Angry Video Game Nerd VS Nostalgia Critic

If you rape a prostitute, is it rape or just theft?

Pour la rubrique faits divers : nouvelle bannière que le Vengeur Slippé a su faire avec ses petits doigts habiles de rugbyman, sous la
« direction artistique » de votre serviteur. Un énorme merci et un bisou sur sa fesse gauche.

D’autre part, j’ai besoin de vous là. Le mois d’août n’est plus très loin et j’aimerais renouveler la Sagadaÿtaÿ pour un deuxième opus. Je vous rappelle le format : une petite chronique faite à
l’arrache avant que je ne parte en vacances, 13 mini-posts publiés tout les deux jours avec une thématique bien commune, un post = un bout/un exemple. L’année dernière, c’était les mèmes
(phénomènes Internet) avec des petites explications pour comprendre certaines expressions récurrentes de la toile. Cette fois, j’ai bien deux ou trois idées de thèmes mais honnêtement je les trouve
assez pourries (du genre un top progressif… bof!) . Et c’est LA que j’attends vos suggestions! Vous suivez le bouzin depuis plus ou moins longtemps, je suis sûr que le bon feuilleton estival du
blog est juste son mon nez. Ça ne veut pas dire que j’utiliserais nécessairement une de vos suggestions, mais au moins vous pourrez retrouver un aspect bien précis que vous aimez du blog pendant un
mois.
En plus, l’aspect communautaire du truc masque le fait que j’aie la flemme de me creuser la tête pour trouver une bonne idée, ah ah.

Ok. Le post a suivre coïncide avec un autre post archi-récent d’un blogueur mystère. Fatalement, la structure et le contenu du truc sera pompée sur ce dernier, plus ou moins volontairement. Pardon
blogueur mystère.

Quand on regarde des émissions anglophones sans sous titres, outre le fait d’approfondir un peu sa non-vie, on gagne un vrai bagage dans la langue. On ne parle pas mieux, ce n’est pas une méthode
miracle pour la grammaire foireuse, mais le gain est énorme à l’oral et en compréhension, en entendant de l’anglais on saute l’étape « je traduit pour comprendre » : on capte immédiatement ce qu’on
entends. C’EST SUPER EFFICACE. Et c’est surtout la porte ouverte au best-of de la toile (en zappant bien sûr les doujins non-traduits mais c’est une autre histoire)
N’oublions pas que l’essentiel du blogging c’est un peu donner frontalement son avis aux autres, certains petits malins le font … en vidéo. Attention, post élogieux, dont fatalement un peu
court.

A ce petit jeu là, deux mecs constituent le haut du panier. Le très très haut, et encore je dis « mec » mais ce sont bien entendus des personnages et, ôh bonheur ils sont tout les deux américains.
COMME QUOI. Ils représentent tout les deux la petite famille sous estimée (à juste titre) du blogging vidéo. Et ils le font bien, l’essentiel étant de faire plus que de parler devant une
caméra.
Le premier étant l’ANGRY VIDEO GAME NERD. Ci dessous en pleine action, prononçant un « AAAAAASS » fraîché du matin pêché.

http://usineaproblemes.fr/wordpress/wp-content/uploads/2011/08/2469798.jpg
James Rolfe est un gamer. Un gamer fortuné. La cave où se passe l’essentiel de ses chroniques est remplie (préparez vous pour le lancement de la formule pompeuse) … d’histoire. Il n’y a qu’à voir
l’intro de sa vidéo sur le CD-I pour piger que le mec en connaît un minimum sur le sujet, ce
qui pose deux trois paradoxes : on donnerais à ce mec une grosse vingtaine d’années, et il semble incollable sur l’histoire des jeux vidéos, à partir des consoles qui consistaient à coller un bout de plastique sur l’écran ! Autre chose : il possède plusieurs vieux machins introuvables en
triple exemplaires, peut remplir trois rangées d’un mètre avec des jeux NES, possède tout une commode reservée pour les manettes, donc where the fuck a-t-il trouvé tout le pognon pour se procurer
tout ça?
C’est un peu le pedobear des gamers, il t’invite dans sa cave, t’en ressort plus avant une dizaine d’années. Et tu as eu le temps d’avoir des gosses.

Pour résumer l’intérêt de ses chroniques, autant mater l’hilarant best of 2008 de ses performances, les images parlent
d’elles même. Le mec se pose sur son canapé et teste un jeu. Enfin… « tester » est un doux euphémisme puisque le ressort comique du truc se base sur la façon dont le jeu va se faire DEMONTER. Plus
ou moins physiquement. L’atout principal du personnage est sa capacité archi jouissive à aligner les « fuck », ce qui donne des phrases tapant dans le « shit fuck fuckity fuck bitch cock cunt » ou des
« it’s so bad it’s fucking sucks it fucks » avant de tirer à l’arc sur le-dit jeu ou avant de foutre le feu à la-dite console, rien que ça. Le tout est fait de façon quasi-professionnelle, les vidéos
sont faites avec des tonnes de rush commentés grassement dans un montage dynamique qui donne envie de faire la danse allemande. Si si. Les chroniques sont agrémentées de petits effets spéciaux
gentiment pourris qui donnent de la valeur ajoutées aux vidéos, d’ores et déjà hilarantes ne serait-ce que dans le choix du jeu testé (comment ne pas être mort de rire devant le test de vieux jeux vidéos porno?) ou dans le jeu d’acteur du Nerd, assez unique en son genre. Tout est dans les
mimiques du mec.

null 

Le nerd jouant avec le caca nerd. Ca ne s’invente pas. Sauf par l’Angry Video Game Nerd.

Comment souvent on sent la popularité du personnage avec les gimmick qu’il engendre, il ne faut pas oublier qu’un personnage c’est d’abord un look reconnaissable depuis Google Earth et le nerd a
bien respecté le code vestimentaire du … nerd. Eternelle chemise blanches, lunettes inutiles, stylo dans la poche de chemise (au cas ou il faudrait noter les numéros du loto) et surtout un goulot
de bière dans la bouche toutes les cinq minutes, pour bien montrer qu’il est un HOMME.
Qui peut se vanter d’avoir sa propre chanson et une flopée de gens qui la reprennent sur Youtube? Le thème de l’AVGN est interprété par Kyle Justin qui a une forte propension à sortir du canapé du
nerd (parce qu’il n’a pas d’autres canapés où se cacher derrière, séquence hilarante du test de Battletoads) et le personnage est connu pour ses longs monologues cultes à base d’humour scato et sa mauvaise humeur latente.
A défaut de découvrir des bons jeux, le Nerd vous fait découvrir des jeux tout court, des supports mais aussi des films auxquels vous n’avez jamais entendu parler parce que jamais sortis
en Europe… j’ai, entre autres, pu comprendre pourquoi il existe des « shitty Zelda Games » et découvrir le concept de console en add-on (Le saviez vous? La Mégadrive avait deux extensions, et
certains jeux nécessitaient les trois !!)

Le seul petit détail inquiétant qu’on pourrait lui prêter c’est le fait de grossir assez rapidement dans ses dernière vidéos… mais cela ne nous regarde pas. Ce mec fait preuve d’une telle
popularité que chaque personne qui s’essaye au même exercice (du type feu Level One sur feu Game One) se verra automatiquement comparé à l’AVGN. Bien sûr, ce n’est à regarder que si vous pigez un
minimum d’anglais, même si le jeu d’acteur de James Rofle vaut déjà le coup.

Après avoir regardé l’intégralité de ses chroniques, je pensais avoir découvert la série de vidéos la plus drôle du net anglophone. Et pourtant…

http://media.decider.com/assets/images/articles/article/24918/IMG_0377_jpg_595x325_crop_upscale_q85.jpg
« Hi, i’m the Nostlagia Critic, I remember so you don’t have to »
Doug Walker, alias « That Guy With The Glasses » (le zigue à lunettes) est un mec incroyablement puissant. Son site regroupe
l’intégralité de son oeuvre, et autant dire que ce dernier est nettement plus fouillé que celui du nerd. Doug W. c’est d’abord une GUEULE. Une tête incroyable qu’il sait exploiter, quand l’AVGN est
assez neutre dans son apparence. Douglas W c’est aussi un look fort puissant et plusieurs personnages. C’est entre autres le créateur des 5 seconds videos, dont le concept est de résumer un film
en… bref!

Parlons de son personnage principal, le Nostalgia Critic. Matez-moi ce look que je jalouse secrétement : chapeau, cravate rouge, veste noire et flingue pour les grandes occasions, car si le
Nostalgia Critic a lui aussi plus de faciliter à démonter quelque chose (et encore, son champ d’action est plus étendu puisque comme son nom l’indique il est nostalgique  et chronique
des vieilleries, des films, des séries tirées de jeux etc) il sait aussi prouver son amour inconditionnel via des Top 11 Croustillants. (Pourquoi des tops 11? Parce qu’il « aime aller une étape au
dessus ») Ces tops (les meilleurs Mindfucks, meilleurs méchants Disneys, meilleures pubs anti-drogue etc » sont l’occasion de reconnaître ces petites pépites qu’on matait tous le matin ou à 17 heures
devant un bol de Miel Pops (splish splash splosh)
Derrière ce look, il y a une tronche, et sur ce faciès défilent un tas d’expressions incroyablement marrantes et bien trouvées. Pour prendre un exemple concret, je vous conseille l’épisode consacré
aux aventures animées de Sonic. Ses vidéos
sont assez longues (parfois autour de 20 minutes) mais toujours passionantes, impossible de décrocher. Là encore, montage un peu plus classique mais toujours aussi bien foutu et dynamique, des
trouvailles humoristiques de partout, c’est scandaleux de talent. Rien qu’à voir certaines mini-prestations qui me bluffent toujours après le vingtième visionnage : les « deux étudiants » à la fin de
la vidéo sur Sonic où sa façon d’interpréter le gosse lambda dans sa chronique sur les dessins animés Nickelodeon. Ce mec à un contrôle
surhumain de ses yeux de ses sourcils et de sa voix. Quand il s’agit de gesticuler et d’hurler à la mort quand à l’insanité de tel film, il le fait toujours de façon originale et drolatique. Je
pourrais préciser que ses vidéos sont d’une intelligence et d’une inventivité rare mais ce serait inutile. Je suis un gros fanboy, et encore en est qu’au premier personnage.

Petite pause découverte : un film pour enfant sorti en salles en 89 a entièrement été pensé pour le marketing de Nintendo. Comment se fait-ce? (Attention, cette vidéo contient des images de LUCAS.
Protègez-vous!)

Son deuxième perso est un clodo à bonnet bleu qui chronique des films récents, à l’inverse du Nostalgia Critic. Assez drôle aussi mais pas grand chose à coté du summum, du grand haut du panier du
blogging vidéo du net.
*bruit de trompette*
ASK THAT GUY.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/8/8c/Ask_That_Guy_with_the_Glasses.PNG
« -How can I stop from procrastinating?
– I tell you tomorrow »

Rien de moins que le meilleur personnage filmé sur Internet que je conaisse jusqu’à présent. Le « Guy » est un snob, au look de snob, pipe à la main
et commençant ses vidéos en lisant le toujours le même livre, façon narrateur des contes de la cryptes. Il nous salue avec une langue différente à chaque fois, toujours avec la Sonate au clair de
Lune en fond sonore. Cet « homme » (puisqu’on apprends à plusieurs reprises qu’il est une femme) réponds aux questions de ses fans. Et autant les questions dictées par la voix off sont souvent
débiles, autant les réponses sont encore plus dérangées. Le Guy est sevèrement perturbé, psychotique, il nous insulte, nous menaçe avec son ton incroyablement posé, nous conseille de nous frapper
les couilles avec un marteau (« pourquoi? parce qu’il aimerais voir » … s’ensuit un fantastique gros plan sur sa tête)
Bref le guy est dingue. C’est un badass, il aime tout ce qui est doucement interdit et ponctue ses interventions de petites remarques sorties de nulle part, du genre « Je viens de pêter » ou « Ouais.
Gloire à Satan » … toujours avec un grand sourire. Et c’est là qu’intervient le talent d’acteur du mec. Des mimiques archi reconaissables, des petits bisous ou public qui sonnent comme autant de
« kiss my ass », des mouvements d’épaules qu’il reproduit à la perfection d’un épisode sur l’autre, l’ami Walker a parfaitement défini son personnage et s’y colle parfaitement bien. Je suis saisi et
stupéfait. Cette façon de dire « That’s a very good question! » en prenant toujours la même expression… c’est épatant.
Il y a une quarantaine d’épisodes, en voici un un peu au
hasard
, le premier que j’ai maté, il y en a une quarantaine et tous fourmillent de bonnes idées sadiques, qu’elle soient conceptuelles ou visuelles.
FANBOYISME.
Histoire de finir en beauté, je vous rapelle son slogan « Il n’y pas de questions stupides… jusqu’à ce que vous les posiez! »

Autant prendre parti, Douglas Walker>James Rolfe, bien que le premier soit moins connu. Mes les deux personnages se sont lancé dans un derby hilarant, commencé dans un défi « Je commente ce que
l’autre à l’habitude de commenter » puis abouti dans un duel
épique dans le sang, les larmes et les coup de flingue
. Un peu comme Longcat contre Tagnol. D’ailleurs, l’un est habillé en noir, l’autre en blanc, tout ce symbolisme.
Mais ces deux là, et le deuxième en particulier, sont la preuve que de très bons acteurs et personnages naissent sur le net, y restent, et ne s’éparpillent pas. C’est très bien comme
ça.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/8/8d/AVGN_battles_Nostalgia_Critic.PNG

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

8 Responses to Angry Video Game Nerd VS Nostalgia Critic

  1. Amo says:

    Ton article est mieux que le mien. Procès.

    Non voilà tout pareil que toi en fait. Faut qu’on fasses des vidéos hommages en moins bien.

  2. Oh c’te plagiat… Ou pas. Enfin first quand même, après tout. http://lock-on.over-blog.com/article-31609885.html
    Même si comme pour Amo ton article est meilleur.
    Je vous conseille aussi assez fortement les vidéos de Benzaie sur la plate-forme ThatGuyWithTheGlasses, un frenchie expatrié qui reviewe de vieux jeux avec un accent couleur camembert. Et puis un gars qui sort « I’m back in France, now I can play my favourite sport again : baguette fighting ! », ça ne s’invente pas. La rubrique c’est GYMDK, pour Games that You Might Don’t Know but that are still pretty damn sweet.

  3. Zoneur says:

    Bon, le post d’Amo m’avait donné envie.. Le tien va m’envoyer mater tout ce bordel ! 😀

    Du lourd en tout cas, une belle perle de trouvée sur ce grand océan qu’est l’internet.
    J’attend avec impatience vos plagiat foireux 😀

  4. Nashi says:

    Fuckity fuckin fuck, je sais quoi faire de mon mois de juillet maintenant XP
    Pour la joyeuse saga t’a toujours l’option du : Je prend un truc au hasard dans ma chambre (DVD, bouquin…) et j’en parle ce qui n’est pas forcément un must mais qui dépanne bien.

  5. Melow says:

    Je me disais aussi que cette bannière étais trop clean pour que tu l’aies faite toi même *siflote*

    J’ai un peu regarder la chose, j’avoue avoir un peu de mal avec l’anglais en dehors des « fuck » je dois comprendre un mot sur cinq.
    5 secondes videos c’est sympa aussi, mais ça vaut pas les 30 seconds bunnies ^^

  6. Maxobiwan says:

    Hoo bonne trouvaille ! Je ne connaissais pas The guy With the Glasses ^^

  7. Arrêtez de faire des articles sur That Guy With the Glasses! JE dois faire un article sur That Guy With The Glasses!

    Plus sérieusement, je suis content d evoir des gens du coin connaitre l’oeuvre de Monsieur Doug Walker. Ca fait plaisir de voir ce genre d’article, ça fera bonne promotion dans l’hexagone.

    D’ailleurs, il y a la critique de BarbWire qui vient de sortir aujourd’hui! o/

  8. le gritche says:

    On m’a d’abord fait connaître l’AVGN (qui n’est plus angry du tout à l’heure actuelle mais c’est la vie) par la vidéo mythique de Dragon’s lair sur daily, puis j’ai appris l’existence de Doug Walker par le buzz qu’ils ont organisé de toute pièce. Je suis assez frustré de ne piger que partiellement les reviews excellentes de ce dernier mais c’est déjà énorme: le mal qu’il se donne à chaque fois, pfiou ! Bien qu’il ne soit pas le seul à écrire ses texte si vous regardez les credits. Dommage que la charmante dudette ne soit ps de son niveau, même un tantinet, et puis elle n’est guère productive. Je pense que le nerd et le nostalgic critic sont à présent connus comme le loup blanc, même en France.