Monthly Archives: octobre 2008

Opération fichiers Edvige

NOM : Encadré de début d’article

Fréquence : Une fois par post

Origine : Concept à la con

 

ATTENTION ! : Pour visionner ce post, il est préférable d’avoir la Police « Adler » installée, pour pouvoir
savourer les F.E. avec une écriture très « Stasi » du plus bel effet.


Oui alors bien sûr c’est Halloween tout ça. Charmant. Mais vous savez ce qui est VRAIMENT
effrayant ? Ce que vous m’avez rendu. Ouuh…

Formidable, ce mois d’Octobre j’aurais plus posté que
d’habitude mais en faisant moins de boulot ah ah ah. Ceci est donc la base de données Edvige du CMVT.
On est tous de délinquants. Y’a un délit de flemme, un délit de faciès, un délit de déviance j’en passe et des meilleures. Voyez plutot.

Je suis cité dans 4 des 5 fichiers. J’vous fascine hein.

FICHIER EDVIGE DTC.001.OSEF : PUMPLEMOUSS

 


 NOM : PumpLeMouss

PRENOM : Pulpe

AGE : 21

DOMICILE : 2ème tiroir du frigidaire 99000 CUISINE

PROFESSION : Donner la peche à tout le monde les gens

HOBBIES : Aller draguer les melons et les peches sur l’étalage

ORIENTATION SEXUELLE : Peches à gros Melons …

PRATIQUES SEXUELLES : Epluchage, pressage et avalage

PHOBIES : Finir en cible pour l’archer dans un cirque

REVES : Finir en Schweppes PumpLeMouss

PROCHAINE REINCARNATION : Kiwi Rose

MAITRE : ConCombre Masqué

IDOLE : ConCombre DéMasqué

LEADER POLITIQUE : ConCombre Masqué mais en String

AMIS : Les fruits de la pub Oasis

ANIMAUX DE COMPAGNIE : Un vers de terre que j’ai appellé Wormz

SITES WEB PREFERES : http://PumpLeMouss.over-blog.fr/ (parce qu’il le vaut bien)

 

FICHIER EDVIGE OTA69KU : NASHI

 

PRENOM : Romain

 

AGE : 17 ans

 

DOMICILE :  Donjon 2.0

 

PROFESSION :  Mouette à plumes

 

HOBBIES : La polka et tout les autres danse traditionelles de ces pays merveilleux que sont ceux de
l’ex-URSS

 

HEURE DE LEVER : Avant 10 heures, toujours.

 

HEURE DE COUCHER : la plupart du temps avant la premiere heure du matin, y’en à qui bossent vraiment
ici.

 

 

ORIENTATION SEXUELLE : Nord

 

PRATIQUES SEXUELLES : Oui

 

FREQUENCE : Négative

 

SANTE MENTALE : C’est bancal, un peu comme la planete des Shadoks.

 

PHOBIES : Aucune me semble t’il, je n’aime pas les hauteurs mais comme tout le monde non? (Oui une mouette qui a le
vertige c’est plutôt facheux)

 

TOC : Hyperactif de la mains droite (sans jeux de mots vicelard ^^), tic de langage.

 

REVES : Aurait voulu êetre une Rockstar ce qui implique de mourir à 27 ans au plus tard (apres avoir profité de ce
qui compte vraiment sur terre à savoir le sexe et la drogue XD)

 

SANTE PHYSIQUE : bonne tant que je ne mange pas trop gras, trop sucrée, trop salée, que je ne bois pas, ne fume pas ,
ne conduit pas, ne regarde pas la télé,…

 

REGIME ALIMENTAIRE : Demi-pensionnaire sauf jours de purée

 

DROGUE : Tabac

 

SIGNES PHYSIQUES PARTICULIERS : 2 yeux et un nez.

 

DIEU : Haruhi

 

PROCHAINE REINCARNATION : Je me verrais bien en palourde, histoire de faire la moule toute la journée.

 

MAITRE : Pokémon, j’ai joué à toute les version quand même…Et j’ai Mew moi mon p’tit m’sieur.

 

IDOLE : J’ai d’abord pensé à Besancenot mais non.

 

LEADER POLITIQUE : Coluche, pardon? Il est mort? Impossible il fait encore des film!

 

SALAIRE : Insufisant (je suis français que voulez vous)

 

MICROCREDIT, STOCK OPTIONS, ACTIONS : Heeuuu, j’ai une amie qui me doit 5 euros…

 

PATRIMOINE : Une collection de briquet Zippo s’élevant à…2 briquet zippo.

 

MOYEN DE LOCOMOTION : Mes 2 pieds dans mes 2 chaussures.

 

MOYEN DE COMMUNICATION : Téléphone portable, ordi…Portable, internet, liveboite du voisin, Nashi comme Clément est
sur-connecté.

 

AMIS : Plus de 476 selon Facebook, mais c’est un autres Romain…

 

ANIMAUX DE COMPAGNIE : Chien, chat, soeurs…

 

SITES WEB PREFERES : Concombre (Bhou le fayot) , Editotaku (L’)

FICHIER EDVIGE KIKOO54LOL : NINITA

 



NOM : …

 

PRENOM : Noémie

 

AGE : On ne demande pas son age à une dame ! (25)

 

DOMICILE : Paris

 

PROFESSION : Secrétaire

 

HOBBIES : Photo, écriture, bouquinage intensif, glandouille intensive

 

HEURE DE LEVER : Mmmmf, trop tot.

 

HEURE DE COUCHER : Hiiiiii, trop tard.

 

ORIENTATION SEXUELLE : Trouble en théorie, monogame dans les faits

 

PRATIQUES SEXUELLES : Tout ce qui est légal, pas trop douloureux et accepté par le partenaire.

 

FREQUENCE : Souvent

 

SANTE MENTALE : Je ne connais pas le sens de cette expression, mes excuses.

 

PHOBIES : Les bisounours et la chute.

 

TOC : Facheuse tendance à foutre le bordel ou je passe.

 

REVES : Trop vite oubliés.

 

SANTE PHYSIQUE : Aucun effort, peut mieux faire.

 

REGIME ALIMENTAIRE : Aucun effort, peut mieux faire.

 

DROGUE : Chocolat !

 

SIGNES PHYSIQUES PARTICULIERS : Un tatouage semi-invisible

 

DIEU : Gné ?

 

PROCHAINE REINCARNATION : Un chat de ma famille.

 

MAITRE : John Irving et Orson Scott Card

 

IDOLE : John Irving et Orson Scott Card (oui je me répète)

 

LEADER POLITIQUE : *crise de fou rire incontrôlable*

 

SALAIRE : Affreusement bas.

 

MICROCREDIT, STOCK OPTIONS, ACTIONS : Néant, et c’est pas plus mal ^^

 

PATRIMOINE : Les livres, ça compte ?

 

MOYEN DE LOCOMOTION : Transports en commun

 

MOYEN DE COMMUNICATION : ‘Ordinateur, portable, La Poste

 

AMIS : Plein

 

ANIMAUX DE COMPAGNIE : un cactus

 

SITES WEB PREFERES : Liste trop longue et non exhaustive

 

FICHIER EDVIGE RULE34PORN : CONCOMBRE MASQUé

NOM : BENOIT

 

PRENOM : Benjamin

 

AGE : 18.

 

DOMICILE : Moi

 

PROFESSION : Etudiant nihilo-névrozo-réformo-anarcho-lol

 

HOBBIES : Chier dans la pampa

 

HEURE DE LEVER : Lever physique à 7h30, lever mental à 12h et lever psychique à 12h05

 

HEURE DE COUCHER : Jamais avant minuit

 

ORIENTATION SEXUELLE : Tout ce que Benoit XVI réprouve et bipolarisation

 

PRATIQUES SEXUELLES : Main droite et imagination

 

FREQUENCE : Humain, trop humain – souvent, trop souvent

 

 

SANTE MENTALE : Bondissante et changeante comme un Marsupilami qui ferait des bonds dans les plaines
vallonées

 

PHOBIES : La vacuité et toutes ses formes. Les commentaires à la con

 

TOC : Se toucher le nez avec le pouce comme le Docteur Cox. Ne pas réussir à se décider.

 

REVES : Au mieux les trouver, au pire en avoir

 

SANTE PHYSIQUE : Hilarante

 

REGIME ALIMENTAIRE : Régime de Geek, bouffer des tas de cochonneries et rester rachitique

 

DROGUE : Modele total de sainteté, jamais rien fumé ni rien pris

 

SIGNES PHYSIQUES PARTICULIERS : Vitiligo au menton donc charmants poils blancs caractéristiques. Yeux vitreux et
regard vide.

 

DIEU : LOL

 

PROCHAINE REINCARNATION : Rayman ou Docteur House

 

MAITRE : Leopold « Butters » Stotch

 

IDOLE : Eric Theodore Cartman et les fachos animés

 

LEADER POLITIQUE : Rocard, Villepin, Begag

 

SALAIRE : Travail au noir et magouilles aux APL

 

MICROCREDIT, STOCK OPTIONS, ACTIONS : Une fortune en pieces dans une boite sous mes pieds

 

PATRIMOINE : L’intégrale de Six Feet Under. Le CD 2-Titres « Aimer jusqu’a l’impossible de Tina
Arena »
 

 

MOYEN DE LOCOMOTION : Imagination encore, défenestration virtuelle

 

MOYEN DE COMMUNICATION : ‘Ordi, ordi, ordi et éventuellement voix

 

AMIS : Cash, carte mais pas de cheques merci

 

ANIMAUX DE COMPAGNIE : Un chat et une Whale

 

SITES WEB PREFERES : Liste censurée par les services de Police


 

FICHIER EDVIGE OB69VIOUS : ILPALAZZO

Hebergeur d'images Hebergeur d'images Hebergeur d'images

Posted in Non classé | 8 Comments

Mission maso #3

Cet encadré est en vacances. Pas moi. Grr.

 

Wow! Nous sommes remontés dans le temps l’espace d’une heure. Bien sûr ceux qui traversaient à l’instant un fuseau horaire
ont donc… zappé involontairement une heure de leur vie. Heing?
Halloween approche mais cette fête se déroule sur un autre continent, en rentrant du boulot il fait maintenant nuit, le ciel est bleu, l’herbe est verte, Spectre, c’est chouette!
Quel bonheur de revoir « Voyage au bout de l’enfer » hier! Cette séquence où Christopher Walken fait joujou au barillet avec les viêts est toujours aussi glaçante… pour les fans du « genre » y’a 13
Tzameti aussi. Le fait de zapper de temps en temps sur Hellboy m’a bien donné envie d’aller voir le deux, c’est une petite surprise, et ben au moins il y en a.

Bref. Rien à dire de spécial, sinon que j’ai le moral d’une personne s’apprêtant à subir une colostomie par les narines – on a vu mieux. C’est pourquoi je passe mon tour et je vous livre
une troisième mouture de cette folle saga SM!

L’option HD est dispo sur Daily, profitez-en! La différence est flagrante.

 

 

Posted in Non classé | 6 Comments

Geek épileptique chic éclectique

Les bons conseils du professeur Relou : « Stay
Away from liquor kids! OR ELSE YOU WILL DIE! »

Avis à la populace! Si je compte celui d’Ilpalazzo qui devrait arriver sous peu, je n’ai reçu que 3 fichiers Edvige
remplis! Un quatrième serait souhaité pour arriver à un chiffre rond et esthétique! Merci de votre attention.

Après avoir fait une petite chronique cet été sur les bizarreries récurrentes du web, j’ai toujours cet espèce de sentiment que toutes ces bêtises ne sont pas totalement inutiles et même qu’il y a
une espèce de coté artistique derrière. Une sorte de philosophie foutraque de l’aléatoire (phrase-compte-triple). Avec, toujours en facteur commun, un peu de fesse derrière.

Mercredi dernier, après une journée moins « remplie » que d’habitude, je me plante fidèle au poste devant Youtube, à la recherche de nouvelles bizarreries tendancieuses. Comme je suis une grosse
gourdasse je me trompe et je retape « Youtube » dans le champ de recherche du site. Les suggestions automatiques annoncent, parmi d’autres trucs – « Youtube poops »

Avant de poursuivre, j’aimerais amorcer un semi hors sujet. Les liens qui vont suivre sont relativement fatiguants pour les yeux, je vous invite donc à vous échauffer en regardant ce célèbre
extrait de Pokémon qui à déclenché des crises d’épilepsie chez des milliers d’enfants japonais. Bon, en l’occurrence l’extrait hallucinatoire en question est mis en boucle une vingtaine de fois
mais c’est bien parce que c’est vous hein.

http://fr.youtube.com/watch?v=kjQKWKk_Dco&feature=related

(Je ne met que des liens cette fois, trop de vidéos dans les derniers articles! Et pensez à cliquer dessus avec la molette pour ouvrir sous un nouvel onglet)

Bien joué! Soit vous avez survécu, soit z’avez pas regardé la vidéo, soit vous avez sauté un paragraphe, et vous en avez du courage didon.
Alors comment interpréter cette appellation fort mystérieuse de Youtube Poop? Les plus fins thésards de sémiologie constateront la présence du verbe « To Poop », une façon fort classieuse pour dire
« caguer ». Mais-mais les Youtubes Poops ne seraient que des étrons volants et numériques prêts à éclabousser n’importe quel internaute un peu trop aventureux? Mmh, c’est un peu plus compliqué.
Tournons nous vers LA référence, l’urban dictionnary (alias le petit Kévin 2009)

« Youtube Poop is a name used for videos posted on YouTube which are usually nonsensical and random. They are just simply randomly chosen clips
such as cartoons, clipped, looped and remixed to make it sound really strange. »

Comme « Jurisprudence » dans le code civil ou même « Intolérance » dans la Bible, ici « Random » est un mot clé. Quel intérêt de mixer des dessins animés ainsi au hasard?
Tentons une approche avec ce premier exemple. Vous allez apprécier, y’a du Roi Dadidou et du Meta Knight dedans.

   

~~~>  http://fr.youtube.com/watch?v=ldQoVFH11Xw

Ca fait beaucoup d’émotions de suite en regardant cette vidéo. On passe du simple étonnement au franc « What The Fuck!! », on devient sourd au milieu, et on se tape même le luxe de reconnaître
quelques même et d’entendre et voir pas mal de suggestions scabreuses. (Scabreuses… j’y vais fort aujourd’hui on ose tout) C’est le montage qui fait ça. Un seul objectif dans ces vidéos :
décontextualiser les choses. Un interlocuteur chauve et jaune me dirait « Ouais mais tu parles beaucoup pour dire que dalle! »
Mais déjà, cette manière nonsensique de remixer les choses DOIT vous évoquer quelque chose. Souvenez-vous, la Sagadaÿtaÿ…la vidéo à l’origine du même « Over 9000 » à été pondue sous le même
traitement. Ceci expliquant peut être cela.

Très bien, deuxième exemple.

~~~>  http://fr.youtube.com/watch?v=mJEa2QgGhN8

Notez déjà le titre de la vidéo, dans la pure tradition glacée et sophistiquée du net.
Si je retranscrit ce qu’on peut entendre dans cette vidéo, cela donne, dans l’ordre…

« You see I have a penis / Let’s Shit! / Tail’s, Sally Had a heart attack yesterday. She’s dead. /  I’ve never know anyone as gay as you /  Hold on Tail!  Don’t touch that squirrel,
he might rape you!  / I am cunt! / I’m cumming little pal! / UCTION / I’de better get on Tail’s bottom before my penis gets cold! / Get ready to chew my balls […] I want my penis for
dinner »
Etc. Etc. Ce qui donne une prose qui ravira les amateurs de Baudelaire : des vrais bouts de poésie avec des morceaux de parties génitales dedans! Plusieurs constats s’imposent.
– C’est complétement con, donc hilarant
– Les mots « penis » « ass » et « fuck » reviennent sans cesse
– Le tout baigne dans une forte culture de gamers. Sonic, référence de Donkey Kong via Sonic, beaucoup de Sonic et de Zelda dans les Poops en général. Ces mecs prennent les mêmes cibles et les
mêmes extraits pour faire dire aux personnages pleins de conneries différentes.
Ainsi, souvenez vous, dans cet animé avec sonic, ce dernier dispensaiot des petites leçons de vie à chauque fin d’épisode. Donc…
~~~> Cliquez ICI, OR ELSE YOU WILL DIE!
Ce qui devait être un gentil avertissement contre l’alcool devient carrément une menaçe au 15 degré et un avertissement plus ou moins subtil contre les pedobears des rues prends un sens inverse. Hé
hé.

Et là où on comprends que c’est un véritable phénomène, outre les centaines de milliers de visionnages recensés sur le Tube – c’est on comprenant que ça peut tourner en concours de la « plus belle
poop » que certains vont transformer en Top 10. Regardez plutot.
Dans ces exemples, on remarque la présence d’un film, d’une pub, d’un dessin animé pour les n’enfants, d’un extrait de téléachat… le caca télévisuel est remixé en caca lumineux. Et c’est plutot
classe dans le fond.
C’est vrai qu’il faut parfois bien se concentrer pour essayer de comprendre ce qui est drôle mais ça vaut largement le coup.

Amicalement votre, et faites attention à vos yeux quand même.

Posted in Non classé | 6 Comments

That 90′ Show

PROSE JOSAUDIESQUE : « Les jeux vidéos… c’est vraiment très très bien ! Et … en plus, ça
rends intelligent ! »

Rappel des faits : Ilpalazzo me taggue sur le thème
« Première expérience vidéoludique ». Fouyaya mes enfants. Il y en a des expériences, un peu trop peut-être, ce qui expliquerait – dans d’autres domaines – le manque total… d’expérience. Et
encore une fois, je le fais avec tout le zèle qui me caractérise (pas) donc en plus de vous taper les « premières fois », vous allez pouvoir lire l’intégrale.

Voici donc : le livre de la Genèse du Concombre au merveilleux pays des pixels.

Il était une fois, vers 1995, un petit Concombre tout meugnon qui habite encore à Rueil à coté des PFG. Dommage, maintenant a trois mètres il y a un restau-lounge que j’adore mais ce n’est pas le
sujet. Ma soeur, qui a et qui curieusement à toujours une demi-douzaine d’années de plus, avait une Game Boy comme on en fait plus, une grosse boîte grise et grisante avec des gros boutons rouges
dessus. J’ai un net souvenir de Tétris, mais je la piquais en douce pour y jouer à Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins. Comme son nom l’indique, le gameplay consistait à retrouver six items dans
six endroits différents pour pouvoir aller au niveau final. Il faut dire, c’est important, que ce genre de « scénario » me suit encore de nos jours. C’était moche, en noir et blanc,
déjà avec des musiques hystériques. C’était à la fois facile et pas évident. Arriver devant chaque boss (musique un peu flippante) était franchement grisant car il fallait se retaper tout le
niveau en cas d’échec. La fin, avec la première apparition du fameux Wario, était pas évidente. J’ai fait mes premières armes sur ce jeu pas toujours facile. Mais ce n’est pas ma vraie première
expérience, puisque ce n’était pas MON jeu.

Je me souviens nettement avoir joué à Tétris et ce fameux thême, mais même en ayant réussi à réunir deux GB, deux jeux et le câble, le jeu à 2 reste un mythe. Je me souviens aussi d’un jeu très
minimaliste avec Bugs Bunny où il fallait ramasser des carottes… problème : le bougre à de l’arthrite et il ne peut pas sauter. Pour éviter les ennemis c’est pas évident me direz-vous.

C’était la phase d’incubation en gros. En Août 96, nous sommes à Martigues chez ma famille maternelle. Tout va bien, le concept de succession n’a pas encore lieu d’être et tout le monde se
parle en étant zen. Les cigales chantent, il fait 35 degrés et je fais mumuse dans la piscine du voisin qui est en fait mon oncle. Le tableau d’enfance de rêve en gros.
Arrive le 5 et pour mes six ans, j’hallucine en ouvrant mon paquet. Je crois que mes parents avaient compris que j’avais dévelloppé un quelconque interêt pour ce domaine d’activités. Dans mes
mains, un pack console Megadrive avec le Roi Lion. Wow. Une console à moi. A partir de là les jeux vidéos c’est pour la vie. Pas besoin de chercher bien loin pour trouver la
motivation de comprendre comment on installe la console. Prise péritel, secteur, hop hop c’est installé, insertion de la cartouche, POWER. Extase.
Ecran SEGA, écran Virgin, écran Disney Studios, le thème « Cercle de la Vie » se fait doucement entendre au synthé, et je tombe sur mon premier menu principal.
Je prends ma première manette en main, un croissant de lune noir avec à gauche une croix directionnelle, à droite trois boutons A B C. 

Que dire de ce jeu? Premier jeu, jeu à licence. Pas grave. Des graphismes très sympa, des musiques tirées du film donc émouvantes, mais surtout un soft très, très difficile. Pas de password
et certains niveaux quasi-infaisables, le but à chaque fois n’était pas de finir le jeu mais d’arriver un peu plus loin et la lassitude je l’attends toujours. (La phase « piétinement » ou il
fallait éviter les zanimaux qui courraient, une horreur.) Deux gameplays, Simba lionceau et adulte, une barre de vie, une autre de « rugissement » pour faire peur aux méchants, et des petites
phases bonus rigolotes avec Timon et Pumbaa. Il y avait un cheatcode pour choisir son niveau, mais à l’époque c’était impossible de le connaître…
Une vidéo complète du roi Lion en une vingtaine de minutes ICI. Regardez le deuxième niveau, à cet époque et à cet âge
c’était une torture…

A partir de là il y a un petit parallèle Megadrive/Gameboy qui s’installe. Sur la
« portable », arrivent les Schtroumpfs, et Tintin au Tibet, l’un des jeux les plus infaisables qui soient. Y’en a qu’on essayé. Z’ont eu des problèmes. Tintin se faisait tuer par des pies et
glissait sur des cailloux. La majorité des sauts ratés étaient mortels. 4 Minables points de vie, et chaque centimètre carré était potentiellement foireux pour le blondinet à houppe. J’ai fini
par en venir à bout, sans doute après quelques crises de frustrations/démence passagère (oui les jeux vidéos trop difficiles c’est nocif surtout à cet âge) … c’était y’a une bonne décennie.
Pour ceux qui se souviennent, j’ai bien aimé le « Cauchemard des Schtroumps » variation pas innovante pour un sou mais avec 3 passwords au milieu. C’est mieux.

Pendant ce temps sur Megadrive, passé les licences Infogrames genre Spirou, un jeu démentiel arrive à la maison vers 97. Ca fait six ans qu’il est sorti, c’est le premier opus de la saga, et ça
parle d’un hérisson bleu. Sonic the Hedhehog, le tout premier, j’ai encore la jaquette sous mes yeux en ce moment même. YAY.
C’était le bonheur intégral. 6 Niveau à thèmes en trois partie + Boss, il fallait toujours le faire d’une traite car pas de sauvegardes. Le réel objectif n’était pas tant de le finir mais
davantage d’aller plus loin que la dernière fois…d’autant qu’au milieu il y avait un passage très difficile à passer, un passage vertical + haut montante. J’adorais le gameplay rapide et les
niveaux bonus sous LSD mais surtout, et ce sera une constante avec la série, j’adorais les musiques et le petit jingle de fin de niveau. (Remixé dans Smash Bros aujourd’hui) … puis j’ai mis la
main sur le 3 – premier jeu à sauvegarde – et sur le deux. Le premier était nettement plus abouti, le second avait son coté « vieillot » et linéaire qui allait bien et qui va toujours.
En revenant dans les PACA à chaque été, je vais chez un voisin jouer à EarthWorm Jim, ce jeu complètement crétin et barré où on incarnait
un ver en combinaison qui marchait sur des niveau théma « bouffe » avec des pizzas et des grills à éviter… entre autres, il fallait se déguiser en salamandre, traverser un estomac, répondre à un
show télé, éviter des enlèvements de vaches par les aliens, jongler avec des chiots et ne pas se rater sous peine de se faire taper par le père… bref je vous recommande de visionner la vidéo
qui montre un peu toutça. La série a donné lieu à pas mal de variantes : Sonic Pinball, Dr Robotnik Mean Bean Machine (un puzzle game) bref la mécanique licensieuse existe déjà mais donne des
softs encore très potables.

En 1998, un ordinateur arrive ENFIN au foyer (on ne s’en rendrait pas compte mais c’était déjà omniprésent et Internet était déjà bien connu et utilisé) avec pleins de démos installées dessus,
fantastique! Je me souviens encore de ce premier après midi de PC dans les moindres détails. Premier CD inséré : … une démo de Tomb Raider 2! Le niveau d’introduction dans le manoir de la belle
brunette et les trois premiers niveaux.
Cette intro, dans la Muraille de Chine, comportait deux détails marquants :
– Les araignées, franchement bien modélisées, elles étaient énormes, vous bouffait en 5 secondes et me faisait bien flipper
– Une séquence d’au moins trois minutes où il fallait éviter une succession de pièges mortels (boules, pics…) tout un passage où rester immobile était synonyme de mort (et d’un « Aaagh » pas
glamour de Lara)
Aussi offert avec l’ordi, deux versions d’Adi et d’Adibou, ces fantastiques logiciels éducatifs. Souvenez vous : une interface dans une sorte de chambre, chaque outil était un module plus ou
moins ludique. Il y avait des mini-jeux qui se débloquait soit en faisant des exos, soit en attendant son anniversaire… et ces petits jeux je m’en souviendrais toujours, des trucs assez
minimalistes mais très prenant, dont un sosie de Boulder Dash (ça devait s’appeller Mr Map, quelque chose du genre et on pouvait créer ses niveaux) mais aussi la série des Goblins, un point and click bien bien difficile comme il faut. (Mais là, je suis grillé par Nashi.)
Même le coté « travail » chez Adi était génial. L’application Anglais notamment, ponctuée de vidéos débiles avec une sorte de couple frère-soeur stéréotypé (le mec, Steve, faisait des
mirifiques tours de magie à base de changement plan-caméras :P) mais c’était bien foutu, pédagogique et je m’en souviens très bien. J’y ai passé pas mal de week-ends de primaire…

Pour ceux qui ont joué à Adibou, j’aimerais évoquer cette radio qui racontait des blagues vaseuses avec à la fin le même « pouet pouet » assez exaspérant. Les initiès reconnaîtront.

Pendant ce temps sur Megadrive, les adaptations font mon bonheur (Alladin, Le Livre de la Jungle…) et je tombe en brocante sur QuackShot, un jeu d’aventures assez célèbre avec Donald pour
héros. Le bougre fait le tour du monde et balance des débouche-chiottes sur ses ennemis. Le jeu n’était pas aussi exigeant que ses prédécesseurs mais le gameplay impliquait un système
d’allers-retour dans les niveaux : à la fois chiant et pas pratique car en anglais… (Un speed run d’un peu moins
d’une heure…)

En 1999, les jeux PC sont encore des énormes boîtes en carton, et je reçois Rayman pour mon annif. Ca fait quatre ans qu’il est sorti, la différence n’est pas flagrante, on peut même créer ses
niveaux en options, c’était bien fichu. Premier jeu français donc, et confirmation de cet amour inconditionnel pour les jeux de plate-forme. Schéma classique : carte du monde, niveaux linéaires,
gains de superpowers de-la-mort au milieu… beaux graphismes 2D, belles musiques, mais encore une fois difficile de le terminer. Coup de bol, la suite sort en fin d’année, en 3D, en même temps
qu’un autreexcellent jeu d’Ubisoft, Tonic Trouble.
En vacances chez des amis, près de Brest, je me plante devant les 2 premiers Alone in The Dark, les précurseurs français du survival horror. Je lance le 2, je fais deux pas, je meurs, musique
mortuaire flippante, je flippe. (La causalité c’est un peu la gravité des jeux vidéos. Mais n’oublions pas qu’il existe des attractions sans gravité, comme Eurodisney)
J’essaie le premier opus. Le personnage est dans un grenier. Un monstre attaque par la fenêtre et un autre sort d’une trappe (on pouvait
déplacer des meubles pour les bloquer
) et je fuis comme un pleutre. En bas de l’unique escalier de sortie, un couloir… et un plancher qui s’écroule si vous marchez dessus. C’est l’unique
piège de ce type du jeu, mais grâce à ça, j’avais peur de faire deux pas pour le reste du truc. Bref… j’achète Tomb Raider 3, ça restera historiquement mon jeu le plus buggé/malfoutu/difficile.
C’est horrible mais derrière il y a un vrai travail… mais se décaler d’un pixel pour actionner un interrupteur c’est vite gonflant!

En parlant de 3D… la même année, une fois de plus je fais preuve d’une chance de taré et une Nintendo 64 tombe du ciel : un ami de ma soeur s’en débarassait pour je ne sais quelle raison. (La console est encore assez récente) Avec est « fourni » Hexen, un doom-like archi moche assez nébuleux, ça ne restera pas un souvenir impérissable. Mon vrai premier jeu sur
ce support est l’indémodable Mario Kart qui sera une constante dans les consoles de salon suivantes. C’est décidé : je suis un Nintendo-fanboy, même si plus tard ça me coûteras l’absence totale
de mode online.
Enfin, un ami me fait découvrir Mario Party…ce jeu de l’oie, en plus sophistiqué, ponctué de mini-jeux. Coup de foudre direct. Encore une fois le timing est de mon coté puisque le 2 vient de
sortir, sans doute le jeu m’ayant procuré le plus de fun sur cette console avec ses parties multijoueurs. Les party-games, c’est le bien.

Ete 99, même avec les lunettes j’ai peur de me crâmer les yeux en regardant l’éclispe. Je lis une petite critique Game Boy color dans un Picsou Mag. Il teste un certain « Pokémon ». Wow. C’te nom
impossible à prononcer…je ne me doutais pas que j’allais autant en entendre parler dans les prochaines années.

Voilà, c’était une première décennie de jeu très très synthétisée. Je n’ai pas mentionné plein de titres sinon c’était TL;DR (je vous laisse faire des recherches sur le présent blog si vous
ne voyez pas ce que ça veut dire 😉 )
Je ferais les années 2000 quand je serais un peu plus motivé… et là seulement je taggerais quelqu’un.

Posted in Non classé | 4 Comments

Nikos sent la feta

Homer S., téléspectateur averti :
« BO-RING ! »

 

Bon, tout ça n’est pas très joyeux. Week-end de solitoudiné comme je
les aime relativement pas – d’autant plus qu’ils y en aura pas mal d’autres. Mais c’est pas grave. Au lieu de ruminer mes regrets et de refouler mes ambiguïtés, j’ai décidé de faire
comme tous les français qui s’emmerdent le week-end : une bonne petite défonce aux tubes cathodiques.
Oui certes, travailler pour la semaine, recopier mes cours ne m’a pris que 2-3 heures et il fallait bien occuper le reste.

Il y a deux ans déjà, je restais un peu sceptique devant la Star Ac. Ca n’a pas changé, pas plus que le programme. Je me plante donc devant TF1 armé d’un superbe Chicken-Bacon-Oignon, le tableau
ultime de la désolation en quelque sorte. Mais rien ne change d’une année sur l’autre : les « élèves » ont des têtes à claques, ils braillent, certains sont nettement favorisés, d’autres sont
ridicules avec leurs coups de gueule.
Les profs ressemblent à une belle brochette de crétins : Armande Altaï me fait sursauter à chaque appartition, Kamel Ouali m’inspire toujours autant de méchanceté gratuite quand je vois ses
« tableaux » – et l’autre là, le mec à l’accent pas possible. Bref.
Nikos n’a pas changé non plus, il HURLE en permanence, fait des grands écarts et jette ses fiches au public *non sans classe, certes*. Des séquences préenregistrées sont toujours incrustées au
milieu du direct – mais pour notre plus grand plaisir, un nouvel acteur à fait son apparition dans cette émission où tout est fadasse. Il s’appelle le trou. Le trou béant au milieu du plateau,
deux victimes à son CV : Yaëlle Naïm et Julien Doré (le dernier commençait à bien le mériter)
Au milieu de toute cette guimauve s’ajoute un peu de Flamby : les vieux pathos de la télé ressurgissent tous ensemble… demande en, mariage en direct, môman qui vient voir son fiston sur
scène… rien de tout ça n’est très spontané et on s’ennuie ferme. D’ailleurs, j’ai l’impression de voir Céline Dion à chaque fois que je me plante devant ce show.

 

Quel canaillou ce Nikos! Même devant la tour Eiffel, il ne peut définitivement pas s’empêcher de faire le grand écart! Une variante de Tourette, sans doute…

Bref tout ça n’a rien apporté à mon esprit obtus, la même fille à été sauvée pour la troisième fois, bref elle va être en finale et va perdre contre… peut être un geek? Il y en a un et je suis
de tout coeur avec lui. En tout cas le palmarés de la Star Ac c’est le K2 de la discrimination positive (pour gagner, soyez mort, gros, noir ou émo, ça marche) Je sais, cette parenthèse est
atroce. Je suis juste très très blasé là.
Nous passons la parole à Yves Rénier qui voudrais donner son avis sur la star ac. « -La star ac’ c’est vraiment naze! » Super Yves. Bénabar trouve que c’est du racket à SMS. Bravo Béné, tu gagnes
ton point « Capt’ain Obvious » pour avoir dit ça.

Bien donc je m’endors avec du rose et des faux diamants pleins la tête. Faut dire que les conneries débitées par Nikkoss, on se les sort pas facilement de la caboche.
Samedi matin : réveil joyeux devant Canal + avec l’émission « + Clair » Jean Pierre Foucault trouve quelque chose scandaleux. Je ne sais pas quoi, mais mon petit doigt me dit qu’on va parler de
PPDA dans la minute qui suit. Effectivement, il s’offusque sur le fait qu’il aurait pu être le « prochain sur la liste » – il a donc rapporté le malheur de l’autre à sa propre personne, et
l’expression convenue ne lui a pas plu. Jean-Pierre, tu ne m’est pas très sympathique.
Il lâche enfin qu’il vient faire la promo de son émission du soir. « Français, la grande interro ». Wow! Ca à l’air prometteur. OK Jean Pierre, le rendez vous est pris, ce soir je mange japonais et
je regarde ton truc.

En zappant sur la première chaîne avant de me lever, je distingue un téléfilm dans un avion avec des mecs qui parlent de trucs visiblement important. Wow, ils ont l’air d’être dans le caca. Mais
est-ce vraiment surprenant? Le téléfilm du wouikende, c’est toujours un avion + une situation à problèmes. N’importe : un risque de crash, des abeilles tueuses… le postulat de base reste
toujours un AVION. Les auteurs de téléfilms sont un peu fétichistes

Huit heures plus tard, après un bain d’une bonne heure, voilà mon repas tout fait qui arrive. C’est tout de rouge vêtu que je vais me soumettre à l’implacable « Interro » de TF1.
Là on entre dans quelque chose d’intéressant car comme vous le savez, sur l’ortho et la syntaxte je suis archi pointilleux (bien que je ne me relise jamais héhé) et je me sentais d’attaque pour
une petit soirée inutile mais éducative. Bah… un coup dans l’eau.
Le plateau est divisé en deux équipes « la génération texto » et la « génération stylo ». Cette tendance au manichéisme est franchement réductrice, ça me rappelle une désastreuse soirée « combat
nord-sud » animée par Dechavanne… bref il faut toujours déterminer qui est plus fort que l’autre. Bien joué les gars, vous avez tout compris…

Donc. Des questions de vocabulaire, pas mal de questions sur du vocabulaire wesh wesh (???), d’autres petites découvertes d’expressions. Entre deux vides comblès ou plutot non-comblés par Eric et
Ramzy se trouvaient des petits reportages très crétins où la principale finalité était de comprendre que les jeunes tapent plus vite des SMS que les vieux. Super et instructif, en plus
d’être ludique. 
Bon. Des questions, les réponses, du bla bla, un jingle, du bla bla, une pub et on recommence. C’est très chiant, on va pas se mentir et ce n’est pas Bernard Pivot qui a illuminé le plateau
de sa présence. La soirée se voulant « familiale et interactive » s’est voulue solitaire et chiante, zéro! JP, je te vois après la classe.

J’ai donc été contraint à l’abandon, je me suis redirigé sur des épisodes des Simpsons vus et revus sur W9. Puis Dimanche, le cycle habituel sur canal, Effet Papillon, Guignols,
Zapping, et fin du week end ici présente avec un Capital sur l’immobilier comme toujours.

Bon, la suite?

 

Posted in Non classé | 7 Comments