Daily Archives: 23 mai 2010

Stupide hobbit joufflu

Vous connaissez peut être ce fameux proverbe texan, à prononcer sur sa monture et l’index posé sur le chapeau : « Fool me once, shame on you. Fool me twice… » attention post Survivor rempli de prénoms et de termes techniques… mais il y aura une pause Rock Band, ça peut vous faire marrer.

Précédemment : république parlementaire de Samoa (217083 habitants – président Tupua Tamasese Tupuola Tufuga Efi, monnaie – le Tala) été 2009. Un jeu américain surpuissant implique 20 personnes sur une île à faire les fous et à voter contre un sortant tout les trois jours. La totale intégralité du casting a été assez stupide pour sortir toute seule, à part la gagnante, un petit troll et les deux filles qui ont soupçonné son type de « jeu » (qui du coup ont été les deux premières à sortir) du coup à force de magouilles, de coups de filles de joie et d’hidden immunty idols qui tombent du ciel, il arrive dans le trio final après avoir survécu dans son alliance de quatre contre douze et perd contre le jury final qui, bizarrement, est aigri. Il n’empêche que la performance et le temps de parole surréaliste accordé au bonhomme a marqué les esprits, tant et si bien qu’avant que la saison ne soit diffusée, ils ont décidé de le remettre dans la vingtième saison anniversaire – habilement thématisée et nommée Heroes VS Villains. Vingt jours de remise en forme à l’hôtel et c’est repartie pour une deuxième livrée.

… 39 jours plus tard, rebelote, de nouveau dans le trio final sauf que les choses se passent encore plus mal – troisième et pas un seul vote, le voilà qui pète les plombs en direct pour la deuxième fois, à insulter tout le monde dans les interviews post-production. Que s’est-il passé?

vlcsnap-880474.png

 Russel Hantz c’est un peu l’homme de l’année scolaire dans la real-tv. Je dois lui accorder un certain crédit : deux jeux entiers, deux fois finaliste, un certain nombre de stratégies bien foutues, des immunités chopées légitimement et souvent quand il le fallait vraiment… mais cette insupportable velléité à prendre sa saison en otage et à mépriser tout le monde dans le processus. Sodoculer les gens, oui pourquoi pas et c’est même le but du jeu mais avec le sourire c’est toujours plus sympathique pour les geeks qui suivent l’émission. Cette place dans Survivor VS Villains était toute légitime mais comme ses exploits n’étaient pas encore prêts d’être diffusés, tout les All-Stars ne connaissaient pas le bonhomme. Jeff Probst, le présentateur, a juste dit en préambule qu’il faisait partie des « top 5 des poseurs méchants stratèges… et le-dit de stratège de refaire plus ou moins la même chose avec des globalement beaucoup moins cons.

Sous-titrer cette vingtième saison « Heroes Versus Villains » c’est une bonne idée! Ca avait de la gueule! De manière générale le manichéisme à la télévision est un concept qui donne envie de faire mal aux murs avec nos têtes (et en France surtout) mais cultivé de cette façon totalement assumée, à la limite de l’esthétisme (oui parfaitement) était indubitablement un bon réflexe pour nous refaire un jeu All-Stars. Les blancs contre les noirs, c’est une recette qui marche très fort avec toutes ces fictions qui poussent le concept jusqu à l’extrême (Umineko et bien évidemment… Lost dont le dernier épisode est diffusé ce soir – FEAR) donc le Russel à rejoint l’équipe des Villains, déjà fortement agrémentée par :

– Benjamin « Coach » Wade : le mec qui a tout fait, tout vécu, a pagayé en Amazonie avec les zoulous avant de se faire rôtir, s’est échappé et est venu participer à Survivor pour faire participer tout le monde à son propre trip médiéval agrémenté de surnoms improbables « Le chasseur de dragons » « le sorcier » « le WARRIOR » bref un beau bordel dans sa tête »

– Rob « Boston » Mariano, deux saisons passées, une fois finalistes, DEUX saisons de The Amazing Race, une fois finaliste, le mec passe sa vie à faire des real-tv. Menteur hors pair. Charismatique.

– Parvati Shallow – la plus grande bouffeuse d’homme de l’univers, doublée d’une incroyable joueuse qui SAIT obtenir ce qu’elle veut, bref une personne qui vous mange la tête après les choses sales

… entre autres. L’énorme problématique de cette saison était un spoil MASSIF. Je sais pas qui était aux commandes de cette fuite massive mais il était assez difficile d’esquiver les forums spécialisés où tout les trolls du monde s’étaient regroupés pour poster des topocs du genre « OMG Russel termine troisième, Parvati
deuxième et Sandra gagnante » à partir de là il y a deux attitudes qui rentrent en jeu : soit un déni total (encore ce foutu troll en final? Encore cette dominatrice en finale? Ouf! Gagnante déjà gagnante et méritante de surcroît <3 ) soit une espère d’attente, de voir comment ce résultat va être goupillé – bref on regarde le déroulement des choses en savourant un fantastique « Ne pas s’énerver – il va se casser la gueule, c’est écrit » d’où une saveur toute particulière. (Et le spoil intégral était disponible avant même la diffusion de Samoa, c’est dire son impact – le mec a pas encore joué une saison qu’on sait qu’il arrive au bout de la deuxième)

Une équipe de Villains qui ressemble à un casting all-star de catch, qui commence la saison en arrivant en hélicoptère face à dix heroes un peu médusés. Une équipe de heroes qui ressemble à un tas de muscles, des gens qui ont indiscutablement dominés leurs précédentes apparitions. Des gens pas forcément très très malins mais qui constituent l’essentiel des favoris du présentateur, qui ne cache jamais trop ses préférences dans le domaine. C’est parti, dix contre dix, le truc est lancé avec un bon vieux challenge bien physique. Des culottes se barrent, un sous-tif s’en va, une épaule est disloquée c’est dire si effectivement le truc démarre comme un match de catch. Les choses sérieuses commencent et on amorce cette phase un peu inévitable de jeu où on dégaze (sic) les joueurs qui font n’importe quoi, qui ne s’affirment pas vraiment ou qui s’affirment trop en le faisant mal. Mais ô joie pour les puristes amateurs de coups bas, les Heroes perdent. Dans un premier temps il ratent un peu tout et les trois quatre premières sorties les appartiennent. Des gens jugès trop
faibles, trop boulets ou un poil trop stratège – bref des gens qui ont enfin un retour de kharma bien mérité. Il faut pas beaucoup de temps pour se retrouver à 9 contre 5, là où les Heroes étaient sensés dominer les challenges avec leurs muscles saillants – problème et là je vous jure que c’est vrai – la bonne majorité des jeux se terminent par un puzzle et l’équipe des bleus à comme un problème avec, ils n’y arrivent pas et les rouges en face rattrapent toujours le temps perdu via le fantastique boulot de Boston Rob. Du coup ils tombent comme les arbres à Noël 99 ou dans la pub pour le sucre tac tac tac tac et pas mal de connivences se créent dans les deux clans. Chez les Heroes la parole ne veut pas dire grand chose, on vire surtout la « victime de la semaine » qui aura sorti le mot de trop ou fait le geste mal placé. Chez les Villains c’est surtout la « Team Russel » contre la « RobMafia » (ok ce sont des noms de fans, heureusement) et chaque clan fait sa petite course aux immunités cachées. Le déroulement du jeu est immuable et les Heroes se réfugient dans une attitude complètement monolithique « on est des gagnants! On est des warriors » alors que les mecs d’en face sont trop occupés à faire des mimiques et à se foutre de leur gueule. Bref la saison s’annonce assez dominatrice…

vlcsnap-188211.png

 Et c’est là qu’intervient notre hobbit préféré. Lui il est confronté à pas mal de gens aussi mégalos et il panique un peu – il retente un peu les mêmes tours mais il n’y a plus de chaussettes à bruler! Il essaie de diversifier ses secteurs d’activité et enterre une machette dont personne n’a rien à foutre. Pas évident de réclamer de l’attention quand tout le monde est de même niveau… mais encore une fois il garde la même idée en tête : virer les plus forts. Ce mec à un fétiche de la difficulté, il aime saborder les choses, je sais pas trop comment l’expliquer – il n’empêche que c’est vrai, la roue tourne et les Villains perdent leur premier challenge… puis deux… un certain nombre et les conseils s’enchaînent. Après une première perte tout à fait neutre, les gens paniquent pour sauver leur peau, c’est trois contre quatre et deux qui regardent. La RobMafia se rends compte du potentiel gravissime du sieur Hantz et essaie de le virer – c’est là que ce dernier nous sort un JEU DE HASARD COUILLU A LA BATMAN et tourne la tête d’un des mecs de la faction adverse, qui ruine complètement le plan et sort tout seul, en guise de punition immédiate. Tyson dégage, porte ouverte à Rob, puis à Coach, puis à Courtney, bref tout le foursome charismatique sort du jeu en file indienne et tout les fans du monde entier pleurent des larmes de sang. On est à mi-chemin et le jury commence à se constituer…

La menace Villains prends tout son potentiel avec l’alliance Russel-Parvati : imaginez un Bonnie and Clyde de la télé-réalité, avec un Clyde Barrow control freak pensant tout dominer marié à une Bonnie Parker qui à deux tours d’avance mais qui la ferme, la sachant pertinemment gagnante au bout face à l’autre. A partir de là la vérité s’impose mais s’accepte si difficilement : ces deux là iront jusqu’au bout, la troisième roue du carrosse étant probablement le gagnant. Cette roue c’est Sandra, une Villain gagnante, trentenaire tardive, maman latino, parfaite dans le role du « sous le radar » qui sait ferme sa bouche quand il le faut. Le petit grain de sable qui va faire déconner l’inévitable… bref toutes ces scénarios dramatiques! Ah la la, Survivor. En attendant, on est encore 6 contre 5 et Russel est le dernier mec chez les Villains. JT, un Heroes, se prends de compassion pour lui, sort de sa tête le fait qu’il va être la victime d’une alliance de femmes chez les Villains, trouve une Hidden Immunity Idol de son coté, lui écrit une lettre et l’accompagne en pièce jointe au troll qui la récupère discrètement lors d’un challenge. OUI. Exactement comme dans le sketches du Saturday Night Live « Dear Russel » et BAM, mmh Watcha Say. Comment peut on être aussi con pour donner une imunité jetable à l’équipe adverse? Il a oublié le nom des équipes ou… en tout cas, la manoeuvre était transparente et
personne n’a bronché chez les Heroes. Du coup, Russel la donne à Parvati qui en a désormais DEUX. Il pleut des idoles chez les stratégiques, c’est vous dire le bazar! Bref c’est la réunification, la « merge » à 6 Villains contre 4 Heroes – ces derniers partage les votes mais Parvati sort ses deux idoles en même temps et sort par le même coup l’autre crétin généreux. Instant kill en somme, voilà ce qui arrive quand on est trop IDIOT. Et ça a gagné une saison… pff! Mff! Meh! Bref je vais pas vous détailler le truc mais ça le Russel, king of Samoa comprends qu’il ne maîtrise pas TOUT, mais qu’il est toujours majoritaire à 5 contre 4.

A partir de là il se passe un truc rigolo à Ponderosa, la séquence du jury visible seulement sur Internet (intra muros, quand on se fait sortir, on doit garder le silence et on n’est là que pour mater les conseils) les trois premiers jurés, à savoir Coach, Courtney et JT, jouent à Rock Band. Bon c’est déjà suffisamment rigolo mais ça prends une ampleur démentielle quand il décident de monter un groupe nommé « Les Dragonz », avec premier tube, clip à l’appui et tout le ploum ploum tralala. C’est tellement absurde et mauvais que ça en devient génial. Jouer à Rock Band en prenant des positions christiques n’a jamais été aussi naturel!

http://i42.tinypic.com/2cx9u0o.gif

Ca ce n’est qu’une histoire à suivre en parallèle mais l’hilarité du truc est telle… ENFIN. PENDANT CE TEMPS A VERA CRUZ. 5 Villains (dont Russel et ses deux femmes fatales, contre une fille de main et la mère Sandra qui veille) d’ailleurs la Sandra elle a essayé de prévenir les Heroes des manoeuvres de l’autre tyran mais personne ne la croyait jamais, toujours synonyme de sortie immédiate. Sandra devient un peu la Cassandra j’oserais dire pour taper dans le mythologique. A ce stade, l’inévitable l’est toujours autant et on s’attend à ce que les Heroes minoritaires sortent un par un. C’est effectivement ce qui arrive, plus ou moins, avec quelques accrocs, la recherche de l’hidden immunity idol étant toujours un enjeu crucial pour espérer le coup d’état fatal. Pas de bol, l’ndice est toujours trouvé par un Villain – nombre de scènes surréalistes sortent de là, par exemple quand Amanda et Danielle font un véritable catfight pour un indice dans la maison de Robert Louis Stevenson, pendant que Colby mate le truc avec son pop corn, l’air d’en avoir rien à foutre. Non, je veux dire littéralement, le gif de l’année un peu. La-dite lividmanda se fait immédiatement sortir et fait foirer une nouvelle fois le plan anti R. à cause d’une autre Heroes dissidente qui pense trouver refuge avec les villains. Bien sûr, cette dernière se fait virer immédiatement après, il ne faut pas rêver… le montage change envers le hobbit. On sent qu’à ce stade la fatigue veut nous le faire détester et c’est pas difficile en sommes –
intra muros les candidats restants ne pensent probablement pas une seconde à le virer parce qu’avec son jeu agressif (cette fois il ne faisait même pas semblant de taquiner et menaçer ses camarades, d’où un certain nombre de refus et de réactions outrées) vu son parfait satut de « chêvre ». Personne ne pourrait voter pour lui et il semble être le seul à pas s’en rendre compte – bref – on sent que le montage veut jouer la carte de « futur déchu » surtout avec Sandra, toujours présente, qui n’a jamais gagné aucun challenge mais qui SAIT répondre et sortir les « Shut Up » et les « Fuck you » qui font tellement de biens aux téléspectateurs. Le Russel prends peur et vire l’une de ses commandantes grace au recrutement des deux heroes restants qui n’attendent que ça – un dernier petit détail qui le conforte dans cette position de contrôle. Bien sûr les deux derniers Heroes sautent et la carré final est intégralement rouge. Russel, Parvati la terrible, Sandra et Jerri qui passait par là, jamais une réelle menace. Russel gagne la dernière immunité (car oui en plus il gagne tout. Physiquement. Avec Parvati. C’est fatiguant. Tellement que je fais des phrases courtes) et vire Jerri car il suppose que Sandra ne gagnerais pas avec ce jury. HO HO HO il était trop occupé à faire ses magouilles pour se rendre
compte qu’au contraire, elle avait copiné avec tout le monde. Bref Sandra et Parvati se foutent de sa gueule, brûlent son chapeau (ultime vilénie et retour de kharma, puisqu’il brûlaient des chaussettes une saison plus tôt) et au final le jury le défonce avec les honneurs, préférant une gagnante faiblarde et un peu passive mais bonne gueule à une bouffeuse d’hommes un peu trop arroguante et bourrine. Et c’est la … victoire. La deuxième victoire pour ce qui est probablement la gagnante préférée pour les fans du show.

vlcsnap-250219.png

Oh là victoire tellement méritée. Un Villain, c’est déjà bien dans l’esprit, mais une fille un peu neutre, un peu faiblarde, incarnant un gameplay tellement subtil et « survivant stratégique », c’est génial. Au final ce Final 3 c’était la sublimation de trois stratégies différentes, « Under The Radar », « Middle Of The Road » et « Over The Top » comme disent les pros de l’étude du montage. Il n’empêche que le Russel à encore gagné le prix des téléspectateurs et il se tape la bagatelle de 400 000 Dollars en deux saisons (et je rappelleque c’est plus ou moins un magnat du pétrole) donc ça va, il est ridicule mais assez riche. Le fanservice aura été ultime, il nous a cassé couilles subtilement toute une saison, il le refait frontalement et il re-perd. Une place en moins. Avec un très bon gagnant – c’est la JOIE.

Une joie qui irradie jusqu’au Koh Lanta Choc Des Heros qui nous a foutu la finale la plus fanservice et le gagnant le plus méritant et charismatique de l’histoire de l’humanité. La première partie de l’année on s’est tapés des gagnants chiants, relous, imméritants – le deuxième semestre c’était tout l’inverse, et sur tout les fronts. Ca fait du bien un peu… et pour Survivor, on se retrouve en Septembre pour Nicaragua. Mauvais présage puisque les deux prochaines saisons y sont tournées… et ça craint la nouvelle saison thématique. Peut être Russel contre le reste du monde?

Posted in Télédérision | Tagged , | 4 Comments