Hop là et de trois

Rock Band 3 est sorti. Cette simple phrase peut potentiellement faire orgasmer des tas de geeks musiquesexuels à travers le monde, les autres ne les comprendront pas trop, jugeant être en face d’une communauté un peu trop obscure et pas portée sur les vraies valeurs du jeu vidéo, après quoi il retourneront sur League Of Legends ou ils commenteront des parties enregistrées de Starcraft II, au choix. Les petits canaillous! Il ne faut pas se laisser faire! Il faut répandre la bonne parole et comprendre une dernière et ultime
fois pourquoi cette saga est une nécessité absolue si vous aimez la musique et le jeu vidéo. Rock Band et par extension son troisième volet doivent devenir une tendance, une religion, tout ça doit être considéré comme une console à part entière… mais au delà de tout ce fanboyisme suitant on peut pas dire que Rock Band 3 est un mauvais jeu. Ho la la, non, il est même foutrement excellent, pas le jeu de l’année mais probablement le jeu musical le plus abouti qu’il existe sur terre alors c’est parti pour un billet qui va vanter les mérites d’une galette que j’attendais personnellement avec une impatience extrêmement caractérisée. 

rock-band-3-xbox-360-059.jpgParce que ouais les enfants ça aura été un énorme chemin bien interminable de teasing qu’Harmonix nous a pondu là. Entre l’image toute innocente annonçant le clavier à la fin de la démo de Green Day et la sortie Européenne du jeu, cinq mois tout rond – pas grand chose à échelle humaine mais une éternité pour les acharnés de notre genre, surtout quand ce lapse de temps est consacré à la vente de toujours plus de rêve… l’annonce du mode pro, le mode carrière dont on cerne les grandes lignes, l’évacuation de la setlist au fur et à mesure avant ce petit gag de « communication » qui nous ont même montré en prime qu’ils ont beaucoup d’humour… et cette attente n’était pas aidée par ces foutues dates bipolaires qui n’arrêtaient pas de changer. Voilà la problème : la communication et le marketing Européen autour de Rock Band est… comme une asymptote qui tends vers 0, qui n’y arrive pas mais qui y lorgne sévèrement! Bien sûr ils ont fait une très gentille tentative avec Beatles mais pour cette sortie il fallait vraiment être entre initiés, suivre l’actualité du jeu, bref vraiment vouloir s’informer spontanément. Derechef cette absence totale de communication a fait flipper certains revendeurs qui ont flairé le gadin logique : une semaine avant la date fixe, une flopée d’enseignes ont commencé à lâcher les précieux packs en avance, les autres fini par les imiter… tandis que les restants avaient le jeu mais pas le clavier alors que ce dernier va être introuvable seul en magasin derp derp derp. Hors de cette sortie à deux temps c’est maintenant le reste des accessoires dont l’exportation recommence à être un peu intangible – l’adaptateur Midi est repoussé à fin Janvier sur certains sites et la Fnuc ne daigne pas les expédier, les guitares semi-pro sont encore invisibles, les States attendront encore trois mois pour les Fender et je sais pas où on sont les nouvelles batteries bref Madcatz et leur distribution chient un peu dans la colle, excusez du peu! C’est pas bien! Je suis très déçu Madcatz! Je ne t’inviterais pas à notre prochain passage au sauna de la Mosquée de Paris!

Enfin, petit point richesse pour ceux qui voudraient se lancer dans le milieu. Vous aurez raison d’avoir déjà une 360 munie d’un bon disque dur externe (250E) suivi d’un abonnement Gold (60E) en supposant que vous puissiez vous débrouiller pour la connection. Le pack avec le trois et le clavier (120E) peut être complété par le premier (20E) et le deuxième (30E) auxquels s’ajoutent Lego (20E) et Green Day (50E) – vous pourrez exporter l’intégralité de ces morceaux pour 35E. Comme vous avez du goût vous aurez aussi pris Beatles, rajoutez-en une trentaine. Maintenant il faut les instruments : Micro (30E) et le reste (70E à chaque fois au pire.) Après avoir dépensé une centaine d’euros en DLC, maintenant, pour vous achever, dites vous que la Fender devrait couter 250 Dollars et je doute qu’on y gagne au change. Le compte est bon? Bah non, on peut même plus le faire puisqu’on a plus les moyens pour s’acheter un boulier. Organisez vous, prenez des gens en otage, demandez des rançons, je sais pas.

Finalement, la Wii c’était pas si mal.

Ok c’est donc après avoir dépensé tout notre budget cantine de la décennie qu’on a tous pu, à un moment ou un autre, se retrouver avec le saint Graal dans les mains (il m’a fallu corrompre un manager Micromania à base de vannes contre Score Games) et avoir galéré sur les problèmes d’exportation de chacun (sauf sur 360 où tout passait nickel. Insérer tête de Donald faisant un clin d’oeil) on pouvait voir la magnifique cinématique d’intro sur le tube des Doors… quelle claque. Comparé aux séquences de Warriors of Rock aux mauvaises textures, à l’animation ratée et à même pas mal de jeux sensé être « beaux » mais dont l’aliasing gâche un peu les choses, j’ai, pour la première fois, l’impression de mater un Blue-Ray, bref. Nous voilà dans le menu principal, on créé notre avatar et notre groupe qu’on verra partout marcher au ralenti derrière les menus et ça pue la classe quelque peu. Avant toute chose, parlons de la playlist de cette troisième galette : le principal souci à annoté est bien évidemment le fait que Rock Band 3 fait presque compilation sur tout ce qui a déjà été sorti. Ne serait ce que dans les deux premiers Guitar Hero, déjà produits par Harmonix (I Love Rock And Roll, I Wanna Be Sedated, No One Knows, Beast And The Harlot, Freebird, Smoke and The Water) une grosse part du reste a déjà été vu dans la franchise d’en face. Les deux premiers tiers de World Tour étaient déjà dans le 2? Et bah bien joué, on boucle l’affaire avec One-Armed Scissor, Crazy Train, Misery Business, Hey Man Nice Shot et Cold As Ice (sans oublier Rooftops qu’on retrouvait dans Lego. C’est fou, je conchie World Tour et c’est la meilleure playlist jamais sortie) puis d’autres redondances comme Whip It ou Saturday Night qui étaient déjà dans Guitar Hero 5 et Band Hero, dans l’ordre inverse. Je râle mais c’est dommage parce que ça contribue pas au jeu à se trouver une « identité musicale propre » – chacun devrait avoir ses exclusivités, là on découvre beaucoup moins de choses. Il n’empêche de pouvoir se payer des petits moments de gloire, mes petits morceaux préférés qu’on va classer par tiers, comme pour la difficulté d’un morceau :
Charlie_Penny.jpgSi Charlie n’avait pas joué à Rock Band 3, il ne connaîtrais pas Good Vibrations et il serait encore vivant!

Jubilatoire et orgasmique

Freebird. Mettez vous à la batterie et comprenez ce que « crise d’épilepsie imminente » veut dire – le roll à la fin n’est pas si difficile que ça mais vous êtes tellement concentré, l’écran affiche une pléiade de couleurs qui rendent aveugle, le solo de guitare est tellement épique que j’ai sérieusement eu peur de saigner du nez spontanément pour la première fois et de m’écrouler raide mort. And this bird you cannot change wohohohoho – attention au Big Rock Ending de 15 secondes!

Gros coup de coeur

Roundabout de Yes. Je me doutais que ce serait le plus difficile de la playlist, c’est plutot l’avant dernier… huit minutes très variées ou chacun va prendre très cher, le claviériste en tête de liste, puis le batteur, puis le bassiste. Les autres survivront probablement.

Good Vibrations, même si la version live nous donne sérieusement envie de dire « VOGGLE » au public un peu trop présent. Cauchemar harmonique, gentil tutorial pour tout le reste.

Saturday Night Is Alright For Fighting, le tube d’Elton John qui va faire beaucoup de mal à vos mimines, que ce soit au clavier ou à la guitare ou il faut vraiment comprendre comment fonctionne un Hammer-On.

Antibodies, la chanson-alien avec ses … partitions-aliens! PERSONNE n’est épargné, chacun va se taper une partition très rapide au rythme funk, bon courage pour le clavier pro…

The Look, pas de difficulté particulière mais de jolies voix et une piste chant à trois amusante à faire si vous arrivez à jongler entre les tons. Disco flip à la batterie, ce qui est toujours agréable!

Centerfold, parce que Centerfold!

Enthousiasme significatif

Bean Caught Stealing est délirante et assez chaude, Yoshimi Battles The Pink Robot Pt.1 est un morceau des Flaming Lips un peu répétitive en guitare et boîte à rythme mais analyser ses harmonies est un petit délice – Jerry Was A Racecar Driver car c’est l’unique exemple en basse-tapping de toute la saga, Midlife Crisis parce que voilà c’est tout, Llama le boss final ska le plus barré de rock band (difficulté maximale pour tout le monde, pas de pitié) – No One Knows bien évidemment, Whip It et Walking on the Sun les bons tubes pop qui vont bien, la chanson des Smiths au nom trop long, Break on Through et les résultats du loto de Chicago, petit morceau bien chaud dont la multiplicité des solos feront rougir vos petits-enfants. 

J’aime bien. Ca va sinon?

Bohemian Rhapsody (qui n’est pas super adapté pour un jeu de rythme), Dead End Friends, Don’t Stand So Close To Me, The Hardest Button To Button, The Killing Moon, Humanoid, Rock Lobster, One-Armed Scissor, Du Hast etc. etc…

Urg urg

Rainbow in The Dark est au métal ce que l’attaque des tomates tueuses est au cinéma (mais peut être que Dio en était conscient va savoir) – je n’accroche pas à Cold As Ice, Imagine est un peu hors sujet, In A Big Country fait un peu cliché, King Georges, Portion For Foxes, Ho My God et Viva la Resistance sont difficilement écoutables.

Après toute cette playlist (et encore, la moitié et des poussières) est égrénée dans le mode Carrière, repensé pour l’occasion. Ce n’est pas très clair à ce niveau là : en fait, le mode carrière en tant que tel est une montagne d’objectifs, de minis-succés à remplir (et certains vous en donneront des vrais, de succès) chacun vous donnant une brouette de fans, progression et rangs prédéfinis à l’appui. La seule « vraie » carrière est une succession de concerts à faire qui vous catapulteront dans des lieux divers et variés pour un trajet toujours plus gigantesque… et des textes truffés de remarques bien aléatoires mais néanmoins rigolotes. Vous lancez une « tournée », à chaque fois vous avez le choix entre une playlist prédéfinie/aléatoire/thématisée (tel artiste, telle décennie, tel genre etc) et vous vous lancez dans les morceaux en chopant les étoiles comme à votre habitude. MAIS! Exactement comme dans Warrios of Rock (*Rires du public*) vous devez aussi remplir une condition supplémentaire pour rempiler une deuxième unité, les piques, que vous amassez en déclenchant votre transe le plus longtemps/souvent possible, en enchaînant les bonnes notes, etc etc. Ca donne un aspect challenge pas dégueu mais c’est peut être pas l’idéal de commencer par là quand on découvre ce type de jeu pour la première fois. D’ailleurs, tout est déjà débloqué d’entrée, vous pourrez vous précipiter en mode partie rapide ou vous retrouverez un véritable Pokédex que vous pourrez classer selon moult critères (dont le crucial « Nombre de fois joué ») 

rock-band-3-xbox-360-090.jpg Un mode Carrière rigolo mais un peu court et un peu brouillon. Pas de panique, l’interêt et bien plus amplifié quand vous y jouez à plusieurs… et tout est fait pour donner cet aspect bac à sable aux yeux du joueur. On te donne tout les outils du jeu dès le début, tu peux faire mumuse avec toute ta vie! C’est à partir de cette idée et de cet esprit qu’on peut constater l’incroyable liste des bonnes idées qu’Harmonix a pondu dans ce troisième volet. Même sans l’ajout du clavier, Rock Band 3 serait déjà largement au 2 ce que le 2 était au 1, je sais pas si je suis bien clair…

Alors débarassons nous des bonnes idées antérieures qui ont mystérieusement disparu. HOMMAGE.

– En batterie, la partition ne « saute » plus à chaque coup de pédale. Les lignes verticales disparaissent et le manche se fond trop vite dans le décor, c’est parfois gênant dans les séquences psychédéliques où il faut loucher.

– Pas de présentations indivuelles surclasses! Dommage!

– La boutique met moins de temps à charger mais elle en devient beaucoup moins ergonomique, il faut passer par quelques écrans de plus pour trouver ce qu’on veut et batifoler gentiment dedans sans avoir quelque chose de précis en tête devient impossible

– Fini les duels! C’est un parti pris assez audacieux qui se comprends dans le sens où tout est mis sur les derbys de score entre amis. D’un autre coté, le mode online est très imprécis avec ses playlists constituées en « salade »… on a pas forcément trois quart d’heure devant soit et il faut vraiment avoir confiance aux joueurs connectés.

 Donc à partir de cet esprit « jeu outil » un tas de choses ont été simplifiées. D’une part et c’est crucial, le système de changement d’instruments et de comptes devient aussi simplifié qu’il peut l’être – quatre petits boutons en bas de l’écran, chacun se connecte et se déconnecte à loisir, c’est plutôt simple et bien pensé. Toujours dans les bonnes idées, votre score individuel sera toujours pris en compte pour la playlist rapide : même en groupe, même dans la carrière! Super pour garder sa trace dans les classement en cas de bonne
performance. Votre groupe est le pilier central du jeu, on le retrouve en train de sa balader partout dans les menus et il est mis en scène dans des mini-cinématiques superposant les chargements, comme si ils étaient inexistants. (Attention, risque infime mais existant de plantage de la console) d’ailleurs les graphismes en eux même ont sévèrement gagné un cran, les textures sont plus lissées, plus belles, tout y est plus coloré et éclairé, les effets de scène sont encore plus présents même si on frise le diabéte instantané par moments – tout ça reste du meilleur esprit et les personnages agissent toujours très bien même si ils peuvent sembler parfois un peu désarticulés ou incohérents, notamment quand une chanson se termine. C’est vraiment dingue parce qu’on a parfois l’impression qu’ils ont pensé à tout : quand un objectif vous demande de refaire telles chansons dans une playlist prédéfinie, il ne vous demandera que de refaire celles qui vous manque! C’est un
détail idiot mais témoignant d’une bonne volonté infinie! Les scores des amis sont automatiquement affichés, que ce soit par instrument ou par groupes! On peut s’entraîner à une chanson directement à partir de la liste rapide! ALWAAAAYS ~

Image-1-copie-2.png  Et maintenant, parlons un peu de ce nouvel instrument aux touches douces et au manche qu’on aime bien saisir : le clavier MadCatz et ses deux octaves… doux au toucher, agréable, reproduisant bien la sensation d’un vrai. Deux modes de jeu s’offrent à vous : le mode « classique », vous mettez votre main à partir du deuxième Do et vous suivez les pastilles lumineuses, comme d’habitude. C’est le plus simple des instruments, on peut commencer en Expert directement sans aucun problème et le seul véritable souci seront ces allers-retours chromatiques qu’on peut trouver dans Cold As Ice ou Roundabout, par exemple… et il y a le mode pro. Un passage vers les tutoriaux d’entraînement sera nécessaire : il faudra reproduire parfaitement des petites séquences très académiques – gammes, écarts, apprentissage des tons, des positions… très utile mais dommage qu’il soit pensé pour n’être joué qu’à une main. Vous êtes gaucher? Dans votre face! Cet apprentissage par la séquence prédéfinie est aussi présent en Batterie et Guitare Pro.

La Guitare Pro justement… gros flop commercial français à prévoir, il faut avouer qu’Harmonix s’est bien débrouillé pour retranscrire une tablature de façon « verticale ». C’est un coup à prendre, un « onde de position » indique la forme que vos doigts prennent quand ils font un accord. Un Power Chord? Une « brique de Tetris » arrive. Un La? Un gros trait à prévoir à partir de la deuxième corde. Je doute que ce soit très intuitif puisqu’on passera beaucoup plus de temps à regarder son manche que son écran… et des chansons très rythmiques comme Yoshimi seront beaucoup plus simples à passer les yeux fermés qu’une autre, très lente et simple comme The Hardest Button To Button. C’est paradoxal mais on retrouve ce coté « apprentissage et mise en place » lié à n’importe quel véritable instrument, c’est le but. Motivation ultime pour les pro-gamers : une note « pro » rapporte beaucoup plus… et on revient rapidement dans les scores à la Guitar Hero. Avec une vrai guitare. La boucle est bouclée! Dans la continuité des petits détails qui font vraiment plaisir : pas besoin de brancher un micro et de dépenser ses piles pour travailler et bosser les Harmonies. Vous allez devoir copiner avec le « diapason » et son son de flûte pour piger ce qu’il se passe, parfois… mais décortiquer ses chansons préférées est toujours quelque chose de présent.

Pour en revenir au clavier Pro, les choses sérieuses commencent avec le mode Difficile. Le Facile et le Normal sont « relativement gentils » mais l’écart suivant est monstrueusement gros et c’est à partir de là que la sensation finale de « jouer d’un instrument » apparaît dans toute sa splendeur. Je suis incapable de dépasser une chanson de tiers 2 ou 3 sans me faire atomiser, le niveau va devoir monter au fur et à mesure, c’est un peu la course à celui qui va le mieux se débrouiller dans les mois à venir. A partir de ce point, les DLC ne sont plus compatibles avec les précédents jeux mais la plupart sortent avec des partitions clavier, si ce n’est des partitions pro! Et toutes les partitions Batterie Pro sont automatiquement incluses… et l’adaptateur midi devrait fonctionner avec toute une pléiade de patterns pré-enrengistrés pour les éléctroniques bas-et-milieu-de-gamme… tout en prenant en compte l’ouverture du charlet, pour un réalisme TOTAL.

 EXTASE. L’avenir de la saga est totalement impénétrable : comme aller encore un pallier au dessus? On a deux ou trois années de réflexion et encore une suite est vraiment loin d’être garantie. Les seuls jeux « sortables » sont désormais des nouvelles playlistes ou des jeux thématisés sur certains groupes, je pense sincèrement qu’on a atteint le plafond.

 VLAN.

This entry was posted in Vidéo-lubrique and tagged , , . Bookmark the permalink.

8 Responses to Hop là et de trois

  1. Gn Oh My God et ses deux accords au clavier en boucle pendant deux minutes trente…

    Par contre entre la qualité aléatoire de la playlist et l’incompatibilité du clavier avec tous les dlc (frustrant), étrangement ça me pousse plus à jouer de la gratte au bout de 15-20 minutes.

    Complètement d’accord sur l’absence totale de comm’ sur le vieux continent, à ce niveau c’était à se demander si Harmonix était au courant qu’ils lançaient leur jeu autre part qu’aux US… Ce
    lancement était d’ailleurs le plus foireux que j’aie jamais vu. Et pourtant il y avait un sacré level avec… Rock Band 2. Ah oui tout s’éclaire.

  2. Youe says:

    Je serais intéressé de savoir ce qui vaut à GH6 un tel dédain? Pour avoir acheté GH6 et RB3 en même temps j’avoue ne pas comprendre.

  3. Kaeso says:

    Attends attends, pour avoir tout les accessoires et tout en comptant la console  le jeu etc etc, ça coûte plus de 1000€?!

    Bah pour ce prix la il a interet d’être bien^^

  4. Je pense que beaucoup d’hardcore gamers reprochent à Guitar Hero les points suivants :

     – s’être tourné vers le grand public, au niveau de la difficulté mais surtout au niveau des playlists, qui ressemblent de plus en plus à ce que t’entends sur MTV. Sauf que quand tu regardes
    la playlist de RB3 c’est pas bien différent.

     – appartenir à Activision parce qu’on veut absolument qu’ils soient les méchants dans le monde du jeu vidéo

     – le manque de prise de risque : la seule vraie innovation de Guitar Hero depuis 3 ans est la création du mode Party avec Drop In/ Out quand on veut.

    J’allais citer le manque de compatibilité entre les différents GH, mais en fait tu peux tout à fait exporter tous les DLC et les précédents GH depuis World Tour dans le 6 pour 5€ chacun…

    Faut croire que Guitar Hero se fait cracher dessus depuis World Tour, tout simplement parce que World Tour était quinze fois moins bien que Rock Band 2 au même moment. La rancoeur est restée chez
    les joueurs… un peu comme tous ces joueurs de PES qui continuent de cracher sur FIFA alors que ça fait 3 ans que FIFA est mieux.

  5. Aozora says:

    J’ai déjà fait la moitié du chemin en achetant une console pouvant supporter les RB et GH. Il ne me reste plus qu’à acheter les instruments et vu que la batterie me tenterait bien, je pense aller
    droit vers RB^^

    En tout cas, ton article va dans ce sens là 🙂

  6. Petrif' says:

    Ouaip, je vais réagir d’abord sur le coup de GH6 aka GHWOR, j’en avais fait un article fut quelques temps, et ayant les 2 je peux maintenant mieux comparer les zinzins, différentes réflexions en
    vrac :

     

    – Comme on a pu le lire, je dirais que Guitar Hero tend vers le mode Arcade alors que Rock Band tend vers la simulation (le même dilemme que pour les jeux de sport à une époque), du coup je
    trouve Guitar Hero BEAUCOUP plus tolérant au niveau timing de touche que Rock Band (étant plutôt du côté GH de la force, en commençant RB3, je l’ai eu mauvaise de louper de grosses séries de HOPO
    pourtant évidentes.

     

    – La play list côté guitare est franchement plus dure dans le dernier GH, en Expert le dernier set est vraiment vraiment velu, de même que certains morceaux de  milieu de jeux orientés Metal
    et consors sont assez costauds. Dans RB, les morceaux dans lesquels on attend une réelle performance à la guitare sont assez… absents, à part quelques exceptions, je pense à Free Bird (et
    encore ils aurient dû mettre une version live ça aurait été drôle ^^), j’ai pas un niveau exceptionnel, mais je dois dire que j’ai pas été arrêté par grand chose, au pire 3 essais en passant en
    force avec du Star Power.

     

    – Je pense que GH revient petit à petit à ses premières amours en donnant ce que les aficonados de la première demandent depuis longtemps, c’est à dire, un retour vers un truc brillant doté d’une
    forte aura à savoir un simili-GH3.

     

    En fait c’est long de tout développer, j’en ferais ptet un article complet du coup.

    Bref sinon Rock Band 3, m’a mis une claqué enorme, j’ai toujours préféré son ambiance, et son jeu en groupe, et là c’est vraiment un plaisir. Et dans les chansons plaies à jouer, je demande
    Beautiful People de Manson, qui est insupportable (à la fois à jouer, et à écouter), Bouark. Et oui, le clavier va être une chose compliquéà maitriser en expert, oh oui.

     

     

  7. Amo says:

    Sauf que GH c’est pas de la merde depuis WT ! C’est de la merde depuis GH3 ! Pas forcément au niveau playlist mais vraiment au point de vue partitions… Abus des triples notes en Expert, le
    fameux coup des notes à jouer en maintenant déjà une note longue – ce qui est injouable -, les solos supra aléatoires sans queue ni tête, l’interface illisible, le jeu en groupe inadapté (l’idée
    la plus géniale du monde: si un type foire, tout le monde foire + la gestion n’importe comment du Star Power), les sections star power qui durent des plombes à activer, le moteur de chant super
    super super aléatoire, les pistes batteries un peu supra pas fun où le coté industriel des jeux qui se suivent sans se renouveler, c’est une série qui aime bien cumuler ses défauts sur plusieurs
    générations – les seules vraies qualités étant la gestion de la basse et des idées rigolotes au niveau des scènes. C’est dingue que le seul GH Neversoft potable ce soit GH Metallica en fait !

     

    Non y’a pas à chier quoi.

  8. Petrif' says:

    @Amo : Bah en fait, je te rejoins pas sur tout, je vais parler uniquement du mode solo, le multi étant vraiment pas top.

     

    Guitare : C’est très con mais je préfère et de loin les notes rondes, et le système des notes brillantes pour les HOPO, je trouve que sur RB ça fait brouillon sur les passages rapides (mais bon
    c’est une grosse question d’habitude et d’écoles, je sais). Les accords en tenues, bah c’est pas évident mais largement faisable, et puis bizarrement ça se rapproche pour le coup de jeu réaliste
    d’arpèges.

     

     

    Batterie : Remettons-nous dans le contexte GH4 vs RB2, la batterie de GH est de très bonne facture, et avec 2 VRAIES cymbales, youhou, et honnêtement ça change tout. J’avoue que pour le coup,
    faire de la batterie sur RB me freine pas mal du fait de se coltiner ce tom vert pour tout ce qui est cymbale, mouaim.

     

     

    Basse : La note 0.

     

     

    Chant : Ne se prononce pas

     

    Alors oui GH tire sur la ficelle, abuse de sa licence et peine à se renouveler, mais je ne pense pas que tout soit à jeter depuis GH3, après c’est vraiment une histoire de goût. (je ne suis pas
    pro GH, j’ai laché le dernier depuis RB3, mais bon, il faut quand même lui reconnaitre des qualités à la bestiole)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *