Daily Archives: 14 janvier 2011

Deux millions de consommateurs

Cher journal. J’écris ce post avec de la musique triste dans les oreilles de mon nouveau casque molletonné pour ne pas commencer à penser à quoi que ce soit d’excitant. Damn you Twitter et tes concours débiles. Encore 11 participants à surclasser. C’est tendu. C’est dur. Aaaaah

 Pas un foutu jeu Wii en 2010! Pas! Un! Seul! Dès que j’encaisse ma paye pour avoir participé à la réunion familiale soyez sûrs que je me réserve un petit pécule pour m’expédier deux jeux très prioritaires mais y’a même pas besoin de faire de petites statistiques ou quoi que ce soit : j’ai intégralement délaissé la très bruyante petite boîte blanche l’année écoulée. C’est pas très envers une console qu’on a eu après avoir vendu ses organes, après tout ce teasing, ce line-up agréable, la sortie d’un Wario Ware (CAPITAL) – les chaînes idiotes qui donnaient l’impression de servir à quelque chose! La chaîne HOROSCOPE! Tout ça abandonné lâchement à cause de la grosse boîte, comme un nouveau petit frère qui débarque et qui focalise toute l’attention au dépends de l’autre gosse qui va se faire piquer sa chambre et s’ouvrir les veines (bon c’est un peu hardcore je vous l’avoue) mais « vidéoludiquement parlant », 2010 était pour ma pomme un début de remise à niveau sur la véritable next gen, une porte de sortie vers des genres jusque là inexplorés et surtout un certain sens de l’éclectisme qui serait juste du sens commun pour n’importe quel autre joueur mais hé, voilà se qui arrive quand on passe tout le reste à nourrir les poches du plombier… italien… de Brooklyn. Si je dois faire un petit bilan « une année dans les bras de Microsoft », que dois-je en déduire, qu’est-ce qui a changé, pourquoi ça risque de durer? Vlan, j’ai posé la problématique, vous avez interêt à me mettre quelques points pour la méthode, allez, soyez sympas.

sample_14275e88dd7a3673a1dadf96bc60e96b437a04c3.png

 Dans une visée purement illustrative, pour mon lectorat féminin : un shota en slip.

 Les deniers

Si une catastrophe naturelle s’abattait sur le territoire à chaque fois que j’ai sorti la phrase « vendez votre (organe au choix) » les douze derniers mois, j’aurais fait jurisprudence il y a longtemps et je serais actuellement délocalisé au Libéria avec « Vive la démocratie » tatoué sur le front parce que le gaming nouvelle génération exige des tonnes… et des tonnes… de billets. Comment trouver tout ça? Je sais pas vraiment. Argent de poche, travail au noir, travail tout court, économies trouvées ici et là, des gens dépensent des milliards en figurines, d’autres ont un bon rythme de jeu… mais choisissent des supports rapidement gourmands en périphériques… pas toujours superflu. Console blanche : une grosse mise de départ, des jeux à plutôt bas prix et c’est tout. La plupart des chaînes sont gratuites si vous les chopez à temps et mis à part les habituelles manettes tout est bon pour vous, z’êtes parés. Console noire : tout reste à faire après l’achat de base! Rechargeurs, adaptateur Wi Fi, abonnement Gold… rien de tout ça n’est gratuit et chaque nécessité en plus est comme une douleur un peu plus significative dans le bas du dos. C’est comme la piscine au collège : tu penses en avoir fini? Noooon c’est reparti l’année d’après! Et encore! Et encore! Et encore! Il faut prévoir une mise de base ET des dépenses annexes, sans oublier le fait que tout le monde semble vouloir nous vendre des jeux sortis il y a quatre ans à prix neuf d’origine… pour PS3, soit 70 Euros. Après, c’est
à vous de ne pas vous laisser avoir! Financièrement parlant, c’est la la plus grosse faille dans la boî-boîte.

 Service en téléchargements payants

Progression assez convaincante. Le système est le même : vous convertissez vos données bancaires en points (quel intérêt? Pourquoi ne pas afficher le véritable prix concret dès le départ? Comme si on y gagnant au change ou comme si on oubliait la valeur « monétaire » de base? Faut pas charrier) et vous les dépensez comme vous voulez… mais l’offre est nettement plus grande sur 360. Chez Nintendo, exempté le service d’oldies en ligne à prix corrects (catalogue assez timide malgré deux trois exclusivités européennes plaisantes) il reste… peut être deux ou trois jeux qui exploitent clairement du contenu à se procurer en ligne, souvent de médiocre qualité puisque le seul exemple qui me vient en tête sont les partitions de GH World Tour, Satan donc. De l’autre coté c’est la fête du slip avec le même service de téléchargement d’oldies, jeux indés tout pourris, jeux indés tout géniaux, jeux pas indés à la qualité variable mais toujours avec un choix indécent. Les deux tiers des jeux sérieux ont toujours du contenu téléchargeable à proposer, pas toujours payant… victoire incontestée et incontestable de la 360.

 Navigation, accessibilité, événementiel

Un point qui peut avoir son importance si on a moins de douze ans, on sait jamais. L’une a un menu à la musique Zen, fonctionne par applic chaînes dans un grand ensemble « télévisuel », maniement intuitif à la Wiimote, pas de soucis. Le système d’avatar a sa petite importance pour les narcissiques comme ma pomme : plus présents dans les jeux sur Wii que sur 360… mais plus personnalisables sur le dernier support. Il n’empêche que je dois être le seul dingue a avoir acheté des trucs pour mon avatar, c’est un aveu de faiblesse mais aussi une grosse félonie de la part de Microsoft – personne ne devrait vendre des trucs aussi immatériels, surtout pour trois, quatre euros… le menu de la 360 est un peu moins intuitif, plus compliqué mais reste assez clair, que ce soit en ligne ou hors ligne. La façon de lier une console à celle d’un ami est trois fois plus simple : système de code ami propre à chaque jeu à un simple lien à valider, la console vous prévient toujours quand quelqu’un se connecte ET si quelqu’un joue au même jeu que vous, au cas ou vous voudriez faire du multi en ligne. CA c’est intuitif et Nintendo n’arrêtera jamais son grand délire paradoxal en voulant vendre du peu cher bien chiant à manier… et vous savez quel est le pire ennemi du « pas cher »? … SIMPLE.

Autre truc assez important, les interactions proposées en ligne par Nintendo sont rigolotes mais bien moins communautaires qu’elles ne le laissent entendre – répondre à des sondages et avoir sa propre cote de « sens commun » est le plus proche du « multijoueur » que la Wii intra muros propose. C’est TRES faible quand la 360 propose des jeux gratuits, multijoueurs, faisant parfois gagner des trucs de surcroît. Après 1 contre 100, on attends un vaste mini jeu de poker, l’intention est fort louable. Là aussi… no match.

 Qualité d’image

Allumer sa Wii c’est comme être prof au lycée : tu es entouré de rejetons au bon potentiel mais ils ne glanderont rien parce que l’âge fait que tu as d’autres problèmes, t’en a pas grand chose à faire du bac et les efforts fournis seront archi-sporadiques. Du coup on se retrouve avec des tas de jeux aux graphismes égalant HEROIQUEMENT la Playstation 2, un aliasing souvent très vilain, des pixels mal placés si on joue sur un écran HD… même si l’image est parfois décevante en face, surtout avec le câble HDMI qui coûte un énième bras – et que certains jeux donnent parfois l’impression de jouer à « Omelette, le jeu vidéo » – je pense surtout à GTA IV – les deux s’égalent presque… dans leur meilleur contenu. Le plus beau jeu de ma connaissance sur Wii est et restera la saga Mario Galaxy qui exploite un véritable potentiel, une vraie finesse et une animation impeccable jonchée d’effets visuels à faire bander vos rétines… mais ça c’est l’intégralité du « haut panier » de l’autre console. Si tout n’est pas aussi fluide et détaillé, certains jeux comme Red Dead Redemption  offrent un champ de vision surréaliste, sans aucun clipping… il faut le voir pour le croire. La qualité sonore est aussi largement incrémentée par le câble HDMI… et remettre une galette Wii aux graphismes PS2 est une torture innomable. Bang bang!
41c4343e65b4bea2f87e8adc40fe6c0322703a49.pngVariété de jeux

Là pour le coup c’était une véritable petite année progressiste, à passer des Marioleries vers des trucs dont je ne soupçonnais pas vraiment le potentiel :

– Les jeux de bagnole bête et méchants. L’un de course, l’autre de simulation, les deux exploitent assez bien ce qu’ils sont sensé faire : être immersifs, maniables, pas longs mais avec une grosse replay value. Check.

– Les bac à sable Rockstar : un scénario bien fichu, des personnages en béton armé, un univers bien précis, vous voilà lâchés dans la nature et vous faites ce que vous voulez entre deux missions qui feront progresser la trame principale. Plus simple que prévu, extrêmement prenant et toujours aussi bien fichu formellement, techniquement, doublage aux petits oignons, je suis grave impressionné.

– Les FPS : aussi peu sympa que ça en à l’air, la faute à un choix de jeu un peu trop imposé, tranches de rires en multijoueur quand même. Ne désespéronspas, je me ratrappe actuellement sur un excellent opus du genre, je vous en parle bientôt!

Il reste néanmoins un autre type de jeu qui a ponctué cette année, et c’est là que le billet devient interactif! Saura-tu trouver la bonne proposition et gagner le grand jeu de fin de semaine?

– A) Les jeux de rythme   B) Les jeux de dressage de poneys C) Les jeux de curling  D) Les jeux de simulation de Jedi

 De son coté, la Wii obéit à la mécanique que Nintendo applique depuis toujours. Un panier restreint mais incontournable de qualité, à compléter soi même avec les petites entrées ici et là que peuvent faire les autres éditeurs. Des jeux parfois hors sujet et violents peuvent apparaître de temps en temps pour le bonheur des gens ne pouvant pas se payer la chose sur un autre support mais au delà des jeux estampillés Big N, on a parfois l’impression de faire les poubelles de tout le monde. Ne me reparlez plus de Tomb Raider Underwold,
brrrr. L’une est coupable d’une petite redondance, l’autre de selectivité. Match nul!

 Système de succès

La Wii est donc actuellement la seule console à ne pas en avoir. Ce n’est pas criminel et ce n’est pas nécessairement une tendance à suivre d’autant plus que certains jeux ont leur propre bazar, contenu débloquable à la clé. Seulement voilà, je suis un achievement whore, je l’ai crié sur les toits à de nombreuses reprises et j’ai pu finir l’année avec une belle somme de 15 000 Gés, tout rond. True Achievements me dit que le plus gros exploit aura été un 100% en batterie sur Helter Skelter et effectivement c’était loin d’être facile. J’aime chercher la difficulté, avec un taux global et final de 1,75 – la moyenne des succès débloqués cette année correspondrait à la difficulté atteinte par une personne sur trois, tout pile. De quoi s’extasier sur les chiffres… mais ils ne servent toujours à rien et il faur parfois indirectement payer pour les débloquer! Certains éditeurs nous forcent à débloquer du contenu ou a matraquer les modes multijoueurs pour nous retrouver avec des chiffres ronds (et oui, débloquer 3 ou 4 G seulement massacre le chiffre et met le joueur mal à l’aise) et permettez moi de me positionner, de faire preuve de COURAGE : c’est très très vilain.

N’empêche qu’en face y’a rien.

Ergonomie

Surprise! La Wii n’est pas aussi pratique qu’elle en a l’air. Grosse bouffeuse de piles par définition, la mienne fait un bruit à réveiller les morts à l’allumage et pendant la plupart des jeux, comme si le disque dur devenait subitement carré. La 360, connue pour son volume et son ventilateur peu élégant, fait nettement plus discrète… mais ça doit être une histoire de cas par cas. L’un des rares avantages de la Wii c’est son Wi-Fi intégré, une vraie bonne marque de sympathie et d’accessibilité. Pas besoin de trifouilles des adresses IP, de se servir de son PC/Mac comme passerelle, à espérer que ça marche sans trop savoir quoi faire… mais la Wii à la mémoire d’une calculette de lycée. Il faut mettre des cartes SD dedans en guise de carte mémoire! Avec le recul, ça paraît complétement MABOULE, surtout quand l’autre bidule offre un disque dure de 4, plus souvent 120 voir 240 Gigaoctets. Les deux tiers de ma mémoire utilisée cette année? Des packs de DLC transférés. Un jeu ne prendra jamais une place folle, à vous de gérer vos démos et autres vidéos à la demande comme bon vous semble. Vous jouez sans disque dur? Vous ne pouvez pratiquement rien télécharger. La loi est dure, mais c’est la loi.

Résultat des courses : 6-2. NO MATCH. La mauvaise nouvelle? La 3DS semble continuer le running gag de ces quelques mauvais réflexes… vous vous cherchez un nouvel engin? Je vous conseille la 360 parmi ces deux là. Il est pas impossible que sa durée de vie dépasse son homologue…

Posted in Vidéo-lubrique | Tagged , , | 4 Comments