999 110127 4242564

Amis terriens.

Me revoilà en rapport de mission d’une petite virée parisienne pour faire quelques achats compulsifs. Outre une rencontre complètement inattendue mais néanmoins bien marrante, j’ai le plaisir de vous annoncer que je détiens le Graal, le trophée ultime qui donne des palpitations de la culotte.

LE PREMIER BOX DE L’ANIME SOUL EATER.
Courage, c’est l’une des dernière fois que j’en parle frontalement. J’en avais déjà rapidement parlé et , sans vraiment me focaliser sur le truc – cette fois, c’est la bonne, après les trois précédents pavés, voici un pur laïus un peu
plus court de fanboy.
La puissance de Soul Eater est telle que des gens détournent des avions avec. T’est un passager, tu sors ton DVD et les gens disent « OH ! Il a des DVD Soul Eater ! Laissons le prendre le contrôle
de l’appareil, on ne peut rien faire ! » Cet anime est tout simplement mon coup de coeur de l’année. (Re) voilà pourquoi.

Mon premier contact avec la série se fait en fin du Volume 19 de Fullmetal Alchemist, quelque part en janvier dernier. Le-dit tome proposait quelques pages d’une future licence toute fraîchement
acquise, au dessin pas méga glop mais au scénario aguicheur. Ma première réaction « Mais c’est une redite de Shaman King ! » évidemment c’est un peu foireux comme raisonnement, ce n’est qu’à moitié
vrai. D’une part le scénario et l’aspect sur-animiste de la chose, d’autre part la cible des ces séries : ce sont tout les deux des shonens. Je ne me permettrais pas de jugement de valeur au vu de
ma piètre connaissance de SK. Non, le vrai shonen comparable c’est bien sûr Fullmetal Alchemist ; Publiés tout deux par Square Enix, tous deux adaptés en animes par Bones. Quand vous entendez ce
nom, je veux entendre vos poils de cou s’hérisser – vous DEVEZ craindre ce nom – ces mecs font de l’or. 51 épisodes chacun, un bon petit nombre d’openings/endings, et surtout un scénario librement
adapté pour un manga inachevé. J’aimerais que vous vous souveniez du plaisir, de l’émotion, bref du bonheur procuré par FMA – Soul Eater l’égale parfaitement. En outre vous pourrez vous vanter de
faire preuve d’un poil d’éclectisme, la preuve, j’ai les DVD sous la main, une diffusion télé semble de moins en moins probable, et c’est franchement dommage. FMA, on l’a tous découvert en Anime
puis en manga, les deux étaient juste différents. Là, on a d’abord découvert un manga au débuts pas génialement dessiné, puis une adaptation qui envoie du bois/du cassoulet sur Saturne/du pâté, le
Shonen de l’année, THE anime 08-09. On en parle pas assez et c’est un scandale.

Piqûre de rappel pour le scénario : Ecole Shibusen des manieurs d’âmes, où des ados au look improbables s’allient avec d’autres ados aux looks improbables pour défendre l’idéologie du
Dieu-de-la-mort-à-la-voix-de-débile contre les méchants démons. (J’ai failli écrire les « méchants débiles » mais c’est ça taper devant Secret Story hein) Ok, vu comme ça le scénario à l’air un peu
neuneu mais n’oubliez pas le mot-clé « Shonen. » Maintenant oubliez l’idée reçue « Shonen = Naruto » et remplacez le par « Soul Eater = Le regarder guérit du cancer » Ca ne voulait rien dire mais
comprenez bien mon enthousiasme cosmique autour de cette franchise, moi qui ai des goûts archi carrés et restrictifs, un peu difficiles pour ainsi dire.

Le mot magique « shônen » parmi à l’anime de ne pas avoir de limites et de s’autoriser toutes les joyeusetés scénaristiques envisageables, c’est surtout la porte ouverte à LA chose inhérente aux
produits de qualité : un univers. Encore. Celui ci est bien plus poussé que dans Hinamizawa : délires graphiques, savants mélanges entre lieux réels et fantasmagories de mangaka, tableaux
délirants, décors de dingue entre ambiance gothique et avant-guardiste : on nous prends vraiment pas pour des cons. En plus il y a comme un souci du symbolisme dans la série, que ce soit dans le
chara-design ou l’habillage : des âmes « customisables », des petits signes distinctifs, un très louable souci du détail qui fait plaisir.

Et maintenant, la bombe atomique de l’anime : le casting. Une bonne série, c’est de bons persos, c’est capital. Ici l’intégralité des personnage est incroyablement léchée, à tous les niveaux. Ne
serait ce que dans les personnages principaux – Soul/Maka/Death The Kid/Soeurs Thompson et les autres, là. Soul à les cheveux blancs, les dents pointues, à un poster de Portishead dans sa chambre,
fait de la moto, du piano, porte bien le costard et respire la coolitude. Maka est une héroïne de shonen non insupportable (rarissime) tout en nuances et en finesse. Death the Kid… voilà. C’est
un dieu, fantastique design, toqué, manie des flingues. Black Star paraît juste insupportable de prime abord mais les quelques épisodes qui lui sont dédié montrent un mec un peu plus intelligente
et posé, malgré une morale « Koh Lanta » un peu chiante. Mais la palette des personnages est fantastiquement vaste : Shinigami Sama le gros bourrin, Stein = charisme, Medusa la méchante qui alterne
démentiellement bien la méchanceté pure avec cette aura saikse assez improbable, Spirit qui incarne un peu « l’humour manga » à son meilleur, et Excalibur, Excalibuuuuuuuur. Le personnage qui avait
tout d’un mème, qui a eu ses moments de bravoure avec deux épisodes hilarants. Je tiens pour preuve le passage le plus LOL de l’épisode le plus LOL de la série (je vous aide, c’est entre le 31 et
le 33)  :

 » – Good Morning, Hiro! *Bruitage débile 1*
 – Good Morning, Excalibur! *Bruitage débile 2* »

 Aaaah quel bonheur. Cet épisode et le 14 m’ont bien déridé, et pourtant l’anime possède ses quelques passages un peu glauque (cet aspect animiste n’empêche de triturer un peu la chair et le
corps humain, le temps d’une séquence assez dérangeante)
Et nous y voilà. LE perso GAR qui fait palpiter tout mon émoi quand il apparaît à l’écran…



CRONA. C’est d’abord un plumage : robe, épée, look méga déguigandé, tout en courbures, pupilles gigantesques, cheveux roses et boutons de manchettes. L’intérieur est
encore mieux : perso complètement autiste et torturé à la voix irrésistible, tout en souffrance, en folie et en attitude un poil émo, sang noir et Ragnarok qui n’a de cesse de la maltraiter, ce qui
donne des séquences très « Awwwwww <3 <3 » Typiquement le personnage qu’on VEUT voir évoluer, qui donne envie de participer quand d’autre lui font des câlins encourageants. Une psychologie
développée dans ce milieu, c’est rare, je prends, je suis pas amoureux mais hmm. PAS LOIN.
La petite cerise c’est qu’on ne sait jamais vraiment si c’est un mec ou une fille.
Et l’ambiguïté les gens, ça stimule. Sisisi. Bref premier syndrome évident de moe sur un perso qui n’obéit absolument pas aux poncifs du genre, bien au contraire! 

L’intégralité du casting Soul Eater : si ils sont dans mon lit, je ne suis pas sous la douche. On pourrait faire un tournoi sur le « perso le mieux habillé » ! Après Soul Eater, j’ai plus honte de me
balader en cravate blanche.

Okay, deux mots sur la différence manga/anime. Comme je le disais un poil plus haut, le début du manga est pas génialement dessiné et il faut faire preuve d’une certaine tolérance – d’autre part,
les deux supports ne démarrent qu’après un certains temps : quelques chapitres/épisodes ne servant qu’à introduire le « trio principal » et lancer des pistes, et les choses sérieuses ne commencent
qu’après une quinzaine d’épisodes. C’est comme ça! Et n’allez pas dire que le début est mauvais, ce serait preuve d’une mauvaise foi gênante. Pour le dernier quart de l’anime, Bones à du improviser
un peu et ça ne se voit absolument pas si vous ne lisez pas les scantrads (et vous aurez raison) mais voilà : la fin pue. Les cinq dernières minutes sont à jeter, plus expéditif, nébuleux et rapide
tu meurs, dommage. Heureusement, bien vite la sensation d’avoir autant pris son pied pendant cinquante autre épisodes revient.

Le deuxième méga point fort en faveur de Soul Eater c’est sa bande son. Vous le savez, l’habillage musical d’un anime tient en deux catégories : les petites musiques d’ambiance récurrentes (les
BGM) et les Openings/Endings qui habillent le truc.
Les premiers sont parfait : d’habitude, la musique d’ambiance obéissent à la logique de la basse dans un
groupe. On ne l’entends pas, mais son absence fait sentir un manque. C’est même pas vérifié ici : les musiques d’ambiance sont expérimentales, accrocheuses, inventives, je suis vraiment tout joie
de le dire et l’épisode hilarant de Scrubs que j’écoute vaguement ne m’aide pas à trouver du mal à la BO de Soul Eater.

Qu’en est-il des openings et endings? Vous le savez, je prête une attention tout particulière au mot « générique ». L’habillage introductif est tout un art, que ce soit au niveau esthétique ou
musical. En l’occurrence, il tourne, et 6 séquences différentes se succèdent le long du truc. Trois endings sur quatre sont surkiffants. Comme dans FMA : un « introductif », un « mignon », un « rythmé
urbain » et un « émouvant ». Synchronisme image/musique, les deux étant toujours léchées et excellentes, je kiffe, je kiffe. Mais non de dieu je m’étonnes moi même d’être aussi jouasse. Phrasès
hurlès, petits riffs de piano, le japonais chanté n’a jamais été aussi jouissif et parlant.
 


Mais bordel de Dieu du rap japonais. Du RAP. JAPONAIS. L’improbabilité du truc est à la hauteur du génie derrière. Ces petits coups de violons, ce souci de
l’harmonie, ces paroles poétiques (la magie du fansub) qui collent aux persos, c’est du travail bien fait. Je suis conquis, conquis.

Parlons un peu du DVD pour finir. Je trouve le prix ahurissant, exemple simple ; Si un coffret Intégral SFU coûte 200 brouzoufs à sa sortie, et regroupe 65 épisodes de 55 Minutes. D’autre part, si
trois DVD de 11 épisodes x 25 minutes coûtent 40 brouzoufs, sachant que l’un des deux coute mille fois plus à produire, ou est l’arnaque? HEING? C’est dur d’être un fanboy. Je suis u fanboy comblé.
Fanservicement parlant. J’me comprends. Le packaging est sympa, de beaux artworks, même si les sérigraphies sont entièrement consacrées à Maka. Des tonnes de pubs, des menus surmoches, pas top.
Heureusement, toutes les pépites de transitions, les « Late Show » sont présents en surnombre, et on peut visionner indépendamment les génériques, c’est un beau geste. La VF? Dans le panier « moyen ».
Soul et DTK devraient être inversés, Black Star est un peu insupportable et Maka à une voix bizarre. Excalibur est carrément insupportable (je ne sais pas si la fidélité à la
relou-ti-tude du perso s’adapte à ce niveau là) et ils ont collé à Crona là VF de… Excel? J’ai l’impression d’entendre Pascale Duchemin, et je trouve ça bien trouvé, couplé à un Ragnarok parfait.
Je le redis, la VO est excellente aussi, elle m’a carrément réconcilié avec la langue japonaise, tout est méga réfléchi et approprié au niveau des phrasés, puis vous aurez le plaisir d’entendre
l’idiome « DEI-JA-VOH » (à savoir « tout va bien) au moins trente fois par épisode, ce qui est rigolo est chaloupé. J’ai mal au crâne, ouille.
Allez, VLAN!

Merci Damien! Nan pas toi, l’autre. Le frère d’emmerdement-devant-Faith No More.
Bon, vous me
dites « Un argument final pour suivre tes conseils et dépenser ton pognon? »

 

BECAUSE I’M BATMAN.

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

9 Responses to 999 110127 4242564

  1. Kitsune-san says:

    Ah ah, ça fait plaisir de lire un tel pavé d’engouement pour Soul Eater <33 ! Je ne peux que dire +100 pour le seal of approval.
    Et dire que demain, ce sera surement mon seul achat à PM, en cette période d’usage éhonté de ma carte bleue…

  2. Nashi says:

    Y a juste rien de plus beau qu’un fanboy comblé =D
    Bref, tu m’a envie de queter les VF sur youtube maintenant, ha! Et si ce n’est pas déjà fait n’hésite pas à te jeter sur le manga qui est vite surpuissant aussi^^.

  3. Zoneur says:

    J’vais y réfléchir, mais je vais surement ajouter des DVD à ma collec :awe:
    La voix de Maka m’insupportait au début mais finalement elle déboite, tout comme le zozotement de Black Star, c’fun 😀 Mais Crona BOF quoi [/troll]
    Death the Kid <3

  4. 1) Black★Star est over the top. Si. (Dans le manga du moins.)
    2) Hi. I’m Batman. And I’ll be glad if you could stop to spread strange rumors about my identity. I DO NOT wear glasses and I’m sure not a cucumber. Even a masqued one.
    3) C’est tout.

    Ps:
    -Attends… tu mets un Ps après ton troisième point?
    -Ouais, c’est moi que je tape alors toi ma deuxime personnalité tu te tais et tu regardes.

    Je disais donc.

    Ps: J’ai bien ri. Mais pour détourner un avion je menacerais plutôt les passagers de les forcer à mater les fillers de Naruto! Tous! Et en VF!

    -Hein? Tu critiques Naruto? Toi?
    -Ecoute, ma deuxième personnalité: les fillers c’est pourri. Point. Ensuite je dis juste que Naruto ne mérite pas la haine qu’il engendre.

    Fin.

  5. Trolloc says:

    Content que le seal te plaise, jt’en ferai une version un peu meilleure d’ici quelques jours, j’ai baclé le reflet vert sur le perso ;D
    Couleur or ça doit bien rendre aussi !

    Pour pas être trop hors sujet, un pote m’avait dit que Soul Eater était pas terrible, mais j’ai encore jamais vu un épisode.
    Enfin, on peut pas plaire à tout le monde… paraît même que des gens n’aiment pas Lorie

  6. Trolloc says:

    Ewala du seal tout neuf, un remake du premier et deux nouveaux :

    http://img36.imageshack.us/img36/8578/sealn.png

    http://img17.imageshack.us/img17/9351/sealgold.png
    (j’en ai chié pour faire une belle texture or granuleuse)

    http://img3.imageshack.us/img3/1333/sealspace.png&nbsp;

  7. ilpalazzo says:

    alors, j’ai envie de dire , crona c’est du caca =D

    par contre medusa… KKTD

  8. Corti says:

    Crhona…. Gar ?

    C’est une blague sur GAR ?