Epitanime 10 ~ Rocks fall everyone dies

L’amour de votre vie est en train de foncer vers vous à poil? Mick Jagger, Noël Gallagher et Kezia Jones ont formé un groupe spécial rien que pour vous et ils attendent derrière votre porte? Le livreur vient d’apporter cette incroyable fontaine gratuite et illimitée de Nestea pêche glacé? Peut être les trois à la fois parce que vous êtes Donald Trump? Dépêchez vous d’annuler tout ça, il y a bien plus important à faire comme lire cet incroyable rapport sur le week end précédent qui couvrait l’Epitanime 2010, dix-huitième édition de l’évènement. Rien n’est plus important, il n’y a pas d’IRL plus grandiloquente et jouissive, bref faites chauffer une pizza, lancez une musique festive et allons y pour le rapport, enfin. Oui, ca commence déjà à faire loin mais c’est assez fou de constater à quel point les gens se précipitent pour rédiger le leur, comme si ils n’étaient venus que dans cette visée!

 

Rappel des faits, des lieux, des enjeux : l’Epitanime est une convention organisée par l’association Epitanime, au sein d’une des écoles Epitech, en l’occurrence au Kremlin Bicêtre. C’est la plus charmante des conventions car elle est connue pour son coté un poil « élitiste », dans le sens intimiste, un peu en cercle privé.
Le truc est à domicile donc l’activité se fait de jour comme de nuit, la volonté principale des orgas cette année étant d’équilibrer les deux révolutions solaires et sélénites. On pourrait l’appeler la « Convention Concombre » puisque pas mal de trucs y sont fait à l’arrache, avec les moyens du bord, tout en rush, avec des horaires aléatoires, le président de l’école qui pète les plombs cinq minutes avant et la fosse sceptique qui pête tout court pendant la nuit – vous l’aurez compris, c’est l’endroit idéal pour y affuter son sens de la réactivité et de l’improvisation. Faites des Epitanimes et vous serez les premiers survivants à une attaque de zombies, crash d’avion dans l’Antartique, etc. Dans un registre plus personnel, c’est l’occasion rêvée pour rencontrer tout ces pseudos et ces polices d’écritures auxquelles on ne peut qu’associer une personnalité, une orthographe et un alignement de RPG. Dans un registre ENCORE plus personnel c’était surtout la première véritable soirée d’action de l’association Forum Thalie, le numéro 1, la première prestation après la répétition générale qu’était la Noctune d’il y a deux mois. L’aboutissement d’un nombre incalculable d’heures à réfléchir, brainstormer, rédiger, construire, imprimer… le tout qui s’écoule en si peu de temps – car effectivement, l’enjeu principal pour moi était de voir si on peut allier le coté « organisation » et l’aspect festivalier. La réponse? Cruelle mais elle s’impose à tout esprit réaliste :

Non. On ne peut pas. C’est la convention la plus longue que j’ai faite, en intégralité dans ses deux jours et ses deux nuits, et ce week-end est passé très, très vite, sans réel temps mort. Constat? Ca possède la connotation positive habituelle mais aussi il y a cette impression bizarre de ne pas avoir pu faire grand chose. C’est d’autant plus trompeur puisque j’ai fait autant de trucs que la dernière fois, si ce n’est plus – il y a donc comme un sentiment d’opposition un peu gratuit qui s’installe. Epitanime 09 : découverte, émerveillement, le soleil tape fort, sirotage de Perroquet Bleus… l’année suivante c’est la confirmation, le temps est un peu maussade, on sait ce qui nous attends… et pourtant tout est déjà un degré plus haut, à commencer par le nombre de bracelets sur le poignet qui passe de deux à quatre, on se sent un peu multicolore du poignet. Bon, cette fois, reprenons les évènements dans l’ordre chronologique!

Le Vendredi est dédié à l’habituel stress pré-convention : je cours le marathon en traçant les lettres « EPITANIME » dans mon jardin à la manière de Paul Auster. Tout ça c’est fatiguant et je sais même pas si j’ai bu plus de 15 centilitres ce jour là – ah et avant tout évoquons l’aspect « physique » de la chose. Sauter un repas sur deux, boire de temps en temps quand besoin est et ne dormir que quelques heures le matin, ça donne quoi? Un impression très bizarre, un petit sentiment de dérive sur la fin et un endormissement quasi à-la-demande le dimanche soir. En revanche en plein milieu, c’est l’acte de réveil qui est toujours le plus difficile – on se sent pas bien, on sait pas trop ce qu’on fait là. De la même manière, vous serez peut être surpris de savoir quel est le premier élément du corps qui abandonne dans ce genre de contexte? Hé ben c’est les gencives. Dimanche matin, six heures, je rentre à l’hotel et me prends un redniK oneuB dans le distributeur de l’hôtel – torture. C’est comme si l’intégralité de votre dentition était cariée, mâcher devient un exploit, on sent comme directement ses mâchoires faire le travail directement, voilà pour le fun fact.

 Vendredi soir donc, en avant dans le métro porte d’Italie pour rejoindre la file Thaliste. Embrassades, câlins en tout genre (oui j’étais beaucoup trop sentimental et guimauve ce n’est pas recommandé) et récupération du sésame symbolique : la carte de la chambre à l’hotel d’à coté… comme à Cannes, on avait notre petite chambre à nous (la 615 – je précise si vous auriez envie d’aller sentir les draps) qui constituait un QG où les meilleurs plans de guerre pouvaient s’établir, le tout avec une montagne de lots sur le matelas. L’endroit idéal pour se réfugier et se reposer (ou tenter de se reposer) avant les grandes manoeuvre, le lieu parfait pour créer des situations un peu ubuesques : au final, étant le plus grand dormeur de la bande c’est moi qui suit allé ouvrir en slip (avec une idée peu précise de la position de son contenu – vous n’avez pas retenu cette phrase) à des dizaines de gens. Des gens qui RONFLENT. ET QUI VOUS TOUCHENT LA NUQUE. J’AI DES SEQUELLES C’EST ATROCE. Bref un petit plan pour se réfugier en cas de petite mine, la garantie d’être s…. non attendez pas grave. Bref de retour dans la file où on récupère des pseudos, on échange nos gamertags et nos plaques de guerre, la convention s’ouvre un poil à la bourre, il faut vraiment aimer le contact humain en
attendant. Le passage désormais rituel de la récupération des bracelets … bracelets…. lets… lets…

*flash*

Ah mais dites donc! Je sais comment faire encore mieux l’année prochaine! Vous savez qu’à Epita, votre poignée détermine vos accès. Le staff, quand à lui, pouvait arborer fièrement un bracelet bleu marine qui montrait votre appartenance à la grande famille des concepteurs/rédacteurs. Un ratage de communication a fait que moi et un/deux autres membres n’ont pas eu ce prestige. Ce n’est pas qu’un état d’esprit mais c’est aussi et surtout des sandwiches gratuits – et c’est tellement pratique – plus un assez classe T-Shirt souvenir, arborant un dessin de la chara design de la déesse aux ragnagnas infinies. Bon le petit caprice pourrait s’arrêter là mais quand vous passez votre week end à rencontrer des Haruhistes qui vous disent « vous avez demandé que trois accès? Hé ben nous on en avait pris vingt c’est dingue » et moi de répondre entre mes dents « Jesaishaha » c’est un peu… je sais pas. C’est un peu tristoune, on a l’impression d’être coincé entre deux, dans les limbes de la convention, d’usurper un peu les choses, de « faire semblant ». D’autant plus que j’ai comme qui dirait évité involontairement la notion d’association contre mon gré. J’ai apris le lendemain que j’avais raté l’interview de l’asso qui, du coup, ne s’est faite qu’avec le président. Beuh! Beuh! Ratage kharmique ultime : le T-Shirt personnalisé de l’asso n’a pas pu être fait à temps. Il sont tous sublimes et c’était un peu le trophée ultime, la marque symbolique du « tiens, tu t’es mobilisé, tu y es allé, tu as survécu, participé et tu y as pris du plaisir, voilà un beau souvenir symbolique » – mais voilà pour tout le ouin ouin, il reste plus grand chose sur quoi râler, on est presque débarrassés.

On fonce en salle 06, le futur champ d’action des deux nuits thalistes pour un jeu Bulle Japon où j’ai indéniablement été très très mauvais. Mais reconstituons les choses : l’épitanime est constituée de deux bâtiments séparés d’une rue piétonne pour le Week end. Dans le premier c’est tout ce qui concerne le jeu vidéo – avec son fameux et immémorial Bomberman à 10, ses jeux récents, rétros, arcade, insolites… et les quelques tournois/jeux concours organisés. Dans l’autre bâtiments c’est la cour avec ses quelques stands, son festival (youpi, chamboule-tout!) sa grande scène et ses deux grands points d’actions : les salles d’activités qui gravitent autour de l’amphi, la salle de mah-jong qui ne nous concerne pas trop et les fameuses toilettes qui sont rarement libres d’accés. La fosse sceptique a été capricieuse et y’a eu comme une explosion de khakha la nuit du Samedi, le staff a tout nettoyé en quelques heures – respect éternel les gars, vous gérez, d’autant plus que l’odeur ne se faisait sentir que près du seul stand HK de la convention c’est dire le symbolisme mystique de la chose. Alors justement, en bas il y a le sous sol géant, son parcours magique où les cosplays se font photographier et où la bannière géante en papier receuille les meilleures oeuvres d’art.
Voilà pour la disposition des lieux…

Après le quiz BulleJapon il est déjà l’heure d’aller manger au grec du coin et d’aller se poser au square. Deux trois déambulations/reconnaissances ici et là, petite pause hotellière pour respirer et c’est parti pour la première nuit blanche de la convention, le Quizz 2009 qui démarre même sans nous, ce petit sagouin.

Quizz sans aucun accroc, déroulement impeccable et bonne humeur absolue. On a pu lancer la « soirée de la passion du détournement créatif » et re-découvrir les vingt premiers épisodes de Yu-Gi-Oh, the abridged series – et pas qu’en cercle privés, toujours avec un bon petit paquet d’inconnus et qui viennent parfois jeter un oeil. Dans ce type de configuration on fait des petits paris intérieurs « y va entrer? Y va pas entrer? » sauf quand il restent carrément dans l’encablure de la porte, là on vient leur botter les fesses avant de les faire entrer. Bref l’objectif était rempli, on a bien rigolé à gueuler les gimmicks de la série, en compagnie des créateurs/traducteurs des sous titres qui ont fait un excellent boulot. La soirée était ponctués d’excellents AMVS triés sur le volet (les clippeurs surkiffent Mindless Self Indlugence, tiens) et c’est parti pour l’AMV HELL 4. Un grand moment, puisque les quatre cinq personnes qui le connaissaient par coeur l’ont doublé avec enthousiasme et les spectateurs ont été très réceptifs à l’humour véhiculé par cet excellent « film ». Un excellent souvenir et toujours une petite excitation quand un clip qu’on apprécie beaucoup arrive… et pouf, c’est déjà passé. Après d’autres AMVS, c’était mon petit quart d’heure de gloire, mon petit baybay à moi qui passe à l’écran (hop tout le monde se barre) le zapping du Velvet Video Burger. Ca avait une énorme importance à mes yeux, il faut donc saluer encore et toujours le boulot de Youe sans qui cette diffusion n’aurait pas été possible. Et, bonheur, malgré l’horaire un peu bouche-trou du truc pas mal de gens complètement étrangers au truc sont restés, quand bien même on a pas pu expliquer le concept! Enthousiasme et séquences cultes communicatives malgré deux trois problèmes de son (Melow tu ne parles pas assez fort!) c’était une grande joie de pouvoir retracer nos ratages mais à mon quinzième « Et il faudras sauvegarder par pur réflexe) je commençais à me demander si les gens allaient pas me jeter des objets à la gueule. Mais non, tout le monde a apprécié, même les animateurs de BulleJapon qui sont venus comater un peu. Très bonne soirée donc, rigoler grassement et chanter sur une chaise reste quelque chose de très simple à faire – d’autant plus que la salle était plutot bien remplie (même si les gens, réflexe assez incompréhensible à mes yeux, préfèrent aller voir le soleil se lever. Et ben scoop : ça arrive tout les autres jours de l’année…)

Il est six heures du matin, je tente bien que mal de rejoindre l’hôtel pour aller faire un petit SOMME. A ce stade on ne dort pas vraiment, on se met plutot en « veille » et l’atroce « Coin coin pouet pouet » de la scène principale réveille bien de bon matin, au même titre que pour tout les gens qui avaient leur fenêtre ouverte, j’imagine. Nous voilà déjà dans la deuxième ère de la convention, l’époque du bracelet MAUVE! Retrouvailles du deuxième jet de thalistes, claquage de bises et petit tour introductif dans la cave supermarché de l’évènement. On appose notre vision d’artiste sur la bannière et je dépose mes jeux aux dépots vente. Haaa le dépot vente… l’année dernière, j’y avais accumulé pas mal de fail en y laissant un Rock Band gratuit, j’y avait laissé le profit sur place. Un des mecs qui tenait la chose avait même eu l’extrême gentillesse de me retrouver et de m’envoyer un mail pour que je récupère ma mise mais je ne sais plus quel truc fait que je n’ai jamais répondu, comme le pire des crétins masochiste et impoli! Bref j’ai pu y déposer mes trucs mais sans succès cette fois – comme quoi il faudra du temps pour mon petit coup de chance là bas. On va directement au stand Nolife, le grand Sébastien Ruchet y est et il y porte une sublime veste de motard rouge. Hop, comme promis j’essaye de lui dire avec le pls d’enthousiasme possible qu’on pense à lui, qu’il y a une fanbase discrète derrière et que quand bien même on s’amuse un peu à ses dépends de ses vidéos où il fait un peu peur de désespoir, on fait notre possible pour tourner l’info. Une petite photo pour immortaliser le truc (le Seb a beaucoup d’humour et d’autodérision) et on passe à autre chose, beaucoup de monde veulent leur parler et c’est bien normal. Je suis très content de cette rencontre, ayant beaucoup de respect pour Mr. Ruchet et Nolife qui constituent à eux deux des gros gimmicks de cette année sur ce blog. Bon j’ai quand même placé le fait que je trouvais Compil anxiogène parce que c’est quand même un truc qui me trottait dans la tête depuis longtemps « ah tiens, c’est la première fois qu’on me le dit » beuh? Bref pari réussi! Journalisme TOTAL! Dans le même registre, rencontre avec PBsaffran qui est l’homme le plus heureux du monde : il ne le savait pas la veille et le voilà en train de vendre les tomes 1 à 4 du visual novel du Sanglot des Cigales. L’occasion là aussi de participer à son succès-surprise, de l’encourage dans son boulot et aussi de lui demander un petit éclaircissement technique, bientôt le compte rendu du truc ici (c’est assez hypnotique… et ça encourage plein de bonnes choses!) voilà pour les bonnes actions, même si je me suis un peu présenté en tant que mécène à Nolife sans même acheter une planche de stickers (qui était aussi dans ma liste de course, un trophée nécessaire… mais j’ai oublié, c’est aussi con que ça)

http://usineaproblemes.fr/wordpress/wp-content/uploads/2011/08/p1060820.jpg

Après quelques achats et queques photographies de cosplays (toujours de bonne qualité à l’Epitanime, bien qu’un peu discret cette année, j’ai retrouvé de bons persos de Soul Eater et Black Butler) on remonte pour aller voir un peu les copains de chez Ikkatsu à qui on a pourri les horaires à la précédente nocture. Des jeux toujours aussi agréables même si la question reste sur toutes les lêvres : à quoi bon devoir annoncer son pseudo en gimmick? L’après midi du coup était une sorte de comatage, de préparation à la nuit. Les phases s’inversaient un peu, c’est étrange mais les principes élémentaires de repères temporels sont un peu chamboulés… on se motive un peu pour aller faire le seul passage du week end en salle jeux vidéos. On teste a quatre le très TRES énergique Let’s Tap (qui consiste à faire mumuse sur une boîte en carton pour faire avancer un petit stickman et bizarrement, c’est super fatiguant) et une partie de Sega All Star Racing. Bref deux trois parties qui servent un peu de prétexte à un « passage » dans le bâtiment mais c’est toujours aussi agréable, quand on se déplace en demi groupe on ne peut pas légitimement faire la queue pour Conker Bad Fur Day, même si c’est tentant! Deux trois pérégrinations en plus et c’est déjà l’heure d’aller manger, en route vers le mac do de Saint Lazare où on prends la photo Thaliste pour marquer le coup. Wow, le casting a doublé d’une année sur l’autre… moi je suis monté dans le train pour déposer mes premiers loots et me reposer un peu devant l’Eurovision. Retour dans le métro, je fonce à l’hotel pour m’y reposer mais surprise! Je suis pas seul. On blablate un peu et en avant pour la deuxième nuit Thaliste, plus axée « jeux ». On se ramène avec les quelques sacs de lots pour se faire faire une petite fouille intégrale (gros point noir mais nécessaire : chaque sortie du batiment principal signifie une fouille des sacs. Une quinzaine de fois en trois jours, c’est pff) et nous y voilà pour le grand bain, avec le maître nageur qui fait semblant de nous tenir une perche. D’un bout à l’autre et c’est à la fois encourageant et étonnant, il y avait du monde. Mais alors BEAUCOUP de monde. On avait nos chaises, nos tables, mais trop de gens dans les espaces où on est sensés avoir du vide.
Pendant l’intégralité du truc c’était salle comble, largement. C’est rassurant et gratifiant mais ça à un petit coté flippant, quand je regarde les vidéos on dirait une scène « d’Irréversible » pour le coté « sombre + Promuscuité » bref gérer les foules est encore un concept qu’on ne maîtrise pas énormément, ça viendras avec le temps. En tout cas, mieux vaut trop que pas assez! Le Quiz Clamp se passe un peu métaphoriquement sous mes yeux puisque je n’y connais rien (mais alors rien que dalle, j’ai maté 5 minutes de Card Captor Sakura y’a dix ans et zou) et ça se passe pas super bien du coté de l’animation, ça mine un peu toute l’asso. Pas trop grave, les gens se sont amusés à y participer et c’est bien là l’essentiel. Par contre, regret utlime : j’ai voulu faire mon malin et suivre le mouvement mais ça m’a fait sécher le Quizz Hentai de Bulle Japon… dommage! J’ai pas mal regretté mais là aussi c’est quelque chose qui se fera facilement plus tard. On revient à la salle 06 pour le fabuleux quizz hardcore, là aussi l’accomplissement d’un gros travail collectif. C’était le bordel, c’était un peu tendu, beaucoup de monde et un trop gros bruit de fond mais ça s’est fait et les gens se sont éclatés. Bon des réponses ont été mystérieusement changées, au même titre que certaines propositions, y’a eu un gros spoil des réponses mais personne n’a fait trop attention donc impeccable. Là aussi, un peu oppressant mais les gens ne nous fournissent que des bons retours donc objectif rempli, on a fait des heureux et c’est tout ce qu’il nous fallait. Bon premier essai, on a tout ce qu’il faut pour maginifer encore plus le concept!

 Tant que j’y suis, merci beaucoup beaucoup au staff Epita qui est aux petits oignons. Ils nous demandent si on veut du thé, des cafés, nous fournissent des lots pour des futurs jeux… un tas de petites attention adorables qu’on ne peut que louer, merci les gars pour votre souci du confort!

Le Quiz Zelda se passe comme un charme, j’aurais pu l’animer mais j’ai laissé Amo aux commandes parce qu’honnêtement je pense que c’était le plus dynamique entre nous deux. Deux trois erreurs ont filtré mais pas dans mes questions, héhé! Pas une ambiance festive mais on accusait un peu le coup. Je serais bien resté pour le jeu du trap mais se coucher était aussi une bonne option. Deuxième coucher, deuxième lever de soleil, là j’ai carrément une très grosse barre qui me traverse le crâne de part et d’autre, et bizarrement j’ai beaucoup de mal à m’endormir… rajoutez un camarade imprévu de chambrée qui ronfle aussi beaucoup, aïe. Réveil vers onze heures pour évacuer la chambre et utilisation du dernier bracelet, le bleu ciel.

Le Dimanche c’était surtout un doux comatage vers d’autre cieux. Pour se mettre un peu d’aplomb, rien ne vaut un peu de karaoké (et sa salle vide, rare et précieux) ou des fangirls hurlantes imposaient un peu trop leur choix. On a vu deux trois trucs repasser, l’habituel Dango, des X… pas de gros truc personnel, excepté l’excellent opening 3 de FMA. Le reste de l’après midi c’est un peu quartier libre pour tous, pendant que la majorité des Thalistes se reposent dans la cafétéria (que j’évite soigneusement depuis les nems atomiques de l’année dernière) je vais voir un peu ce qu’il se passe du coté de la grande scène. Des animations très sympathiques, un défilé de mode fort fort potable avec un Karl Lagerfeld en gilet de sécurité. Hilarant et un petit plaisir pour les yeux, suivi d’un sympathique concert reprenant les standards du jeu vidéo, c’est toujours ça de pris. Entre temps, il s’agit surtout de rencontrer des gens issus de la Brigade SOS et de rencontrer de nouvelles têtes, autant de gens agréables qu’il est bon de retrouver. En fait le dimanche c’était surtout un enchaînement de retrouvailles : je rencontre un tel, puis un autre, puis un autre, puis un autre… et jamais le temps de vraiment se poser si on veut parler à tout le monde, c’est frustrant mais tellement gratifiant de remplir sa barre « vie sociale » en si peu de temps. Si on reprends sur toutes les nouvelles têtes vu en un week end…

Il y a d’abord les Thalistes. Amo, Kitsune, Draco, Itsukushimu, Arty, mais aussi Nemotaku, Gib, Tsuchi, Ramyel, Marko… mais aussi de nouvelles têtes d’autres forums : Trit’, Sedeto qui est plus jolie que dans mes souvenirs, retrouvailles avec Ninita qui s’est aussi embellie depuis l’année dernière… j’ai eu le plaisir de retrouver Rore qui dédicait par là. Limite j’ai vu les amis trop peu de temps : Ilpa était là avec Baby Carott (c’est cadeau) et Pimii est passé en coup de vent. J’ai pu claquer deux bises avec Raton Laveur, Corti, ElKaizer, Ninjigen, Arez, Nataka, Nashi qui était très occupé avec son boulot pour Geek Channel… bref désolé si j’oublie des gens mais ça fait un certain nuage de monde, et un monde de HAUT NIVEAU, merci à vous pour avoir fait quelque chose d’aussi mémorable. Et je met l’emphase sur le truc, les remerciements c’est tellement important un week end où tout s’amplifie, où chaque symbole est important et où un gros boulot est accompli. Le karaoké final se fait sur scène avec tout le staff et Noizi Ito qui nous invitent à revenir l’année prochaine. C’est fini… PUTAIN DEJA?

Et c’est ça tout le drame du truc. Soit tu organises, soit tu en profites vraiment, c’est aussi simple que ça! C’était un week end génial mais tellement court… et le truc fait qu’on sous estime le week end qu’on vient de passer alors que c’était aussi bien, si ce n’est mieux que l’année dernière.

P1000319.JPG

LOOT! Le volume 4 d’une série… que je trouve sympathique pas mal… et ô mon dieu des Doujins! Avec Crona et Death The Kid Dessus! Du pur authentique, la fille qui présentait le stand était juste capable de nous dire le nom des personnages du contenu, c’est comme une marque ultime d’authenticité. Un autre sur Sayonara Zetsubou Sensei… je dois pas être le sexe principal visé du truc mais osef! Le coffret numéro 1 des aventures de Sonic le Hérisson, pour le lol total (cinq euros, c’est que dalle, j’aurais du en prendre un deuxième) et la première moitié du Sanglot des Cigales. J’ai raté des artworks du coté des fanzines, je suis un peu verdâtre. C’est PALPITANT.

Pour finir on va apposer le sceau qui va bien…

Et hop. Ni plus, ni moins, et la convention 2009 passe au niveau Golden en opposition.

Allez, moi je vais lancer Blur et y jouer fougueusement, en attendant je veux plein de réactions émerveillées. Allez là hop hop hop, prenez vos plus belles plumes, je veux des « bla bla osef », des « TL;DR » et des « Lol je suis Marseillais je suis jaloux et je me lave pas. » A vous! Si on s’est vus ce week end, ça me ferait bien plaisir que vous laissiez un petit mot.

This entry was posted in Otakeries and tagged , , . Bookmark the permalink.

13 Responses to Epitanime 10 ~ Rocks fall everyone dies

  1. Gib says:

    Bon et bien j’ouvre la marche. 

    Première Epitanime de mon coté ( première convention tout court en fait ), et je dois avouer que je suis moi aussi passé à coté d’énormement de choses. Pas tout à fait pour les mêmes raisons ceci
    dit. 

    Je n’ai presque pas participé aux activités proposées par les autres assoc, mais en contrepartie j’ai pas vraiment aidé du coté de Thalie non plus. Le vendredi j’étais un peu perdu et je n’osais
    pas trop m’incruster dans des jeux associatifs. Surtout que je suis pas vraiment super calé en sujets otaques, donc je ne voulais pas spécialement afficher mon ignorance. Après avoir rejoint le
    troupeau Thalie, pour le coup j’ai suivi les activités ( avec grand plaisir ceci dit ), mais sans même essayer d’y participer ( ba oui j’avais vu les réponses de la majorité des trucs ). 

    Mais du coup je me suis retrouvé dans une position un peu batarde tout le week end, en restreignant ma présence à Thalie, mais sans participer ni animer non plus. Je sais pas si vous voyez
    les gros blacks dans les clips de rap qui sont juste derrière les rappeurs pour faire style ya du monde et c’est un gang. Ba voila, j’avais cette position, le poids et la couleur de peau en
    moins. 

    J’ai quand même passé un super week end ( les Thalistes sont vraiment des gens adorables, même Itsu qui est peu badass/méchant sur le net mais super gentil en vrai 😀 ). Néanmoins la prochaine
    fois afin de profiter un max il faudra bien que je choisisse un coté, préparation/animation ou participation.  

     

    Sur le plan physique et mental je confirme la difficulté d’établir un plan. Surtout qu’en plus on avait pas la chambre le samedi matin de notre coté toussa… Les repas se font n’importe quand (
    et surtout on en saute plein, j’ai jamais aussi peu mangé en 3 jours hors gastro je crois ) et les heures de sommeil n’en sont pas. Surtout quand ca ronfle effectivement ( il se reconnaitra 😀 ).

     

    En résume expérience très intéressante de mon coté, que je renouvellerais le plus tôt possible. Mon commentaire est plus long et introspectif que je l’avais voulu au départ. surtout que je
    voulais moi aussi faire de mon coté un petit résume. Bref tanpis.

  2. Petrif' says:

    On s’est pas vu ce week end mais chuis un gars cool alors j’te commente quand même. En tout cas, j’aime bien lire tes pérégrinations de convention, ça pourrait être rébarbatif mais ça ne l’est
    pas, et le seul truc dont je te jalouse bien, c’est quand même la rencontre d’avec Seb Ruchet, veinard va.

    Et ya des bouts de phrases qui concernent la chambre d’hôtel qui sont… heu très WTF. 😀

  3. Mr.Ol says:

    Lol je suis Marseillais je suis jaloux et je me lave pas! Mais osef, un p’tit Kaizo Mario et je vais au code pour ruminer un peu et puis de toute façon l’an prochain, je me casse du sud! ça aussi
    osef… Nan mais c’est sympa de lire la vie d’inconnus des fois, un peu étrange peut être, mais sympa.

    blblblblblblb… pouêt! Sur ce je m’en vais ne pas me laver en mettant Ethanopium pour une sortie groovie jazzy mystérieuse… mouahahahaha!!

  4. Nataka says:

    Tout d’abord, Concombre, je voulais te dire que t’es un mec qui tient ta parole. Merci donc pour le calin (sans le cookie malheureusement).

    Ah, et puis je viens juste de finir Cowboy Bebop hier soir, et même si tu m’as spoilé la face, ça reste quand même une putin de fin.

    Bon sinon, j’ai passé la journée du samedi à vagabonder au sein de la convention, sans but précis, mise à part la conférence de Noizi Ito à laquelle je tenais à assister. Le fun de la journée
    vient surtout des moments passés avec les gens, étant donné que je n’ai finalement pas fait grand-chose.

    Mais je me suis rattrapé le samedi soir ! (ma première nocturne au passage) Et ce fut génial. Vous pouvez être fiers de vous, franchement, parce que si j’ai passé une aussi bonne Epita, c’est
    notamment grâce à vous tous.

    Sur ce, je m’en vais utiliser un mouchoir.

  5. Kaeso says:

    Çà à l’air fun ce truc, j’rais peut être quand je serais grand et que j’aurais toutes mes dents^^

    T’as une trop bonne tête quand tu souris c’est énorme^^

  6. Nashi says:

    D’ailleurs encore une fois désolé hein pour l’interview, ça doit pas faire moins de deux fois que je te dis que ta bouille finira sur le grand internet et deux fois que… >:

    Reste que tout ça fut encore une fois très sympa, la conv’ et les gens dans leurs ensemble =D

    (Et Nataka, figure toi que grace à l’Epitanime j’ai appris que tu était…Un HOMME!)

  7. Nemo says:

    Salut Concombre, 

    Ce fut vraiment un grand plaisir de te rencontrer dans cette Tanime qui fut un excellent long week end que j’ai franchement pas vu passer. Et comme Gib, je dirais que oui les thalistes sont des
    gens foutrement sympatoches capable de faire des trucs BIENS. 

    Je ferais mon petit article ce week end ou lundi sur mon propre blog pour raconter tout ça mais globalement super expérience. 

     

    Message personnel : 

    Gib, désolé pour les ronflements mais c’est pas de ma faute. 🙁 (je prendrais une chambre une personne la prochaine fois vu que personne ne veut dormir avec moi é___è )

  8. Tsuchi says:

    Concombre, je crois que tu as plutôt joliment bien résumé à quelle point cette Epitanime était CLASSE ! Même si je ne suis pas resté assez longtemps à mon goût, mais peut-être trop de ton côté
    (je vais essayer de négo pour une nocturne l’année prochaine) je suis très heureux d’avoir pu passer un tel Samedi ! On a pu discuter un peu et c’était bigrement sympa ! J’espère te revoir à la
    JapEx et bonne continuation !

  9. Zoneur says:

    Rah lala, j’habite pas Marseille, mais pas loin ! :p Dommage que je sois pas venu, j’aurais pu étendre mon cercle de rencontre thaliste IRL hors d’Amo, Tiya et toi 🙁 Et wow, tu maitrises
    Sébastien Ruchet, demain le monde !

    C’est possible que je vienne à la Japan Expo… Possible… J’espère D:

    En tout cas bien joué à l’asso, on sent la qualité ! L’année prochaine, vous nous ramenez Michel Ancel pour lui faire développer le Rayman que vous attendez tous ! On aura un plus gros invité que
    Noizi Ito ! Et si on a pas Ancel, alors… Kojima !

  10. Melow says:

    Cette convention était vraiment cool dans son ensemble, je regrette un peu de ne pas avoir pu assister aux activités thalistes du samedi soir, apparement c’est là qu’il y avait le plus gros des
    gens de l’Internet :'(

    Pour la photo avec Sebastien Ruchet j’ai envie de dire bien jouer, c’est tout simplement énorme 🙂 (sinon sa sublime veste rouge c’est celle qu’il avait pour jouer Red Fromage dans France Five
    xD).

  11. 1. TL;DR.

    2. Lol je suis Strasbourgeois je suis jaloux et j’entame une grêve de l’hygiène.

    3. ??

    4. Profit !

     

    … ben quoi ? :p

  12. Naëlle says:

    C’est drôle comment ton article me fait réaliser à quel point j’ai raté un tas de trucs à cet Epitanime (mon premier). La faute à pas de plan, aussi! Du coup j’ai été ni dans la salle jeux video
    ni voir les asso. Bouh, c’est nul.

    Mais c’était bien quand même.