Monthly Archives: novembre 2006

Déjà vu

TALENT (subst.masc.) : "Aptitude, capacité particulière, habileté, naturelle ou acquise, pour réussir en société et dans une activité donnée."

Jeudi soir, après une Toussaint télévisuelle relativement pessimiste (les nostalgiques des pubs pour les PFG peuvent regarder France 2 l’après-midi) le service public se devait de rehausser la barre. De nous remonter le moral.

 

Tout cela était planifié depuis longtemps. Vous l’aurez remarqué, sur M6 (c’est là que ça se passe) on diffuse depuis un mois trailers à gogo pour une nouvelle émission hebdomadaire au concept presque nouveau. Hier soir, c’était le grand soir. Je m’installais plein d’espoir devant mon poste.

 

Intro pimpante, générique rutilant, et c’est parti pour Incroyable Talent. Description du principe : des "talents" auto-proclamès ont deux minutes pour convaincre un jury. Les sélectionnés passent à l’étape supérieure, etc, jusqu’à épuisement et choix du grand vainqueur qui repartira chez lui avec 150 000 Euros. Ca me disait quelque chose, mais impossible de déterminer quoi.

 

Tournons-nous vers le jury. Jury bien sûr très pro : composé de Jury N°1 : Sosie de Michel Fugain, grand producteur et gourou d’artistes de haute renommée tels Elie Kakou, Jamel et Indochine (visiblement il n’y avait que ceux-là) …puis jury N°2 : la soeur jumelle d’Ingrid Chauvin, sans la paire de dolmens, celle-ci directrice artistique du cirque Pinder. Cool. Enfin Jury N°3, qui, tabernacle, était juste là pour la pointe d’exotisme, directeur du festival "Juste Pour Rire" de Montréal (programme bouche-trou par excellence chez TF1) des pointures, je vous dit. Mince, ce jury ne m’était pas inconnu pourtant.

 

Et quelle incidence a ce jury? Devant eux, trois gros boutons rouges. En buzzant massivement "l’artiste" en pleine production, celui-là peut aller se brosser. Et attention, tout est fait pour souligner ce système jouissif : trois croix en néon planent au dessus de la scène. De longs plans dessus suivront…

 

Et c’est parti! Ce soir, plus que jamais, le ridicule de tue pas. Ou presque. Certains numéros étaient réellement biens. Mais trop minoritaires, pour le reste, gadins planifiés. Entre autres : drag-queen au costume flamboyant, statue vivante trop conceptuelle, pompiers et pole-dance inversant leurs numéros (la strip-teaseuse n’arrivant à chauffer que la barre autour du quelle elle dansait et les pompiers confondant numéros d’acrobates et boys band) etc. Au milieu, les numéros rigolos mais cons : une…chanteuse du Tyrol (?) du jonglage pas toujours réussi. Au milieu de toute cette ménagerie, l’animatrice Alessandra Sublet (transfuge de la Matinale de Canal +) essaie d’affirmer son existence en faisant semblant d’être hypnotisée. Pas toujours réjouissant.

 

La plupart du temps, après les trois buzzs fatidiques, s’est ensuivi un drame social : le talent en question se justifie sous les remarques du jury, impassible : "On vous as déjà dit que vous aviez du talent? -Oui, ma famille -Alors changez de famille" …oui, voilà. En fait c’est une réminiscence de la Nouvelle Star qui me titillait.

 

Et au bout d’un certain temps…pouf ! Déjà l’écran « Jeudi prochain », surprise ! Je pensait que l’émission était ponctuelle, cruelle désillusion, ou le contraire peut-être. Défilent devant nous un flot d’images aguichantes de larmes en tout genre. Vivement la semaine prochaine alors, car cette soirée, je n’ai rien vu d’incroyable.

 

En tout cas, l’émission a connu un succès honorable, avec 5 000 000 de spectateurs pour plus de 20% de PDM. Pas sûr que les semaines suivantes connaîtrons le même succès

Posted in Non classé | 3 Comments