Daily Archives: 1 octobre 2009

Schyzophrène tu vas dans le mur

http://estb.msn.com/i/F9/D091C6C939AD0758DEC0F7B9C11.jpg

Salut les p’tits loulous, c’est moi, votre ami Phiphi! Vous ne rêvez pas, vous n’avez pas glissé vers l’actualité musicalo-déglingos
de notre pote Pétrif’ et vous êtes toujours sur le blog le plus top fun de vos flux RSS! Yeah c’est super! Et aujourd’hui, j’acceuille
le très sophistiqué Concombre!
Ouais Philippe, je suis super content d’avoir cet échange imaginaire avec vous. D’autant plus que cette image de vous est
fabuleuse et cette veste rouge est preuve d’une audace vestimentaire rare, je soutiens. Mais avec Dédé vous avez failli nous faire une grosse connerie à la Nouvelle Star en Juin, vous avez failli
faire gagner une fille qu’a pas chanté une seule fois! Et tu diras à Dédé qu’il a certainement autre chose à foutre que faire des pubs pour Groupama (toujours-toujours là pour moi)

Justement, vous êtes en pleine introspection là…
Exactement, en ces temps de rentrée imminente l’angoisse afflue et les questionnements existentiels sont légions. Après avoir trouvé
l’horrible secret de la disparition d’Olivier de Carglass, la firme a tout de suite rétorqué en envoyant Marc la semaine d’après, puis Sebastien à peine encore cinq jours après. Rendez vous compte,
retourner la même pub plan par plan en changeant juste le mec, c’est incompréhensible.

Mais les mystères de la vie atteignent aussi la blogosphère?
Absolument, ces temps ci on peut assister à un phénomène très étrange : sur les blogs les plus visités, une andouille
quelconque poste toujours les mêmes commentaires en laissant toujours les mêmes messages nébuleux. Tout ça est très étrange, d’autant plus que la sphère bédéiste a subi la même histoire… une
histoire de Mickael Conan je crois… je sais plus. Une histoire du genre.

Bien bien, mais le sujet de ce post c’était pas Guitar Hero?
Ouais, encore, parce qu’avec la sortie du 5 et le gros battage autour de Rock Band Beatles je me suis dit qu’au cas où ça
intéresserait des gens qui s’emmerderaient au boulot je ferais un petit historique de mon vécu sur ce fabuleux type de gameplay. Je pense qu’il est temps de faire un choix et de prendre des mesures
draconiennes! En plus le prochain post JV ce sera un truc chiant sur Phoenix Wright hein. Je voulais mettre mon petit grain de sel en parallèle avec la fiche technique
de Mr. A…

Okay c’est top fun! Racontes moi un peu ton état d’esprit à la sortie du premier volet…
Ben Guitar Hero, c’était comme une grosse frustration. Penses-tu Fifi, en 2005 j’avais euh 15 ans
et les effluves du rock and roll n’étaient pas encore trop présentes, ça doit être l’effet kisscool du lycée privé catholique (en parlant de ça, le prochain post…) Enfin bref : Guitar Hero,
gameplay très aguichant et surtout l’argument de vente ultime! Une guitare en plastique. Bien sûr je n’avais aucune idée de ce qu’étais un médiator et son rendu sur le périphérique ne me choquait
guêre. Ca paraissait juste cool, viril et propice à attirer la brigade des oestrogènes. Mais problème : on est bien sûr sur PS2. Tu vois Fifi, chez Nintendo, le seul exemple de sortie de ce genre
c’était Donkey Konga, et la plupart des jeux de rythmes à supports de la firme se démarquaient par leur facilite. Chiant donc, il fallait voir les autres se pavaner avec leurs machins et les
regarder jouer sur Youtube et les sites spécialisés.

Et là miracle…
Par une suite d’évènements totalement inintéressante à raconter, une PS2 tombe du ciel avec sa flopée de bons jeux pour toute la première moitié de 2005. L’occasion de
changer un peu de perspective avec des oeuvres comme Ico ou de faire le con devant Eye Toy. Les grandes vacances s’amorcent avec le rippage du fameux jeu qui faisait tant envie, le temps de
commander la petite hache qui va bien… et la découverte de ce jeu était un poil particulière puisque j’avais un temps limité, deux semaines précisément, pour explorer à fond le truc avant de
devoir le rendre. Les conditions de tests quoi. D’ailleurs j’ai souscris à No-Life et…

Hey arrêtez de faire du teasing et poursuivez ce monologue nostalgique, c’est absolument passionant!
Oui pardon Philippe, je ne voudrais pas brusquer quelqu’un qui a l’audace de promour
les BB Brunes. Nan parce que trois accords majeurs tout le monde peut le faire hein. Bref. Le lancement du jeu et de la première tentative de « I Love Rock And Roll » en façile avait quelque chose de
mythique. Coordonner ses deux mains dans un jeu vidéo, c’est quelque chose de très basique mais dans ce contexte c’était tout à fait inédit. L’équipe d’Harmonix a fait un boulot respectable et
fédérateur : les menus étaient jolis, les décors et les personnages pas trop vilains, la progression très bien dosée. En ce qui concerne le playlist… pas mal de trucs à dire. Elle ne m’a pas
marquée tant que ça mais aucun morceau ne m’a particulièrement dérangé, puis ça m’a permis de découvrir les Queens Of The Stone Age que je ne connaîtrais toujours probablement pas. Bon, problème :
pas mal de reprises, et quand tu entends une reprise de Killer Queen, tu le sens tout de suite, logique. Plus c’était connu, plus c’était « repris » j’ai envie de dire, sauf Spanish Castle Magic faut
croire.

Mais vos petits doigts aussi ont droit à la parole ! Qu’en est-il du niveau de difficulté de Guitar Hero?
C’est une question de point de vue temporel. Atteindre le niveau expert et
boucler le dernier pack de chansons (non parce que ça rigolais pas hein, Godzilla et Cowbows from Hell étaient plus dur à boucler que Bark Ath The Moon) était un petit exploit en soi. D’ailleurs,
faire n’importe quel truc en expert suffisait à épater les foules, une vidéo de ma pomme en train de faire Take Me Out doit traîner sur le tube ah ah. Mais avec ce recul d’une demi-décennie, on a
l’impression de maîtriser un demi-niveau de difficulté au dessus… et ce n’est pas tout à fait vrai. Tout le monde vous dira la même chose : Guitar Hero est une pute avec les hammers-on et les
pulls-offs. Vous savez, une technique de legato. Rien à voir avec les patisseries mais bien un moyen de faire des notes rapides, et donc de se la pêter sur les solos de Guitar Hero. Je disais donc,
sur les partitions elles sont rarissimes et tolérantes comme le KKK, ce qui est fatiguant quand tu joues à Crossroads par exemple, t’est frustré sur le solo parce que t’y arrives pas et c’est pas
cohérent… mais dans l’ensemble ça reste un titre qui vaut toujours probablement le coup.

Un an plus tard, rebelote avec Guitar Hero II?
Ben non, parce que sans PS2, sans gratte, j’étais réduit à l’air guitar devant les vidéos youtubes. Une triste période. Je n’ai jamais pu y
avoir joué et tout fait rêver dans cet opus, notamment la playlist et sa fabuleuse version de Misirlou par exemple. Un tas
monstre de morceaux monstres y sont présents, dont le fabuleux Freebird (tiens moi qui parlait du KKK tout à l’heure c’est rigolo) et son solo mortel. C’est cet opus qui a donné un épisode de South
Park où Randy joue en pleine nuit à une chanson de Kensas dont le nom m’échappe! C’est un peu l’eldorado de la partition qui vends du rêve et je suis condamné au sevrage pendant plus de deux ans.
Bouh…

C’est pendant c’est triste traversée du désert que sortent les premiers spin-offs de la série…
Oui mais un peu osef parce que « Rock The 80’s » voilà hein et Aerosmith je suis pas
vraiment fan. D’ailleurs c’est une chanson d’Aerosmith qui est probablement le morceau que j’aime le moins de la playlist principale de …

Guitar Hero III. Une petite révolution non?
Oui et non. Le changement de studio derrière a été le point de départ d’un petit démontage très injustifié qui consistait à trouver à ce jeu
des tas de petits défauts invisibles. C’est peut être pas le meilleur opus mais c’est le meilleur auquel j’ai joué, avec passion! Le seul vrai reproche à faire c’est l’abandon d’un look très
cartoon et caricatural pour un desin un peu plus sérieux, mais c’est pas encore franchement rédhibitoire. Nan, Guitar Hero 3 à tout pour lui. Une playlist exceptionnelle, les seules reprises sont
calées au début pour les trucs les moins épiques (y’a Ruby et She Bangs The Drums en liste alternative, c’est dire.
Et là POLEMIQUE ! Tout le monde lui reproche sa trop grosse difficultée. Bon c’est vrai que la fin de la playlist en Expert est pas évidente à passer (acheté en Décembre 2007, bouclé en Mars dernier!) mais j’ai comme l’impression que le petits malins qui râlent sur cet état de fait n’arrivent pas à concilier « fun » et
« challenge ». Ce jeu, à ce niveau là, est parfait. Tu as toujours plus diffiçile pendant un certain temps, et tu peux même perdre ta vie sociale et commencer à t’entraîner à Through the Fires ans
Flames. Nan, je pense que les gens ont perdu de vue le fait qu’un médiator pouvait gratter une corde par le bas et… suprise, par le haut. En gros, tout le monde a oublié l’aller-retour, essentiel
à un certain point, après ce n’est qu’une affaire rythmique. Et ok, Before I Forget, OK, Raining Blood mais le reste c’est de la mauvaise foi, comme si on reprochait au jeu d’être trop court. Les
gens devraient être content d’avoir de quoi progresser, ingrats! Cette fois, les hammers-on et consorts sont parfaitement gérés ce qui permet de ballader ses doigts à la vitesse flash et d’étaler
votre prestige sur le mode online naissant.

black_star blonde_hair blue_hair elbow_gloves eyes_closed gloves green_eyes guitar hishiki instrument instruments long_hair maka_albarn maka_arubaan male microphone short_hair singing soul_eater soul_eater_(character) thighhighs white_hair

Bon tes états d’âmes revendicatifs c’est très bien mais c’est là qu’un split crucial intervient dans l’industrie et que deux camps et écoles se
forment…
Evidemment parce qu’Harmonix s’est barré pour créer Rock Band. Changement de gameplay total : cette fois une piste basse, batterie et chant
rejoignent la gratte et, pas de bol, le jeu est excellent. Pas de bol parce qu’il est exclusif à la 360 et qu’on se sentirais un peu con d’acheter une console rien que pour le jeu, d’autant plus
que le jeu complet rivalise avec le prix de la console seule! Rock band pert en format guitaristique mais garde une playlist excellente et tubesque (dans le bon sens du terme) c’est aussi le
premier volet qui permet de télécharger un nombre hallucinant de pistes supplémentaires. Les joueurs Wii et PS2 sont coincés dans un espèce de carcan de « sous choix », mais


… la réplique de Neversoft arrive fin 2008 et elle s’apelle World Tour. Et là, c’est le drame.
Un tas de pré-requis rendaient le soft un peu douteux mais la presse spécialisée ne
bronchait pas. Banco pour ma pomme, c’était comme acheter une grosse extension de playlist après tout, en oubliant le coté multi-joueur de la chose et l’attrait des nouveaux instruments qui ne me
concernaient pas. L’attaque cardiaque n’est pas loin quand j’insère la galette pour la première fois : mode solo complétement destructuré, sans véritable coté progressif, partitions surchiantes et
chansons pas adaptées pour X ou Y (je suis sûr qu’on peut finir « No Sleep Til Brooklyn » à la guitare sans y toucher) et surtout, surtout, le jeu est démentiellement laid. Cette fois le style est
délibérement réaliste, et si on essaie d’oublier les graphismes moyends de la Wii et l’aliasing moche de votre écran il est strictement impossible de ne pas voir les coiffures surlaides de vos
personnages.
Autre gros coup de pute : le studio, prometteur, qui n’est au final qu’un outil incompréhensible n’aboutissant qu’à des petits sons pourris mis
bout à bout.
Au final, la visée du jeu en solo guitaristique ne sera que faire en boucle une petite dizaine de tubes que vous aimez. Faut pas croire, LS, Tool, Hendrix, il y a plein de bonnes choses dedans. Et
pour ceux qui se plaignent des notes « persistantes » de cet opus, sachez que dans Raining Blood version Greatest Hits se termine par une quintuple note, comme un ultime pied de nez à la logique
élémentaire.


Et c’est la gueeeeerre!
Cet opus moyen est un argument parfait dans la plaidoirie des bourgeois joueurs de Rock Band qui ont eu la grande joie de se
voir offrir une deuxième opus. Rock Band qui ne sort toujours pas sur les « petits supports »…
Tu vois mon Fifi, là encore c’est une histoire de frustration. Quand bien même j’aurais Rock
Band 2 dans les mains à la place de World Tour, j’aurais au moins des graphismes un peu plus jolie et des kilotonnes de chansons à télécharger. Du coup, quand j’achête Rock Band premier du nom pour
voir un peu de quoi il en retourne : DRAME! J’ai pas sérieusement vérifié la compatibilité, et je suis coincé dans un menu, un très beau menu. Beau et frustrant §§

C’est là qu’apparaît le message de votre post mon cher Concombre!
Tout à fait. Rock Band 2 sort dans une semaine. ET LA C’EST LE CHOIX. La 360 devient de plus en plus attrayante avec son
prix qui baisse et son offre de téléchargement scandaleusement étendue. Tu peux l’acheter rien que pour redécouvrir les anciens supports que tu as raté, c’est assez dingue. Il serait cohérent de
changer totalement de bord, et là y’a Beatles Rock Band qui peut faire de l’oeil. Ah… les Beatles. C’est comme si tout le monde oubliait le coté un peu « cheap » de ce que peuvent être les
partitions, sous prêtexte d’un emballage TRES poussé – l’intégrale du jeu avec les instruments inédits et largement plus chère que l’intégrale en CD! Mff voilà.

Donc mon bon Philippe, il est fort probable que je commence à mettre mon Gamertag partout pour essayer de rattrapper des choses et faire un peu le casual entre deux TD. A suivre, dans les prochains
mois!

Le mot de la fin?
Ouais allez un peu chez Youe, un point de vue tout nouveau tout beau. Et Nemuri, on dirait moi au début, le timing correspond et en lisant le premier post, moi aussi j’ai eu envie de mettre des
lunettes noires et des perfectos. Quand bien même il semble un peu mort là. Ah ouais et remarquez les deux trois nouveautés d’Over Blog, les gravatar, les liens avec les noms de posts, c’est très
bath.

C’est tout pour aujourd’hui les gars! Et n’oubliez pas, ce soir vous pourrez retrouver sur Arte un reportage sur les Beatles à Moscou suivi d’un docu sur le porno
est-allemand! Trop fun! A bientôt et prenez soin du rock and roll!

Posted in Non classé | 5 Comments