Boo ya!

null

Bonjour plèbe! C’est moi, Russel Hantz, et il vient de m’arriver un truc de dingues!
Installez-vous posément, je vais vous raconter une belle histoire à ma gloire, mon passage dans la real-tv américaine Survivor Samoa.

Regardez, on peut me voir sur l’image là, avec des joyeuses andouilles habillées en jaune. Notez le
chapeau que j’exhibe pour montrer au monde entier ma classe et mon style. Je fais un petit mètre soixante, j’essaie de cacher tant bien que mal une petite bedaine, témoignage de ma vigueur et de
mon bon vivant!
 J’ai une dent pétée que j’aime bien montrer au grand jour, le temps d’exhiber l’un de mes
mémorables sourires diaboliques. J’ai un peu une tronche de troll mais faut pas croire, je suis marié à un canon et j’ai quatrebeaux bambins. Dire que je suis le roi du pétrole est une
blague bien éculée puisque je suis effectivement un magnat de l’or noir et je me suis fait pratiquement deux millions en 2008 – en plus je suis texan donc voilà je suis un peu un cliché ambulant –
j’ai donc décider de pimenter un peu ma vie et je me suis inscrit à la 19è édition du fameux show américain où on s’entre-élimine pour tenter de gagner un million de dollars US. Moi je suis déjà
millionnaire, je m’en fous un peu donc je me suis dit que j’allais faire autre chose et catalyser un peu mon complexe de malade de l’attention. J’ai donc été casté par cette fille qui recrute un
peu n’importe qui – car oui pour participer à un real tv faut soit passer un casting soit être là quand la casteuse passe, au marchands ambulants de tacos par exemple. Cette femme, en 10 ans, ne
semble qu’aimer ces gens recrutés au hasard et les proprios californiens de bars, les auteurs poussifs californiens et les acteurs/mannequins californiens. Bref j’ai fait usage de mon petit sens
verbeux et hop le tour était joué, deux mois plus tard je me retrouvais sur les îles Samoa à faire le zouave.
J’ai donc fait mon petit truc et ça à failli parfaitement marcher…

Du coup, début Septembre, les premiers teasers pour cette nouvelle saison commençaient à tomber. Entre les petites images d’illustrations habituelles, la voix off virile annonçait « le plus gros
méchant de l’histoire de Survivor fait son apparition! » Bien sûr cet épithète n’était pas dédié à ma bedaine mais bien à ma moule, ma petit chance insolente et surtout ma capacité à monopoliser
l’attention de la caméra. Vous vous rendez compte, j’étais déjà une superstar avant même que le show ne commence!
Vous le savez probablement, dans la real tvricaine comme « partoutailleurs » comme disent les présentatrices météo, les candidats sont cantonnés, souvent contre leur gré, dans l’obédience « gentille »
et l’obédience « méchante ». Moi, j’ai voulu prendre le rôle de force, en plus j’avais cru entendre parler d’une saison All Stars spécialisée sur le genre dont le tournage était prévu au même
endroit, juste après. Au catch ils appellent ça les « face » et les « heels » je crois… ben moi j’ai voulu m’amuser, et faire le superheel.

null

Me voilà donc fraîchement débarqué sur une plage de sable blanc et fin, avec 19 autres zigues. Je suis dans l’équipe
Jaune, la tribue Foa Foa. Casonne pas très bien mais c’est l’équipe gagnante, forcément je suis dedans! De l’autre coté, y’a un autre Russel mais il a des dreadlocks et à l’air un peu trop gentil
pour être crédible. Tout de go, le charismatique Jeff Probst nous demande de procéder à un vote pour élire un leader. J’ai reçu deux-trois voix sur les neufs autres, dont une petite brunette qui
m’appelle « Big Strong Guy ». Il faudra penser à l’éliminer elle, c’est une menace potentielle. Bref je ne suis pas élu, le rôle de siège éjectable revient au beau gosse médecin avec sa belle veste.
Les leaders doivent immédiatement choisir des gens pour le jeu de confort immédiat : je suis choisi pour le rôle du FORT : je montre ainsi ma puissance en soulevant des rondins comme un homme! On
gagne même le challenge, tout commençait sous les meilleurs auspices. L’équipe mauve, les Galus, était bien dégoutée, même le jeunot physicien à l’air tout penaud.
Je rentresur le camp et là, j’attaque direct et je met en place ma grande stratégie de fou : je vais voir les 9 autres, toujours individuellement,
et je leur promet monts et merveilles. Bien sûr ils ne bronchent pas, trop contents d’avoir des offres spontanées. Y’en a même qui semblent complètement tomber dans le panneau, j’appelle ça mon
« alliance de blondasses »! D’autres semblent un peu méfiants, comme cette fille qui est policière sur le continent, ou l’autre asiatique là qui est avocate. Je copine un peu avec les autres mâles,
et je me trouve même un sidekick, car les bad guys ont toujours un sidekick. En plus celui là à l’air un peu déjanté – comme j’ai regardé la saison précédente je sais que le second du grand méchant
se fait virer bien avant lui.

Du coup, après avoir tout promis à tout le monde de façon totalement invisible et subtile, je commence à faire mon petit show. Objectif : faire de la vie de mes compatriotes un véritable enfer. Je
veux les AFFAIBLIR. J’ai même un gimmick : « Si je peux contrôler leur ressenti, je peux contrôler leur pensées! » Car je sais que ça m’assureras une position dominante à l’avenir. Ne demandez pas,
je le sais. La nuit tombée, je leur raconte des tas de conneries comme quoi j’étais pompier, j’ai survécu à l’ouragan Katrina (comme tout les candidats de real-tv cette saison d’ailleurs) et que
mon berger allemand venait de mourir. Ils gobent tout, me disent qu’ils sont tristes et s’endorment. Moi je commence mon travail de fond : je brûle les chaussettes de petit BCBG et je vide
impunément toutes les gourdes de la tribu. Le caméraman à l’air d’être aussi à fond que moi! Du coup, au matin c’est déjà le bazar : mon grand dadais de pote et la petite brunette s’engueulent et
ne peuvent déjà plus se saquer! Du coup effectivement, j’ai bien affaibli mes troupes et conséquence logique : on perd le premier immunity challenge. Les gens commencent à flipper, moi je dis à
tout le monde de virer la brunette, et tout le monde s’exécute. Numéro 20 sort en pointant du doigt l’une de mes deux servantes blondasses comme étant le maillon faible. Ce qui est vrai, il faudra
que j’y repense.

null

« Quelle virilité dans l’poignet! Vous devez faire le bonheur de votre
mari! »

Deuxième round : de retour au camp au petit matin, je commence à chercher la petite immunité cachée que
je suppose être sur chacun des camps. Je rappelle que dans cette version du jeu, on peut glaner des indices pour choper une idole à sortir avant un vote si on se sent menacé… donc moi je la
cherche, sans indices. Je cherche partout, je fais même pas semblant, les autres marchent comme des zombies autour de moi sans que personne y prête attention. Et JE LE FAIS! Je trouve l’immunité
(pas super) cachée sans indices et je deviens le premier à réaliser cet exploit. Ma conquête du monde commence bien! On va au reward challenge, un espèce de jeu de basket bien bien bourrin ou tout
le monde peut se taper – d’ailleurs mon sidekick redneck maboule devient le premier expulsé d’un jeu pour avoir fait un coup de pied pas classe dans les genoux. A la fin du challenge, l’un des mes
compères, le vieux cuistot qui a encore plus de bide que moi se sent pas bien et fait un malaise. Hop, intervention médicale, il se fait sortir de force, il a plus de tension. Bon pas grave. De
retour au camp, c’est le bazar. Le gameplay fait qu’à chaque jeu, les perdants « capturent » un gus d’en face pour qu’il observe un peu et pour qu’il chope un indice vers l’immunité cachée (ce
qui me fait bien rire) et la fille d’en face est foldingue, ils se volent dans les plumes et sortent des remarques racistes, des histoires de sandwich au ketchup je sais plus trop quoi.
Dommage qu’on perde aussi l’immunity challenge, encore. Ma nouvelle cible? La flic qui OSAIT pas me croire. Toute menace doit être sys-té-ma-ti-que-ment virée. Et ça remarche! Sortie de Numéro 18.
Troisième round, on continue de perdre comme des porcs ET le confort ET l’immunité, du coup je suis obligé de sacrifier mon second qui fait chier tout le monde, autant surveiller un peu mes
fréquentations. Bon, ça commence à devenir un peu chaud là, on est 6 contre 10, et effectivement mon plan à l’air de bien marcher, je suis toujours là.
Le quatrième tour sera enfin le bon pour éviter le conseil une fois. Du coup, les jusque là très invisibles mauves (normal, l’attention était portée
sur moi) on enfin un peu de quoi cogiter et virent la fille aux commentaires limites. C’était qu’une pause dans nos emmerdes à nous, les jaunes, puisqu’il pleut pendant des jours et des
jours, on a les doigts qui tombent car avec nos défaites au confort on a aucun objet pour se protéger. C’est sans moral aucun qu’on re-perds les jeux suivants et je me
démerde pour virer la seule petite idiote qui me croyait complètement dans mes plans machiavéliques. Une blonde en moins, quoi. En tout cas, on est plus que 5 contre 9 et l’avenir est pas super
radieux.

Au jeu suivant le lendemain, Jeff nous sort un TWIST sorti d’une de ses
éternelles chemises : les deux équipes doivent sortir quelqu’un. Le jeu ne déterminera que celle qui mangera une bonne grosse pizza devant le conseil adverse. Qu’à cela ne tienne – l’autre
Russel, le mauve, à la bonne idée de quasi-mourir pendant le jeu, sans que personne ne s’en rende compte puisque tout le monde avait les yeux bandés. Intervention héroïque du présentateur, et le
gus fait un encore plus gros malaise que son prédécesseur, yeux blanc et tout le toutim dans une scène assez effrayante à voir à la télé : l’ami Probst a bien flippé sur le coup. Conseil annulé, un
mauve en moins, c’est toujours ça de pris, mais ça nous empêche pas de continuer à perdre et de voter, une fois de plus, une fille qui me faisait pas
confiance.

Nous sommes donc 4. Moi, ma blonde alliée qui me jure sa loyauté sur une pile de bibles, le
gentil médecin leader du début et le black BCBG qui arrête pas de parler d’abandonner. Mais voilà la MERGE, la réunification quoi. 4 contre 8, hé ben les gars y’a du boulot. A partir de là, tous
les sortants forment le jury qui, au final, votent pour le gagnant et son million.

null

Les deux camps arrivent sur la même plage et festoient joyeusement. Bon, les 8 Galus restants… un mec super bizarre
que tout le monde semble apprécier, un autre très sûr de lui, le rocket scientist et un petit jeune que la caméra semble complètement ignorer. Parmi les filles, y’a une folle de Dieu, une autre
blonde coiffeuse, une barge sortie des années 80 et une petite porto ricaine. Bien sûr, officiellement, ils vnt tous nous virer un par un mais en laissant traîner mes oreilles je pige rapidement
qu’ils veulent se reposer un peu sur leur avance et dégager leurs propres compères qu’ils pouvaient pas saquer. Owi owi, quelle bonne idée, je les encourage dans cette affaire. OH Dommage la
fille visée gagne l’immunité, c’est pas grave l’attention se tourne vers le petit arrogant mauve qui pense tout contrôler. Et ça marche! Il sort, SON immunité cachée en poche. 4 contre 7, mais à ce
stade je suis grillé, j’ai utilisé la mienne avant le vote, inutilement. Tout le monde a pigé que j’étais pas net.
Au
tour suivant, je gagne pas l’immunité et aucun jaune non plus. Du coup, je recommence à chercher comme un dingue, et je REtrouve le collier mirifique remis en jeu, toujours sans indices. Faut
croire que les mecs de la production aiment mon petit manège ou alors sont juste un peu bourrés. Je suis méga visé au conseil à 11 qui vient. Du coup je laisse passer, je mobilise mes troupes et je
sors le précieux sésame avant le vote qui affichait 8 bulletins à mon nom. Génial, tout le monde est sur les fesses et la coiffeuse se fait idoler la face et devient la numéro 10. Quatre contre
sept, on y arrive, doucement mais sûrement.

Ca en devient ridicule : une nouvelle idole est remise en jeu, je profite de l’indice
que je récupère de manière subtile et je trouve ma troisième immunité cachée. Je suis un génie, les autres sont des petites bites, ils font juste semblant d’essayer de me devancer… Toujours plus
loin dans les bons présages : la fille au mullet semble m’adorer et veut sortir depuis longtemps la foldingue catholique fan de Sarah Pallin. Came semble évident mais le fait que je
récupèrecomme ça une alliée d’en face que personne n’aimait, c’est juste mirifique. Je ne bronche pas et je fais comme avec tout le monde : je lui promet de l’emmener jusqu’au bout. Au vote
suivant, ça passe presque, c’est 5 contre5. La règle est claire, si un deuxième vote sans les concernés ne donnent toujours rien, c’est tout le reste qui risque sa tête sur un coup de hasard. C’est
le petit ingénieur mauve qui flippe et qui change son vote au deuxième tour en faisant sortir numéro 10 et ses idées reçues. Jeff Probst en croit pas ses yeux et nous appelle le « Foa Foa
Foursome », étonné par cette minorité qui commence à envoyer tous ses opposants dans le jury final. On est toujours tous les quatres, coudes à coudes, et y’amême une taupe dans l’équipe adverse. On
l’apprivoise et là suite semble tellement facile… je ment à un mauve, lui dit que je vote avec lui, et on le fait sortir. Hop numéro neuf le physicien. Hop numéro huit le mec bizarre
qui a toute une base de fanboys sur internet. Hop numéro six la petite chiquita. Cette fois, j’ai du mettremon idole autour de cou pour faire un peu le show, c’est passé. C’était la dernière
occasion et je l’ai même pas jouée, ça me fera un petit souvenir.
Il reste que deux ex mauves, le mec complètement invisible et mon alliée que je déteste en secret, comme tout le monde.

null

C’est le petit inconnu aux T-Shirts moche qui gagne son ticket pour le prochain tour cette fois. Je me retourne donc
vers ma miss Marine en faisant le boulot habituel « oui, bon, allez je vous offre un jaune » et elle sort sans voir venir grand chose.
On est là tous les quatre avec ce gamin qui a du faire des alliances avec tout le monde de son coté mais qui voit systématiquement ses copains aller sur le banc des observateurs.
Merdum, le voilà qui continue à gagner les jeux et à sauver sa peau. Je mobilise ma petite Barbie et on sacrifie notre petit BCBG, qui va aussitôt remettre ses lunettes et son pull
Lacoste.
Jour 38, déjà l’heure du dernier immunity challenge… on empile des bouts de plastiques surmontée par
une statuette phallique. Mes deux compadres sont les deux premiers à perdre, je suis bien obligé de gagner sinon c’est probablement moi qui va sauter. Après toute cette monopolisation, ces discours
diaboliques, ce parfait esprit de foutage de merde volontaire, ce serait dommage de se faire niquer au dernier tour! Duel épique donc qui se termine favorablement pour moi, au terme d’une
séquence mémorable ou moi et John Doe manquont de perdre vinq-cinq fois de suite. C’est donc ma pomme qui a le précieux collier salvateur, pour la dernière fois. Quel symbole! J’ai
commencé par tout perdre, puis j’ai emmené ma petite minorité jusqu’au bout. Le dernier mauve tente bien sûr de foutre le bazar et de sauver sa peau mais personne n’est assez fou : les sept
huitièmes du jury sont ses potes. C’est donc le dernier à se prendre un « Tribe Has Spoken » dans la face et à se faire éteindre sa torche.

Moi, Barbie et le gentil médeçin sont donc le Final 3, les trois gus soumis au vote
dont je rêve tant. Mais quelque chose merde… au conseil final justement, il y a comme une couille dans le potage : tout les jurés semblent TRES TRES aigris du fait que je les aie niqués un par
un, sans que personne ne bronche. En plus, Barbie fait du ouin ouin parce qu’elle a quitté son boulot afin d’intégrer le jeu… bon à coté d’un médeçin ca la fout mal, mais j’ai merdé en disant que
je m’étais fait un tas de pognon l’année passée pour gagner la confiance d’une future victime. Les deux autres plaident leur cause n’importe comment, mais je suis méga sûr de moi, même si tout le
monde m’engueule je sens que c’est dans la poche.

Nous sommes le 21 Décembre. Les producteurs ont bien kiffé mon personnage puisqu’entretemps j’ai tourné dans la saison best of, Heroes VS Villains, ou j’ai fait une team avec 4 autres mecs qui ont
eux aussi complètement volé l’attention sur leurs propres saisons. Je suis là, en live à New York, Probst commence à faire le dépouillement final. En même temps, 5 internautes français,
EK, Arez, Lexlama, Nemotaku et Concombre Masqué (qui lui priait pour le gentil médecin) espèrent ma victoire, ne
serait-ce que pour justifier tout le battage que j’ai provoqué. D’ailleurs, faut bien l’avouer, j’ai sacrément bien joué et personne n’a rien branlé à coté.

Après deux votes à mon nom, C’EST LE DRAME.

null

Je suis DEUXIEME. PUTAIN DE DEUXIEME. Surpassé par la blondasse qui ne faisait que me suivre et qui me faisait un vote supplémentaire. Je passe tout le reste du direct à faire la gueule, même si
j’ai les 100 000 dollars du deuxième et les 100 000 autres dollars décernés via un vote sur Internet. Je gueule dans mes interviews, j’insulte tout le monde, je suis purement et simplement dégouté,
au même titres que tout l’Internet qui crie au scandale après l’une des gagnantes les moins méritantes du show.

CETTE HISTOIRE DE FOUS!

null

Et pendant ce temps, Concombre s’envole pour les USA… en espérant rentrer vivant.

This entry was posted in Télédérision. Bookmark the permalink.

4 Responses to Boo ya!

  1. Amo says:

    !!!!!!!

    !!!!!!!!!

  2. Zoneur says:

    Quel homme ce Russel ! Domage qu’ils aient pas voté pour un vrai gagnant 🙁 En tout cas, ce post m’a donné l’impression d’avoir vu toute la saison, chapeau :p

  3. Nashi says:

    Okay dac, la prochaine saison je la matte. Nop parce que si c’est toujours avec des personnage de ce niveau… =D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *