dans les cartons mal rangés de Marvel. Il faudra d’abord attendre Ant-Man puis Iron Man 3, puis certainement le reboot de Spiderman avant de pouvoir espérer voir le début d’un trailer pour un hypothétique Avengers 2.

      • Pso says:

        Pour le moment, les films « sûrs » de la Phase 2 sont le trio Iron man 3/Thor 2/Captain America 2. Le reste est encore vague, même si certaines rumeurs sont plus crédibles que d’autres (Ant-Man, ça serait cool en fait, surtout si c’est bien par Egdar Wright).

        Je pense que pour Spiderman, c’est hélas mort, cette histoire de droit (avec les X-men et les 4 Fantastiques) avec la Fox fout définitivement la merde et je pense pas qu’ils lâcheront la chose (Sans mauvais jeu de mot).

  3. YllwNgg says:

    Putain, mec, Teen Titans, c’est DC. Pas Marvel ! On mélange pas les torchons et les serviettes, quoi ! Sauf dans Amalgam…

  4. Traquenard says:

    Soyons CONSTRUCTIFS.
    Oui, les films précédents de Marvel Studios étaient là pour mettre en place les différents super-héros. Pas de chance, seuls Iron Man et Captain America sont sympa à regarder, les autres sont teeeellement bateau. Enfin je dis ça en tant que néophyte complet des comics.
    OUI, la 3D bien que post-production est bonne, pas de trucs qui te volent à la tronche, c’est assez discret tout en ajoutant ce petit plus agréable.
    Pour la durée du film, Whedon a pas mal tranché dans le lard, on peut s’attendre à une Director’s Cut de 3 à 4h30… Au moins Marvel n’aura pas commis l’affront de sortir le film en 2 parties 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *