Ma cabane au Canada

http://usineaproblemes.fr/wordpress/wp-content/uploads/2011/08/image7gi.png

 Rendons à Markus ce qui est à Markus : Monsieur P. – à ne pas confondre avec les protecteurs de Bioshock – est quelqu’un de sacrément chanceux, mais c’est aussi et surtout un mec qui a eu une foutue bonne idée, qui l’a exploitée à fond tout en la mettant à jour… le temps et le bouche à oreille ont fait effet, le bazar a subi un énorme gain d’interêt, un « Colbert Bump » avec les divers strips de Penny Arcade et Compagnie, la chose a commencé à lentement tourner dans nos « cercles » vers l’été dernier avant de subir un gros pic de popularité en début d’hiver… et j’ai commencé tout récemment à me passionner pour la chose. Disons que j’ai précisément regardé ce que c’était, puis en pleine période de partiel j’ai commencé à parcourir les vidéos Youtubes de tutorial et ça avait l’air fantastique! C’est donc avec du hype à en crever la bouche ouverte que je dépense 15 Euros pour me payer MINECRAFT. C’était d’ailleurs un poil trop tard car le jeu venait de passer en bêta, ce qui signifiait 5 euros de plus et la non-gratuité des futures updates du jeu terminé. C’est triste mais il n’est pas encore trop tard, le jeu fini sera encore plus cher! Du coup, Markus P. est millionnaire et son compte paypal a déjà été suspendu tant les transferts qu’il effectuait vers son propre compte semblaient suspect.

Il est quand même trèèèèès peu probable que ce mot là ne vous évoque rien mais allons y gaiement, avec conviction : Minecraft est un jeu en gigue ou peut être en tango quelque chose du genre, bref un truc codé dans une cave aux graphismes minimalistes, où tout n’est composé que de cubes (même le personnage principal, donc vous, êtes tout pointu comme dans cette double BD de Donald qui allait chercher les oeufs carrés dans les Andes…) et c’est largement tant mieux parce que la configuration à avoir en devient accessible à une grande majorité des gens. Oui, avantage certain, Minecraft c’est sur PC, MAC ou logiciel libre. En tout simplicité, vous téléchargez un exécutable qui ne dépasse probablement pas mon propre poids en kilos et en avant pour le menu principal, où vous lancez une partie solo.

http://img23.imageshack.us/img23/3125/image10j.png Partons toujours dans ce constat simple : vous ne connaissez rien de ce jeu dont vous entendez partout les louanges, subitement. Vous vous réveillez dans un monde généré tout ce qu’il y a de plus aléatoirement, souvent dans une plage façon XIII et… c’est tout. D’une part et c’est là qu’un sentiment jouissif commence à éveiller vos sens mégalos : ce monde est à vous, rien que pour vous. L’appellation « ce monde » n’a rien d’exagérée puisque la théorie et la fameuse légende urbaine veut que votre parcelle de terrain peut atteindre jusqu’à huit fois notre bonne vieille terre! Ca reste dans le domaine abstrait mais il y a une astuce : seul votre champ de vision est généré et retenu, ce qui peut occasionner un peu de lag quand vous découvrez de nouveaux horizons. L’objectif pourrait se limiter à la découverte de cet univers tout personnel, varié à l’extrême puisque vous pouvez en exploiter les moindres recoins. Ca ne se limite pas aux montagnes, à la mer, aux plaines… mais aussi sous terre où les caves générées peuvent mener jusqu’au magma. Si on considère qu’un bloc fait un mêtre de longueur, vous avez deux fois 124 mêtres de hauteur à exploiter, par déduction? C’est un peu random comme estimation mais l’idée est là. C’est grisant mais on se lasserait vite alors voici le pitch : dans Minecraft, il n’y a qu’une règle immuable – prenez votre torche, venez me rejoindre – des monstres apparaissent dans les coins sombres et ils ont le désavantage de vouloir vous bouffer. Squelettes archers, araignées géantes, squelettes archers montant des araignées géantes, slimes, zombies et ces foutus creepers, fameuses bestioles vertes au regard vide qui vont vous charger au moindre contact visuel pour vous PETER A LA GUEULE! Ca fait mal dans le bout du groin et les screens trahissent bien le système de santé de votre personnage. Si vous faites une trop grosse chute, que vous vous noyez bref si vous vous débrouillez pour clamser la sentence sera grave irrévocable car vous retournerez à votre point de spawn en tout début de partie… et vous perdrez tout votre inventaire.

Et c’est LA qu’intervient le deuxième pitch de Minecraft, celui qui le rends complètement dingue : chaque bloc peut être pris et exploité pour faire autre chose. Cet univers qui est le votre, vous allez, à échelle humaine (donc laborieusement, pas façon Black and White) le façonner à votre guise, en faire ce que vous voulez, l’urbaniser à votre façon. Il faut bien se défendre contre les monstres donc éclairer préventivement tout ce qui est sombre… mais évidemment, la nuit tombe et absolument RIEN n’est safe à l’air libre où le monde devient un vaste champ de bataille très déséquilibré. Tout repose sur ce système de crafting, vous avez un inventaire qui comporte quatre cases pour fabriquer quelque chose. Votre tout premier réflexe va être de couper du bois à mains nues, ce qui va vous donner… du bois, que vous allez changer en planches. Ces planches vont vous servir à faire une table de travail, ce qui sera une source de crafting plus compliquée… et d’autres objets vous permettrons d’en récolter d’autres, pour faire des patrons plus complexes, etc etc. Du coup soit vous démarrez votre partie en n’ayant aucune idée des patrons (il faut disposer les éléments dans une configuration géométrique bien précise pour que ça marche mais c’est toujours relativement logique et
intuitif) et votre rôle va être de deviner puis de découvrir et ce sera avec un plaisir accru, soit vous faites le tour des tutoriaux et des pages dédiées. De toute façon je vais pas me gêner : avec cette table de travail vous allez faire une première pioche, qui demandera des bâtons (deux planches) et d’autres planches… pour un résultat en bois. Vous voulez du meilleur matos? Il faudra utiliser de la pierre. Une pioche en pierre pourra miner du fer… et une pioche en fer pourra miner du diamant. Tout ça se situe sur une échelle de valeur puisque certains matériaux durent plus longtemps que d’autres. Pelles, haches, pioches, épées… tout ça ne vous servira à rien si vous ne trouvez pas rapidement du charbon, autre élément clé qui vous permettra de
fabriquer des torches et de baliser votre terrain. Rien qu’à ce stade, c’est un peu confus, mais tellement grisant!

http://usineaproblemes.fr/wordpress/wp-content/uploads/2011/08/image5q.png

 Vous gérez votre gameplay à votre sauce mais vous ne pourrez rien construire sans matériaux. L’étape préliminaire du minage est faite pour ça. Je ne sais pas si vous vous rappelez de ce jeu flash assez fascinant où on devait gérer une foreuse qui vendait son minerai, on améliorait le bazar avec l’argent obtenu pour aller toujours plus profond où l’enjeu est toujours plus grand mais toujours plus flippant puisque l’essence est limitée (et à la fin il fallait affronter le Diable, c’était un peu n’importe quoi) et ben cet esprit se retranscrit parfaitement en 3D. Vous avez été fasciné comme moi par cette esprit « toujours plus loin » dans la cave mystérieuse des Fourmis ou de la grotte aux 100 Etages de Paper Mario et sa mauvaise surprise finale? Vous pouvez concrétiser ce gros fantasme et coloniser les entrailles de la terre. Personnellement j’adore faire ça en fiction pour contrebalancer ma phobie assez caractérisée de quitter le niveau zéro, je pense que ceci explique cela mais Minecraft vous impose assez implicitement de fouiller le sol en profondeur pour vous dégotter du matos toujours plus sympa et prolifique. Ca va devenir un véritable petit rituel, trouver une cave naturelle puis la parcourir (ça peut aller très loin) tout en évitant les cours d’eau fréquent qui peuvent vous balader n’importe voire vous perdre – établir des bases de temps en temps pour déposer ou transférer votre matériel (votre table de travail, un four pour fondre les minerais et d’autres trucs, un coffre pour garder précieusement ce qui est … précieux, fatalement!) Tout ce petit manège peut vous faire créer une gallerie à la taille très variable et votre « cave de prédilection » peut rapidement changer puisque la crainte de se perdre va rapidement entre en jeu, à moins que vous bouchiez les issues et que vous indiquiez bien où vous êtes sensés aller. Je ne l’ai pas précisé et c’est important, sur Minecraft, tout se prends mais tout se … dépose!

C’est l’autre facette de ce jeu, le coté créatif qui vous permet de construire tout et n’importe quoi. A l’échelle d’une personne, le premier réflexe sera la construction d’une maison ou d’une base. Tout ce qui est conceptuellement envisageable devient possible avec un minimum de patience et de logique. Une cabane au fond du jardin, sur un arbre, dans les cieux, une construction troglodyte voire sous l’eau (patience et beaucoup de précision à prévoir là) sur une arbre ou même suspendue dans les airs puisque seuls le « gravier » et le sable obéissent à la gravité. Tout le reste se scotche automatiquement à un autre bloc et reste en place si vous virez le support. Les possibilités sont assez immenses – Notch (le créateur donc) nous a concocté un tas assez hallucinant de patrons pour faire du bois, de la pierre, du verre, de la laine colorée mais aussi des escaliers, des hais… et pour décorer? Ben il va falloir récolter du bambou, ce qui donnera des pages puis des livres puis des bibliothèques, ça ira parfaitement avec un tableau (bois plus laine) – si vous vous débrouillez bien et que vous tombez sur un donjon (un lieu sous terre qui génère des monstres automatiquement) vous mettrez peut être la main sur un CD, qui ira parfaitement dans un Juke Box. Etc etc etc, le truc vraiment fantastique prends une dimension encore plus jubilatoire quand vous pouvez établir un réseau ferré, alimenté électriquement ou pas! Avec de la redstone, vous pouvez vous faire un circuit électrique qui ira de paire avec des rails, un bouton ou un interrupteur… vous ne pouvez pas tout faire MAIS tout ce qui est envisageable de façon simple est possible. Dans une visée créative, strictement tout peut se faire si ça peut être pensé avant, de la même manière que vous pourrez jouer un plan de guitare au rythme improbable si vous pouvez le chanter au préalable. Là mes screens ne montrent pas grand chose puisqu’ils viennent de ma partie – et je manque cruellement d’imagination ce qui fait que ce jeu est un peu moins fait pour moi – mais n’importe quelle recherche Youtube vous montrera à quel point les gens arrivent à faire des merveilles. Certains font des hyperstructures à leur effigie, d’autres font des ordinateurs basiques qui s’étalent sur trois kilomêtres carrés (respect intégral) d’autres établissent des pièges à base de TNT… et d’autres reproduisent l’intégralité du monde de Kanto. Sérieusement dingue, je vous dit!

http://usineaproblemes.fr/wordpress/wp-content/uploads/2011/08/image8ub.png

 Le bazar prends donc une toute autre saveur en multijoueur, où la cohabitation en live permet une plus grande marge de manoeuvre si vous êtes vraiment dans un esprit « urbain » – je n’en ai pas fait l’expérience puisque le serveur principal dont j’ai les échos ne donne vraiment, vraiiiment pas envie vu les retours étranges que tout le monde s’escrime à diffuser, certains serveurs vous plongent dans un génie civil épatant où tout est automatisé, bien construit, certains établissent un système monétaire et une économie locale où
chacun à un rôle (un vrai petit village des Schtroumpfs) et chacun s’y tient. Loup solitaire ou maillon de la chaîne, c’est vous qui voyez, j’aime bien avoir mon coin à moi même si évidemment, ne le partager avec personne le dénue un peu d’intérêt maaaais je ne sais pas trop comment faire un serveur privé et quand bien même ça à l’air simple un réflexe reptilien me sort qu’il faille laisser mon mac allumé 24/7 ce qui fait un peu cas social et ennemi de la nature. Dommage mais certains serveurs très développés sont tout à fait ouverts, d’autres en circuit fermés, pas mal regorgent de petites pépites d’inventivité et de créativité. Ce concept est beaucoup trop bien trouvé et exploité pour passer inaperçu, votre taux d’addiction va donc directement dépendre de votre imagination. Après être passé par une série de réflexes, allez vous continuer à vivre dans votre petit monde? A passer de base en base, à créer des raccourcis ferrés pour naviguer entre vos habitations, peut être à passer en ENFER après avoir construit un portail cosmique en obsidienne? Ce jeu est trop humainement excellent. Il vous laisse dans un terrain illimité, vous permet tout, vous laisse contruire tout ce que vous voulez et subit des updates régulières, c’est parfait, je recommande à tout le monde. Si vous avez le temps, passez par la série de tutoriaux « How To Survive And Thrive« , où consultez les diverses pages TV tropes qui vous donneront des exemples dingues.

 DINGUE!

This entry was posted in Vidéo-lubrique and tagged , . Bookmark the permalink.

8 Responses to Ma cabane au Canada

  1. Shrykull says:

    Creeper found ==> http://img196.imageshack.us/img196/4060/creeperx.jpg 😀

    Wahou, je compte m’y mettre bientôt, merci pour cet article, comme toujours très bon 😛 

  2. ashpl says:

    Sont très fort les creepers. Le truc qui te fonce dessus _silencieusement_ avec une tête de dépressif en fin de vie alors que tu pensais la caverne complétement vide.
    Par contre certaines vidéos qu’on peut trouver sur le tube dégouteraient presque de continuer à jouer alors qu’on est tout fier de sa petite baraque en cobblestone/bois gentillette. Sapristi! A
    quand une ville de débauche en multi?

  3. Melow says:

    Tiens je l’ai acheté ce week end, je voulais tester c’est plutôt sympa, mais c’est quand même mieux d’y jouer à plusieurs. On m’a filé l’accès à un petit serveur au boulot, y’en a qui ont déjà
    des constructions de porcs, ils doivent avoir du temps à perdre xD

  4. Youe says:

    Tiens y’a que chez moi ou j’ai vraiment fait bugger la matrice ?

  5. Kaeso says:

    Chez moi aussi ça bug.

    J’entends parler de ce jeu de partout, ça a l’air foutrement adictif, et ça me fait peur. J’ai peur de me rendre compte dans 6 mois que, bordel, j’ai passé 6 mois de ma vie à faire des trous dans
    un univers fictif pour trouver des saletés de diamants pour creuser encore plus vite et devenir un pro du labyrinthe souterain.

    Donc décidément non^^

  6. sTheFou says:

    J’ai découvert ce jeu y a pas très longtemps aussi, très sympa, je n’ai pas encore eu l’occasion d’y jouer.

    Pour compléter les guides postés par Concombre, vous pouvez rechercher « The Fanta Show » majoré du terme Minecraft pour tomber sur une quinzaine de tuto fr pour bien démarrer, un guide de survie
    s’il en est.

    Je m’y mettrai ptet dans quelques mois avec des amis pour un serveur multi.

    Par contre je n’ai pas tout saisi Concombre, les futures màj seront payantes à la release ? oO Si oui, ça me refroidit complètement. Autant je comprends que le jeu soit vendu plus cher pour
    soutenir l’auteur au fil du dev, autant faire payer les màj une fois dépassé le stade bêta, c’est une mort dans l’œuf niveau modèle éco.

    Si tu peux m’éclairer sur ce point de ton article s’il-te-plaît ^^

    Ps: Vivement MM !

  7. ashpl says:

    Concombre, j’ai effectivement laissé des commentaires sur Soviet, le Velvet’, un peu ailleurs et surtout ici même sous plusieurs pseudonymes différents depuis le début.. Crise identitaire de
    l’internaute, mais c’est fini à présent, le nick ne changera plus, du moins en ce qui concerne les trois ultimes lettres sacrées. Désolé pour la confusion 

  8. Pingback: Pourquoi j’ai tué ma mère | L'Usine à Problèmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *