Japan Expo 2011 ~ Sans sucres et sans calories

BUVEZ MON COCA ZERO IL EST FRAIS IL EST LEGER

NE SOYEZ PAS DISTRAITS PAR MES NENES, BUVEZ MON COCA ET JETEZ LA CANETTE N’IMPORTE OU

OH TIENS, BONJOUR TOM NOVEMBRE

P1000472.JPG Ceci n’est pas un haiku mais si il fallait résumer cette convention en un gros capstweet sur capslocktweeter, il faudrait s’y prendre comme ça. Quel petit malin ce mec! Il a passé une bonne convention et il commence son rapport en râlant!

 C’est un peu triste à dire mais je commence à devenir un routard de la Japex. La fameuse première fois commence à sérieusement s’éloigner, plus de surprises, les papillons de la jeunesse tombent comme des mouches et les insectes viennent vous bouffer… mais REJOUISSONS-NOUS, cette Japan Expo était franchement bien, peut être même la « deuxième » meilleure en ce qui me concerne après la petite folie de l’édition 2008. Vous savez, la JaPex à Villepinte, festival phare qui est en France ce que TF1 est à la télé et ce qu’est le
Carrefour de Montesson aux centre commerciaux : le premier en Europe. Résumons nous :

– En 2008, j’y allais tout fou une journée pour la première fois et je n’ose pas trop regarder le post que ça à donné

– En 2009 j’y suis mort de déshydratation mais j’y ai quand même passé un
bon moment

– En 2010, j’y suis mort socialement ce qui n’as pas empêché la convention d’être cool

Ne vous trompez pas, ce titre est complètement menteur et n’a pour vocation que de souligner ce trust des canettes pétillantes partout dans les poubelles de la convention… parce que je reste complètement épaté par la capacité des festivaliers à mettre leurs canettes de Coca Zéro n’importe où. Chaque rampe d’escalier, chaque machin oblong était squatté par une rangée de canettes façon Saloon. Cette initiative de jeu de chamboule-tout omniprésent dans la Japan est une très charmante idée mais ça n’effaçait pas ces nombreux moments où j’avais envie de faire une opération Tempête du Désert sur ce foutu hélico et ces foutu filles qui n’avaient paaaas grand chose à faire là, sinon garnir les poubelles de la convention. C’est un tout petit cri de rageux parce que ça m’embête de voir que les toilettes sont toujours aussi nickel chrome et qu’on peut s’y réfugier si on a besoin d’un peu de propre. En gros, beurk beurk beark.

Et ouais, ce post va être très personnel. Epatant ça, comme n’importe quel billet de ce blog mais il fallait que ce soit rappelé, l’usage de la première personne du singulier étant snob à la vue de petits malins n’ayant pas compris l’objectif d’un blog! L’essentiel : c’était franchement bien. Le post outrancièrement détaillé? Par ici, cher lecteur…

Cette fois, je ne m’attendais pas à grand chose. Pas d’invité phare qui puisse me concerner, investissement rétroactivement associatif (comprenez : rédaction) pas d’argument d’autorité pour les achats ou même les gens à voir… et c’est quelques jours avant le début de la Japan que les choses se débloquent… au final ce fut la première fois que j’y allais trois jours différents, après y avoir dépensé une somme que je n’ai préféré pas calculer – et avoir passé de bons moments avec… surprise, Youe et Traquenard réunis au même endroit. Symbolique et sympa.

P1000479.JPGÉvidemment, j’y avais une très bonne raison d’y aller au moins le samedi en la remise des trophées des TM Golden Blogs. Gros souci de ce coté : Total Manga n’a pas eu droit à un stand, pas mal de pépins de leur coté couplé à une faible présence dans le périmètre des gagnants et jurés, la cérémonie a été annulée d’urgence. Bon, pas grave, je me suis empressé de rencontrer Ramza – l’homme derrière le concours. Malgré ces soucis de dernière minute, taper la discute et parler un peu des trucs à repenser dans ce genre de compétition (parce que oui, dès qu’on à reçu les premiers chiffres par mail on a commencé à se regarder dans le blanc des yeux comme des cowboys, surtout pour ma pomme qui était première dans les deux catégories) est toujours agréable et convivial, ça fait toujours beaucoup de bien de rencontrer les « gens du milieu » et j’ai donc pu récupérer mon trophée… de deuxième. Il est beau, grand et rend fertile celui qui se frotte dessus, merci beaucoup pour vos votes et votre régularité (on m’a bien dit que le flot pour le blog était constant et régulier, en gros, pas de craques) puisque j’ai obtenu exactement ce que je voulais et c’est grâce à vous. Danke shön! D’ailleurs, vous savez quoi? On peut se représenter d’une année sur l’autre! 

BIEN! Ma quatrième convention s’est, pour la première fois depuis quelque temps, déroulée sans accroc majeur. Prêt, chaud bouillant et sans « règles » donc (ce running gag est un peu traître) fièrement armé de l’habituelle et toujours très utile Hypercarte et apte à affronter les terribles trajets en RER B, trajets toujours directs pour peu qu’on ai un peu de chance ou un minimum de patience. Le saviez vous? Une convention va rester dans votre mémoire à long
terme selon la météo qu’il y faisait – le retour à la chaleur étouffante en début de semaine était un bon signe, ça allait être bien. Pas même d’occurrence dans l‘effroyable malédiction du Samedi matin de la Japan, ni orage, ni grève des conducteurs tacite ou forcée, que dalle! Tout ça s’est fait comme sur une patinoire de beurre et c’est avec du Pulp à fond dans les oreilles que je traverse la piste vide du hall vide des entrées tickets. Ca sera mon conseil éternel pour cette journée : arrivez à Midi. Minimum, si vous n’avez rien de prévu avant. Pass trois jours, deux ou trois après midi, BLAM! Pas de queue et on entre directement par le Comicon, toujours présent, plus fort et plus long. A partir de là, vous parlez à plein de gens mais quand ces eux qui vous abordent leurs phrases d’accroche reviennent souvent : 

 – Concombre! Je t’aime! Prends-moi! (Grande majorité ça, bien sûr)

– Tu n’as toujours pas coupé tes billets Epitanime? Manant!

– C’était pas la même chemise que tu portais hier?

– Tu n’as pas de badge presse? HAHAHAHA 

Gloups. C’était le grand running gag du week-end : il est visiblement assez simple d’obtenir un passe press avec un… blog. Je sais vraiment pas quoi penser de ça : il suffit de montrer un site, même peu fourni, même plus à jour depuis longtemps ou juste pas génialement écrit pour ne pas payer sa place et avoir droit à cet oasis de bonheur frais qu’est la salle presse… par contre ça à l’air extrêmement mal parti si vous tenez un Over Blog. En gros, c’est franchement pas au mérite et mon sens de justicier jaloux est sévèrement chatouillé! 

Okay donc l’entrée se faisait pour une fois dans le ComiCon, devant l’Hippo (les gens font la queue pour y manger! En pleine Japan! Folie furieuse!) et un bon coin pour repérer les excellents cosplays jeux vidéos (les héros d’Assassins Creed, Dead Space, tout ce qui requiert du matos) qui, faut l’avouer, en jettaient pas mal. Pas vraiment pris le temps de regarder ça dans les espaces et activités dédiées mais il faut vraiment croire que les choses tournent dans le bon sens : non seulement on ne voit presque plus de gens déguisés dans le RER, non seulement le niveau grimpe à l’intérieur de la convention. Pas vu un ninja en trois jours (juste une multitude de chapeaux verts et blancs) mais maté deux trois creepers et héros de Minecraft, en plus des habituels héros de Shonens. Pas mal de gens se fixent une identité visuelle bien précise et le fond à donf’, rencontré deux trois steampunks qui le faisaient bien, avec un souci du détail imparable. Pas vu de bébé Mario en couche culottes, ouf. Juste des gens pas beaux déguisés en héroïnes d’anime récent, ça fait peur mais ça ne peut pas faire de mal. Niveau « tendances clichés », Plumy résume tellement bien (et en dessin) le souci
de mentalité des Free Hugs, pourquoi font-ils ça? Derpy derp. 

P1000481.JPG

 Démentiel (et très volumineux, ça ne se voit pas) mais un peu moins de 300E à l’arrivée. Mesdames messieurs, la définition du fantasme en une photo

Toujours ce travail de fin limier qui consiste à traverser le hall principal et a fendre l’air et les stands cancéreux pour trouver les bonnes occases et les bons trucs sur lequel se frotter (litote gentille, encore) un peu mentalement – généralement, le bon est en périphérie des stands des maisons d’édition, notamment Square Enix qui triangulait la zone avec le stand éponyme, Dybex et Kurokawa. Ces derniers offraient des bons goodies, exposaient des figurines pas trop chères et avançaient le line-up de Juillet avec un petit peu d’avance, toujours agréable, surtout quand c’est accompagné d’un strap ou autre machin gratuit. Dybex accompagnait sa sortie d’intégrale Durarara par une distribution amusante de foulard jaunes, les initiés comprendront – par contre, il fallait se bouger pour en choper un, bien entendu. Figurines de qualité qu’on pouvait voir – mais pas toucher chez Goodsmile (franchement belles) et encore plus chez Tsume qui envoyait du lourd avec du « Work In Progress » dont une Maka qui représentait un vrai petit boulot d’orfèvre. (Le futur prix est en or aussi, fatalement) – on a pas retrouvé nos amis Italiens mais on pouvait se consoler sur quelques stands « imprévus au bataillon » qui s’avèrent finalement être très pertinents : 

Uniclo avait sa propre boutique et proposait de fort belles fripes… et pas chères! Des T-Shirts assez uniques mais malheureusement un peu trop thématisés par série – dans le sens où un T-Shirt peu être beau même si il correspond à l’identité de tel ou tel anime… mais on peut se refroidir un peu avec le « ONE PIECE » géant en dessous du visuel – on assume pas forcément. Un stand vendait même des doujins. De fesses. Dans ma logique il fallait montrer une carte d’identité et tout le toutim mais non, c’est ouvert, libre et assumé : merci Sedeto pour la découverte, je suis un bon client pour certains auteurs. (Des doujins en plein quartier dangereux où un stand sur deux est HK/Excellent? J’ose pas vérifier ma carte) – c’est un ensemble entre travail préparatoire et découvertes sur le jour même. Renseignez vous, farfouillez… et ne négligez pas le coin fanzineux. Il y a toujours une bonne occasion, un bon plan, le petit machin qu’il vous faut. Ma chère et tendre a même trouvé de jolis bijoux, chers mais uniques – l’occasion de choper des cartes et de découvrir des boutiques parisiennes/sites pour en profiter le reste de l’année! Il ne faut pas oublier que c’est une bonne occasion pour faire des achats un peu confidentiels – on se laisse porter par l’esprit unique du lieu et du moment, on dépense beaucoup de thunes sur tel ou tel « gros » objet qui deviendra à vie le « repère temporel » pour cette convention. L’Horcruxe du moment, en gros. 

Ce fameux quartier cancéreux mérite toujours bien son nom pour ses fameuses peluches One Up, ses goodies pas géniaux et tout ces foutus Katanas et autres épées étranges, je suis content de savoir que personne ne s’est encore pris un coup de chaleur pour avoir envie de découper des gens. Je résume l’idée de ce pavasse : Hypercarte, mon amour
de vacances, je te complète bien avec un certain sens de la recherche et du bouche-à-oreille. Petite bouteille lancée à la mer : savez vous où trouver les deux tomes de FLCL? Emphase sur la « première version », vous savez, la couverture à dominance blanche…

Ok. Pour la troisième fois, le ComiCon était présent, la convention dans la convention, la configuration de plan de l’année dernière était conservait pour bien faire deux « quartiers » distincts… et c’est vrai, c’est un sentiment bien rendu et bien concret sur le terrain. Deux écoles différentes qui se côtoient et sont mise en charnière par les stands médias… c’est très cohérent – et bien pensé. Avant, les quelques machins géants Star Wars faisaient sortis de nulle part, maintenant ils ont leur place cohérente! Boutiques de comics, de livres, divers goodies et associations spécialisées… la convention était bien entendue plus ou moins axée sur les oeuvres récentes anglophones qu’on connaît bien – pour ne pas dire Doctor Who. Certains anglais sont venus à Villepinte pour vendre leur (bon) matos et la présence de S.Moffat, scénariste de son état, était un gros plus pour les nombreux fans de l’Extraterrestre scandaleusement omniprésent sur Twitter. Le gonze a même animé des conférence dont je ne doute pas un seul instant de l’interêt mais elles étaient en matinée, pas pour moi donc.
Qu’à cela ne tienne! Accompagnons les amis faire leurs dédicaces qu’ils ont tous réussi à obtenir, ces petits chanceux! (Rappelons innocemment qu’une dédicace à la Japan est souvent une affaire de moule)

 … mais quand t’es pas concerné comme moi, tu attends que les autres font la queue. Hey! Il se passe quelque chose à coté! Allons voir! Il y a peu de gens assis et plein de gens au micro qui se relayent pour poser des questions, il y a de quoi être d’humeur exclamative! Hey, mais c’est les gars de la Chanson du Dimanche! Pour ce que je suppose être leur nouvelle série sur Comédie… hooo… je vais pas prendre la parole pour leur demander pourquoi elle n’est pas drôle, quand même, ce serait dégueulasse et ce n’est qu’un avis personnel. Au moins, on a eu droit à quelques chansons bien connues du duo qu’il est toujours bon de rencontrer, même trois ans après la « hype » du phénomène.

P1000478.JPG

 Donnez donnez moiiiii, le pouvoir d’achaaaaahahahaaaaaaa ~

 L’autre conférence importante était tenue par Square Enix (encore encore encore, ils avaient complètement la mainmise sur ma journée du Vendredi) pour la présentation de Final Fantasy XIII-2. Vous le savez peut être, ce deuxième chiffre lui donne d’emblée une mauvaise réputation mais cette heure état intéressante, cette impression d’avoir un petit showcase avec deux trois autres trailers (dont le jeu Tomb Raider de l’E3 qui donne l’impression d’un véritable renouvellement de la saga, à voir) – cette démo live montrait donc que le gros de la formule était repris pour y ajouter quelques petits machins : des QTE en plein combat, la possibilité d’apprivoiser des monstres, des cartes qu’on nous promet plus « ouvertes » – bref pas de quoi s’emballer mais tout ça reste intéressant pour ceux qui se sentent concernés, et j’en fait partie, mine de rien.

D’ailleurs tout le meilleur de cette Japan Expo se concentre dans le jeu vidéo. Cette impression de « Mini E3 » était renforcée par un nombre respectable de jeux à essayer sur Wii et 3DS, et pas des jeux qui sortent immédiatement – enfin pu mettre la main sur Kid Icarus Uprising, Luigi’s Mansion 2 (qui promet pas une maniabilité top niveau mais attendons, ils connaissent leurs sujet) et pas mal d’autres trucs engageant. Il y avait une sorte de périmêtre extrêmement qualitatif, quelque part entre l’excellentissime musée Sonic – un carré d’exposition complètement historique avec possibilité de jouer aux opus importants de la série, une grosse sculpture de glace au milieu et la possibilité de jouer à Generations. Tiens… c’est Sonic 4 en 2D et Colours en 3D, pour la faire simple – graphismes et animation épatantes, par contre. En face, le truc dédié à l’anniversaire Zelda faisait un peu trop grand et vide mais l’esprit était le même, c’était amusant de voir une hôtesse s’emmerder toute la journée devant Crossbow Training que tout le monde snobbait, bien sûr. Pas loin, l’imposant stand Pokémon, complètement dominé par les starters gonflables et ce sacré Vipélierre qui nous snobbait tous. Ha, Vipélierre, un jour je ferais un autel à ta gloire, je t’ai même vu en peluche, j’aurais bien fait une partie de carte avec Moustillon, pendant que Gruikui nous servirait des sandwiches… des bons sandwiches. Pas chers. Pas à sept euros, comme dans la conv. (Hey, cet art de la transition!)

Pokédex 3D, Kid Icarus, deux jeux pour constater que la réalité augmentée, c’est joli mais ça m’excite toujours pas des masses, je doute franchement que vous soyez dans l’état d’esprit contraire, y’a pas de quoi. Plein d’autres choses intéressantes selon vos passions : des parties commentées avec beaucoup d’enthousiasme de StarCraft II, Neo Arcadia et ses tournois de Schmups/jeux de combat, excellent, dites leur bonjour la prochaine fois. Comme d’habitude et c’est toujours un plaisir (faut pas charrier, faut pas considérer ça comme un dû pour nous, nous devons être reconaissants) on y trouvait un Virtual Boy (on peut faire le catalogue entier de la console en plusieurs années) les habituelles bornes et veilleries agréables à tripoter quand on a rien d’autre à faire.

P1000468.JPG

 A Square Enix aussi on a aussi des « joueurs professionnels »  et eux non plus ne jouent pas avec des manettes chargées!

 Les médias, tiens? Samsung et Direct Star pouvaient tirer leur épigne du jeu puisqu’ils étaient plus ou moins directement concernés mais quid des sites spécialisés? Petit bonjour passé chez Press Start Button où Mario Maso est toujours publié. Le format est bien pensé : ils avaient
le Joueur du Grenier en dédicace, force est de constater qu’il mobilisait beauuuuucoup de monde – du coup, la file obtenue fait un bon public pour enregistrer un podcast en live avec, par
exemple… les auteurs de 88 Miles à l’heure! Pas mal de têtes connues, c’est épatant. Gameblog était là et j’ai pas de préjugès sur qui que ce soit chez eux, faut pas charrier, merde avec ces histoires de gateaux. En tout cas, ils vendaient des T-Shirts rigolos et derrière eux c’était les toujours excellents Pix N Love, la maison d’édition pour laquelle je vendrais mon corps pour une intégrale – parce que leurs bouquins sont instructifs mais chers. 

Comme d’hab, Nolife et leur staff étaient présents, un peu en retrait. Marcus mobilisait cinq fois plus de monde qu’à l’Epitanime et Seb Ruchet, mon dieu, ton Dieu, NOTRE DIEU imposait son charisme au stand, etc etc. J’y ai même vu Josaudio, je lui ai toujours pas dit que c’était nous les pauvres péquins qui lui ont demandé l’autorisation de diffuser ses tubes pour Concombre Radio.

La question qui revenait souvent étant « le séisme de Mars a-t-il eu un impact sur la convention? » c’est une question légitime bien qu’un peu batard mais elle a – d’une manière toute tous sauf sérieuse, je veux vraiment pas me moquer du malheur de ce pays – fait proliférer cette mode du « grand papier blanc, écrivons des tas de trucs dessus! » toujours marrant pour y trouver nombre de pépites, beaux dessins et messages un peu crétins. Plus sérieusement, il y avait beaucoup des initiatives prises pour donner pécunièrement d’une manière ou d’une autre. De toute façon, ça n’as pas négativement influencé la fréquentation de la convention puisque c’était l’année au plus gros chiffre!

Sinon, niveau associatif, les jeux Thalistes se sont bien passés, youpi, et la projection de l’AMV Enfer a fédéré beaucoup de monde et ça fait toujours plaisir. Je devais pas être là parce que j’avais rendez vous juste après mais un deux a été annoncé… et un forum a été créé pour ça. Je m’étendrais pas ici mais je suis évidemment très très peu emballé par ce projet, immédiatement. Le stand de la Brigade Sos était donc l’habituel point de chute pour y voir des show de dance et autres machins bref j’arrête de faire semblant, pas vu de jeux cette fois ci, juste un « festival » vide et fermé je sais plus par qui, c’est dire le truc. J’ai surtout retenu les jeux organisés par Sega… qui chronomêtraient votre temps de course! Marrant. Juste vu les habitués, serrés plein de mains et rencontré des lecteurs et ça fait toujours teeeeellement plaisir de mettre des visages sur des lecteurs réguliers, commentateurs ou non. Je serais jamais méchant avec vous, souvenez vous en, sinon je serais pas là à vous parler, j’aurais déjà évité la situation!

Enfin, dernier petit mot sur les projections. J’ai snobbé le stand AMV France et c’était idiot puisque ce simple oubli (le DEUXIEME CONSECUTIF!) m’a fait manquer ce qui devait être un pelletée d’excellentes vidéos. Toujours pas mis les pieds dans la live house, rentré trois secondes dans la salle de projection qui mettait un film anglais un peu obscur. Il paraît que le deuxième film FMA était très mauvais et c’est pas de bol puisque son organisation a été un gros mic-mac, gros combo embêtant quoi.

Petit coucou pour tout les gens que j’ai croisé et à ma copilote de prédilection pour… avoir glandé trois quart d’heure avec moi sur le hall d’entrée, derp.

MONT JOIE! ENORME LOOT! TOUJOURS PLUS GRAND, TOUJOURS PLUS VARIE!

P1000492.JPG

Le trophée de la mort! L’intégralité de ma bibliothèque manga qui chope donc un volume supplémentaire, beaucoup de lecture en perspective! Child Of Eden qui tombait du camion ce jour là, c’est un très généreux cadeau d’annif en avance… poster signé de FMA pour le Japon, des doujins (après les flambys, Crona en nonne, United Colours of petits fétiches bizarres) ET la preview de Civilisation Blast, qui a une très belle couverture. C’est toujours l’occasion d’y trouver un coup de coeur, je rappelle que Bakuman est ma meilleure découverte de l’an dernier. L’intégrale Durarara et son beau sac, un Pix N Love sur Rayman, l’habituel T Shirt Nekowear, un tas de goodies gratuits qui font plaisir et l’une de ces hilarantes petites affiches pour l’Amv Enfer, placardées jusqu’à l’entrée de la Conv.

DU BON. JE MET NEUF.



 Post 404 hi ha hi ha ho, la vanne correspondante et prévisible sur ce chiffre n’a pas été trouvée.

This entry was posted in Otakeries and tagged , . Bookmark the permalink.

11 Responses to Japan Expo 2011 ~ Sans sucres et sans calories

  1. Youe says:

    Diantre, doublé à un jour prêt. En tout cas, convention géniale pour ma part, et c’était carrément sympa de partager crêpes hardcore, grenadines viriles et autres coca avec toi et Traquenard !

  2. Chiboudi says:

    Même pas une petite photo de ton trophée :p ?!
    Cette japan
    était très sympa, comme tu le dis on est tous rentré très vite, l’avant
    japan
    le trajet tout ça… s’est passé limite trop bien ! Je dis ça l’année prochaine ça risque alors de ne pas être le cas o:) non je ne veux pas porter poisse. Oh, je n’ai pas trouvé le stand de
    doujin
    de cul (genre
    la fille déçu
    . COF)… par contre je ne savais pas que les gars de la Chanson du Dimanche et les gars du 88 miles à
    l’heure ! Si j’avais su ! Sinon comme pour beaucoup moi la plus grande
    surprise c’était la partie jeux video et toujours les
    stands de figurine (surtout GSC). Bref une sympathique JE ! (Puis l’avant dernier Mirai nikki est vraiment magnifique ! J’espère tu
    la vite lu ~)

  3. YllwNgg says:

    Ha ha ! J’ai touché ton trophé AVANT MÊME qu’il ne te parvienne. Et même, je l’ai transporté tout le temps d’une journée, l’ignoble Ramza étant introuvable alors qu’il courait après
    d’hypothétiques blogueurs. Et, ouais, l’espace presse, mec, tu peux pas test.

  4. Kaeso says:

    Ca te coûte combien en général ce genre d’évènements?

  5. Nautawi says:

    Huh… what ? Tu l’as trouvé où l’exemplaire de Maria Holic ?

  6. chiboudi says:

    Apres avoir bien vu ta photo achat bah je me rends compte que j’etais aveugle et qu’on voit ton trophe ! donc je n’ai rien dis :3

  7. Acanthus says:

    Ahah, pour ma part je suis arrivé le samedi matin, et cette fameuse malédiction, j’en ai souffert !
    Train supprimé ! Galère, galère et encore galère !
    Et le soir aussi en plus ! (On appelle ça un retour de karma, c’est douloureux.)

    Ah, je vois que tu as parlé de Sébastien Ruchet. Figure-toi que je l’ai croisé à l’autre bout de Japan Expo ! Il allait au petit coin ! (Aaaahaaaah, il est donc bien humain !) A moins que ce ne
    soit un sosie, mais un très bon sosie alors.
    Il est passé à 1 mètre juste devant moi, mais je n’ai pas osé lui dire bonjour. L’homme semblait très occupé, avec sa tasse à la main et son air un peu blasé j’ai l’impression.

    Oh, l’AMV Enfer a eu une nouvelle diffusion a priori. Dommage, je n’ai pas pu voir. J’aurais aimé voir les réactions du public de Japan Expo.
    (Pour ma part, j’ai déjà regarder l’AMV Enfer trois fois. C’est fou, je ne m’en lasse pas.)

    Dommage, on ne s’est pas croisé. Ca aurait été un plaisir de papoter un peu. (contrairement à l’Epitanime où je t’ai juste croisé à toute vitesse. Le temps d’un serrage de main après l’AMV Enfer.
    ><)

    PS : ce commentaire s’est volatilisé. °°
    Du coup tu l’as peut-être reçu en double. Peut-être. Vive le bloc note.

  8. YllwNgg says:

    C’est ça la mafia Total Manga, mec. On vient, on voit, on vainc.

  9. Shrykull says:

    GGGGNNNNN

     

    Vivement la fac, que je sois sur le continent >:3

  10. Kennit says:

    Joli T-shirt 😉 c’est une coincidence? 🙂
     
    byyyyyyyyyyyyyyyyyye! ^^

  11. Pingback: Na na na na na na na | L'Usine à Problèmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *