Monthly Archives: août 2010

Sagadaÿtaÿ³ #14 : Jessi Slaughter

  Des mèmes. Des mèmes partout

Jessie_Slaughter_Nutshell.png

 Et voilà de quoi boucler facilement la boucle, on commençait avec les Noëlistes et leur impact sur le réel puis on peut terminer tranquillement avec le coté américain du même concept…

Et l’actualité m’offre ce post sur un plateau, c’est formidable! Voici donc un mème hypra récent et qui promet d’avoir une durée de vie tout à honorable : anonymous qui se déchaîne, des catchphrases qui viennent toutes seules, une victime attention whore et une petite percée dans l’actualité nationale – preuve d’un succès certain. Vous le savez probablement, tout récemment c’est une petite gamine de 11 ans du nom de Jessica Leonhardt qui a eu son quart d’heure de gloire… internet staïle. Une part d’attitude « tu-l’as-bien-cherché » et une autre des proportions démesurées qu’Internet peut avoir…

 Jessica a.k.a Jessi Slaughter est donc l’archétype un peu gênant de la gamine précocement attention whore et qui le fait savoir sur le grand intraweb, à la manière de boxxy. Surconnectée, avec son propre myspace et tout le tremblement, elle ressemble un peu à un sujet de Confession Intimes sur les starlettes wanabee en mini jupe… elle fait régulièrement des vidéos passionnantes où elle nous raconte sa vie tout aussi passionnante, se montre (beaucoup) s’expose des endroits du corps un peu osés pour son âge, bref elle vit un peu dans sa bulle et dans sa micro-célébrité. Tout cela est neuneu sans être foncièrement méchant quand l’origine du mème se créé sur StickyDrama, un site qui pourrait tout à fait être l’équivalent internet de Gossip Girl : chacun y poste les potins et les histoires qu’il désire partager. C’est alors qu’un beau jour un utilisateur sort qu’un des membres de Blood On The Dance Floor (jamais entendu parler?) aurait une relation plus qu’amicale avec notre pré-ado. Honnêtement, vaut mieux pas savoir d’où est sortie cette idée, sinon du fait que notre pseudo célébrité est ouvertement fan de ce groupe. Quoi qu’il en soit, on passe du buzz au clash et la communauté de StickyDrama sur penche un peu plus sur la fille après sa réaction toujours aussi maniérée
(un mélange de gangsta-staïle et de syntaxe un peu nouvelle, vous voyez le genre) et les internautes commencent à retrouver les photos d’elle un peu douteuses qu’elle a pu poster un peu partout – sur Myspace, Youtube et autres réseaux sociaux. Elle représente bien un type de population internet un peu embarrassant et devient donc le bouc émissaire… le foutage de gueule est encore presque local quand elle poste cette vidéo. Grand bien lui en fasse, maintenant 4chan va récupérer le phénomène…

 Jessi s’adresse donc directement aux haters, sort des expressions de folie (elle nous met un Glock dans la bouche pour faire un grand cerveau-sorbet! Mhh) et toujours cette attitude de starlette exaspérante avec la position des mains et tout le nanahi nahanhan qui va automatiquement avec. Anonymous repère et anonymous ne pardonne pas, il va donc spammer massivement la vidéo dans des sites types tumbldr pour obtenir toujours la même réaction, du lulz, du hate, du t’esmochej’tebloque bref la jeune fille commence à avoir sa petite réputation… tout en se laissant passivement faire! Elle accepte tout et n’importe quoi sur Facebook (dont un Pedobear, comme le veut la légende) et il n’en faut plus beaucoup pour trouver ses sites, sa véritable adresse etc. Elle se prends donc des véritables raids concrets (et pas comme dans habbo hotel, des raids postaux) et le grand lulz devient maximal quand Jessi baragouine sur une « ancienne petite copine de sixième » oh la la ça devient un peu incompréhensible. Pour résumer : elle a eu son retour de kharma et a bien pris cher. Mais non, notre histoire ne s’arrête pas là…

Le bazar devient encore plus concret avec cette vidéo postée par Jessi qui n’a toujours visiblement pas compris l’origine des retombées. C’est celle là qui a un peu scéllé le truc puisque la vidéo comporte son père et son incroyablement moustache en guest-star, ce dernier est comme habité et lâche cinquantes catchephrases à la seconde « J’appelle la CYBERPOLICE » « Y’a dun goofed » il « backtrace » nos mails façon David Caruso et surtout, « les conséquences ne seront plus jamais les mêmes. »

GoofedCombo.png

A ce stade d’hilarité générale les médias nationaux commencent à s’y intéresser et tout un débat sur Internet et son contrôle est relancé.
Bizarrement, les d’habitude plutôt aigris postent des réactions équilibrées qui reconnaissent le fait qu’elle cherchait un peu tout ça avec ses précédentes photos et ses appels de pied. 4chan, de son coté, fait semblant de mettre une charte éthique sur /b (sous fond musical bien patriotique) pour le plaisir du gag et de l’ironie. A partir du 22 Juillet, Internet devient /bipolaire et civilisé… et encore, qui sait ce qu’il s’est passé avec cette histoire tout le mois d’Aout (mais je fait confiance à la mise à jour de cette page, dramatica connaît bien souvent son sujet) En attendant, bonjour remixes, shops et images macros, sous fond de pseudo menaçes de mort et de s
urveillance policière rapprochée. Un beau shitstorm! Mais moi je vous laisse hein, j’attends Josh Homme et ses potes mais là y’a cinq gus en costume qui débarquent avec leurs saxophones.

Posted in Sagadaÿtaÿ | Tagged | 5 Comments

Sagadaÿtaÿ³ #13 : Joli Bateau

  Encore un micro-truc totalement anecdotique qui, mine de rien, pourrait expliquer deux trois choses.

niceboat_2.jpg

 Vous savez probablement que le mot « bateau » était l’une des grandes tendances trendy/hype/zeplacetobe de l’année écoulée. C’est vrai, on le voit partout, dans les morceaux de The Lonely Island (si si, celui où on est sur un bateau, putes) sur des images rigolotes où on censure des accessoires japonais douteux avec des stickmens sur des bateaux ( « Je suis sur un bateauuuu! ») et même dans le titre du nouveau blog d’Arez il y a comme un clin d’oeil, une occurrence mystérieuse comme la durée de vie de ce même blog. Tout ces gros indices turgescents semblent tendre vers la même direction : il y aurait une explication logique derrière tout ça. Résolvons ce mystère! Ca va être passionant, j’en suis certain! 

 Je ne connais pas du tout l’anime School Days. Une investigation poussée de deux clics m’apprends que ça a aussi été un visual novel ce qui mine de rien nous éclaire un peu sur le probable scénario de l’anime correspondant : une école, un garçon, des filles, des tas de possibilités amoureuses et d’intrigues rivalisant avec les meilleures productions AB. Tout se passe très bien dans le meilleur des mondes jusqu’à la diffusion du dernier épisode qui a la fantastique particularité d’avoir une bad end : un personnage surine violemment un autre dans une débauche d’hémoglobine (c’est d’ailleurs repris dans l’Amv Hell /0, la séquence est gardée dans la version censurée, montez le son!) et gros problème parce que c’est un reverse funny aneuyrism moment – la veille, on peut lire dans les faits divers Tokyoïtes une sordide histoire de père de famille qui se fait découper à la hache façon Dexter par sa propre fille, quelque chose du genre. Dommage… du coup que ce passe-t-il lors de la diffusion? La chaîne, à la place de diffuser l’épisode, met 25 minutes de diaporama de la nature en fête sous fond de musique classique en Si Mineur… et ça ressemble exactement à ce que vous imaginez, un espèce de fond d’écran insipide d’une demi heure diffusé sur une heure de grande écoute. 4chan aime regarder des animes et anonymous était dans le coup : il a donc créé un topic pour prendre des captures en live de ce fantastique dernier épisode. Troisième post, l’image d’un bateau avec le laconique mais néanmoins superbe commentaire « Nice boat ».

 A partir de là c’est l’escalade puisque le topic est linké sur le channel anime de la version Japonaise de 4chan (enlevez deux, le compte est bon) et l’expression est reprise à foison sur les deux continents dans un grand et joyeux rapprochement des peuples : Pear Harbour, c’est fini, NICE BOAT. C’était un jour très très portuaire : les deux channels freezent et à leur réouverture, tout le monde parle de Makoto Tsunami, du « jour du parlez-comme-un-pirate » etc etc, comme une odeur de poisson sur internet. Quand quelqu’un met le fameux épisode sur Nico Nico Douga, tout le monde est mort de rire jusqu’à ce que le fabuleux bateau apparaissent et que chacun puisse faire le commentaire adéquat. La réception, de base, est donc beaucoup plus japonaise qu’américaine… de l’autre coté, le culte du Joli Bateau commence pour Anonymous qui reprends son habituel travail de dérivations et de « photoshopperies ».

 Hasard ou pas, les auditeurs ont pu découvrir que dans l’épisode original il y avait effectivement un joli bateau. Hasard cosmique? JE NE PENSE PAS. Depuis, la musique d’accompagnement est presque aussi célèbre que cette fabuleuse ligne de piano qui décore 2girls1cup. Maintenant, pour n’importe quelle scène d’horreur totale ou de gore vous saurez comment réagir puisque la phrase à sortir est quasiment standardisée. Idem si vous croisez n’importe quel type de joli bateau, l’emphase est de mise! Certains studios d’animes hésitent d’ailleurs plus à clairement faire la vanne dans leurs productions récentes, n’hésitez pas à chercher vers Shaft, par exemple…
jigokumakotolk2bs3.jpg

En bref et pour résumer ce post avec un haiku :

Censure Bizarre

Un bateau qu’il est joli

Hop, c’est mémétique!

Posted in Sagadaÿtaÿ | Tagged | 2 Comments

Sagadaÿtaÿ³ #12 : E3 2006

Je n’arriverais jamais à faire un titre de post plus crypté mais non ce n’est pas un code barre mais bel et bien le même du jour. Saga estivale troisième du nom, douzième post sur l’Electronic Entertainement Expo (d’où le E3, le cheminement est limpide) de l’édition 2006. Je sais, je vous prends pour des billes mais j’ai un complexe de culpabilité avec ces posts plein de remplissage!

L’E3 est un évènement extrêmement important dans le journalisme vidéoludique et probablement LE plus important si vous êtes dans le métier. C’est le point de ralliement des éditeurs et producteurs qui peuvent faire leur promo sur toute la saison à venir : c’est donc en général à cet évènement que les très gros jeux ou les nouvelles consoles sont annoncées. Ca dure une petite semaine quelque part de mi-mai à mi-juin et ça avait un énorme prestige et une très grosse attente de la part des gamers du monde entiers. J’emploie le passé car la « convention » (professionelle donc le terme est un peu impropre) est largement plus bof depuis sa délocalisation il y a trois ans mais la dernière édition semblait un peu plus enthousiasmante que les précédentes (quand bien même elle était bizarre, on marchait un peu sur les mains!)

Le gros pinacle de l’E3 c’est les fameuses « Conférences » des 3 énormes éditeurs actuels qui se partagent le marché : Sony, Nintendo et Microsoft, pas de surprises. Le truc est très protocolaire, plusieurs grosses légumes font un petit stand up entre deux trailers et applaudissements des journalistes présents. Il y a eu des conférences plus marquantes que d’autres et la rareté du moment fait que n’importe quelle connerie lâchée sur scène devient immédiatement mémétique. La conférence de Sony en 2006 est très connue pour trois petits trucs très absurdes qu’on aime bien reprendre ou spammer entre nous. Bien sûr ça n’aurait pas eu le même impact si cette année n’aurait pas été aussi bidesque pour la PS3, mais breeeeef!

 Trois petits trucs mélangés dans cette vidéo. Un clone de moby monte sur scène pour présenter une démo de Genji 2. C’est déjà un peu silencieux dans la salle, on remonte de déjà 4 ans dans le passé et tout le monde en a marre des clones d’Onimusha mais le mec se laisse pas démonter et fait son show bien cadré. Il met l’emphase sur le fait que le jeu soit pompé sur l’histoire nipponne et que certaines phases de gameplay sont calquées sur des batailles japonaises historiques, c’est cool, ça fait sérieux, c’est un argument de vente, tout va bien. 30 bonnes secondes plus tard, un « giant ennemy crab » débarque à l’écran mais tout va bien parce qu’heureusement, on peut « attack his weak point, for MASSIVE DAMAGE » dit d’une façon bien classieuse, comme si il avait un chewing gum au coin des dents. Le paradoxe immédiat du crabe géant historique était déjà sympa mais la phrase en elle même a pas mal marqué.

 Deuxième round, Kaz Hirai remplace notre diplomé d’histoire et allume sa PSP. Il blablate sur l’écran de chargement qui reprends le concept de Space Invaders et pouf le jeu démarre. Kaz, enthousiaste « Vous reconnaissez? C’est Ridge Racer. (Blanc) RIIIIIIDGE RAAAAAAACER ! » et absence totale de réponse dans la plèbe badgée. C’est plus amusant que ça en vidéo, surtout dans la façon qu’il a d’embrayer directement sur autre chose après s’être rendu compte du coté un peu planant du cri qu’il vient de pousser. Troisième petit truc toujours avec Sir Hirai, l’annonce keep cool du prix de la PS3, bien sucrée d’un « On doit prendre des risques, mais on fait confiance aux gamers » et là pouf vlan « 599$ »! Rien de bien particulier dans la vidéo en elle même mais le rapport entre l’énorme chiffre et le ton posé de celui qui l’annonce à un petit truc décalé qui a plus… ce qui fait de nos jours des vidéos de dix minutes où « 599$ » « 599$ » « 599$ » est loopé jusqu’à implosion crânienne. Même concepts avec les trois trucs différents, ce sont des mèmes plutot oraux, le genre de machin qu’on sort IRL entre autistes/initiés…

Quand je vous disais que les crabes ça puait!

Posted in Otakeries | Tagged | 1 Comment

Sagadaÿtaÿ³ #11 : Kanye West

Celui là aussi je l’aime bien. Récent, symbolique et apanage de pas mal de trucs qui me titillent derrière l’oreille, c’est aussi le premier Oh Exploitable de la série selon les définitions hardcores.

Avant d’embrayer sur la bêtise du jour je fais juste la précision, si les trois lettres « MEH » ont croisé votre regard plusieurs fois sans que personne ne vous donne d’explication, il est probable que votre interprétation ne soit pas la bonne : c’est la verbalisation du haussement d’épaules. Un gentil, tout gentil osef sucré, une façon de dire « Ok super et après… »

 L’ami West a été très incontournable cette année. Musicalement parlant c’est pas trop ma tasse de thé mais faut bien reconnaître que le mec est sacrement créatif et a su s’imposer dans cet espèce de cercle très privé des « t’allumes-ton-poste-t’en-entends-parler » avec Ladygaga, par exemple qui passé le premier effet kisscool Pokerface n’a plus énormément d’intérêt, en plus de s’habiller comme un sac (je tenais à l’écrire) – et donc avec tout le respect légitime que j’ai pour ce monsieur il faut avouer qu’il a un ego, un énorme et fantastique melon et toute l’année 2009 était là pour prouver ce fait. Vous avez tous vu une ou deux vidéos de ses pépites du quotidien, j’ai bien aimé par exemple sa façon de danser pour obtenir un truc dans un MacDo, comme dans « J’pête les plombs » mais en bien plus soft » une série de petites frasques rigolotes qui conduisent à un épisode de South Park entièrement dédié au gus, « FishSticks ». Souvenez vous, la blague du poisson gay… qui occultait un peu l’autre storyline qui expliquait en gros l’inimité scénaristique grandissante entre Parker et Stone. Dommage!

Et bizarrement, un ultime truc bien définitif et fracassant (ce début de phrase n’est pas exagéré du tout non non) est arrivé fin Septembre dernier pour notre ami mélomégalomane. Nous sommes en pleins MTV Video Music Awards, une cérémonie qui a l’étrange visée de récompenser les clips de l’année en cours. Taylor Swift monte sur scène et commence son discours pour remercier le jury de lui avoir attribué le titre de meilleur clip féminin de l’année quand Kanye West, visiblement sous crack, déboule, lui pique le micro est le reste est historique. « Yo Tawlor i’m really happy for you and imma let you finish… » « Je suis vraiment content pour toi et je vais te laisser finir mais Beyoncé avait le meilleur clip de TOUT LES TEMPS !§ » dit-il en prenant des poses à la yo brotha dawg et de lui rendre un micro après le haussement d’épaules le plus sublime de tout les temps, haussement provoqué par les huées du public halluciné par ce petit piratage live.

 Donc visiblement Kanye West avait très très envie de souligner sa déception face à la perte de son pick mais la tronche de miss Swift était telle après sa récupération du micro que l’histoire a soudainement pris une portée internationale. La petite rubrique people du monde entier s’est foutue de la séquence, les tabloïdes locaux ont tourné en boucle pendant une période non négligeable et le bazar est devenue tellement étatique qu’un gus de la cour Suprême aurait entendu dire un sénateur entendu dire (…) que le conseiller du président Obama aurait dit à son sujet « What a jerkass » « Quel connard » crac badaboum, le même est verouillé, on peut l’exploiter.

La vidéo de l’incident est très difficile à trouver, si vous avez un lien…


Yomario_-1.jpg
Kanye a beau s’être excusé dix minutes après sur son beulogue (en majuscule et en bleu gras, s’il vous plaît) – avoir fait le tour des plateaux télé pour exprimer son regret, le mal était fait et le but du jeu était simple. Photoshopper une des poses du direct et lui faire dire « Yo X, I’m Really Happy for You and imma let you finish but Y … of all time » Y et X devant correspondre, fatalement. X peut être Pedobear et Y Jospeh Fritzel, vous mettez le mot « cave » au milieu et c’est bon, ça correspond. La cérémonie était le 9, les macros commençaient à circuler le 13. C’est presque long mais ça témoigne du fait que tout le monde était rivé sur son écran pour voir comment le bouzin évoluait avant d’en fait quelque chose… bien sûr ça marche avec la variante des BD à quatre cases, dans lesquelles il pique le micro, sort sa vanne et hausse les épaules. Ca marche avec tout. VRAIMENT tout.

Vuvuzela_Kanye.jpg

Posted in Sagadaÿtaÿ | Tagged | 3 Comments

Sagadaÿtaÿ³ #10 : Potato Chip

Death Note est un bon anime, c’est irréfutable. Un univers super maîtrisé, une narration irréprochable, une construction assez contestée mais bien foutue, du suspense et de bons personnages… mais l’anime a parfois ses petits moments de faiblesses qui sont automatiquement reproduits partout, comme si un mauvais truc dans Death Note serait si rare qu’il faille automatiquement l’encadre ou le … « memetiser.

Mais dans la moitié des exemples que j’ai en tête… c’est à dire dans un cas de figure, la faiblesse en question ne vient même pas de l’anime en lui même mais du très controversé fansub. Si ce terme vous est étranger, disons qu’une team de fansub est le groupe de personne qui va bénévolement s’occupper de la traduction des sous-titres, souvent à partir du travail d’une autre équipe américaine. C’est un travail rarement bien vu puisque fatalement lié au téléchargement direct mais dans une vaste majorité des cas les fansubbers qui font un excellent boulot contribuent à faire aimer un anime dont le spectateur conquis pourra s’acheter les produits bruts. Malheureusement, de temps en temps, les fansubbers prennent un certain nombre de décisions bizarres : tout traduire à outrance, effets gratuits, police d’écriture improbable, privates jokes et remarques hors contexte débiles ou orthographe désastreuse. Encore plus rarement, on peut avoir des cas exceptionnels… d’excès de zêle.

keikaku.jpg

 Nous sommes en milieu de série, ploum ploum tralala tout va bien est Light est presque encore sain d’esprit. Il réussit encore un sale coup (le sacripan! Il va recevoir sa fessée) et il franchit le moral event horizon on exposant une tronche impossible signée d’un « keikaku doori ».

 ET LA C’EST LE DRAME. Le Japonais étant ce qu’il est, ce qui aurait pu être un problème d’ambiguité esquivé simplement en prenant un risque aussi audacieux que d’aller manger une salade Macdo – a été switché avec ce « According to keikaku » expliqué par le sempiternel « Keikaku signifie plan ») note du traducteur. Voilà. Le mec qui n’a pas eu de remords à laisser ces deux lignes en l’état est actuellement interné et l’épisode a été relaché avec cette coquille (enfin là à ce stade c’est carrément un spaghetti géant) ce qui a popularisé le fait de mettre l’emphase sur n’importe quoi en finissant sur keikaku et en précisant « mais keikaku signifie plan » et de manière plus globale, pour se faire la private joke on n’hésite pas à remplace le mot français par le japonais pour exposer n’importe quel projet teinté d’un minmum de vilenie. C’est pas un mème très répandu mais il fait toujours son petit effet de temps en temps sur tel ou tel endroit, de manière sporadique, c’est typiquement le mème qui marche bien dans un forum. C’est une chose, le véritable mème de Death Note vous le connaissez bien car on l’a affreusement matraqué dans les vidéos commentées de l’année…

DE L’EPICITE DE MANGER DES CHIPS.

Encore Light, encore Death Note, un peu plus tôt dans la série et exclusivement dans la version américaine du doublage de l’anime. Light fait mumuse avec son Death Note et fait la justice dans sa chambre. C’est un petit malin, il est ambidextre et sait que sa chambre est surveillée. De la main droite il fait ses devoirs de gentil lycéen et il planque un bout de carnet dans un paquet de chips à sa gauche… et donc logiquement, il prends une chips ET LA MANGE. La scène est gentillement surtraitée avec ses chants latins, son ralenti bien inutile et ses perles de salives qui font un trajet bien parfait, des arcs de cercle qui mouftent pas en volant vers le téléspectateur qui peut essayer de les rattraper avec la bouche! Bref la réalisation est claire : cette scène est étrangement sensée être épique dans ce simple croquage de chips. Pourquoi, c’est une devinette pour les générations futures mais il n’empêche que le problème de degré de cette scène l’a rendue culte et, ô joie, a donné naissance à tout une vague de Youtube Poops, ces fameux remixs sans foi ni règles. J’aimerais poster des exemples mais ce sont tout des spoils intégraux de la série donc il va falloir me faire confiance sur ce coup mff… dommage, l’emphase n’a pas été mise sur la même scène du film qui ne peut pas techniquement se permettre la même exagération mais les deux supports ont été bonne source pour nombre d’AMVs.

Yaw! C’était très intéressant.

Posted in Sagadaÿtaÿ | Tagged | 5 Comments